BONESHAKER – Cherie PRIEST

  

1860, le gouvernement russe organise un concours dans le but de fabriquer une machine excavatrice qui permettrait d’extraire l’or enfoui en profondeur en Alaska.

Le professeur Leviticus Blue construit une machine énorme, un perforateur à percussion propulsé par la vapeur. Lors de la première séance d’essai, la machine s’emballe et part en droite ligne sous la rue principale de Seattle. Le tunnel creusé par la machine provoque l’écroulement de nombreux bâtiments dont les 4 principales banques de la ville et la mort d’un nombre important d’habitants.
Qui plus est, dans sa course folle l’excavatrice provoque l’apparition d’un gaz épais et lourd qui tue par contamination, ce gaz sera appelé par la suite : « le Fléau ».

Mais ces deux catastrophes ne sont pas les seules à frapper la ville, le Fléau, non content de tuer les personnes qui en respirent trop, en ramène aussi certaines à  la vie, sous forme de zombies. Les zombies semblent en plus affamés et une seule chose peut apparemment les rassasier : la chair humaine.

Alors que la panique s’empare de Seattle, un homme, Maynard Wilkes, refuse d’abandonner les prisonniers à une mort atroce. Il parvient à libérer les prisonniers mais dans l’opération, il respire trop de gaz et en meurt. Maynard Wilkes est également le père de Briar Wilkes, épouse du docteur Blue.

Pour arrêter la progression du fléau, un mur de 50 mètres de haut est construit autour de la partie contaminée de Seattle.

1880, alors que la guerre civile américaine fait toujours rage, nous suivons Zeke le petit-fils de Maynard Wilkes qui a décidé d’entrer dans la partie isolée de Seattle et sa mère Briar qui se lance à sa poursuite pour l’extirper de cet enfer. Alors que Zeke entre par un ancien égout, Briar est obligée de s’adresser à un contrebandier qui la déposera, grâce à son dirigeable, sur le mur.

S’ensuivent un chassé croisé qui nous permet de découvrir les différents groupes de survivants qui vivent dans des lieux isolés de l’extérieur grâce à des sas et qui aspirent l’air pur au dessus du mur grâce à des pompes. Ils ne se déplacent jamais à l’extérieur sans masques à gaz et très peu de temps encore, pour éviter les zombies. La plupart du temps, ils empruntent des
tunnels ou des passerelles qui leurs permettent de rejoindre d’autres immeubles. Parmi ces survivants, on trouve aussi un mystérieux docteur Minnericht, qui n’a pas l’air d’avoir tous ses esprits mais qui a développé de nombreuses inventions utiles aux survivants. Ce docteur Minnericht est-il Leviticus Blue ?

Je dois avouer que ce roman m’a un peu déçu. Il est vrai que je m’attendais à plus de détails sur la guerre civile qui continue à l’Est depuis 20 ans (tout le roman se situant dans la partie isolée de Seattle avec seulement de rares allusions à la situation dans le reste du pays) mais même sans cela, je trouve que l’on passe à côté de nombreux éléments intéressants. Un exemple : dans le roman, il est plusieurs fois fait allusion au fait que ce sont les russes qui auraient demandé au professeur d’accélérer ses essais et qu’ils lui auraient demandé de tester quelque chose.

Une autre déception, pour moi, ce sont les zombies. Je ne suis pas fan de ce genre d’histoires mais en plus, il ne semble y avoir aucune explication à ce phénomène ici : ils ont respiré trop de gaz, sont morts et revenus comme zombies…

Apparemment, les volumes suivants se passent en dehors de Seattle et devraient permettre de développer le côté Steampunk, pas assez présent dans ce tome à mon goût.

Ma note personnelle 14/20
BONESHAKER – Cherie PRIEST

Voir aussi l’article sur Wagoo:

http://wagoo.free.fr/spip.php?article1861

Publicités

The URI to TrackBack this entry is: https://daidin.wordpress.com/2011/04/24/boneshaker-cherie-priest/trackback/

RSS feed for comments on this post.

One CommentLaisser un commentaire

  1. Je suis d’accord avec vous sur la faiblesse de ce livre. Le scénario à un gros défaut, je ne donne pas de détails pour ceux qui voudraient le lire mais l’un des personnages principaux sait qui est Minnericht et n’a aucune raison de garder cela secret.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :