The Big One – Stuart SLADE

  

18 Juin 1940, profitant d’un moment d’absence de Churchill, Lord Halifax provoque un coup d’état et annonce la capitulation de l’Angleterre. Churchill, prévenu à temps, parvient à échapper aux Etats-Unis puis au Canada.

Face à la victoire de l’Allemagne, les Etats-Unis décident de précipiter leurs préparatifs de guerre, forgeant rapidement une flotte et une armée imposante.

1947 – Les Allemands affrontent les Russes et les Américains le long de la Volga. Staline est mort pendant la bataille de Moscou et Zhukov dirige ce qui reste de la Russie. Soutenus par deux corps d’armées Américains sous le commandement de Patton, les Russes sont parvenus à bloquer les Allemands mais ne peuvent pas avancer non plus.

Les combats aériens sont intenses et violents, les deux camps utilisant des Jets et des fusées antiaériennes.

Les Japonais confrontés à la montée en puissance de l’Amérique n’ont pas osé lui déclarer la guerre.

Les américains décident alors de lancer un énorme Raid aérien sur l’Allemagne pour en finir.

Pendant que 25 Porte-avions lancent en diversion  plusieurs centaines d’avions à l’attaque des bases allemandes en France, Une énorme flotte de Bombardier B36 (des bombardiers gigantesques équipés de 6 moteurs à hélice et 4 moteurs à réaction) est envoyée directement des Etats-Unis vers l’Allemagne, emportant une centaine de bombes atomiques…

L’ouvrage raconte ce raid gigantesque de bombardiers, profitant de certains passages pour nous tenir au courant de l’évolution de la guerre depuis 1940.

Je dois bien reconnaître que cet ouvrage m’a laissé un sentiment de malaise au niveau de la teneur du récit.

Par exemple l’assassinat de Gandhi par des Thaïlandais (qui font porter la faute aux Japonais) ne paraît pas perturber grand monde.

Mais surtout, je me demande quel président américain aurait autorisé l’atomisation complète de l’Allemagne (200 villes détruites avec 20 millions de morts directs et 40 millions dans les semaines ou les mois qui suivent)  alors que l’auteur lui-même décrit l’horreur atomique dans les décombres de la ville de Duren ? Un des personnages déclare que l’Allemagne ne se serait pas rendue si on avait lancé une ou deux bombes seulement et que c’était la seule solution pour arrêter la guerre. Pour ma part,  je trouve l’argument douteux.

Ma note personnelle : 10/20 pour l’ouvrage en lui-même. 16/20 pour les descriptions de combats aériens

Publicités

The URI to TrackBack this entry is: https://daidin.wordpress.com/2011/05/11/the-big-one-stuart-slade/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :