Le faiseur d’histoire – Stephen FRY

  

Lorsqu’un professeur de physique qui a développé une machine d’imagerie temporelle bouscule un étudiant en histoire qui transporte sa thèse sur Adolph Hitler, l’Histoire (avec un grand H) va se retrouver bouleversée.

 Si Hitler n’était pas devenu le führer, l’Histoire aurait-elle été modifiée en mieux ou un autre homme n’aurait-il pas pris sa place en faisant peut-être encore plus de dégâts? L’auteur a choisi la deuxième hypothèse. En l’absence de Hitler un autre homme surgit, moins passionné mais plus cynique et qui se révèlera encore plus efficace dans son ascension. Je ne donnerai pas de détail sur l’Histoire, préférant que le lecteur découvre lui-même les changements.

Le roman alterne les passages du présent et ceux de la jeunesse d’Hitler de la fin du XIXème siècle à sa participation à la 1ère guerre mondiale. D’abord dans notre ligne temporelle, ensuite dans la ligne temporelle alternative créée par l’intervention de nos deux « héros ».

Ce n’est peut-être pas le roman le plus passionnant que j’aie lu mais il s’est révélé intéressant. Un peu long peut-être (600 pages quand même), surtout quand l’auteur nous fait partager les délires de son jeune historien.  C’est aussi un livre qui a un côté très anticipation sociale britannique, m’ayant fait parfois penser au « 1984 » d’Orwell ou aux  » îles du soleil » de Ian MacLeod.

Ma note personnelle: 14/20

Voir aussi l’avis d’Eumène de Cardie:

http://notesdeumene.wordpress.com/2011/11/04/stephen-fry-le-faiseur-dhistoire/

Et d’autres critiques:

Le cafard cosmique

Hugin et Munin

Naufragés volontaires

Sci-Fi Universe

Publicités

The URI to TrackBack this entry is: https://daidin.wordpress.com/2011/09/21/le-faiseur-dhistoire-stephen-fry/trackback/

RSS feed for comments on this post.

2 commentairesLaisser un commentaire

  1. Je dois bien dire que j’ai été encore moins enthousiasmé que vous par ce roman (http://notesdeumene.wordpress.com/2011/11/04/stephen-fry-le-faiseur-dhistoire/ ), ne serait-ce qu’en raison du style qui m’est resté en travers de la gorge. En termes d’humour british je préfère de loin celui de Hugh « Docteur House » Laurie (notamment son roman policier « Tout est sous controle ») ou Charles Stross.
    Car à mon sens beaucoup de ce que Fry a écrit dans ce texte pourrait être élagué avec grand profit…

    • Moi j’en suis resté aux Monty Pythons, c’est vous dire mon grand âge.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :