Téméraire – Naomi NOVIK

  

Lorsque le HMS Reliant capture une frégate française, le capitaine Will Laurence ne sait pas encore (contrairement à ce que dit la 4ème de couv.) que son avenir va basculer. En effet, la frégate française transportait un œuf de dragon proche de l’éclosion.

Dans ce monde où les humains côtoient les dragons, il est bien connu que le dragon doit être mis, dès sa naissance, en présence d’un maximum de candidats humains afin de lui permettre de choisir son partenaire.

Contre toute attente et alors qu’un des aspirants du Reliant avait été pressenti, c’est le Capitaine du vaisseau que le dragon choisit comme partenaire. Will Laurence se retrouve donc obligé de quitter la Navy pour entrer dans les Aerials Corps, d’autant plus que le dragon qui vient de naître est un très rare dragon chinois et que les britanniques disposant de moins de dragons que les français, ce dragon nommé « Téméraire » par Will (qui a choisi ce nom par analogie avec l’un des plus beaux navires de sa majesté) sera un renfort inespéré pour les britanniques.

Commence alors un apprentissage difficile pour Will d’autant plus que, d’habitude, les Dragons se voient proposer des partenaires plus jeunes et que, les Aerial Corps n’ont pas une très bonne réputation (La décision de Will de rejoindre les Aerials Corps provoquera d’ailleurs une rupture avec sa famille et avec sa fiancée).

Après plusieurs mois d’écolage dans le vol sur dragon (où on apprendra par exemple que les dragons emmènent des équipage avec des tireurs, des personnes chargées de jeter des bombes ou d’apporter les premiers soins en plein vol…), Will et Téméraire se retrouveront au cœur de l’action.

Naomi NOVIK nous présente une Uchronie où les dragons semblent avoir partagé la vie des hommes depuis toujours. Comme dans Rosée de feu de Xavier MAUMEJEAN , la présence des dragons ne semble pas avoir modifié la trame historique. Nous sommes en plein milieu des guerres napoléoniennes et Napoléon Ier essaie d’envahir l’Angleterre. Contrairement au roman de MAUMEJEAN, le ton est beaucoup plus léger, moins poétique mais plus lisible.

Ce premier tome est plaisant à lire et les explications sur la biologie des dragons semblent, à mon humble avis, tenir la route. Il s’agit cependant selon moi plutôt d’une série pour adolescents que pour adultes.

Ma note personnelle : 16/20 (18/20 pour adolescents).

Téméraire – Naomi NOVIK
Pocket Fantasy 5977
431 pages

Pour d’autres avis, voyez les chroniques d’Apophis  de Lutin82 de Shaya de Boudicca

L’entité 0247 – Patrick LEE

 

Lorsque Travis Chase, ex flic pourri et ex-taulard découvre un l’épave d’un 747 au fin fond de l’Alaska, il n’est qu’au début de ses surprises.

Pourquoi aucune recherche n’a été mise en route pour retrouver ce 747 sans marques distinctives, tombé seulement quelques heures plus tôt, pendant une tempête ?  Pourquoi tous les passagers ont-ils été massacrés et que faisait la femme du président des Etats-Unis parmi les victimes.

En se basant sur les notes qu’a laissées la femme du président, Travis Chase parvient à sauver une rescapée des griffes du commando qui a attaqué le 747. Il se retrouve dès lors mêlé à une guerre entre « Tangent », une organisation mondiale ultrasecrète et un groupé dirigé par un renégat de cette même organisation.

Tangent est chargée de surveiller une faille spatio-temporelle par laquelle arrivent sporadiquement des objets d’une technologie beaucoup plus avancée que la technologie humaine. Le renégat a volé plusieurs de ces objets et s’en sert pour tenir tête à Tangent (notamment une entité qui est entre-autres capable de donner le nom du gagnant du lotto plusieurs années avant le tirage).


L’entité 0247 est un roman que je qualifierais de thriller technologique de SF. C’est un roman violent, certaines descriptions sont assez crues : torture, certaines morts…  C’est un roman dérangeant par l’ambiguïté qui règne autour du héro, tour à tour sympathique puis antipathique puis de nouveau sympathique et ce jusqu’au dénouement final.

J’ai envie de lire la suite même si le côté manipulateur(qui revient à plusieurs reprises) rend certaines scènes moralement « délicates » et si ce n’est sans doute pas le meilleur bouquin que j’aie lu.

Ma note personnelle: 15/20

L’entité 0247  – Patrick Lee
Editions l’Atalante
312 Pages

Voir le tome 2

Published in: on 17 janvier 2012 at 22 h 35 min  Comments (1)  
Tags: , , , , , ,

Axis of Time trilogy – John Birmingham

  

Ceux qui avaient été déçus par la fin de « Nimitz retour vers l’enfer » ont une occasion de se rattraper dans cette série.

Une expérience militaire désastreuse ramène une flotte internationale de 2021 en 1942 et pas n’importe où: en plein milieu de la flotte américaine en route vers la bataille de Midway. Certains navires se retrouvent mêmes imbriqués l’un dans l’autre.

Parmi les membres de la flotte internationale déplacée dans le temps et parfois dans l’espace: des militaires, des journalistes et aussi le prince Harry d’Angleterre.

La série:

Axis of Time 1: Weapons of Choice
Axis of Time 2: Designated Targets
Axis of Time 3: Final Impact

Après une longue interruption, John BIrmingham s’est lancé dans la suite qui se déroule en 1955, Stalin’s Hammer a été sectionné en 3 parties:

Axis of Time 4.1: Stalin’s Hammer Rome
Axis of Time 4.2: Stalin’s Hammer Cairo
Axis of Time 4.1: Stalin’s Hammer Paris

 

 

 

 

Les Solariens – Norman SPINRAD

  

Les humains mènent une guerre désespérée contre les Doglaaris : les ordinateurs ont prédit la victoire finale inéluctable des Doglaaris même si celle-ci prendra encore un siècle et demi. Il reste cependant un espoir pour l’humanité : « Les Solariens ».

Le système solaire s’est en effet isolé de la guerre avec les Doglaaris en annonçant qu’au bout de trois cent ans, Sol viendrait essaimer pour détruire la puissance des Doglaaris à jamais.

Le commandant Palmer vient faire son rapport au commandeur suprême-coordinateur Kurowski sur la planète Olympia III, capitale de la Confédération humaine. Une nouvelle défaite et un nouveau système spatial de perdu. C’est pendant son entretien avec Kurowski qu’on annonce un vaisseau en provenance de Sol.

Le vaisseau solarien ne comporte que 6 passagers mais ceux-ci font preuve de beaucoup d’assurance et parviennent à impressionner l’état major de la confédération humaine même si leur plan à l’air complètement fou parce qu’il nécessite de se rendre sur Doglaar. Etant donné que les Dogs tirent sur tous les vaisseaux qu’ils rencontrent, les solariens comptent émettre en continu un message annonçant qu’ils viennent présenter la reddition de la Confédération humaine.

Je ne vais pas en raconter plus pour ne pas trop dévoiler l’histoire.

J’avais lu ce bouquin il y a longtemps et j’en avais gardé un bon souvenir mais ce Space Opéra date de 1966 et cela se sent malheureusement. Les références technologiques ou autres sont largement dépassées. S’il n’y avait que cela, cela ne serait pas encore trop grave (J’ai relu le premier tome des aventures de Flandry de Poul ANDERSON et cela restait très agréable malgré une technologie un peu baroque) mais ce qui plombe un peu le roman, c’est que le héros n’a pas l’air de comprendre ce qui saute aux yeux de tout lecteur moyen. Il faudra même que les Solariens lui donnent toutes les explications pour qu’il comprenne ce que tous les lecteurs ont compris depuis 50 pages.

La seule chose que l’on puisse encore sauver, c’est le style. Norman Spinrad écrit bien et cela permet de lire le livre jusqu’au bout sans le jeter. On préférera cependant de cet auteur « Bug Jack Barron » ou « Rêve de Fer ».

Ma note personnelle 13/20

Les Solariens
Norman SPINRAD
Folio SF 76
221 pages

Hauteville House Tome 2: Destination Tulum – Par DUVAL – GIOUX – QUET et BEAU

Gavroche, poursuivi par les hommes de Maximilien, doit déchiffrer le parchemin trouvé dans le palais de Maximilien. Pour cela, il va chercher de l’aide auprès d’un couple d’archéologues de ses amis.

Pendant ce temps, Napoléon III envoie un de ses proches conseillers en Amérique afin de négocier une alliance avec les Sudistes. Ce conseiller devant partir avec sa famille, les républicains parviennent à infiltrer l’agent Eglantine dans l’entourage du conseiller comme garde d’enfants. Les républicains pensent que les nouveaux alliés voudront employer leur nouvelle arme secrète contre les Nordistes.

Après avoir échappé aux hommes de Maximilien, Gavroche et ses amis ont découvert que les français étaient à la recherche d’une arme redoutable laissée par le dieu Quetzalcóatl(La fameuse arme secrète que le Clovis doit trouver) pour aider les humains à se défendre contre leurs ennemis. Le parchemin indique l’emplacement où se trouve cette arme. L’agent Gavroche parvient à convaincre les rebelles mexicains de l’aider à empêcher les français de s’emparer de cette arme. Un général rebelle part donc avec 2.000 hommes pour attaquer les français sur le site de Tulum afin de les tuer avant qu’ils ne mettent la main sur l’arme ou de la leur reprendre. Gavroche accompagne les rebelles comme conseiller.

Arrivés sur le site de Tulum, les rebelles trouvent de nombreux français morts mais aucune trace du Clovis ni de la fameuse arme secrète. Gavroche se désole de ne pouvoir continuer la poursuite. Si seulement, il avait un dirigeable…  Et celui-ci apparaît aux ordres de Zelda. Quand celle-ci propose une nouvelle alliance à  Gavroche en échange d’informations celui-ci ne peut que lui répondre qu’il n’en sait pas plus qu’elle jusqu’au moment où on découvre un survivant parmi les français.

Un deuxième tome encore très riche en inventions diverses, des chenillettes blindées, des dirigeables à deux enveloppes reliées par une armature métallique. On apprend aussi qu’il y a eu dans le passé un « Jour du grand chambardement » qui semble à l’origine de l’évolution uchronique de cette série.

Ma note personnelle : 18/20

L’option Excalibur – David WEBER

  

Lorsque la flottille qui transporte Sir Georges Wincaster, sa famille et ses troupes en France pour rejoindre l’armée d’Edouard III est surprise par une terrible tempête, tous à bord pensent leur dernière heure venue. C’est alors qu’un gigantesque vaisseau spatial surgit et sauve les navires en les tractant à son bord grâce à un mystérieux rayon.

Les Anglais se pensaient sauvés mais ils vont vite déchanter. Leurs sauveteurs, d’étranges créatures extra-terrestres entendent se servir d’eux comme d’esclaves qui devront combattre à leur service pour asservir d’autres peuplades primitives. Après une démonstration assez brutale de la puissance des extraterrestres, les anglais se soumettent de peur de voir leurs familles exécutées (celles-ci ayant accompagnés leurs époux ou pères à la guerre, comme c’était souvent le cas pour les nobles de l’époque).

Nous sommes dès lors entraînés dans une série de batailles où les Anglais, dont l’armement a été amélioré au maximum par les extra-terrestres, font merveille grâce à leur discipline et leur expérience tactique.

Autant le dire tout de suite, ce roman n’est pas un grand Weber. S’il reste agréable à lire, c’est avant tout parce que l’auteur sait écrire, on se laisse entraîner dans le récit.

Parmi les problèmes que j’ai relevé : on peut quand même se demander pourquoi il faut attendre une centaine de pages avant que les Anglais ne se demandent pourquoi on les fait combattre avec leur équipement « primitif » au lieu d’utiliser les armes de technologie avancée dont disposent les extra-terrestres ( la plupart des lecteurs auront sans doute deviné bien avant l’explication officielle dans le bouquin).

Si les batailles médiévales sont bien décrites, l’absence de but rend vite les conflits lassant. Le meilleur chapitre est à mon humble avis le dernier, celui dans lequel Weber retrouve une partie où il est beaucoup plus à l’aise : les combats spatiaux de masse.

En conclusion, il vaut mieux lire dans le même genre d’histoire : « les croisés du Cosmos » de Poul ANDERSON, beaucoup plus réussi et plus humoristique.

Ma note personnelle : 14/20

L’Option Excalibur
L’Atalante
380 pages

Voir aussi l’article sur Wagoo:

http://wagoo.free.fr/spip.php?article1611

Seelöwe Nord « The Germans are coming » – Andy JOHNSON

  

Dans ce roman, Andy Johson imagine que les allemands ont décidé d’appliquer l’opération Seelöwe (Sealion en anglais ou Lion de mer en français), à savoir l’invasion de l’Angleterre par les Allemands en Septembre 1940.

Ce qui est intéressant dans ce roman, c’est que l’auteur déplace le lieu du débarquement. Les Allemands avaient prévu de débarquer dans le Sud (Sussex et Kent), Andy Johnson les fait débarquer dans la région de Scaroborough, à l’Est.

Les Allemands simulent une invasion dans le Sud alors qu’en réalité, le gros de leurs forces, au départ de Norvège et de Hollande foncent vers le centre de l’Angleterre, espérant y débarquer suffisamment de troupes pour infliger une défaite éclair aux britanniques.

Pendant que la quasi-totalité des sous-marins allemands bloquent les sorties de Scapa Flow, port principal de la Flotte britannique, des parachutistes (7ème division de parachutistes)sont largués sur les arrières britanniques et quatre divisions d’infanterie(les 7ème, 17ème et 35ème divisions d’infanterie et la 1ère division d’infanterie de montagne) se lancent à l’assaut des côtes. Elles seront suivies par la 30ème division d’infanterie, la8ème Panzer et la division SS Totenkopf. La Marine allemande a mobilisé tous les cargos et moyens de transport disponibles en Allemagne et dans les pays occupés pour créer la diversion dans le Sud et transporter les troupes vers la »Filey Bay », sous le couvert de tous les destroyers, croiseurs et cuirassés allemands restant.

Pris totalement au dépourvu et croyant d’abord à une attaque dans le Sud, les britanniques ne peuvent empêcher les Allemands de débarquer et de se répandre vers l’intérieur des terres. Après avoir repris leurs esprits, ils parviennent à canaliser l’offensive allemande vers une zone fortement fortifiée et préparent une contre-offensive dans le Sud de la poche allemande.

Ce roman est assez agréable à lire, Andy Johnson étant un ancien militaire, on sent qu’il y a une bonne part de vécu dans ce qu’il écrit. Pour ce qui est des mauvais points :

1°) On connaît la fin d’avance. En effet, à part quelques généraux allemands hyper optimistes ou quelques malades comme Hitler, il est difficile de penser que la flotte allemande aurait pu fournir assez de soutien aux troupes de débarquement même si, comme dans ce roman, l’opération avait pu être une surprise complète. Les forces aériennes allemandes se comportent  comme dans la « bataille d’Angleterre » : après avoir apporté un soutien important dans les premiers jours, elles finissent par être balayées.

2°) Certains soldats britanniques et notamment les civils incorporés dans la « Home Guard » se battent comme des lions contre des soldats d’élite allemands. On sent un petit côté chauvin sans doute du au fait que l’auteur a servi pendant 24 ans dans l’infanterie. Cela se sent moins dans les combats aériens ou maritimes.

Somme toute, une lecture agréable pour une opération qui n’aurait pu être rendue possible qu’après avoir coulé la plus grosse partie de la flotte et avoir écrasé l’aviation britannique.

Ma note personnelle : 15/20

Seelöwe Nord – The Germans Are coming
Andy JOHNSON
Spiderwize
488 pages.

A noter le site de l’auteur où celui-ci présente son nouveau roman: “Thunder in May”.

http://www.seelowe-nord.co.uk/

2011 in review

Les lutins statisticiens chez WordPress.com ont préparé un rapport annuel 2011 pour ce blogue.

Voici un extrait:

Un métro New Yorkais contient 1 200 personnes. Ce blog a été visité environ 3 700 fois en 2011. Si c’était un métro New Yorkais, il faudrait à peu près 3 voyages pour transporter autant de personnes.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Published in: on 1 janvier 2012 at 11 h 26 min  Laisser un commentaire  
%d blogueurs aiment cette page :