Axis of Time trilogy – John Birmingham

  

Ceux qui avaient été déçus par la fin de « Nimitz retour vers l’enfer » ont une occasion de se rattraper dans cette série.

Une expérience militaire désastreuse ramène une flotte internationale de 2021 en 1942 et pas n’importe où: en plein milieu de la flotte américaine en route vers la bataille de Midway. Certains navires se retrouvent mêmes imbriqués l’un dans l’autre.

Parmi les membres de la flotte internationale déplacée dans le temps et parfois dans l’espace: des militaires, des journalistes et aussi le prince Harry d’Angleterre.

La série:

Axis of Time 1: Weapons of Choice
Axis of Time 2: Designated Targets
Axis of Time 3: Final Impact

Après une longue interruption, John BIrmingham s’est lancé dans la suite qui se déroule en 1955, Stalin’s Hammer a été sectionné en 3 parties:

Axis of Time 4.1: Stalin’s Hammer Rome
Axis of Time 4.2: Stalin’s Hammer Cairo
Axis of Time 4.1: Stalin’s Hammer Paris

 

 

 

 

Publicités

The URI to TrackBack this entry is: https://daidin.wordpress.com/2012/01/08/axis-of-time-trilogy-john-birmingham/trackback/

RSS feed for comments on this post.

23 commentairesLaisser un commentaire

  1. C’est une très chouette trilogie ! Outre le fait que l’auteur fait de nombreux clins d’oeil à divers auteurs, il a aussi décidé de ne pas se contenter d’un simple récit militaire. Autant dire que j’ai beaucoup apprécié…

    http://notesdeumene.wordpress.com/2011/03/21/john-birmingham-weapons-of-choice/

    http://notesdeumene.wordpress.com/2011/03/21/179/

    http://notesdeumene.wordpress.com/2011/03/21/john-birmingham-final-impact/

    • Effectivement les thématiques sociales, le racisme et le sexisme ne sont pas oubliées. J’ai bien aimé la scène où les officiers supérieurs britanniques découvrent qui est le commandant de ce qui est devenu leur bâtiment le plus puissant.

  2. Petite question posée en même temps sur le site d’Eumène.

    Les peuples allemands et japonais, en connaissant leurs futurs, montrant que même si la guerre est perdue, ces nations vont devenir des géants économiques et la population est relativement prospère ne protestent pas contre la continuation des hostilités ? La propagande Allié se ferait fort de montrer que leurs guerres d’agression ont été inutiles pour assurer le bonheur de leur nation.

    • Il y a quelques temps que j’ai lu ces bouquins mais si je me rappelle bien, les informations ne sont pas communiquées aux peuples mais gardées secrètes par les dictateurs de tous poils. Qui plus est, en lisant les récits de l’avenir, Hitler et Staline découvrent quels sont les généraux peu fiables et en profitent pour les éliminer (Von Stauffenberg et ses co-comploteurs notamment).

      Et puis c’est une question à double tranchant, leur prospérité, ils la doivent aussi au fait que les alliés les ont aidés à se reconstruire après la guerre. Donc qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, ils ne s’en sortiront pas trop mal, ce qui peu les inciter à poursuivre la guerre quoiqu’il en coûte.

      Mais il y a un autre problème tout aussi intéressant: en connaissant l’avenir, on sait dans quelles régions se situent les gisements de toutes sortes qui n’ont pas encore été découverts à l’époque. Cela est vrai pour d’autres domaines puisque l’un des personnages s’empresse d’aller faire signer un contrat au très jeune Elvis Presley.

  3. LoL 🙂 J’ai lu aussi sur le wiki que le pére Kennedy fait surveiller de près un certain Lee Harvey Oswald.tandis que les avocats s’entredéchirent pour savoir qui a les droits de production des futurs films d’Hollywood.

    N’empêche que faire connaitre aux Allemands, Japonais et Soviétiques tous les cadavres dans les placards qu’ont leurs dirigeants permettrait de jeter un froid..,

    Et rien sur une éventuelle traduction en français ?

    • Les possibilités sont quasi infinies: Inventions directement disponibles sans dépenser des milliars en frais de recherche, romans disponibles avant que l’auteur ne les écrive, catastrophes évitées… mais si les technologies pourront continuer à évoluer plus rapidement, l’Histoire elle sera vite modifiée et ne ressemblera très vite plus à la trame de départ.

      Comme les Allemands, Soviétiques et Japonais vivent dans des dictatures, leurs dirigeants n’auront qu’à dire qu’il s’agit de propagande.

      A ma connaissance, il n’est pas encore question de traduction en français.

  4. L’auteur, un australien pour une fois, à écrit aussi 2 romans sur un monde ou l’Amérique du Nord à subi un cataclysme d’origine inconnu en 2003, Without Warning et After America, le 3e, Angels of Vengeance, doit paraitre cette année. Ils sont sur votre liste de course ? 🙂

    • Je ne les ai pas encore lu, ils figurent plutôt sur ma « wish list » mais j’ai encore pas mal de retard dans mes lectures, donc cela ne presse pas.

  5. J’ai déjà lu les deux premiers tomes, ils sont moins bons à mon sens que Axis of Time, même s’ils restent intéressants. Un de leur défaut est, à mon sens, une vision peut-être un peu trop néo-con de la France… Mais j’acquérerais bien le troisième volume, ne serait-ce que pour voir où va l’auteur…

  6. Une flotte ultra moderne sans soutien technique, rechange ni les  »multiplicateurs de force » que sont les liaisons avec les systèmes de navigation, de météo et autres par satellite tiendrait elle longtemps dans un tel contexte – je me demande même si les turbines à gaz es navires modernes accepterait sans rechigner le mazout utilisé à l’époque ?

    Rappelons que pour l’opération Harmattan, la frégate anti aérienne Forbin n’a put tenir son poste qu’en prélevant des éléments électronique sur sa consœur, le Chevalier Paul, qui était en essais.

    • C’est l’un des challenges auxquels se trouve confronté la flotte internationale.

      Ils comprennent très vite qu’ils vont être obligés de procéder à un downgrading mais grâce à leurs bases de données, ils ne seront pas obligés de revenir à la technologie de 1941 pour tout. Ils pourront procéder à des amliorations des technologies de l’époque pour arriver à récupérer en quelques années l’écart technologique de 80 ans.

  7. Ces bouquins sont sur ma pile à lire (PAL) mais comme celle-ci tient plus d’une BAL (Bibliothèque à lire), je ne sais pas quand je vais m’y atteler… cela dit tous ces commentaires vont sans doute hâter le processus.

    • Un peu notre problème à tous je pense le côté BAL.

      Sinon pour les Birmingham, je les recommande effectivement, c’est une lecture très distrayante et l’auteur a quand même réussi à éviter d’en faire une formation qui détruirait tout grâce à leur technologie avancée. Cela aurait enlevé beaucoup d’intérèt au roman.

      • Les navires de combats des années 2000 tiendraient ils le coup dans un  »corps à corps » contre les navires de guerre de l’époque ? 😉

        Ce n’est pas le kevlar des Forbin qui arrêterait un obus de croiseur ou de cuirassé des années 1940. Les missiles antinavires qu’emportent nos navires sont en nombre limités, 8 au grand maximum pour les navires français – et 0 pendant les premières années de service du Daring (Type 45) anglais pour cause de restrictions budgétaires -, après on passe à un unique canon de 127, 100 ou 76 mm qui chatouillerait un Birmarsk….

        Je viens de voir le trailer du film  »Batteship » où l’on ressort un cuirassé de la naphtaline pour affronter les Aliens. Le scénario a l’air  »classique » mais les  »Big Guns » de l’Iowa sont bien plus impressionnants que l’armement moderne 🙂 :

        http://cinema.jeuxactu.com/news-cinema-battleship-bande-annonce-15603.htm

        • Je pense que tu oublies quelques paramètres dans ton équation pour un combat « corps à corps » Frederic: Repérage, portée de tir efficace, cadence de tir, précision, avantage technologique (obus plus performants et explosifs plus efficaces)… Je ne pense pas que les navires de 1940 feraient le poids, un canon de 120mm actuel est beaucoup plus performant qu’un canon de même calibre de l’époque. De même pour les missiles anti-navires qui sont destinés à combattre des navires modernes. Un seul suffirait sans doute à couler un croiseur ou à mettre hors de combat un cuirassé ou un porte-avion de l’époque. S’il suffisait de disposer des plus gros canons pour gagner, le Graf Von Spee aurait coulé ses adversaires.

          Qui plus est, dans le bouquin, la flotte internationale est quand même accompagnée du Porte-avion « Hilary Clinton » (comme quoi John Birmingham n’avait pas prévu l’élection d’Obama)qui, même s’il subit des dégats important pendant la transition, parvient quand même à débarquer quelques jets).

          L’Iowa du film est aussi sans doute la version modernisée, pas le navire de 1944.

          Un autre film où l’on peut voir un « Iowa » (je ne sais plus duquel des 4 il s’agit), c’est Piège en haute mer avec Steven Segal.

  8. Pour la cadence de tir OK mais un obus de 100 mm standard fait 24 kg et les obus de 76 mm oto melara ont été vraiment légers lors de tirs contre les véhicules du en Libye.

    Un missile antinavire ex soviétique qui fait dans les 2 tonnes est en effet spécifiquement conçu pour envoyer par le fond des navires de guerre mais les Harpoons US, Exocets français et autres missiles occidentaux sont eux destinés à immobiliser un navire. Le Sheffield coulé aux Malouines par un Exocet est resté a flots pendant toute une semaine.

    Les navires aujourd’hui n’ont quasiment aucun blindage.

    Le problème est surtout que les munitions à bord d’une frégate moderne sont limitées et durant la seconde guerre mondiale, les flottes en présences comportaient des centaines de navires. S’il y a plus d’adversaire que de missiles, on est mal…

    Concernant le film  »battleship », il semble que le cuirassé soit le USS Missouri (BB-63) qui est transformé comme ses 3 autres congénères en musée et stationne aujourd’hui à Pearl Harbor mais qui peut, théoriquement être remit en service si le besoin s’en fait sentir avec un second navire – après une longue préparation et surtout, formation d’un équipage de milliers d’hommes sur un navire  »antique »- . C’est ce navire qui est dans le film avec Seagal.

    • Désolé pour le délai de réponse mais j’étais assez occupé et j’ai fait quelques recherches dans les romans.

      Dans une des scènes, le sous-marin Havoc lance une salve de missiles de croisières, coulant deux porte-avions et 4 cuirassés dans la rade d’un port japonais.

      Je continue à croire qu’un croiseur ou un cuirassé de 1940 aurait le désavantage même face à un navire équipé de canon de 127mm de 2020. Le temps que le cuirassé arrive à portée efficace (s’il arrive seulement à cadrer son tir face à un navire aussi rapide), il aurait encaissé plusieurs dizaines d’obus qui l’auraient sans doute fortement endommagé au niveau de la passerelle ou des superstructures (télémétrie…), rendant ce navire beaucoup moins efficace.

      Enfin n’oublions pas qu’en dehors de la task force moderne, les flottes alliées de l’époque sont toujours existantes et vont de toutes façon faire pencher la balance du côté des alliés.

  9. Ne pas sous-estimer les résistances des navires de guerre. En 1988, pour envoyer par le fond une frégate iranienne construite au Royaume Uni entrée en service en 1972 et ne déplaçant que 1.100 t, il a fallu 3 missiles Harpoon, 2 bombes à guidage laser et 2 autres à sous-munitions :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Iranian_frigate_Sahand

    Les missiles actuels occidentaux sont faits pour mettre hors de combat les navires, pour les envoyer par le fond, rien ne vaut une torpille explosant sous la ligne de flottaison. Je retiens à préciser que ce que je reproche aux navires actuels européens, c’est leur manque de munitions antinavires, 8 coups, cela part vite en cas de bataille rangée.

    Et notons que pour économiser les coûts en France, on construit des « capital ships » comme les portes-hélicoptères Mistral aux normes civiles avec une autodéfense symbolique avec 4 missiles sol-air très courte portée et seulement des mitrailleuses de 12,7m.. Je sais qu’il ne sortent qu’escortés par des frégates mais là, cela en devient risible. Même pas de CIWS alors que cela fait plus de 30 ans que ces canons antimissiles sont en service.

    Pour l’attaque décrite dans le roman contre la flotte impériale nippone, ce sous-marin à du envoyer « toute la sauce »?

    Sinon, toujours pas d’écho d’éditeur francophone intéressé par la traduction de cet auteur ?

    Parler d’un livre que je n’ai pas lu me fait bizarre 🙂

    • Je remonte ce topic car un 4ème volume de cette série est parue en 2012. Il s’agit de « Stalin’s hammer : Rome » se passant en 1952. 182 pages, il semble bien plus court que les précédents.

      • Oui je l’ai sur ma liseuse, il fait partie de ma PAL. Je pense que je l’entamerai après le Glen Cook que je suis occupé à lire et dès que j’aurai fini ma critique de Dragon’s Fury (C’est fou comme on peut avoir plus de choses à dire sur les mauvais bouquins que sur les bons).

      • En, fait, je pense que le roman complet s’appellera seulement « Stalin’s hammer ». A la fin de cette partie, il est annoncé une suite: « Stalin’s hammer: Cairo. Rome est une longue introduction.

    • Dans « Kirov » , tu trouves un exemple parfait de ce que tu décris. Le croiseur de bataille russe lance 6 missiles de croisières contre le King Georges V et le Renown sans faire de gros dégâts parce que les missiles de croisières s’écrasent sur les parties les mieux protégées des 2 cuirassés. Il faudra que les marins russes reconfigurent l’angle d’attaque des missiles pour obtenir un meilleur résultat.

  10. […] une flotte alliée dans la série Axis of Time de John Birmingham et un navire allemand dans Wolf Hunt de Sebastian P. Breit, c’est au tour […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :