Une seconde après – William R. FORSTCHEN

 

Lorsque tous les appareils qui contiennent de l’électronique tombent en panne au même moment dans la petite ville de Black Mountain (Caroline du Nord), seul l’ancien colonel de l’armée américaine John Matherson identifie la cause du problème : une IEM (Impulsion Electro-Magnétique).

Les heures passent puis les jours et les semaines et les habitants de la petite ville doivent bien se rendre à l’évidence, le phénomène a du toucher une partie importante des Etats-Unis pour que les secours n’arrivent pas et il va falloir s’organiser localement en attendant d’hypothétique secours.

S’appuyant sur les structures politiques et sociales existantes (mairie, police, pompier), Black Mountain va tenter de surmonter la crise en affrontant les problèmes successifs (afflux de réfugiés en provenance de l’autoroute toute proche où la plupart des véhicules se sont retrouvés bloqués par les pannes de systèmes électroniques) mais aussi des grandes villes des environs  qui elles ne peuvent nourrir leurs populations, manque de ressources (nourriture et médicaments essentiellement) du à la cessation quasi-totale des transports.

La ville de Black Mountain pourra faire face grâce à l’analyse précoce du colonel Matherson et à deux où trois atouts, par exemple :

1°) La présence d’un collège où étudiaient de nombreux jeunes gens en âge de prendre les armes pour défendre leur ville d’adoption (forcée pour tous ceux qui s’y sont retrouvés bloqués) contre les bandes de pillards.

2°) La possibilité pour Black Mountain de pratiquer un chantage envers la ville voisine de Charlotte (un million d’habitants) : si vous nous envoyez des réfugiés, nous vous coupons votre alimentation en eau.

3°) La présence de quelques citoyens qui ont collectionnés les souvenirs et les livres sur la guerre de sécession, ce qui permettra de réutiliser quelques techniques de l’époque notamment pour l’utilisation des machines à vapeur.

La fin du roman nous apporte quelques éclaircissements sur la cause de l’IEM mais ne présage pas de l’avenir de la petite ville et du reste des Etats-Unis.

 

Dans l’ensemble, j’ai bien aimé ce bouquin. La partie romancée est peut-être un peu faible mais les conséquences à court, moyen et long terme me paraissent assez réalistes. On voit très bien dans le roman à quel point nous sommes devenus dépendants de l’électronique et les conséquences qu’une IEM aurait sur notre mode de vie. On assiste petit à petit à l’épuisement des ressources modernes et à l’adaptation à une vie plus rurale. On suit également la décadence de certains de ceux qui ne peuvent s’habituer à l’écroulement de leur mode de vie.

 

Ma note personnelle : 15/20

William R. FORSTCHEN
Une seconde après
Le livre de poche
478 pages.

Publicités
Published in: on 6 mars 2012 at 22 h 39 min  Comments (14)  
Tags: , , , , , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://daidin.wordpress.com/2012/03/06/une-seconde-apres-william-r-forstchen/trackback/

RSS feed for comments on this post.

14 commentairesLaisser un commentaire

  1. Je n’avait pas remarqué que les livres étaient plus cher en Belgique qu’en France. Quasiment 1,30 euro de différence, ce n’est pas rien.

    • Oui, il semble qu’il y ait encore une vieille loi qui rajoute une taxe sur les bouquins qui viennent de France, ceci dit les réductions ne sont pas limitées à 5% chez nous. La Fnac par exemple pratique des réductions de 10% sur les bouquins et 20% sur les BD (si on a la carte Fnac évidemment).

      • Cela a été expliqué dans Question à la Une, mercredi passé…

  2. et le marché unique alors ? je croyais qu’il n’y a avait plus de barrière douanière dans l’UE ?
    la carte FNAC est-elle internationale ?

    • Même pas, tu as besoin d’une carte française pour bénéficier des réductions en France et d’une carte Belge pour bénéficier des réductions en Belgique.

      • A part les cartes bancaires, je ne connais pas de carte de fidélité de magasins qui sont internationales. Et même en France, les cartes Carrefour ne sont pas prises par les supérettes de la filiale Carautoroutes.

  3. Il m’a l’air chouette ce livre : j’en prend note…

    • Dis moi quand tu passes à l’Office et je te le passerai Paul.

  4. Eh bien voilà je l’ai lu, et ce livre m’a bien secoué ! En fait je ne me rappelle pas d’un roman qui m’a autant interpellé, et pour cause : j’ai de plus en plus conscience de notre dépendance à la haute technologie, et cette histoire nous raconte ce qui pourrait arriver. Et le pire, c’est que l’IEM, ce n’est pas de la SF ! Alors forcément, en cours de lecture, on s’identifie aux personnages, et on se dit que ça pourrait bien nous arriver.
    De plus, Forstchen n’y va pas dans la dentelle : on est loin de l’ambiance un peu Walt Disney du Régiment Perdu, et des scènes cruelles proches de l’immoralité, il n’en manque pas !
    Voilà le genre de livre qui pourrait me servir de base dans mon blog, celui-ci ne traitant pas de science-fiction mais de notre avenir possible…

    • Je suis content que ce livre t’ai intéressé, tu verras que l’autre est tout aussi interpellant, le pétrole étant, à ce jour, tout aussi essentiel à notre société que l’électronique.

  5. Je viens de le finir (la chronique sera en ligne dans un ou deux mois) et j’ai bien aimé aussi. Je suis de l’avis d’ExtraPaul.
    Je me demande quand même ce que racontait Newt Gringrich dans l’introduction à l’édition originale qui a été retirée de l’édition française.

  6. […] de départ de cette mystérieuse vague d’énergie qui recouvre les E.U., nous place, comme dans « Une seconde après » de William R. Forstchen et dans « La théorie des dominos » d’Alex Scarrow, devant la fragilité de notre économie […]

  7. […] Un autre problème auquel l’auteur ne répond pas, c’est que l’on n’en sait toujours pas plus sur les personnes qui ont déclenché la catastrophe et sur les motifs de ceux qui l’ont déclenchée. Cela semble à la mode actuellement, un auteur nous parle des conséquences d’un événement mais nous laisse la cause et les motifs dans l’ombre, il suffit de voir, outre les présents romans d’Alex Scarrow, la série de John Birmingham ou le livre de W. Forsctchen […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :