1633 – Eric FLINT & David WEBER

Les citoyens de Grantville pensaient avoir fait le plus dur après avoir vaincu les espagnols et les troupes des Habsbourgs. Alliés au roi de Suède, Gustave Adolphe et forts de leur supériorité technologique, qui pourraient-ils craindre ?

Qui ? Si ce n’est l’infâme Cardinal de Richelieu. Car celui-ci, après avoir pensé que Grantville avait été envoyée par le Diable, est maintenant persuadé qu’il s’agit d’un message de Dieu ! Si Grantville a été renvoyée dans le passé, c’est pour permettre aux  citoyens du XVIIème siècle d’éviter les erreurs qu’ils ont fait dans la trame historique d’origine et notamment le renversement des monarchies de droit divin. Richelieu, comme d’autres personnages puissants européens ont réussi à se procurer des livres d’Histoire et à les étudier.

Alors que les habitants de Grantville essayent d’exporter les idéaux nés de la révolution américaine, ils devront naviguer prudemment dans les eaux troubles de la diplomatie européenne pour tenter de s’en sortir car leur avantage technologique ne durera que tant qu’ils seront capable de maintenir leurs machines en état. Ils sont dans l’incapacité de recréer la plupart des outils modernes.

Alors que pour Grantville, le défi est de déterminer à partir de quelle technologie, ils peuvent repartir avec les moyens à la disposition de ses habitants, pour les puissances européennes, le défi est de rattraper le plus rapidement possible l’écart technologique parce qu’alors, l’avantage démographique suffira  pour vaincre Grantville. Le cardinal a bien compris que même s’il ne parvenait pas à vaincre Grantville tout de suite, il lui fallait néanmoins mettre au plus vite la machine industrielle en route afin de ne pas se retrouver dans le peloton de queue des nations industrialisées.
C’est pourquoi, pendant qu’il met sur pied une nouvelle coalition contre Grantville, il prépare son pays à la révolution industrielle et l’armée française à la guerre moderne.

Lorsque la nouvelle attaque se déclenche, Grantville et Gustave Adolphe sauront faire face, (notamment grâce à la nouvelle flotte dirigée par l’amiral Simpson et aux deux avions à hélice faits de bric et de broc) mais cette victoire sera payée avec la chair et le sang des citoyens de Grantville.

J’attendais beaucoup de la collaboration entre Eric Flint et David Weber pour ce deuxième tome et je dois bien avouer que j’ai été un peu déçu. Si ce volume apporte son lot de nouveauté et permet d’approfondir l’Univers développé dans 1632, il apparaît cependant un peu trop comme une mise en place pour les volumes suivants, entamant plusieurs fils d’intrigues sans vraiment en terminer un. On reste un peu sur sa faim. Il faudra sans doute attendre 1634 Baltic War pour avoir une meilleure idée du déroulement des événements.

Sinon, l’édition Kindle était impeccable.

Pour le tome 1: 1632

Pour le tome 3: 1634 The Baltic War

Voir aussi l’anthologie Ring of Fire ou plusieurs auteurs connus et des fans ont développé des éléments de cet univers dans des nouvelles qui sont parfois le point de départ d’une série de romans liés à l’univers de 1632.

Et la page que j’ai consacré à cette série: 1632-Verse

Ma note personnelle : 15/20
1633 Eric Flint et David Weber
Edition Kindle

L’avis d’Eumène de Cardie: http://notesdeumene.wordpress.com/2011/01/07/eric-flint-et-david-weber-1633/

Publicités

Cal de Ter – L’intégrale Tome 1 – P.-J. HERAULT

  

Ce tome 1 de l’intégrale reprend les trois premiers romans de la série :

Le rescapé de la Terre

Lorsque Cal se réveille, il est à bord d’une capsule spatiale, son ami Giuse ayant profité de la confusion qui régnait sur Terre pour déposer le corps en hibernation de Cal à bord d’une fusée. Cal se souvient que son corps avait été mis en hibernation suite à une opération chirurgicale. Giuse lui a laissé un enregistrement où il explique à Cal ce qui s’est passé sur Terre pendant les derniers jours, comment la situation politique entre la Terre et Mars a dégénéré au point qu’un politicien terrien a décidé de lancer une attaque contre Mars et comment Mars a décidé de répliquer ce qui entrainera l’annihilation mutuelle et la destruction de l’espèce humaine.

La capsule spatiale dans laquelle Giuse a introduit son ami est une capsule destinée à envoyer des criminels en exil dans l’espace. Elle est sensée se poser sur une planète où les conditions propres à la vie humaine seraient réunies et redécoller dès que le passager aura débarqué et vidé le contenu de la capsule. Giuse a réussi à rajouter quelques caisses à la dotation normale d’un condamné.

Après quelques jours d’exploration, Cal rencontre un humanoïde amical, il découvre que cette planète est habité par plusieurs peuplades humaines dont celle qu’il vient de rencontrer, qu’il appelle : « Vahussi ».

Cal apprécie directement les Vahussis, un peuple fier et courageux. Bien sur, les mœurs des Vahussi sont assez différents, ils sont très individualistes et n’ont pas vraiment de structure sociale fixe, les Vahussis ne connaissent pas le mariage, ils vivent avec ceux avec qui ils s’entendent bien. Quand ils ne s’entendent plus, l’un des deux déménage.

Adopté par les Vahussis, Cal leur apprendra notamment le football afin de leur apprendre que former une équipe peut aussi avoir ses avantages, le tir à l’arc pour leur permettre de se défendre contre les peuples plus agressifs et la navigation à la voile pour leur permettre de commercer et de se déplacer plus facilement.

Cependant, Cal reste rongé par la destruction de la Terre. Il voudrait bien sauver les Vahussis de l’extinction. C’est alors qu’il découvre une base spatiale appartenant à une race éteinte, les Loys. Après avoir réussi à prendre le contrôle de l’ordinateur principal de la base, il se trouve désormais en mesure de réaliser son rêve.

Les loys possèdent, entre autres des techniques d’hibernation. En se mettant en hibernation, il pourra intervenir à des moments clés avant de se remettre en hibernation à nouveau.

Cal demande à l’ordinateur principal de la base de lancer la production de robots humanoïdes à l’image des Vahussis afin de l’aider dans la mission qu’il s’est assigné.

Les bâtisseurs du monde

L’ordinateur de la base Loys a réveillé Cal, les Vahussis sont en train d’être assimilés par une autre peuplade : les Porsages. Les Porsages se sont d’abord installés pacifiquement parmi les Loys, ils leur ont appris de nouvelles techniques et se sont petit à petit imposés. Ils ont non seulement imposé leurs techniques mais aussi et surtout leur religion. Tout le monde doit obéir à Frahal et ceux qui désobéissent sont sacrifiés à Frahal.

Cal parviendra, avec l’aide de ses robots à rendre leur liberté aux Vahussis. Il créera aussi l’ordre des « bâtisseurs de Monde », un ordre secret dont les membres doivent œuvrer au progrès des hommes.

La planète folle

Cal est à nouveau réveillé par l’ordinateur de la base. Trois vaisseaux robots Loys se dirigent vers la planète et d’après l’ordinateur, leur programmation devrait les amener à détruire la planète.

Cal parviendra à sauver la planète avec l’aide des robots qu’il avait fait construire.

Après cette première attaque, Cal devra carrément faire dévier une planète folle de sa route (route qui l’amène droit sur la planète Vaha) mais cette fois Cal pourra compter sur l’aide de son ami Giuse dont la capsule a fini par le rejoindre. Ensemble, ils affronteront les obstacles et les conséquences de l’approche de la planète folle sur le climat de Vaha.

Cette première trilogie de la série Cal de Terre a beaucoup vielli, sans doute assez typique des romans du fleuve noir à l’époque de leur parution, elle semble maintenant assez désuète (voyage spatiaux simplifiés notamment). Qualifié de « classique du Space Opera » par l’éditeur (sur la 4ème de couv.), il faut quand même signaler que 95% de l’action se déroule sur la planète Vaha.

A 10 euros pour 594 pages, on ne peut pas parler de vol mais si ces romans se laissent lire facilement, on a pu lire plus original depuis.

Si vous aimez l’action sur des planètes exotiques, je vous recommande plutôt les bouquins de Jack Vance et si vous désirez lire de meilleurs ouvrages de P.J. Herault, dirigez vous plutôt vers la série Millecrabe.

Ma note personnelle : 13/20
Cal de Ter – L’intégrale tome 1
Editions Bragelonne
594 pages

Published in: on 23 septembre 2012 at 19 h 11 min  Comments (1)  
Tags: , , , , , ,

Without Warning – John BIRMINGHAM

14 mars 2003, alors que la coalition s’apprête à attaquer l’Irak, une vague d’énergie frappe les Etats-Unis, et submerge la plus grande partie du territoire nord-américain (Quasi l’entièreté des Etats-Unis et du Canada et le Mexique jusqu’Acapulco) , désintégrant littéralement tous les humains, ne touchant ni les appareils électriques ou électroniques, ni les vêtements, tissus… Les avions en vol s’écrasent, les véhicules sans conducteurs se percutent… Au total plusieurs centaines de millions de morts.
Seuls subsistent : la base de Guantanamo à cuba, Hawaï, une partie de l’Etat de Washington (capitale Seattle, à ne pas confondre avec Washington D.C.) et de l’Alaska.

La vague d’énergie reste stabilisée sur les Etats-Unis, empêchant quiconque de pénétrer sur les territoires recouverts. Pendant ce temps, les Irakiens attaquent le Koweit. Lorsque la coalition intervient pour contrer l’attaque Irakienne, l’Iran en profite pour attaquer les Américains et leurs alliés, utilisant tous les moyens à sa disposition, y compris des Kamikaze sur Jet-skis !

Lorsqu’Israël réalise que son protecteur vient de subir un coup dévastateur, l’état hébreu décide de déclencher une attaque nucléaire préemptive en atomisant 38 cibles dont Damas, Téhéran, Bagdad, Le Caire, le barrage d’Assouan(avec les conséquences que l’on peut prévoir sur la vallée du Nil)…

Le chaos quasi généralisé s’installe. L’économie mondiale s’écroule, les villes américaines située dans la zone recouverte par la vague d’énergie sont en feu et il n’y a personne qui peut éteindre ces incendies. Dès lors, de gigantesques nuages de fumées se dispersent vers l’Europe, provoquant des pluies acides abondantes et empoisonnant par périodes l’air des régions touchées. La France est en proie à la guerre civile, la Grande-Bretagne est sous loi-martiale, des émeutes éclatent dans plusieurs provinces chinoises, l’Inde et le Pakistan entrent en guerre…

Nous suivons plusieurs personnages : une tueuse appartenant à un réseau d’espionnage anglo-saxon, se retrouvant soudain prise en chasse dans Paris par le service action de la DGSE, un reporter de guerre qui accompagnait les troupes américaines en Irak, un groupe de trafiquants dans le Pacifique, un général américain à Guantanamo et l’ingénieur en chef de la ville de Seattle…

Ce roman, si on accepte le postulat de départ de cette mystérieuse vague d’énergie qui recouvre les E.U., nous place, comme dans « Une seconde après » de William R. Forstchen et dans « La théorie des dominos » d’Alex Scarrow, devant la fragilité de notre économie face à une catastrophe. Lorsque la catastrophe arrive, notre société n’est pas prête à faire face et s’écroule comme château de cartes.

Si les romans de Forstchen et Scarrow sont plus réussis au niveau de l’ambiance de « fin du monde » et dans l’évocation des conséquences d’une catastrophe sur notre société moderne, j’ai toutefois préféré le roman de Birmingham essentiellement pour un meilleur équilibre entre les scènes où le lecteur est immergé au cœur de l’action et les informations concernant la situation globale.

A noter une très bonne édition Kindle mais où il manque apparemment, la carte de la zone affectée par la vague d’énergie.

Ma note personnelle : 17/20

Without Warning
John Birmingham
Edition Kindle

%d blogueurs aiment cette page :