Le Fantôme Mène l’Enquête – Robert BARR

Le fantome mene l'enquete

William Brenton a organisé une fête de Noël en invitant 24 amis à diner (ou souper pour les belges). Ne se sentant pas très bien, il monte s’allonger un peu, laissant son épouse s’occuper de leurs invités. Ne se sentant toujours pas mieux, William se couche. Il se réveille un peu plus tard et, se sentant mieux, va s’asseoir dans un fauteuil. C’est alors qu’il constate avec stupeur qu’il est également toujours couché dans son lit, avec un visage fort gris. Persuadé qu’il est en plein cauchemar, il essaie de se réveiller mais rien à faire. Les minutes puis les heures passent. Lorsque son épouse vient se coucher, dans le noir pour ne pas réveiller son mari, elle ne s’aperçoit de rien.

Ce n’est qu’en se réveillant au petit matin que Madame Brenton constate le décès de son mari. A ce moment une personne apparaît à William Brenton et lui explique qu’il est mort et qu’il ne peut dès lors plus entrer en contact avec les vivants. Il devrait essayer de s’habituer à son nouvel état et ne plus s’occuper des affaires des vivants, après tout s’il tient tant à son épouse, il la retrouvera lorsque celle-ci décèdera à son tour. William doit bien admettre l’évidence, il est désormais un fantôme et ses tentatives pour parler aux vivants ne sont pas concluantes.

Mais William ne peut se résoudre à rester à l’écart et encore moins lorsqu’il apprend que son décès n’avait rien de naturel mais qu’il a été empoisonné. Le premier fantôme qu’il a rencontré le met alors en contact avec un autre fantôme qui lui n’a pas renoncé à tenter de communiquer avec les vivants.

Le fantôme mène l’enquête est un petit chef d’œuvre d’humour satirique d’une étonnante modernité, on y voit des fantômes « à la Dickens » et on n’y aborde cependant en aucun cas le point de vue de la religion, pas de questions sur la paradis ou l’enfer. Les fantômes existent, et une fois le fait accepté, on se concentre sur les interactions possibles entre le monde des fantômes et le notre et sur les avantages du monde des fantômes (déplacement instantané, contact immédiat avec la personne à laquelle on pense).

Ce court roman de 1896 aurait aussi pu s’intituler les fantômes mènent l’enquête, vous comprendrez pourquoi en le lisant. C’est encore une fois une belle découverte que ce roman de Robert Barr (Éditeur important de son époque quand on voit les auteurs publiés dans la revue qu’il dirigea) et j’espère que la collection baskerville publiera d’autres ouvrages de cet éditeur et romancier. Je suis particulièrement curieux de découvrir son « In a Steamer Chair and Other Stories ».

A noter que la notice biographique de Jean-Daniel Brèque éclairera le lecteur sur le choix des « héros » de ce récit.

Ma note personnelle : 17/20
Le fantôme mène l’enquête
Robert BARR
Collection e-baskerville
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Ce court roman peut être acheté sur Amazon à l’adresse suivante: http://www.amazon.fr/Le-Fant%C3%B4me-M%C3%A8ne-lEnqu%C3%AAte-ebook/dp/B007E2YLOI/ref=sr_1_17?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1359205063&sr=1-17

On peut également acheter cette oeuvre au format epub à l’adresse suivante: http://www.moutons-electriques.fr/livre-212

ou sur le site de Kobobooks voire sur celui de la FNAC

Ce roman est la pièce principale en version « papier » de l’anthologie « Fantômes et assassin » : http://www.riviereblanche.com/fantomes.htm

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

 

Publicités

L’ennemi dans l’ombre – David WEBER

L'ennemi dans l'ombre_0001    L'ennemi dans l'ombre_0002

L'ennemi dans l'ombre T2_0001   L'ennemi dans l'ombre T2_0002

Dans « l’ennemi dans l’ombre », nous suivons l’amiral Henke depuis sa capture par les forces de la république de Havre. Après sa capture, l’amiral Henke fait partie d’un échange global de prisonniers à la condition expresse de ne pas reprendre les hostilités contre Havre.

Cet accord pourrait laisser Michelle Henke sur la touche mais on a besoin de ses talents dans l’amas de Talbot. L’annexion de l’amas a en effet été assez mouvementée, ce que nous avons vu dans le roman précédent « L’ombre de Saganami » mais l’intervention du commodore Terekhov a réussi à stopper les actions de Mesa grâce à la destruction de la flotte monicaine.

Mais Mesa ne s’avoue pas vaincue et prépare déjà de nouveaux troubles à côté desquels la crise neutralisée par Terekhov fait figure de problème mineur. Grâce à ses agents infiltrés au sein même de la flotte solarienne, Mesa parvient à rediriger des flottes solariennes entières vers l’amas de Talbot et les amiraux solariens entendent bien ne pas se laisser marcher sur les pieds par une bande de néobarbares comme les manticoriens.

Les amiraux solariens ne croient de toute façon pas que la flotte manticorienne dispose réellement de toutes les capacités technologiques qu’on lui prête. Après tout les solariens sont à la pointe de la technologie depuis si longtemps, qui pourrait les avoir rattrapés ?

Ce roman nous permet de découvrir un personnage jusqu’ici secondaire dans la série Honor Harrington : l’Amiral Michelle Henke, Contre-amiral de la Flotte de Manticore, Comtesse du Pic d’Or, cousine de la reine Elisabeth, cinquième dans la lignée de succession au trône…

Si ce tome contient bien tous les ingrédients qui ont fait le succès de la série et si on y apprend certains détails laissés jusqu’ici dans l’ombre, il m’a cependant paru nettement moins bon que les précédents et ce pour deux raisons :

D’abord et avant tout, comme l’histoire de ce roman est parallèle à ce qui se passe dans la série principale, on se voit rappeler un tas de choses que l’on savait déjà, même si on les réapprend sous un angle différent. Ensuite, si Weber est très à l’aise dans les déplacements et les combats spatiaux, les discussions politiques et stratégiques ne sont pas ce qu’il écrit de mieux et dans ce tome, on a en beaucoup (trop).

En résumé, un livre intéressant pour votre compréhension de l’univers de Honor Harrington mais qui ne vous laissera pas un souvenir impérissable

Ma note personnelle : 14/20
L’ennemi dans l’ombre
Editeur : L’Atalante (2 tomes soit environ 900 pages).

%d blogueurs aiment cette page :