Le formidable événement – Maurice LEBLANC

Le formidable événement_0001   Le formidable événement_0002

Depuis quelques temps, des navires disparaissent dans la Manche. S’agit-il d’attaques de pirates ou de monstres marins ? Non apparemment ces navires se retrouvent soulevés par des colonnes d’air sous pression. Après avoir été soulevés et démantibulés par la pression, ils retombent dans l’eau où ils coulent.

Simon Dubosc souhaite épouser Isabel, la fille de Lord Bakefield mais celui-ci refuse cette mésalliance et Isabel ne veut pas se marier sans le consentement de son père. Simon demande à Lord Bakefield de lui accorder la main de sa fille s’il parvient en 2O jours à devenir l’égal de Guillaume le Conquérant. Lord Bakefield accepte plus ou moins, peu convaincu que Simon puisse réussir ce genre d’exploit.

Alors que Simon a enlevé Isabel et retourne en France avec elle, leur navire est à son tour victime du phénomène mystérieux. Simon et Isabel parviennent à regagner les côtes françaises mais il y a de nombreuses victimes dans ce naufrage.

La nuit qui suit ce drame, de terribles tremblements de Terre secouent la côte française et survient le « formidable événement ». Un soulèvement de Terre entre la France et l’Angleterre qui relie soudain ces deux pays encore séparés la veille par la manche.

Simon sera le premier à s’engager sur ce qui au début n’est qu’une bande de terre mais qui s’agrandira encore suite à de nouvelles convulsions de l’écorce terrestre.

Que dire de ce roman ? Nous partons sur une uchronie qui pourrait se révéler passionnante et puis, l’auteur ne développe pas vraiment, nous restons sur notre faim. Après le point de départ qui nous laissait penser que nous nous engagions dans un roman de science-fiction (avec qui sait une attaque des navires par des extra-terrestres ?), nous partons plutôt sur un roman d’aventure.

Les réactions des personnages sont parfois étranges. Il est aussi un peu difficile de comprendre, à la lecture de cet ouvrage, le statut accordé à Simon suite à ces aventures. Cela semble parfois un peu démesuré par rapport à ce qu’il accomplit vraiment. Ces deux points sont peut-être dus à l’époque où cela a été écrit. Peut-être que les réactions des individus étaient normales en 1921..

Au final, une œuvre qui a vieilli et qui tient beaucoup plus du roman d’aventure. Nous nous retrouvons dans le même schéma que dans les romans d’ Edgard R. Burroughs où le héro part à la rescousse de la belle enlevée par les méchants.

Ma note personnelle : 12/20

Le formidable événement
Folio SF 441
260 pages

Publicités

Kane (l’intégrale Tome 1) – Karl Edward WAGNER

Kane_0001   Kane_0002

Kane est un barbare, un géant roux maniant une arme dans chaque main. Mais Kane n’est pas qu’un barbare. Rendu immortel par la malédiction d’un dieu, il est vieux de plusieurs siècles, ce qui lui a permis d’acquérir de nombreuses connaissances ésotériques ou littéraires. Il est également versé dans la connaissance des poisons. S’il ne peut mourir de vieillesse ou de maladie, il pourrait cependant être tué de manière violente mais Kane est un combattant d’exception.

Ayant à peu près tout vécu, Kane s’ennuie parmi les mortels.

Lorsque le premier des deux récits de ce recueil « la pierre de sang » commence, Kane fait partie d’une bande de brigands qui est sur le point de se répartir le butin de leur dernière attaque. Repérant une curieuse bague surmontée d’une pierre de sang, Kane la réclame comme sa part de butin. Il pense avoir reconnu un artefact qui lui permettrait d’après un ouvrage antique, de prendre le contrôle d’une ville quasi oubliée : Arellarti dans le marais de Kranor-Rill. S’ensuit une lutte courte et violente où Kane tue tous ceux qui veulent l’empêcher de s’emparer de la bague.

Kane a enfin trouvé un but car prendre le contrôle d’Arellarti lui permettrait de contrôler le monde. Enfin un défi qui mettrait fin à son ennui….

Dans le deuxième récit : « La croisade des ténèbres », Kane se trouve confronté à Ortède, un ancien brigand devenu prophète. Croyant d’abord se trouver confronté à un habile faussaire, Kane est bien vite obligé de se rendre à l’évidence, Ortède dispose bien de pouvoirs magiques. Il contrôle les ombres (ce qui lui permet de procéder à des assassinats à distance) et il semble immortel (Ayant pris une flèche en pleine poitrine, il guérit de la blessure en quelques secondes).

Kane, après avoir servi dans l’armée d’Ortède puis s’étant rebellé contre lui sera obligé de voyager entre les plans pour tenter de tuer le Dieu qui habite Ortède, car celui-ci est possédé par Sataki, un dieu maléfique qui entend bien revenir sur le monde des hommes pour y asseoir sa domination. Ortède doit préparer ce retour.

Ne vous y trompez pas. Kane n’est pas Conan, s’il peut se montrer sympathique avec certaines personnes, il n’hésitera cependant pas à les trahir si cela sert ses intérêts. Contrairement à Elric de Melnibonée, il ne peut pas non plus invoquer comme excuse d’être possédé par son épée démoniaque. Kane est mauvais. C’est sans doute aussi ce qui démarque ce roman de la plupart des romans de Fantasy classique. Nous ne suivons pas un héro voire même un anti-héro. Non, nous suivons quelqu’un qui ne vise que ses propres intérêts.

Dans le premier des deux textes, on pourrait distinguer les influences de Robert E. Howard (pour les combats) et d’Abraham Merritt (pour le côté civilisation disparue). Le deuxième pourrait être un mélange de Howard et de Moorcock voire de Zelazny. Le tout à la sauce de Karl Edward Wagner (une sauce au sang évidemment).

Somme toute un excellent divertissement.

Ma note personnelle : 16/20

Kane – L’intégrale tome 1
Folio SF
732 pages

Pour un autre avis, voyez la chronique d’Apophis

Published in: on 26 mars 2013 at 8 h 52 min  Comments (1)  
Tags: , , ,

Wolf Hunt (The burning Ages I) – Sebastian P. BREIT

Wolf Hunt

13 mars 2024, une flotte de l’Otan sous mandat des Nations Unies  doit être envoyée au large des côtes du Brésil pour tenter de mettre fin aux troubles qui agitent le pays. Cette intervention pourrait toutefois être mouvementée puisque les autres membres du BRIC (Brésil, Inde, Russie, Chine) ne sont pas favorables à cette intervention.

Alors que l’Europe, ruinée par les crises économiques a vu beaucoup d’instabilité (certains pays ayant été obligés d’instaurer la loi martiale, on apprend par exemple que la Belgique se réduit à peu près à Bruxelles). Nous suivons l’appareillage d’une partie de la flotte de l’Otan, formée de navires anglais, américains et allemands, qui doivent rejoindre le reste de la flotte qui regroupe déjà des navires français, italiens et espagnols.

Quelques heures après l’appareillage, la flottille anglo-américano-germanique, se retrouve prise dans une tempête électromagnétique extrêmement puissante et tous les membres des équipages finissent par perdre conscience.

Lorsqu’ils se réveillent les membres de la flottille sont complètement désorientés. A bord d’un des navires (celui qui était le plus proche du centre du phénomène), on dénombre de nombreux morts.  Les survivants constatent rapidement qu’ils n’ont plus aucun contact avec leurs bases. Pire même, la totalité des satellites de communication civils et militaires ont disparu.  Après avoir tout d’abord pensé à une attaque du BRIC, ils décident d’envoyer des avions en patrouille ? Ce que ceux-ci découvrent est encore plus bizarre, certaines infrastructures sur une île portugaise proche semblent avoir disparu mais pas suite à une attaque, elles semblent n’avoir jamais existé.

En faisant des recoupages et en réussissant à capter une radio sur une longueur d’onde qui n’est  plus utilisée en 2024, force  est de constater que la flottille a été transportée dans le temps et se retrouve en 1940, peu de temps avant la bataille d’Angleterre.

Après avoir absorbé le choc de cette découverte, l’officier le plus haut gradé, un américain décide que la flottille doit se rendre vers le port américain le plus proche pour se mettre au service des alliés et tenter d’abréger cette guerre. L’officier allemand le plus haut en grade ne l’entend cependant pas de cette oreille. L’option choisie par les américains raccourcirait certes la guerre mais elle entrainerait quand même la mort de millions d’allemands et la ruine de l’Allemagne. Son idée est plus radicale, localiser Hitler et lui lancer des missiles tomahawk afin de le liquider à distance. Cette option, si elle ne garantit pas la fin de la guerre, permettrait de faire remplacer le régime d’Hitler par des allemands qui dans la lignée historique ont œuvré en secret  à la défaite des nazis.

Lorsque les américains et les anglais constatent que les navires allemands refusent de les suivre, il s’ensuit une bataille navale courte mais lourde de conséquences. Tous les navires anglais et américains sont coulés alors que seuls deux navires allemands survivent.

Les allemands fournissent des canots de sauvetages aux rescapés anglo-américains pour leur permettre d’atteindre l’île portugaise détectée plus tôt avant de prendre eux le cap de la Norvège. Ils espèrent effectivement se cacher dans un Fjord norvégien avant de tenter de localiser Hitler pour lancer leurs missiles avec la plus grande précision possible.

Un premier roman qui n’est pas sans défaut, je pense par exemple au rôle des femmes dans ce récit ou au manque de remords des officiers et marins allemands après la bataille navale avec leurs contemporains.

J’ai cependant trouvé que le livre s’améliorait au fur et à mesure du récit et la fin du roman avec des combats entre troupes allemandes fidèles au régime et rebelles m’ a semblé particulièrement crédible.

 Ma note personnelle : 17/20
Wolf Hunt
Edition Kindle.

https://www.facebook.com/SPBreitAuthor

ou son site web: http://www.spbreit.com/p/about-me.html

Torche de la liberté – David WEBER & Eric FLINT

Torche de la liberté Tome 1_0001   Torche de la liberté Tome 1_0002

Torche de la liberté T2_0001   Torche de la liberté T2_0002

Dans Torche de la liberté, nous suivons les maîtres espions Victor Cachat (de la république de Havre) et Anton Zilwicki (pour Manticore) lors de leur infiltration sur la planète Mesa.

Ils y rencontreront deux  ressortissants mesans prêt à donner des informations pour peu qu’on leur fasse quitter Mesa.

L’un de ces ressortissants est un mathématicien mésan qui avait adopté une petite fille avec l’accord des autorités mésanes Cette petite fille était issue d’expérience génétique ayant pour but de créer des enfants surdoués dans le domaine des mathématiques. Le problème c’est que toutes les tentatives précédentes pour obtenir ces enfants surdoués ont échouée, les enfants développant une forme d’autisme après quelques années. Sa fille ayant dépassé l’âge habituel auquel les enfants développaient la maladie, Herlander Simoes pensait celle-ci à l’abri mais malheureusement cette dernière développe quand même la maladie. Lorsque les autorités mésanes décident de faire supprimer l’enfant, Herlander comprend que sa fille n’était qu’un sujet d’expérience pour les autorités scientifiques et politiques mésanes. Impuissant à empêcher la mise à mort, il en conserve une haine terrible envers le régime.

Jack MacBryde, officier de la sécurité de l’alignement mésan, était chargé de surveiller Simoes afin de veiller à ce que celui-ci continue à faire son travail essentiel aux projets militaires de l’alignement mésan malgré la mort de sa fille. Au contact de Simoes et de sa détresse toutefois, Jack a pris conscience de l’ampleur des crimes commis et encore à commettre par l’alignement mésan.

« Torche de la liberté » fait immédiatement suite à « la couronne des esclaves » nous y découvrons un peu plus de détails sur les plans machiavéliques des dirigeants de l’alignement mésan.

Les détails de la grande histoire commencent à se préciser, nous devinons que Mesa travaille à saper les bases de la ligue solarienne pour pouvoir profiter de la chute de celle-ci avec la destruction de l’empire de Manticore et de la république de Havre au passage. Rien que cela.

Cela explique en partie pourquoi les amiraux les plus stupides ou les plus compromis se retrouvent à la tête des flottes solariennes que Mésa envoie se faire massacrer les unes après les autres par la flotte manticorienne.

Encore un bon tome de la saga grâce à ses nouveaux éclairages et ses personnages sortant un peu du lot par rapport à la série principale.

Ma note personnelle : 16/20
Torche de la liberté
Editeur : L’atalante (2 tomes soit environ 750 pages).

Les aventures de Miss Cayley – Grant ALLEN

Les aventures de Miss Cayley

Miss Lois Cayley n’a peur  de rien. Sortant de l’école avec deux shillings en poche (l’argent de sa mère décédée a été dilapidé par son beau-père et celui–ci vient de décéder à son tour en ne lui laissant que des dettes), elle décide aussitôt de faire le tour du monde.

Et si Lois Cayley peut compter sur une chose, c’est sur sa bonne fée.  Alors qu’elle se promène dans un parc, elle entend une vieille femme acariâtre se plaindre à une amie du fait que sa gouvernante vient de la laisser tomber à la veille de son départ pour Schlagenbad.
Aussitôt, saisissant la balle au bond, Lois propose à Lady Georgina Fawley de l’accompagner en qualité de dame de compagnie. Un peu interloquée au début, la vielle dame apprécie néanmoins le caractère décidé de Lois et décide de l’emmener.

Pendant le voyage, Lois déjoue une tentative de vol des bijoux de Lady Georgina par Higginson, un ancien domestique du frère de Lady Georgina et gagne l’amitié de la vielle dame.

Repartant de Schlagenbad à vélo avec 5 livres sterling en poche, Lois rencontre un inventeur américain qui, la voyant pédaler avec vigueur, lui propose se présenter à une course cycliste avec la bicyclette révolutionnaire qu’il veut vendre sur le marché allemand. Lois gagne la course, se voit offrir la bicyclette en plus d’une partie du premier prix.

Ensuite, Lois part pour la suisse en tant que commissionnaire du marchand de bicyclettes et elle y vend ses bicyclettes. De là, elle se rend à Florence où elle fera des travaux de dactylographie puis en Egypte et en Inde en tant que Journaliste pour regagner l’Angleterre via le Canada.

Le fil conducteur de ces aventures tourne autour d’une histoire d’amour entre Lois et Harold Tillington un neveu de Lady Georgina. Alors qu’Harold demande sa main à Lois, celle-ci refuse parce qu’elle ne veut pas qu’on croie qu’elle épouse Harold pour sa fortune.  Harold est en effet l’un des deux neveux de Marmaduke, le frère de Lady Georgina et héritier présomptif de la fortune de celui-ci.
Higginson, le voleur démasqué par Lois tentera de faire perdre son héritage à Harold au profit de l’autre neveu mais Lois saura déjouer tous les pièges.

En lisant cet ouvrage, il ne faut pas perdre de vue qu’il a été écrit à la fin du XIXème  siècle. On appréciera mieux la modernité du ton, les positions avant-gardistes de l’auteur en ce qui concerne les droits des femmes ou ses positions contre le racisme (ce qui ne l’empêche pas d’être lucide sur ces princes hindous qui considèrent les paysans qui vivent sur leurs terres comme étant leur propriété).

Un grand moment de plaisir que ces aventures de Miss Cayley. S’il y a bien quelques coïncidences un peu trop fortuites (Higginson qui réapparaît justement en Suisse à l’endroit ou Lois a décidé de se rendre), on ne peut qu’apprécier la vie de cette « aventurière » comme elle se présente elle-même quitte à choquer la bonne société. Cette lecture vous fera passer un bon moment.

Ma note personnelle : 16/20
Les aventures de Miss Cayley (Miss Cayley’s Adventures) – Grant ALLEN
Collection Baskerville n°09
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Ce roman peut être acheté sur Amazon à l’adresse suivante: http://www.amazon.fr/Les-Aventures-Miss-Cayley-ebook/dp/B00AJQWNIM/ref=sr_1_26?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1363961173&sr=1-26

On peut également acheter cette œuvre au format epub à l’adresse suivante: http://www.moutons-electriques.fr/livre-234

ou sur Kobobooks ou sur le site de la Fnac

Ce roman peut aussi être commandé en version « papier » chez Rivière Blanche

Mise-à-jour du 05/05/2015: la collection Baskerville dispose maintenant de son propre Blog

La couronne des esclaves – David WEBER & Eric FLINT

La Couronne des esclaves-1_0001   La Couronne des esclaves-1_0002

La couronne des esclaves-2_0001   La couronne des esclaves-2_0002

Lorsque la reine  Elisabeth demande à Anton Zilwicki d’escorter sa Nièce en Erewhon, il est d’abord surpris. Pourquoi lui qui est plutôt un agent de terrain alors que la reine peut mettre sa nièce sous la protection d’une escorte du célèbre « Régiment de la reine », le régiment affecté à la protection de la famille royale. Si les services d’Anton sont requis, c’est que Ruth Winton a décidé de faire carrière dans le renseignement et quel meilleur professeur que le maître espion Anton Zilwicki.

La situation n’est pas simple pour Zilwicki mais elle va encore se compliquer parce qu’il y a sur Erewhon un groupe de fondamentalistes masadiens qui se souviennent très bien que la Ruth Winton est la fille d’une masadienne et qui ont fait le projet de l’enlever pour punir cette hérétique.

Tout cela ne serait rien si Victor Cachat, le meilleur espion de la république de Havre ne décidait de s’en mêler, profitant de la tentative d’enlèvement pour créer une révolution sur une planète colonisée par des entreprises mésanes qui y exploitent des milliers d’esclaves génétiques.

Ce roman de la série « L’univers d’Honor Harrington » m’a semblé nettement meilleur que « l’ennemi dans l’ombre ». Nous y suivons les événements qui ont abouti à la libération de la planète qui deviendra connue sous le nom de « Torche » et qui ont présidé au choix de Berry Zilwicki comme reine de Torche.

Les auteurs y développent quelques personnages esquissés dans la série principale. Ces personnages sont parmi les plus intéressants de la série à ce jour (comme Victor Cachat, Anton Zilwicki, les représentants du secteur de Maya ou les dirigeants d’Erewhon).

Même si ce tome est moins riche en combats spatiaux, il n’en est pas moins riche en action et nous permet de découvrir de nouveaux secteurs de la galaxie (comme le secteur de Maya) où il se passe beaucoup de choses qui auront certainement une influence dans la lutte entamée entre la Ligue Solarienne et l’empire stellaire de Manticore.

Ma note personnelle : 16/20
La couronne des esclaves
Editeur : L’atalante (2 tomes soit environ 700 pages).

%d blogueurs aiment cette page :