Du sel sous les paupières – Thomas DAY

Du sel sous les paupières_0001   Du sel sous les paupières_0002

Saint-Malo, 1922. La grande guerre a duré sept ans et une grande partie de l’Europe est recouverte par la brume de Guerre. Dans ce Saint-Malo de l’après-guerre, la vie est difficile, le travail est rare. Outre les problèmes de la vie sous la brume de guerre, il y a aussi les disparitions d’enfants. Ces nombreux enfants orphelins qui disparaissent sont-ils les victimes du mystérieux rémouleur que l’on entend dans le brouillard mais que personne n’a jamais vu ?

Outre le rémouleur, d’autres mystères pèsent sur la ville comme ce mystérieux bateau polonais qui s’est échoué à quelques distances de la ville ou cette usine gardée par les militaires.

Judicaël, âgé de 16 ans, vit à Saint-Malo. Son père officier étant décédé à la guerre, il vit avec son grand père sur la plage sous un bateau démâté et retourné.

Judicaël survit en vendant des journaux, il n’attend rien de la vie et surtout pas de tomber amoureux et voilà qu’il rencontre Mädchen, une petite vendeuse de fleurs en papier.

A peine rencontrée et voilà que la belle disparaît, enlevée comme tant d’autres enfants avant elle. Judicaël part à sa recherche et l’amour l’emmènera dans un voyage mouvementé…

Le mélange des genres n’est pas chose aisée. Thomas Day nous livre ici un roman à la croisée de l’Uchronie, du Steampunk et de la Fantasy très réussi. Nous y croisons de nombreux personnages historiques comme Marie Curie, Michael Collins ou Victor Hugo (littéralement transformé en Ogre, sans doute une des meilleures idées du roman) en suivant deux trames : l’Histoire de Judicaël et celle des combattants de l’IRA. Ces deux trames finissant par se rejoindre. Apparemment bourré de références à en croire d’autres blogueurs , moi j’ai en tout cru en déceler une dans l’histoire de l’überspion, créature créé par le docteur Lang (allusion au Métropolis de F. Lang ?) mais je suppose que chacun pourra en déceler en fonction de sa culture personnelle.

Nebal y voit un roman pour adolescent sans originalité mais il est bien seul dans sa critique et contrairement à lui, je n’apprécie pas le côté « trash » de la plupart des œuvres de Thomas Day. Pour moi, il s’agit ici du meilleur roman de l’auteur depuis la « Voie du sabre » (roman qui semble quand même trouver grâce aux yeux de Nebal).

Comme je l’avais déjà écrit sur le forum d’actu SF, quand Thomas Day laisse tomber le côté sexe et gore, il est capable de produire d’excellentes choses.

Ma note personnelle : 17/20

Du sel sous les paupières
Folio SF 421
288 pages

Noosfere présente l’avis de Bruno Para sur ce roman ainsi que d’autres avis: http://www.noosfere.org/icarus/livres/niourf.asp?numlivre=2146581824

Publicités
Published in: on 21 mai 2013 at 21 h 40 min  Laisser un commentaire  
Tags: , , , , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://daidin.wordpress.com/2013/05/21/du-sel-sous-les-paupieres-thomas-day/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :