Le mystère du Drake mécaniste – Lilith Saintcrow

Le mystère du drake_0001   Le mystère du drake_0002

Emma Bannon, Mage (Elle porte le titre de Prima qui est accordé aux plus puissants des mages) au service de Britannia est chargée de protéger Archibald Clare, l’un des derniers mentah (Le mentah est défini comme une sorte de machine logique humaine qui doit toujours avoir des problèmes à résoudre sous peine de sombrer dans l’ennui et la folie) non enregistré encore vivant (tous les mentahs officiels et la plupart des non-officiels ayant été assassinés). Britannia est un esprit souverain, il règne sur la grande Bretagne en s’incarnant dans un réceptacle. Le réceptacle actuel s’appelle Victrix.

En enquêtant sur le meurtre des mentahs, Emma et Archibald dénouent petit à petit les fils d’un complot contre Victrix. Ils découvrent peu à peu, en remontant les pistes des assassins, que sont impliqués des Mages, des politiciens, des mentahs et une puissance étrangère. Tous ont des motivations différentes mais  un but commun : éliminer Victrix.

Si ce récit paraissait prometteur de prime abord, il perd très vite de sa saveur. La quatrième de couverture nous promettait un hommage à « Sherlock Holmes » et à « Chapeau melon et bottes de cuir ». Nous en sommes loin, si Archibald Clare se livre à des déductions holmésiennes, il se garde bien de nous en faire part, se contentant de réflexions du genre : « très intéressant ». Après quelques pages le mentah se voit qualifié de génie ce qui ne devient évident que dans les dernières pages lorsqu’Archibald doit résoudre à vitesse accélérée des séries d’équations mathématiques complexes pour pouvoir conduire un robot géant.

Pour ce qui est de « Chapeau melon et bottes de cuir », le seul élément en commun serait qu’à partir d’un certain moment, Archibald et Emma mènent deux enquêtes parallèles afin de trouver les coupables (Emma ayant confié la sécurité d’Archibald à un spadassin de sa connaissance), sinon ils n’ont rien de Steed et Emma Peel(si ce n’est le prénom en ce qui concerne la Prima).

Le monde développé ici semblait intéressant. Bien entendu, ce n’est pas le premier roman mêlant Fantasy et Steampunk mais certaines créatures comme les chiens de suie sont assez originales et les aspects Steampunk auraient pu apporter beaucoup à l’ambiance du roman s’ils ne débarquaient aussi tard dans le roman.

En lisant ce bouquin, j’ai eu l’impression que l’auteur avait rassemblé un certain nombre d’idées (sans doute trop d’ailleurs) et qu’elle les avait intégré au fur et à mesure sans trop structurer tout cela, du coup la sauce ne prend pas.

Le ton n’arrange rien, on passe trop de temps à suivre les états d’âme des protagonistes alors qu’il est un peu dommage de ne pas profiter du monde créé. On n’apprend finalement à connaître un peu plus cet univers que dans les derniers chapitres.

Ma note personnelle : 13/20

Lilith Saintcrow – Le mystère du Drake mécaniste
Editions Le livre de poche
416 pages

 

 

Publicités

The URI to TrackBack this entry is: https://daidin.wordpress.com/2013/09/21/le-mystere-du-drake-mecaniste-lilith-saintcrow/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :