Arthamios – Luc VAN LERBERGHE

Arthamios

Lorsque le roman commence, Arthamios est en train de chuter dans les arbres puis ressent un choc et s’évanouit. Lorsqu’il se réveille, il ne se souvient plus que de son nom. Il ne sait pas ce qu’il fait dans cette forêt et comment il y a atterri. Blessé, il est dans l’incapacité de se déplacer. Heureusement, il est découvert par Rahauric un géant (Attention, rien à voir avec les géants de Tolkien. Ici les géants sont des créatures particulièrement souples et rapides d’environ 4 mètres de haut) qui pourchassait dans cette forêt un translopode,  une créature particulièrement dangereuse.

Rahauric passe plusieurs jours auprès d’Arthamios avant de l’emmener à Etang, la ville humaine la plus proche, espérant ramener Arthamios parmi les siens et y vendre la peau du translopode un bon prix mais les choses ne se déroulent pas comme Rahauric l’avait prévu. Alors que Rahauric pensait pouvoir vendre la peau du translopode pour une grosse somme, le gouverneur de la ville, par appât du gain ordonne son arrestation et celle d’Arthamios. S’ensuit une bagarre au cours de laquelle Rahauric est capturé alors qu’Arthamios parvient à se libérer en repoussant ses assaillants par une attaque magique réflexe.

Arthamios parvient à délivrer Rahauric et ils parviennent à s’enfuir, poursuivis par les soldats de l’Empire. Puisqu’Arthamios est un mage, Rahauric décide de l’emmener auprès d’Aqualis, un mage de ses amis qui devrait découvrir qui est Arthamios puisque tous les mages sont déclarés dès qu’ils commencent à manifester des aptitudes.

Pendant le voyage, Arthamios apprend que les mages de toutes les races se réunissent dans  une assemblée où ils présentent les nouveaux mages et prennent des décisions à l’échelle du monde. Un jour, « le fléau » une maladie terrible s’est répandue sur le monde, décimant des races entières jusqu’à la quasi extinction de certaines d’entre-elles. L’assemblée des mages, dirigée par Rachel était impuissante à enrayer l’avancée du fléau. C’est alors qu’un mage humain, Salarios, est apparu devant l’assemblée et a réclamé la direction de l’assemblée. En échange, il promettait l’éradication du fléau. Incrédule au départ, l’assemblée dut cependant se rendre à l’évidence lorsque Salarios parvint à maîtriser le fléau.Depuis lors, Salarios dirige l’assemblée et Rachel s’est retirée dans sa forteresse d’où elle ne sort que pour participer aux réunions de l’assemblée.

Lorsqu’Aqualis admet qu’il ne connaît pas Arthamios, celui-ci accepte de se rendre chez Rachel afin qu’elle essaye de débloquer sa mémoire. Arthamios, est poursuivi par les troupes de Salarios qui semble le craindre mais il ne reçoit pas un meilleur accueil chez Rachel qui le jette dans un cachot parce qu’elle craint qu’il ne puisse maîtriser la forme de Magie qu’il contrôle.

Arthamios devra louvoyer entre les deux camps pour trouver sa voie et récupérer sa mémoire.

J’ai rencontré Luc Van Lerberghe au salon-fantastique à Paris et je dois dire qu’il ne m’avait pas vraiment convaincu en me résumant son roman. Après tout, ce n’est pas la première fois que l’on rencontre un personnage amnésique poursuivi par des personnages puissants sans que l’amnésique et le lecteur ne sache pourquoi ou que l’on mélange la fantasy et la technologie. Du haut de mes 35 ans d’expérience de lecteur de romans de SF et de Fantasy, je me suis dit, un rien blasé « bof encore un roman de Fantasy de plus et sans grande originalité ». Qui plus est, j’étais déjà assez chargé avec les romans que j’avais déjà acheté pour ne pas céder à la tentation d’en acheter un de plus..

Mais c’est en discutant avec son éditeur que je me suis dit, après tout si cet éditeur débordant d’énergie et d’enthousiasme y croit suffisamment pour publier une série de cet auteur jusqu’ici inconnu, pourquoi ne pas essayer ?

Et donc, j’ai essayé. Si ce roman n’est sans doute pas le roman du siècle, il est cependant d’assez bonne tenue. L’auteur a réussi à  éviter dans le manichéisme. On n’a pas affaire  à un grand méchant combattu par les gentils comme dans les grandes œuvres fondatrices de J.R.R. Tolkien. Non, ici Arthamios n’est pas vraiment le bienvenu, il est considéré comme dangereux par Salarios mais aussi par des mages puissants de l’autre camp.

L’univers qu’a créé Luc Van Lerberghe est aussi assez original par lui-même, ses géants, ses Fourins, Fiaunes ou Bouctins sont originaux et crédibles. Seule petite critique que j’aurais a adresser à ce sujet, c’est que tant qu’à être original, pourquoi ne pas l’être à 100%. J’aurais évité d’appeler un peuple « elfiens » parce que là on se rapproche trop de Tolkien (ok les elfiens sont encore plus proches des arbres que les elfes de Tolkien mais j’aurais préféré un autre nom sans aucun rapport). On pourrait aussi se demander pourquoi, au milieu de toutes ces créatures originales, on trouve des ours, des chouettes, des chevaux ou des loups gris (mais on trouvera peut-être une explication dans les tomes suivants.

En résumé un roman sympathique dans un univers original et qui m’a en tout cas donné l’envie de lire la suite.

Arthamios
Editions Midgard
Version epub modifiée pour être lue sur Kindle
Ma note personnelle : 15/20

A noter qu’il existe un site web pour cette série: http://www.arthamios.fr/ et que vous pouvez aussi trouver des infos sur le blog des éditions Midgard : http://blog.editions-midgard.fr/

Publicités
Published in: on 5 décembre 2013 at 17 h 28 min  Comments (3)  
Tags: , , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://daidin.wordpress.com/2013/12/05/arthamios-luc-van-lerberghe/trackback/

RSS feed for comments on this post.

3 commentairesLaisser un commentaire

  1. La carte de ce monde imaginaire interactive du site est assez sympathique.

    On a 2 titres actuellement parus. L’auteur a t’il dit combien il pense en écrire au total ?

    • J’aurais du aller sur le site de l’éditeur – que je connais pas – : « Le héros de ce premier roman destiné à devenir une trilogie…  »

      L’histoire est elle correcte, vaut il le coup d’acheter les livres neufs ?

      • Pour moi oui, maintenant, il vaut toujours mieux commencer par le premier et décider par soi-même si on veut continuer ou pas.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :