Himmler’s War – ROBERT CONROY

Himmler's War

 

Peu de temps après le jour J, un B17 égaré repère une cible en Prusse orientale et décide de larguer ses bombes sur une série de cabanes isolées au milieu des arbres, l’équipage de cet avion est loin de se douter qu’il va d’éliminer le führer et son état-major. C’est sur le décès d’Hitler et ses conséquences que Robert Conroy a basé son dernier roman uchronique en date.

Après le décès d’Hitler, C’est Himmler comme le laissait prévoir le titre qui reprend les rênes du pouvoir. Après avoir éliminé ses rivaux les plus directs Goering et Martin Borman, il décide de laisser la direction des opérations militaires au Maréchal Von Runstedt. Celui-ci décide de rapatrier un maximum de troupes en Allemagne qu’elles viennent de Norvège, de Roumanie, de Yougoslavie ou des pays baltes. Les généraux allemands décident aussi de ne pas s’accrocher jusqu’à la mort sur le terrain mais d’organiser une retraite pied à pied.

Von Runstedt et Himmler parviennent également à négocier une trêve avec Staline et le front est se stabilise, permettant ainsi aux allemands de rapatrier le gros de leurs troupes vers le Rhin. Ils encouragent aussi le professeur Heisenberg à accélérer la production de la bombe atomique allemande en production.

Suite à la résistance renforcée des allemands, l’avance des alliés est freinée sur le front Ouest et les pertes sont lourdes. Les troupes allemandes se battent pied à pied sur des positions retranchées et se replient sur la position suivante dès que la pression alliée se fait plus forte.
Qui plus est, Staline a donné l’ordre aux communistes français de se soulever, ce qui entraîne un début de guerre civile entre les communistes et les troupes de De Gaulle.

Les russes ont déplacés une grande partie de leurs troupes sur le front asiatique et attaquent les Japonais afin de conquérir la Mandchourie.

Les allemands parviennent donc à retrancher un maximum de troupes derrière le Rhin qu’ils ont fortifié à tel point que la ligne Maginot paraîtrait un obstacle ridicule en comparaison.

Face à ce Westwall, les alliés amassent les troupes et le ravitaillement. L’assaut sera épique c’est certain.

Pendant ce temps, le professeur Heisenberg a fini ses travaux en hâte. Himmler charge Otto Skorzeny de convoyer le professeur et ses assistants avec la Bombe jusqu’à Moscou pour faire sauter celle-ci le plus près possible du Kremlin. Au printemps 45, quelques jours avant l’assaut américain sur la forteresse allemande, Skorzeny réussit sa mission et fait exploser la Bombe, tuant Staline, Beria et les principaux ministres de Staline.

Plus je lis de livres de Robert Conroy, plus les défauts deviennent apparent et s’aggravent à mon humble avis. On sent bien que l’auteur a une certaine considération pour la valeur des troupes et des généraux allemands et aussi des préjugés sur les français au point de décrire la saleté des villes et villages français où les gens urinent dans les rues par contraste avec les villes et villages allemands à la propreté méticuleuse. L’auteur ne semble pas plus apprécier les anglais qui, sous la direction de Monty et de Churchill ne font qu’accumuler les erreurs et sont fatigués de la guerre au point que seuls les américains semblent capables de vaincre les allemands. Car une fois encore, les américains grâce à leur intelligence et à leurs énormes capacités de production doivent s’ériger en garants de la civilisation face à la barbarie nazie.

Si l’on attend avec impatience l’assaut américain, celui-ci sera rapidement bâclé alors qu’il aurait dû présenter un chapitre majeur du livre. Apparemment, rien de ce qu’on fait les généraux allemands n’a altéré le cours de l’Histoire. Au contraire, l’auteur donne l’impression que malgré le fait de se battre sur un seul front, en ayant récupéré l’essentiel de leurs troupes et en ayant consacré les ME 262 uniquement à la chasse; les allemands s’écroulent encore plus vite que dans la réalité.

Comme à son habitude, l’auteur nous place aussi une histoire d’amour qui nous permet de rencontrer de nouveaux personnages mais qui n’apporte pas grand-chose au récit, contrairement à celle qui figurait dans North Reich.

Dans le même genre, on préférera Fox on the Rhine et Fox at the front : https://daidin.wordpress.com/tag/wwii/page/3/

Ma note personnelle : 12/20
Himmler’s War – Robert CONROY
Kindle Edition

Site web consacré à l’auteur: http://www.robertconroybooks.com/

Page wikipedia traduite en français et mise-à-jour par Frédéric Goudon: https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Conroy

Publicités

The URI to TrackBack this entry is: https://daidin.wordpress.com/2013/12/26/himmlers-war-robert-conroy/trackback/

RSS feed for comments on this post.

2 commentairesLaisser un commentaire

  1. Je signale une nouvelle uchronie d’un jeune auteur français nommé Jordan Proust (est ce son vrai nom ???) :

    Et si Hitler … ? Le Reich de 1000 ans.

    Éditions Decitre

    Il est écrit comme un livre d’Histoire décrivant un monde ou l’Allemagne a capturé l’armée britannique a Dunkerque. Ce point de divergence lui fait gagner la guerre. L’histoire se poursuit jusqu’à notre époque.

    Je l’ai commandé cette nuit, j’en dirait plus après lecture.

  2. […] Sur le thème d’un remplacement de Hitler par Himmler avant la fin de la seconde guerre mondiale: https://daidin.wordpress.com/2013/12/26/himmlers-war-robert-conroy/ […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :