Conscience – une enquête de Judith LEE par Richard MARSH

Judith Lee - Moutons

Judith Lee a trouvé un boulot, elle va accompagner en tant que babysitter une famille qui part faire le tour du monde, en attendant, elle passe quelques jours à Brighton où elle surprend un drôle de manège: Un individu se rapproche d’un asiatique et ce dernier lui glisse à l’oreille la description d’une femme et l’heure de son train, le premier individu s’en va et un autre se rapproche de l’asiatique quelques moments plus tard pour le même résultat.

Le lendemain, Judith découvre qu’une femme qui correspondait à la description est morte.

Quelques temps après, ayant repéré à nouveau l’asiatique, le même jeu se répète avec les mêmes conséquences, une autre femme est retrouvée morte.

Une nouvelle intéressante dans la mesure où elle pose la question de la conscience, de l’intervention ou non (après tout que pourrait dire Judith à la police avec aussi peu d’éléments et aucune preuve) ainsi que des conséquences de nos actes.

Ma note personnelle:16/20
Conscience in « les enquêtes de Judith lee » de Richard MARSH
Collection Baskerville
Edition Kindle

Disponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques ou en version papier chez Rivière Blanche.

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

When the chips are down – Jonathan CRESSWELL & Scott WASHBURN

Ring_of_Fire_(anthology)-cover

Quand il n’y a plus de Chips, il suffit d’en refaire! Facile sauf quand on se trouve plongé dans l’Allemagne du début du XVIIème siècle. Il faut déjà trouver des pommes de terres (qui sont appelées la racine du diable et ont la réputation d’être aphrodisiaque ce qui les rend peu populaires auprès des gens pieux mais surtout qui ne sont pas au goût de la population allemande) et de l’huile.

Quand Larry, Eddie et Jimmy décident de faire des chips pour tout Grantville, ils n’ont peut-être pas correctement évalué la quantité de chips nécessaire où le temps qui faudra pour en faire en quantité. Heureusement les membres du clan RichterGretchen et Gramma en tête sont là pour sauver le coup.

Une bonne nouvelle tout-à-fait dans l’esprit de la série.

Ma note personnelle: 16/20
When the chips are down in « Ring of Fire »
Edition Kindle

La femme de Jackson – Victor ROUSSEAU

Wendigo 1_0001   Wendigo11

 

Hale a quitté momentanément sa pension de famille de Washington Square pour se rendre à Paris, Rome et Florence notamment.

De son voyage en Europe, Hale a surtout retenu la Madone du peintre inconnu à Florence.

Lors de son retour quinze mois plus tard, il constate que rien n’a changé les pensionnaires sont toujours à leur poste tous sauf Jackson qui est mort. Ah oui, un détail en passant, avant de se suicider, Jackson s’était marié et qui plus est, à une femme qui ressemble aux yeux de Hale au portrait de la Madone du peintre inconnu…

Et puis les ragots commencent à se répandre: la femme de Jackson aurait un autel dans sa chambre, le prêtre qui lui rend visite si souvent serait plus qu’un confident pour elle.

Quand Hale devenu éperdument amoureux de la mystérieuse jeune femme s’en prend au prêtre, celui-ci le met en garde, il lui parle de cette légende d’une femme pour laquelle de nombreux hommes se seraient tués à travers les siècles.

Hale va-t’il succomber aux charmes de cette sulfureuse créature?

Vous le saurez en lisant cette nouvelle…

Une nouvelle fantastique qui vous mettra en contact avec le diable, les démons et les succubes…

Tremblez mortels!

Ma note personnelle: 16/20
La femme de Jackson de Victor Rousseau  in Wendigo 1

The Black Effect de Harvey BLACK

Black effect_

L’offensive débutée dans Red Effect se poursuit. Les soviétiques continuent leur percée. Si au début l’avance est conforme aux prévisions de l’État-major soviétique, les pertes commencent cependant à s’amonceler au fur et à mesure que les troupes de l’Otan se ressaisissent.  Bloquées par les troupes britanniques, les unités des 7ème  et 10ème  divisions soviétiques reçoivent la permission d’utiliser l’arme chimique.

L’utilisation des gaz de combat combinée à des assauts héliportés sur les arrières des premières lignes britanniques permettent enfin aux troupes soviétiques à percer le front et à envoyer le corps de bataille mobile à l’assaut des troupes britanniques qui viennent d’arriver d’Angleterre et qui ne sont pas encore complètement déployées.

Qui pourra effectuer ses mouvements stratégiques à temps? Vous le saurez sans doute dans le troisième tome de la série: « Blue Effect ».

Un deuxième tome beaucoup plus percutant que le premier, moins de répétitions également ce qui rend donc la lecture également beaucoup plus agréable. On peut cependant se poser la question de l’utilisation de l’arme chimique, est-il possible pour un camp d’utiliser l’arme chimique sans entraîner de réaction de l’autre camp?

Le point de vue principal reste fixé sur le front nord défendu par les britanniques  mais dans ce deuxième tome, nous avons aussi droit à un peu plus de nouvelles du front centre ainsi que des combats dans les airs ainsi que sur ou sous la mer. Nous n’avons cependant que peu de nouvelles des événements dans l’océan pacifique.

Aucun des deux camps n’a encore pu s’imposer dans les cieux ce qui explique que les soviétiques sont encore en mesure de débarquer des troupes héliportées sur les arrières de l’Otan où d’y effectuer des parachutages.

Ma note personnelle: 16/20
Black Effect de Harvey Black
Edition Kindle

1er tome: The Red Effect
3ème tome: The Blue Effect

Vous trouverez d’autres infos sur le site de l’auteur:  http://harveyblackauthor.org/

 

La disparition de Miss Macrecham – Richard MARSH

Ms Macrecham

Lorsque Hereward Waller fait venir son ami Durrant chez lui, Durrant le trouve fort agité. C’est que la logeuse d’Hereward a disparu enfin officiellement du moins. Alors que les recherches préliminaires de la police prouvent que Miss Macrecham n’a pas quitté la maison. Mieux même, elle a réceptionné un colis pour Monsieur Waller et ce colis était bien dans le salon d’Hereward quand la nièce de Miss Macrecham est venue s’enquérir de sa tante.

Hereward est très embêté, il sait très bien que Miss Macrecham n’a pas disparu puisqu’elle dort dans son armoire…

Une excellente incursion de Richard Marsh dans le fantastique. Encore une nouvelle qui vaut la peine d’être achetée.

Ma note personnelle: 17/20
La disparition de Miss Macrecham – Richard MARSH
Edition Kindle

Cette nouvelle est disponible sur Amazon ou au format epub chez les moutons électriques

Family Faith d’Anette M. PEDERSEN

Ring_of_Fire_(anthology)-cover

Johannes Grünwald était un Jésuite. Doué pour le dessin, il fut chargé par ses supérieurs d’illustrer les glorieux combats des catholiques contre les protestants pendant la guerre de 30 ans. Mais après avoir vu tous ces massacres, Johannes a perdu la foi. Apprenant que son neveu Martin est à l’article de la mort, il décide de partir à la recherche de Johann, le fils disparu de Martin, seul personne qui pourrait redonner le goût de la vie à ce dernier et il se fait que Johann aurait été emmené à Grantville avec d’autres enfants par une certaine Gretchen…

Une nouvelle qui ne semble pas apporter grand chose au cycle, elle enrichit celui-ci de quelques personnages de la famille Grünwald qui réapparaitront peut-être par la suite.

Ma note personnelle: 14/20
Family Faith d’Anette M. Pedersen in Ring of Fire
Edition Kindle

Indiscrétions à Interlaken – une enquête de Judith LEE par Richard MARSH

Judith Lee - Moutons

Judith Lee a maintenant 17 ans, alors que sa mère est malade, Monsieur et madame Travers, des voisins proposent de l’emmener avec eux en Suisse, à Interlaken.  Judith qui pensait déjà ne pas pouvoir partir en vacances, accompagne donc les Travers en Suisse. A l’hôtel, elle se lie d’amitié avec un frère et une sœur Mr et Miss Sterndale, âgés de 26 et 24 ans respectivement et qui semblent les plus amicaux envers elle jusqu’à ce qu’elle surprenne une conversation grâce à son don de lecture sur les lèvres… Alors que Judith pensait que les attentions de Mr Sterndale étaient liées à un sentiment d’attirance pour elle, il apparaît que les deux jeunes gens ont dissimilé un bijoux dans sa chambre…

Profitant de l’absence de Monsieur et Madame Travers partis pour une excursion d’alpinisme, les deux Sterndale volent les bijoux de tous les autres occupants de l’hôtel et dissimulent les bijoux les moins précieux dans la chambre de Judith. Comment cette dernière parviendra-t’elle à se justifier? C’est ce que vous découvrirez en lisant cette nouvelle…

A suivre…

Ma note personnelle: 17/20
Indiscrétions à Interlaken – in « les enquête de Judith LEE » par Richard MARSH
Kindle Edition

Disponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques ou en version papier chez Rivière Blanche.

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

The Red Effect de Harvey BLACK

Red effect

Lorsque les soviétiques comprennent en 1983 que l’écart technologique avec l’occident ne fait que croître et qu’ils sont en train de perdre la guerre  économique, ils décident de lancer une attaque contre l’Otan en 1984. Pour parvenir à leurs fins, ils décident de masquer leurs préparatifs sous couvert de manœuvres afin de surprendre l ‘Otan.

Les espions alliés détectent cependant des signes de l’attaque imminente: les manœuvres de 1984 sont les plus importantes jamais menées par le Pacte de Varsovie, elles engagent plus de troupes que jamais, comportent plus de zones d’exclusions (interdites aux observateurs de l’Otan) et celles-ci sont plus larges que jamais. De plus les observateurs et les agents occidentaux qui s’introduisent dans les zones interdites y constatent la présence de troupes qui n’ont pas été annoncées comme participant à la grande manœuvre.

C’est pourquoi les alliés commencent 5 jours avant l’attaque du Pacte de Varsovie à mobiliser chacun à son rythme et à déployer des troupes supplémentaires en Allemagne de l’Ouest, les britanniques en premier , les belges et hollandais en derniers .

Lorsque les soviétiques attaquent, on assiste à la confrontation entre les deux plans: les soviétiques doivent avancer le plus rapidement possible pour détruire les troupes alliées chargées de freiner leur percée et permettre au deuxième échelon soviétique de s’attaquer aux armées de l’Otan avant qu’elles ne soient totalement déployées tandis que les alliés tentent de freiner le premier échelon au maximum en perdant le moins de troupes possible.

Le point de vue adopté par l’auteur est celui des troupes britanniques, nous suivons donc les préparatifs du front Nord, celui sur lequel les soviétiques ont décidé de lancer leur meilleure armée, la  troisième armée de Choc. Les soviétiques espèrent parvenir à percer le front dans le Nord afin de couper en deux les troupes alliés et d’obtenir rapidement la capitulation d’une partie des troupes de l’Otan.

L’auteur de Red Effect et de ses suites a fait partie des troupes britanniques à Berlin qui étaient chargées de récolter un maximum de renseignements sur les déploiements et les mouvements des troupes soviétiques à Berlin-Est . Il développe donc cet aspect en long et en large dans ce premier tome puisque nous y suivons à plusieurs reprises une patrouille britannique en inspection dans Berlin-Est et ses tentatives pour obtenir des renseignements au né des gardes soviétiques tout en échappant à la surveillance des agents du KGB et de la Stasi. Nous assistons aussi à la mise en place des différents éléments de l’attaque soviétique et de la défense de l’Otan.

Il y a plusieurs problèmes à mon humble avis dans ce premier tome (il y a au moins deux suites dont une déjà parue: Black Effect): tout d’abord ce premier tome est une (trop) longue mise en place. Quant on évoque un sujet aussi vaste, il y a intérêt à ne pas rentrer dans trop de détails, même si ceux-ci font partie de votre expérience personnelle  (l’auteur a fait partie de ces agents de surveillance britannique à Berlin-Est et cette partie est biographique). Un des paragraphes nous raconte par exemple dans  le détail une tentative de franchissement du Mur de Berlin par un jeune couple d’allemands de l’Est et est beaucoup trop long.

Le découpage est aussi critiquable à mon avis, après avoir établi l situation pendant la plus grande partie du récit, l’auteur passe enfin à l’attaque soviétique qui ne commence donc que vers le dernier cinquième de ce tome.  A sa place, soit j’aurais fait intervenir l’attaque plus tôt, soit j’aurais gardé l’offensive pour le deuxième tome.

Enfin, il y a les répétitions: l’auteur se croit obligé de nous répéter les caractéristiques techniques de tel équipement ou les blagues que font les  commandants de tanks lorsqu’ils se retrouvent avec un officier d’infanterie parmi eux ou le fait qu’une unité est une unité d’élite. On a parfois l’impression que ce roman a été écrit en feuilleton et que l’auteur a peur que ses lecteurs n’aient oublié cet élément d’information entretemps.

Enfin, l’aspect aérien semble un peu délaissé, tout ce qu’on apprend, c’est qu’il y a un duel pour la suprématie aérienne et que ce duel est équilibré ce qui permet aux soviétiques d’amener des brigades entières de troupes aéroportées (soit par parachutage, soit par hélicoptères) sur les arrières des troupes britanniques sans rencontrer trop de problèmes.

Ma note personnelle: 14/20
Red Effect de Harvey Black
Edition Kindle

2ème tome: The Black Effect
3ème tome: The Blue Effect

Vous trouverez d’autres infos sur le site de l’auteur:  http://harveyblackauthor.org/

L’homme qui coupa mes cheveux – une enquête de Judith LEE par Richard MARSH

Judith Lee - Moutons

La carrière de détective Judith Lee a commencé alors qu’elle n’avait pas encore 13 ans. Cette première nouvelle nous raconte comment Judith, rentrant en train d’une visite chez des amies, surprend une conversation entre deux individus. Ces deux hommes chuchotaient à voix basse mais Judith a le don de lire sur les lèvres et lorsqu’elle découvre que la conversation tourne autour de la valeur d’objets appartenant à un de ses voisins, elle ne peut s’empêcher de suivre les mystérieux personnages. Sa curiosité lui coutera ses longs cheveux mais lui apportera sa première en quête.

Une bonne entrée en matière pour ce personnage de détective féminin, le style de Richard Marsh est toujours excellent, l’intrigue est correcte pour une nouvelle aussi courte et le récit tient la route.

Ma note personnelle: 16/20
L’homme qui coupa mes cheveux – in « les enquête de Judith LEE » par Richard MARSH
Kindle Edition

Disponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques ou en version papier chez Rivière Blanche.

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

Into The Black (Odyssey One) – Evan CURRIE

Into the Black

Into the Black raconte le premier voyage du vaisseau Odyssey vers les étoiles. Ce vaisseau dirigé par le capitaine Weston est le premier vaisseau doté d’une technologie révolutionnaire, le vaisseau est propulsé par un moteur à transition qui lui permet de « sauter » vers une étoile quasiment instantanément, n’étant limité que par la dépense énergétique. En fait le vaisseau est bombardé de tachyons qui le projettent à une distance voulue. C’est un vaisseau d’exploration mais doté d’armement et emmenant une unité de chasseurs ainsi qu’un contingent de marines.

Dès son premier saut, l’Odyssey repère un signal tachyon multidirectionnel (ce qui apparaît à l’équipage comme impossible puisque la dépense énergétique d’un signal dirigé de la puissance repérée est déjà énorme et qu’ici il s’agit d’un signal multidirectionnel).

Ayant repéré la source du signal, l’Odyssey se rend sur place et découvre les traces d’un combat relativement récent où une flotte a été décimée. Parmi les débris, l’équipage de l’Odyssey retrouve une capsule de survie avec une survivante humaine à bord. Le mystère est d’autant plus grand lorsqu’on découvre que la structure ADN de la rescapée correspond à 100% à celle des terriens.

Parmi les nombreux scientifiques qui font partie de l’équipage de l’Odyssey, figure un génie de la linguistique, celui-ci parvient à déchiffrer le langage utilisé par la survivante, Milla Chans et à établir la communication avec elle.

Le capitaine Weston apprend de Milla que la flotte humaine a été décimée par les Drasins, une espèce qui ne fait pas de quartier. Vaincus dans le passé, les Drasins (une espèce insectoïde qui ne semble pas communiquer, se contentant d’attaquer les vaisseaux et les planètes des autres races) sont revenus après plusieurs siècles et ils semblent bien décidés à reprendre le combat et à le mener jusqu’à son terme logique : l’anéantissement des humains. Le peuple de Milla, après ce long intervalle pacifique n’était pas préparé, ayant abandonné la violence depuis longtemps, ils ont du récupérer les plans de vaisseaux de combats dans les ordinateurs et construire de nouveaux vaisseaux sur base de ces plans.

Milla est devant un dilemme : qui sont ces humains qui l’ont sauvée. Elle-même appartient à un des cinq mondes intérieurs, elle se rend vite compte qu’elle n’a pas été secourue par un vaisseau d’un des cinq mondes principaux ou d’une des colonies. Alors qui sont ces humains et d’où viennent-ils ? Feraient-ils partie des autres ? Ceux qui ont brisé leur parole ? Que peut-elle leur dire ? Milla est reconnaissante de son sauvetage, bien sur mais peut-elle conduire ces humains vers l’un des mondes principaux.

Le sort en décidera pour elle. Milla demande au capitaine Weston de la raccompagner sur un des mondes colonies et elle découvre en même temps que le capitaine Weston et l’équipage de l’Odyssée que ce monde a déjà été attaqué. Sur les écrans de l’Odyssey, on peut voir les Drasins en train de démonter les immeubles d’une ville et d’emmener les morceaux sous terre, sans doute pour renforcer une colonie qu’ils sont en train d’installer. Les seuls survivants que l’Odyssée découvrira sont quelques centaines d’habitants réfugiés dans un abri souterrain.

Le capitaine Weston n’est pas mieux placé que Milla, il se rend compte que la technologie du moteur de transition semble être inconnue du peuple de Milla de même que les terriens disposent de meilleurs softwares,  mais dans bien d’autres domaines, ils sont en avance : médecine, champs de force, accès dimensionnel, vitesse de fonctionnement des ordinateurs… Jusqu’à quel point Weston peut-il se fier au peuple de Milla ? Peut-il les conduire à la Terre ? Décidé à rester neutre dans le conflit entre les Drasins et leurs ennemis, il se décidé cependant à intervenir lorsqu’il se rend compte que le monde originaire de Milla risque d’être complètement anéanti.

Si on peut faire abstraction de l’incroyable coïncidence qui fait survenir le vaisseau odyssey au bon moment pour sauver d’abord Milla puis quelques centaines de survivants d’une des colonies et enfin l’un des mondes intérieurs, on se trouve devant un roman honnête. Bien sur, l’attaque par des insectes incapables ou non désireux de communiquer n’est pas nouvelle, on a déjà vu cela et sans doute bien mieux développé dans Starship Troopers de Robert HEINLEIN ou les tomes 3 et 4 de la série Starfire de Steve WHITE  et David WEBER mais ce roman a ses qualités propres.

Ce que j’ai bien aimé par exemple c’est que même si l’on semble se trouver devant deux branches d’évolution parallèle, chacune des deux branches a fait des découvertes spécifiques, on ne se trouve pas devant une super race et une race sous développée, chacun a quelque chose à apporter à l’autre et on sent bien que ce sera le cas dans les romans suivants.

Il y aussi une réflexion du Capitaine Weston qui semble laisser penser que les Drasins sont des créatures fabriquées pour détruire les humains et l’on peut donc penser qu’à un moment nous aurons la révélation d’une autre race qui changera peut-être d’outils pour atteindre son objectif.

Par contre, au niveau des défauts, je veux bien admettre que l’on puisse traduire des mots simples, comme père, mère, soleil… mais ce qui me paraît beaucoup plus douteux, c’est que l’on puisse traduire des éléments chimiques complexes, ce qui est le cas ici. Vu l’évolution différente, il faudrait vraiment que les deux côtés analysent ensemble un objet pour s’apercevoir qu’il s’agit de la même chose.

Un autre défaut, commun à nombre d’auteurs américains, c’est l’americanocentrisme. La terre a connu une troisième guerre mondiale qui a opposé La Chine, l’Inde et la Russie d’un côté à l’Amérique du Nord (Canada, USA et Mexique) et semble t’il le Japon. Du reste du Monde, il n’est pas question, ce qui fait que l’équipage du vaisseau est constitué quasiment exclusivement d’Américains (à l’exception d’un soldat canadien).

Dans l’ensemble un bon roman mais pas indispensable.

Ma note personnelle : 14/20
Into the Black – Evan Currie
Edition Kindle

%d blogueurs aiment cette page :