Dominium Mundi – FRANCOIS BARANGER

Dominum Mundi_0002   Dominum Mundi_0001

Imaginez un vaisseau spatial emmenant un million de croisés libérer le tombeau du Christ sur une planète d’Alpha du Centaure! Fou? Non pas entièrement. En cette année 2202, les nations les plus puissantes de la terre sont situées en Europe, ce sont les survivantes de la guerre de 2061 qui a ravagé les nations Asiatiques et Américaines.

Les nations européennes sont revenues à l’âge féodal pour ce qui est de la structure politique, il y a de nouveaux des frontières entre les territoires des nobles, des droits de passage qui rendent certaines voies terrestres ou maritimes particulièrement rentables et qui les transforment en zones de conflits entre seigneurs. Les nobles sont soumis à leurs rois qui eux-mêmes répondent au Pape. Ce dernier a en effet créé l’Empire Chrétien Moderne et dispose de plus de pouvoirs dans le roman qu’aucun Pape n’en a jamais eu. Le Pontificat du Dominium Mundi a été restauré.

Au niveau sociétal, si les nobles sont au sommet de la pyramide, les soldats suivent de près puis on trouve des bourgeois et enfin de simples citoyens qui sont à peine mieux traités que des serfs.
Les réseaux de divertissement mondiaux ont disparu dans la grande conflagration.

Pour ce qui est de la technologie, elle a continué à évoluer et les ordinateurs sont encore plus puissants qu’avants. On note, outre l’utilisation d’armes d’infanterie sophistiquées, l’usage de sortes de « mechs » ou robots de combats dont certains sont pilotés par des femmes (notamment une unité d’Amazones).

Et puis l’homme s’est lancé dans l’espace. Une première expédition envoyée sur Alpha Centauri y a rencontré une population indigène, les Atamides (dont le lecteur sait volontairement peu de choses) et a établi une base avant de découvrir une curieuse église à l’intérieur de laquelle il y avait un tombeau et dans ce tombeau, le corps d’un être humain dont la tête était ceinte d’une couronne d’épines. Les analystes sont formels, d’après eux, il ne peut s’agir que du tombeau du Christ.

Lorsque l’équipe de la première expédition décide de revendiquer le tombeau, la population indigène refuse et massacre les humains.

Fureur et indignation dans toute la chrétienté, une croisade est décidée et le vaisseau Saint-Thomas qui devait transporter un contingent de colons est transformé en un transport de troupes qui portera le nom beaucoup plus militaire de Saint-Michel.

Pour diriger cette expédition, le Pape a désigné non pas l’un de ses cardinaux mais un prophète, Pierre qui avait déjà essayé d’emmener une armée de fidèle à la reconquête du tombeau du Christ à Jérusalem.

Pierre dirige le Conseil Croisé composé de tous les chefs de l’expédition : Hugues de Vermandois (frère du roi de France et commandant du vaisseau), Robert de Montgommery (Duc de Normandie), Bohémond de Tarente( Prince Normand de Sicile et oncle de Tancrède de Tarente), Godefroid de Bouillon(Duc de Basse Lotharingie) , Adhémar de Monteil (Evêque et représentant du Pape) et Raymond de Saint-Gilles(Comte de Toulouse).

Dans le roman, nous suivons Tancrède de Tarente, un guerrier de niveau 4 ou méta-guerrier, le niveau le plus élevé dans cette caste. Tancrède est lieutenant, il est en charge d’une compagnie de 80 hommes comme il y en a tant d’autres à bord du Saint-Michel. Il gagne vite l’admiration de ses hommes par la façon de les commander et par les victoires que la compagnie remporte dans les exercices contre les autres compagnies. Mais Tancrède a des doutes, il doute depuis la campagne de ;…lorsque ses supérieurs de l’époque lui ont fait porter le poids de leurs erreurs et de la mort des hommes qui étaient sous ses ordres.

Pour occuper les militaires, on a prévu des entraînements pendant toute la partie du voyage où ils resteront conscients (La totalité de l’équipage et des passagers devant passer la plus grande partie du voyage endormis pour résister à l’accélération.

Il se passe cependant beaucoup de choses à bord de ce vaisseau qui devrait évoluer en suivant une routine martiale. Ce n’est pas comme on pourrait le croire de prime abord, un vaisseau rempli uniquement de fanatiques prêts à exterminer les indigènes d’Alpha Centauri.

D’abord, il y a les inermes, ces engagés de force dont le statut est le plus bas à l’intérieur du vaisseau (méprisés et parfois battus par les soldats parce que ce ne sont pas des engagés volontaires, ils n’en sont pas moins indispensables au bon fonctionnement du vaisseau parce qu’ils sont souvent très qualifiés) ont créé un journal clandestin dans lequel ils fournissent beaucoup d’informations secrètes et cela sous le nez de l’inquisition.

Ensuite il y a les nobles qui semblent se livrer à une lutte pour la suprématie afin de renforcer leur position les uns par rapport aux autres avec une lutte entre les modérés et les ultras

Et puis, il y a l’église. Pierre, le chef de la croisade est un prophète, il n’est donc pas issu de la hiérarchie officielle de l’église. S’il semble obéir aux ordres du Pape Urbain IX, sa foi l’amène cependant parfois à s’opposer à remettre certaines décisions papales en cause. Il en vient parfois aussi à s’opposer à certains nobles et pas uniquement aux modérés.

Il y a encore les templiers, cet ordre qui a été recréé est présent à bord. Il ne s’agit que d’une représentation de 7 frères mais il faut compter avec leur poids politique, militaire et économique.

Tout ceci sans compter avec la Legio Sancta qui obéit aux ordres de Robert de Montgommery (aussi connu sous le nom de Robert le diable) et qui s’octroie des pouvoirs d’inquisition, notamment pour terroriser les Inermes.

Enfin il y a ce mystérieux foudroyeur qui assassine impunément des passagers du Saint-Michel. Qui l’a envoyé et quels sont ses buts?

Si on parvient à accepter ce contexte de renaissance chrétienne qui semble au premier abord assez peu probable (mais bon pourquoi ne pas imaginer que la survie à l’holocauste nucléaire et pu entraîner une renaissance de la foi?), si on peut passer à côté des questions qui fâchent ( comment construire un vaisseau aussi colossal et surtout, comment le financer par exemple ou comment peut-on mettre tout l’équipage en sommeil pendant des mois alors que dans la première partie du récit, la participation de l’équipage au bon entretien du vaisseau est présentée comme indispensable?), on se retrouve avec un récit assez plaisant.

Une histoire complexe, des héros faillibles et humains, de nombreux rebondissements (et encore des fils à démêler dans les tomes suivants) font de cette croisade, une des bonnes surprises du Space Opéra français de ces dernières années.

A noter que la plupart des noms utilisés dans ce roman sont des noms de personnes ayant participé à la 1ère croisade au XIème siècle de notre ère .

 Ma note personnelle : 16/20
Dominium Mundi – François BARANGER
Editions Critic
603 pages

A noter, l’interview de l’auteur sur le site actu-SF: http://www.actusf.com/spip/Interview-Francois-Baranger.html

Publicités

The URI to TrackBack this entry is: https://daidin.wordpress.com/2014/04/23/dominium-mundi-francois-baranger/trackback/

RSS feed for comments on this post.

3 commentairesLaisser un commentaire

  1. Le 2e tome est paru tout récemment et il semble qu’il soit le dernier. Le scénario me démarrer sur une base bizarre.

    Quid alors de Jérusalem ?

    • Apparemment Jérusalem se trouve en zone irradiée, mais si tu poses la question du tombeau du Christ, toute l’histoire apparaît assez floue dans le roman. Les images que le Vatican a fournit semblent très floues et brouillées comme celles du massacres des terriens. De plus, il y a échange de communications entre le vaisseau et la planète vers laquelle il se dirige. Alors avec qui communiquent les dirigeants du vaisseau si toute la première expédition a été massacrée?

      On sent qu’il y a pas mal de surprises qui attendent les croisés.

      Les aurait-on trompés à l’insu de leur plein gré?

      • Bon, avant de chercher ces romans, faut que je termine le stock que je vous ai pris 🙂

        Mais franchement, même après une guerre nucléaire, que l’on fanatise du monde pour aller dans les étoiles chercher le tombeau d’un Christ qui dans la bible n’a jamais parlé d’ET, c’est un peu gros 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :