The Hound of the d’Urbervilles – Kim NEWMAN

The Hound of the d'Urbervilles

Je ne vais pas essayer de résumer les nouvelles qui forment ce recueil. D’abord parce qu’elles sont riches en événements ce qui rend l’exercice du résumé particulièrement périlleux et ensuite parce que leur récit par le colonel Moran est assez particulier.

Holmes avait Watson, Moriarty, le « Napoléon du crime » a Sebastian Moran dit le Colonel Moran et tout comme Watson a raconté les aventures de Holmes, le colonel Moran raconte les exploits de Moriarty.

Kim Newman a pris le parti de raconter les aventures d’un anti-holmes, au point qu’à un moment Moriarty se fait appeler consultant en crime. Et tant qu’à inverser les codes, autant faire raconter l’histoire par un débauché, coureur de jupon, joueur et assassin sans scrupules. Le seul point positif que l’on pourrait trouver au Colonel Moran (en dehors du fait que c’est un tireur d’élite), c’est son courage, encore qu’il ne s’agisse pas vraiment de courage mais plutôt d’une addiction au danger.

Moriarty vu à travers les récits du Colonel, perd beaucoup de sa superbe et de son caractère impitoyable, il apparaît même parfois ridicule.Selon le Colonel Moran, certains des plans de Moriarty réussissent par hasard et Moriarty s’attribue toute la gloire d’un plan savamment appliqué. ceci dit, Moriarty est très dangereux et impitoyable, il n’hésite pas à sacrifier ses hommes si cela lui permet d’accomplir ses buts et Moran ne se fait aucune illusion quant à sa propre utilité. Il sait  très bien que même si Moriarty a fait de lui son second, il n’hésitera pas à sacrifier Moran s’il le faut.

Pour donner une meilleure idée du côté parodique de ce recueil, Moran et Moriarty vivent aussi chez une dame,  mais leur logeuse, madame Halifax tient un bordel. On rencontre également au cours des récits, outre Holmes, Watson et Irène Adler, des personnages provenant de romans d’autres auteurs tels que Raffles, Carnacki, le docteur Mabuse ou même Tintin et la Castafiore.

De même, les nouvelles portent des noms qui pariodent ceux des nouvelles de Conan Doyle ainsi à la place de “The Hound of the Baskervilles”, on trouve “The Hound of the D’Urbervilles”, à la place d’une « Etude en rouge », on a « A Volume in Vermilion »  “A Shambles In Belgravia” au lieu de « A Scandal In Bohemia”…

Il faut aussi signaler que le professeur a deux frères qui comme lui, s’appelent James ce qui entraine quelques quiproquos amusants.

Au total, on a un recueil de nouvelles assez inégales, parodiques et assez amusantes. A déconseiller toutefois à ceux qui ne lisent pas couramment l’anglais parce que le Colonel Moran utilise pas mal de termes argotiques. Mais ce roman est dans les cartons de Bragelonne et devrait être prochainement traduit.

The Hound of the d’Urbervilles – Kim NEWMAN
Kindle Edition
Ma note personnelle: 16/20
Publicités

The URI to TrackBack this entry is: https://daidin.wordpress.com/2015/09/05/the-hound-of-the-durbervilles-kim-newman/trackback/

RSS feed for comments on this post.

3 commentairesLaisser un commentaire

  1. J’ai fait justement il y a quelques semaines dans les anecdotes du wiki l’article sur ce  »Napoléon du Crime » qui n’a fait que 7 apparitions dans l’œuvre de Arthur Conan Doyle dont seulement 2 en  »livre’…

    • En  »live », faute de frappe -.

  2. Même si ce n’est pas mon type de lecture. Je trouve l’idée très original.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :