Germanica – Robert CONROY

Germanica

Janvier 1945, sentant la fin approcher, de hauts dignitaires nazis imaginent de créer une forteresse dans les Alpes bavaroises. Hitler refusant de quitter Berlin, la défense du réduit bavarois sera confiée au généraux Schörner et Warlimont placés sous l’autorité de Goebbels. Alors qu’Albert Speer, chargé du renforcement des défenses découvre que rien n’avait encore été entrepris pour créer ce réduit alpin et doit se débrouiller avec ce qui reste de main d’oeuvre disponible pour créer en quelques mois ce qui aurait du être préparé depuis longtemps, les généraux allemands essaient de regrouper des troupes pour la défense de la dernière forteresse nazie. Après le décès d’Hitler à Berlin, Goebbels décide de renommer le réduit alpin en Germanica, espérant que les alliés renonceront à attaquer la forteresse après toutes les pertes déjà essuyées et que son état finira par être reconnu en tant que nouvelle entité politique sans lien avecc l’Allemagne nazie. Si les Anglais et Français, épuisés par la guerre semblent enclins à laisser Goebbels et ses séides tranquilles, le président Truman n’est pour sa part pas près de laisser ces tortionnaires et meurtriers de masse s’en tirer comme cela.

La tâche pour les américains n’est cependant pas facile. Leur plus grand atout, l’aviation est quasiment paralysé, la proximité de la Suisse empêche les bombardements de haute altitude sous peine de risquer de toucher la Suisse et les montagnes et la Flak particulièrement dense rendent les attaques en piqué quasi suicidaires.

Une course contre la montre s’engage, si les alliés ne parviennent pas à vaincre les défenses des allemands, ceux-ci auront peut-être le temps de terminer la bombe atomique que l’équipe du professeur Heisenberg achève de finaliser.


 

Comme dans North Reich, ce roman m’a laissé l’impression d’avoir été développé dans le seul but de réfuter une hypothèse. Pourquoi Robert Conroy n’a t’il pas pris un point de départ antérieur, permettant une défense plus efficace? Les troupes que les généraux allemands parviennent à rassembler dans le réduit alpin sont le reflet de l’armée allemande de l’époque, à côté des vétérans et des fanatiques, on retrouve des gamins et des vieillards. Si Conroy avait placé son idée avant la bataille des Ardennes par exemple, il aurait pu rassembler dans ce réduit des unités aguerries et rendre cette hypothèse plus crédible.

Ici, à aucun moment on n’a l’impression que Goebbels et ses troupes aient une chance, si ce n’est dans l’effondrement de la volonté de se battre des soldats américains, idée qui est finalement balayée alors que c’est sans doute le point le plus intéressant de ce roman.

Dans l’ensemble, j’ai trouvé que ce roman était sans doute le moins intéressant des romans de Conroy que j’aie lu jusqu’ici.

Ma note personnelle: 12/20
Germanica de Robert CONROY
Edition Kindle

 

Publicités

Last Enemy (1950) – Henry BEAM PIPER

 

The H. Beam Piper Megapack2

 

Sur le secteur Akor Neb du deuxième niveau (dans la série du Paratemps, il y a une infinité de ligne temporelles qui sont regroupées en cinq niveaux basés sur les probabilités de succès de la colonisation de la Terre par les Martiens entre 75.000 et 100.000 ans dans le passé et les humains sur ces lignes temporelles sont les descendants des colons martiens), la réincarnation n’est pas une hypothèse, c’est une certitude, la seule chose qui divise la population entre Volitionalistes et Statisticalistes, c’est de savoir si la personne qui est morte peut choisir l’enveloppe de sa prochaine réincarnation ou si la réincarnation se fait au hasard. Lorsque Hadron Dalla, une scientifique du premier niveau parvient à prendre contact avec une personne désincarnée et apporte la preuve que cette personne désincarnée peut percevoir les idées des vivants et choisir l’enveloppe de sa réincarnation, elle pense avoir contribué au progrès scientifique alors qu’en  réalité, elle vient de déclencher des émeutes à l’échelle planétaire. En effet, d’une part les Statisticalistes sont furieux de voir leur théorie réduite à néant et engagent des assassins pour tuer Dalla et d’autre part, des milliers d’individus sont désormais disposés à mourir pour améliorer leur statut social dans leur prochaine incarnation. Une seule personne est encore en mesure de sauver la vie de Dalla, son ex-mari Verkan Vall, officier de la police du paratemps.

————————————————————-

Quelques idées ingénieuses sur la réincarnation viennent enrichir ce qui pourrait à priori passer pour un récit policier ou d’aventures exotiques ; ainsi dans un monde où la réincarnation est un fait assuré, Henry Beam Piper imagine l’existence d’une société des assassins, seuls habilités à donner la mort en toute légalité (une mesure qui vise aussi à empêcher la population de s’entretuer étant donné que le « meurtre » n’a pas la même sanction judiciaire dans cette société puisque la mort n’est que passagère). Un autre problème qui apparaît suite à la découverte de Dalla, c’est la question des héritages, la technique élaborée par Dalla permet à un réincarné de se souvenir de ses précédentes incarnations et, dès lors, un enfant peut assigner son père en justice pour récupérer les biens qu’il lui avait légué dans une précédente incarnation.

Ma note personnelle:16/20
Last Ennemy (1950) de Henry Beam Piper in The H. Beam Piper Megapack: 33 Classic Science Fiction Novels and Short Stories.
Edition Kindle.

Dragon Storm: China Invades Taïwan – T.J. McFADDEN

Dragon Storm - China Invades taiwan

Et si la Chine profitait de l’élection d’un président américain hésitant pour tenter de réunir la province rebelle à la république populaire. En menaçant d’ouvrir une guerre sur deux fronts (la Corée et Taïwan), la république populaire de Chine parvient à maintenir les Etats-Unis hors du conflit.

Si les communistes peuvent lever une énorme armée, les Taïwanais ont un léger avantage qualitatif mais celui-ci sera t’il suffisant pour contenir les hordes de l’armée populaire. Les deux camps découvrent les problèmes logistiques causés par la corruption (défenses absentes sur les plages de Taïwan et matériel absent du côté communiste). Qu’importe, la milice populaire envoyée en première ligne est endoctrinée et prête à mourir par milliers (et les dirigeants chinois sont prêt à sacrifier cette milice si cela peut leur permettre de conserver leurs meilleures unités pour la percée décisive).

Si les Taïwanais se battent comme des lions et parviennent à freiner l’avance des communistes (avec notamment l’appui d’un groupe de « Tigres volants », mercenaires occidentaux volant sur toutes sortes d’appareils dont certains fortement bricolés) en détruisant une bonne partie de la flotte rouge, la chute de l’île semble inéluctable. L’opinion publique occidentale émue par la résistance héroïque de l’île fera-t’elle pencher la balance? C’est ce que vous découvrirez en lisant ce roman!

—————————————————————————————————————-

Quelques très bonnes trouvailles au niveau tactique rendent la lecture de ce roman intéressante même si on peut s’étonner de voir le peu d’ampleur des attaques de cellules communistes infiltrées ou comme dans « The Fourth Crisis« , une attaque aéroportée se dérouler quasiment sans perte. Un autre reproche que l’on pourrait faire se situe au niveau de l’essoufflement de l’attaque chinoise. Même si la flotte n’est plus capable d’amener suffisamment de troupe, l’aviation chinoise devrait être à même d’amener des renforts terrestres. Lorsqu’on connaît le montant des dépenses militaires chinoises de ces dernières années, l’on ne peut que s’étonner de voir les « communistes » peiner autant à maintenir leur offensive.

Le contexte politique peut aussi poser question; comment imaginer les Etats Unis laisser un de leurs alliés se faire conquérir sans réagir? Ce serait créer un dangereux précédent et pousser d’autres pays dans les bras de l’ennemi.

En résumé, un roman bien écrit mais basé sur des hypothèses discutables.

Ma note personnelle : 14/20
Dragon Storm: China Invades Taïwan de T.J. McFADDEN
Edition Kindle

Le sorcier de Wall Street – Robert BARR

Deux contes de Wall Street

On peut être génie de la finance, être monté de sa petite ville de province pour conquérir Wall Street et se faire manipuler par un contrôleur des chemins de fer.

C’est ce que vous pourrez vérifier dans le deuxième de ces deux contes.

——————————————————————————————————

Deuxième nouvelle du recueil « Deux contes de Wall Street » Robert BARR. Au moins aussi bonne que la première, n’hésitez pas à acheter ce petit recueil!

Ma note personnelle : 18/20
Le sorcier de Wall Street – Robert BARR
Collection e-baskerville
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Cette nouvelle peut être achetée sur Amazon à l’adresse suivante:http://www.amazon.fr/Deux-Contes-Wall-Street-Robert-ebook/dp/B013NFPNSM/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1443354527&sr=1-1&keywords=deux+contes+de+wall+Street

On peut également acheter cette nouvelle au format epub à l’adresse suivante: http://www.moutons-electriques.fr/livre-371

sur le site de Kobobooks ou sur celui de la FNAC

Et n’oubliez pas de visiter le site consacré à la collection Baskerville

%d blogueurs aiment cette page :