L’Oeil Vert de Goona – Arthur MORRISON

L'oeil vert de Goona

 

Fin 1902, l’œil du Deccan, un fabuleux diamant vert a été volé au Rajah de Goona. Mehta Singh, le premier ministre du Rajah a tué le voleur mais on n’a pas retrouvé le bijoux.

Quelques moins plus tard, alors que Harvey Crook, un aventurier qui vit en dilettante de transactions commerciales diverses (sa dernière transaction en date portait sur des orchidées par exemple), s’apprête à quitter l’Inde pour rejoindre l’Angleterre, il est contacté par un autre aventurier, monsieur Hahn, qui lui demande de convoyer pour lui un colis de douze grandes bouteilles de Tokay impérial qu’il espère revendre une centaine de livres en Angleterre.

Pendant la traversée, Harvey Crook fait la connaissance de Lyman W. Merrick, un riche américain, qui à force de le fréquenter finit par apprendre la mission de Monsieur Crook. Intrigué et désireux de gouter ce vin rare, l’américain fait des offres de plus en plus élevées à Harvey, jusqu’à offrir le double de la valeur espérée par Monsieur Hahn. Devant la somme offerte par Merrick, Harvey finit par accepter fier du gain réalisé au profit de M. Hahn.

Pour fêter son acquisition, M. Merrick décide d’ouvrir une des bouteilles pour en goûter le contenu avec sa fille et Harvey Crook. Ne trouvant pas ce vin très bon, Monsieur Merrick décide de vendre les onze bouteilles restantes aux enchères dès son arrivée à Southampton.

Lorsque Monsieur Hahn arrive à Londres et prend contact avec Harvey Crook, il est fort courroucé d’apprendre que celui-ci a vendu les bouteilles, même au double du prix qu’il en espérait. D’abord étonné de cette réaction, Harvey Crook réalise que les bouteilles devaient contenir autre chose que du vin et bon sang mais c’est bien sûr, l’une de ces bouteilles devait certainement renfermer l’œil vert de Goona.

Harvey Crook et Monsieur Hahn se lancent donc à la poursuite des onze bouteilles restantes, le problème étant qu’elles ont été achetées par plusieurs personnes dont certaines n’ont pas laissé d’adresse!

S’en suit une course poursuite à laquelle se mêlent, outre Crook et Hahn, Monsieur Merrick et Mehta Singh.


On le voit dans ce court résumé, la dispersion des bouteilles nous permet de suivre plusieurs pistes, des mini-enquêtes en quelque sorte et le fait d’avoir plusieurs individus permet à l’auteur d’utiliser les caractères de ses personnages pour faire varier les situations et les interactions entre personnages. Crook est par exemple plus souple dans ses approches tandis que Hahn est brutal et direct. Il y a aussi quelques scènes assez amusantes.

Un très bon roman dans l’ensemble dont le seul défaut est peut-être que l’on découvre trop tôt le diamant!

Ma note personnelle : 17/20
L’oeil Vert de Goona – Arthur MORRISON
Collection e-baskerville
Traduction anonyme, revue par Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Ce roman peut être acheté en version papier chez « Rivière Blanche » et en version électronique au format mobi sur le site d’amazon  ou au format epub sur le site des moutons électriques  , le site de kobobooks de  ou sur celui de la FNAC 

Et n’oubliez pas de visiter le site consacré à la collecion baskerville

Publicités

The URI to TrackBack this entry is: https://daidin.wordpress.com/2016/05/11/loeil-vert-de-goona-arthur-morrison/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :