La 25ème heure – Feldrik RIVAT

La 25eme heure - Feldrik RIVAT   25-eme-heure_0002

Ce roman débute par l’arrivée du « Biographe » en gare de Leysin (Suisse), cet homme a en fait rédigé les mémoires de Louis Bertillon, le fameux policier depuis ses débuts à la Sureté dirigée par Marie-François Goron et c’est par l’artifice de la lecture des mémoires de Bertillon que nous entrons dans cet ouvrage.

Nous découvrons ainsi un jeune inspecteur débutant, un peu gauche et tout juste intégré qui se voit rattaché dès sa première enquête au fameux Eudes Lacassagne, surnommé « Le Khan ». Lacassagne, habitué à travailler seul, est peu enthousiaste à l’idée de travailler avec ce jeune homme qui a encore tout à apprendre. Bertillon quant à lui est impressionné de travailler avec ce célèbre inspecteur mais est très vite étonné par les diverses particularités de Lacassagne: Le Khan se déplace toujours à pied, il ne semble connaître ni le froid, ni la faim, ni la douleur; il remonte régulièrement sa montre, verse un liquide étrange sur un sucre à intervalles réguliers et appelle un moineau qui vient lui manger dans la main. Mis à part ces étrangetés, le Khan est doué d’un esprit de déduction remarquable et va toujours droit au but.

Bientôt Lacassagne et Bertillon se retrouvent au cœur d’une sombre affaire de morts qui sont amputés d’un doigt et qui ont subi des rituels d’embaumement particulièrement exotiques, morts qui disparaissent puis réapparaissent. Cette aventure complexe entrainera nos deux détectives à travers le Paris mondain, le Paris scientifique, le Paris Occulte dans et sous les rues de la capitale, dans les dédales et jusqu’au sommet de la tour Eiffel en construction.


J’ai découvert ce roman grâce à une offre de lecture gratuite du premier chapitre et cette lecture m’a donné envie d’acheter ce roman, achat que je n’ai pas regretté.

C’est un excellent roman aux frontières du policier, du fantastique, de l’ésotérisme et du Steampunk, trop riche pour pouvoir le résumer. On y retrouve un grand nombre de noms illustres tels que Charcot, Bertillon, Méliès, Pinkerton…, à tel point que l’on pourrait craindre qu’ils ne soient que prétexte à partager l’érudition de l’auteur mais il y a une raison à la présence de la plupart de ceux-ci et l’ont ne peut qu’admirer le brio avec lequel l’auteur a su façonner un récit qui nous permette de retrouver tous ces grands esprits.

J’ai hâte de retrouver la suite dans le tome 2.

Ma note personnelle: 17/20
La 25ème heure – Feldrik RIVAT
Les éditions de l’homme sans nom
446 pages

The URI to TrackBack this entry is: https://daidin.wordpress.com/2016/11/04/la-25eme-heure-feldrik-rivat/trackback/

RSS feed for comments on this post.

2 commentairesLaisser un commentaire

  1. Vous avez déjà la suite dans votre PAL ?

    http://kerns.fr/romans/le-chrysantheme-noir/

    Les couvertures des romans de cet éditeur sont assez intrigante et bien travailler🙂

    • Je ne l’ai pas encore trouvé en librairie mais dès que je le vois, je l’achète. Les couvertures sont effectivement très réussies.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :