Dominus – Tom FOX

Dominus

Alors que la télévision retransmet une messe papale à la télévision, un étranger s’avance dans la cathédrale, les gardes suisses chargés de la protection du pape s’agenouillent à l’approche de l’étranger, celui-ci s’approche du pape Grégoire XVII qui semble subjugé dans sa chaise roulante. L’étranger touche le pape et lui ordonne de se lever. Tout le monde sait que le pape est paralysé depuis longtemps et que les médecins n’ont jamais pu l’opérer pour qu’il puisse remarcher et pourtant Grégoire XVII se lève, il vient d’être guérit devant les caméras de télévision et toutes les personnes présentes à ce moment dans la Basilique Saint-Pierre.

Alors que le monde entier s’interroge sur l’identité de la personne qui a guéri le pape et que toutes sortes d’hypothèses commencent à être échafaudées, d’autres miracles se produisent. Est-on à l’aube d’une révélation divine et d’une croissance de la foi catholique ou s’agit-il d’un piège destiné à décrédibiliser l’institution papale et le catholicisme dans son ensemble.


Entre Noël et Nouvel an, c’est une bonne période pour faire paraître cet article sur un bouquin qui parle de miracles divins.

Tom Fox n’est pas Dan Brown et n’a pas, à mon humble avis, le talent littéraire de ce dernier. Je ne suis pas fan de Dan Brown et je trouve les péripéties que de son professeur Langdon sont aussi peu crédible que celles que vient Alexander (un ex-prêtre devenu journaliste spécialisé dans les affaires religieuses) et Gabriella un officier de police vite désavouée par sa hiérarchie.

Rajoutons à celà une certaine dose de mysticisme (la guérison du pape restant un miracle non-élucidé) et des mystères non-expliqués et il vous faudra la foi pour bien apprécier cet ouvrage.

Ma note personnelle : 12/20
Dominus – Tom FOX
Kindle Edition

Publicités
Published in: on 29 décembre 2017 at 16 h 18 min  Comments (2)  
Tags: , , , ,

La Peur Tombe le Masque – Richard MARSH

La peur tombe le masque

Comme pour les aventures de Judith LEE, je compléterai cette page au fur et à mesure de ma lecture.

Une illustration de la science moderne

Poursuite

 

 

La peur tombe le masque – Richard MARSH
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Disponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques

ou en version papier chez Rivière Blanche

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

 

Published in: on 19 décembre 2017 at 8 h 19 min  Laisser un commentaire  

Nouvelle Tentative de traduction du livre malazéen de Steven ERIKSON

Sans doute la meilleure nouvelle fantasy de l’année pour les lecteurs francophones qui ne lisent pas (ou qui n’osent pas ce lancer dans ce gros morceaux.) l’anglais.

Cet énorme saga (10 volumes qui font chacun entre 800 et 1300 pages rien que pour la série principale et les volumes annexes déjà parus ou annoncés font au moins autant).

Oubliez Tolkien, Howard, Moorcock, Gemmell, Glen Cook, G.R.R. Martin, Rothfuss…, en matière de Fantasy épique, le livre malazéen c’est LE MUST…

Attention, vu la taille, la complexité des intrigues et le nombre de personnages, cela pourrait ne pas convenir aux lecteurs qui préfèrent les héros torturés et tournés vers l’introspection ou à ceux qui ont besoin de se souvenir de tous les faits et geste de tous les personnages. Cette saga bouge beaucoup, change souvent de point de vue, passe d’un continent à un autre voire à un autre monde, utilise un grand nombre de personnages principaux et secondaires…

Mais je laisse ci-dessous la parole à celui qui a rendu cette parution possible par son acharnement: Nicolas Merrien

 

Voir aussi ces liens:

http://www.emmanuel-chastelliere.com/blog/2017/12/13/steven-erikson-de-retour-en-france

http://www.elbakin.net/fantasy/news/Steven-Erikson-de-retour-en-France-chez-les-editions-Leha

 

De Peur que les Ténèbres – Lyon SPRAGUE DE CAMP

De peur que les ténèbres_0001

Martin Padway, un archéologue américain est frappé par un éclair pendant sa visite du Panthéon à Rome. Lorsqu’il se réveille, il se demande d’abord s’il est victime d’une mystification en voyant des gens habillées bizarrement et des chars tirés par des chevaux avant de devoir se rendre à l’évidence : il a été projeté dans le passé. Comprenant le latin grâce à ses études,  Martin parvient assez vite à se situer dans le temps. Il a été projeté dans le passé en 535 après JC, à une époque où les Ostrogoths gouvernent à Rome.

Comprenant qu’il a peu de chances de retourner dans son époque, Martin doit maintenant survivre dans un univers pour lequel il n’est, à priori, pas vraiment taillé. Grâce à ses connaissances avancées, Martin pourrait certes développer certaines technologies mais il doit faire attention à ne pas faire n’importe quoi ; certains progrès pourraient être mal vus dans cette époque barbare.

Le premier véritable succès de Martin viendra en commercialisant du brandy, l’alcool distillé étant inconnu à cette période. Ayant convaincu un banquier syrien de lui prêter de l’argent en échange de l’apprentissage de notions de comptabilité, Martin parvient à s’enrichir et à étendre son influence même s’il se retrouve parfois en prison, ayant suscité la colère ou la jalousie de certaines personnes importantes. Il développe l’imprimerie, un réseau de sémaphores…

La grande obsession de Martin est de battre l’armée byzantine qui va bientôt débarquer en Italie car dans notre réalité, cette invasion à abouti à une situation qui a plongé l’Italie dans une situation où les adversaires se sont neutralisés et où l’Italie a stagné pendant plusieurs siècles ce que Martin appelle la plongée dans les ténèbres. Martin est bien décidé à modifier le futur et pour cela, il doit s’introduire dans l’entourage du roi des Ostrogoths Thiuhadad afin de pouvoir l’influencer et l’amener à prendre les bonnes décisions…


De peur que les Ténèbres est un classique de la SF et de l’Uchronie. C’est un roman assez réussi à mon point de vue parce que le héros est « humain », il fait des erreurs, se plante parfois mais arrive par des moyens parfois surprenant à ses buts. Il se fait aussi rouler dans la farine ou manipuler par ces barbares dont certains sont particulièrement retords. Sprague de Camp n’a pas non plus forcé le trait, il ne fait pas fabriquer des canons par son héros par exemple, les changements apportés restent vraisemblables  à partir des technologies de l’époque et cela renforce le côté crédible.

C’est aussi un roman où l’on retrouve l’humour propre à certains ouvrages de Lyon Sprague De Camp tels que ceux de la série Novaria qui vient d’être rééditée en un seul tome aux éditions Mnemos.

C’est également le premier roman uchronique que j’ai lu ou en tout cas le premier qui m’ait marqué.

Ma note personnelle: 17/20
De peur que les ténèbres- Lyon Sprague De Camp
Edition marabout (ici la couverture est celle de l’édition Néo)

 

 

 

L’Affaire Clarke – Une aventure de Judith Lee -Richard MARSH

Les Aventures de Judith Lee

 Que feriez-vous si, alors que vous êtes occupé à jouer une partie de cartes chez vous avec de vagues connaissance, votre téléphone sonnait et qu’une voix vous disait: « Si l’homme à la moustache rousse vous offre un cigare, ne le fumez pas! »?
Gilbert Clarke suit le conseil donné au téléphone et il fait bien car la voix au téléphone était celle de Judith Lee qui, vous l’aurez deviné si vous avez lu les autres messages que j’ai posté sur notre héroïne, a une fois de plus surpris une conversation qui ne lui était pas destinée.

Une belle accroche pour une excellente nouvelle qui clôture en beauté ce deuxième recueil des aventures de Judith  LEE.

Ma note personnelle: 18/20
Les Aventures de Judith Lee – Richard MARSH
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Disponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques

ou en version papier chez Rivière Blanche

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

%d blogueurs aiment cette page :