Deux mots – (une aventure de Judith Lee) – Richard MARSH

Les Aventures de Judith Lee

Deux mots peuvent-ils suffir à démêler les fils d’une enquête criminelle?

Et bien pour Judith Lee, oui!

Alors que tout semble accuser Charles Sinclair du meutre de son associé Gerald Tansley, les mots « Blindley Heath » échangés entre deux officiers allemands vont permettre à notre avenurière d’empêcher une erreur judiciaire.


Une aventure qui va encore une fois mettre en évidence le talent de lecture sur les lèvres de Judith Lee mais aussi sa connaissance des langues étrangères, son sens de l’observation et sa capacité de déduction. Encore une bonne histoire dans cette anthologie de haute tenue.

Ma note personnelle: 17/20
Les Aventures de Judith Lee – Richard MARSH
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Disponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques

ou en version papier chez Rivière Blanche

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

Publicités

Curare (une aventure de Judith Lee) – Richard MARSH

Les Aventures de Judith Lee

Judith Lee est en croisière lorsqu’elle surprend une conversation où Mr Tracey montre à Mr Bellasis une petite boîte contenant du curare qu’un Indien d’Amérique du Sud lui a un jour remis en témoignage d’estime. Peu de temps après, la boîte en question disparaît. La croisière se termine et chacun rentre chez soi.

S’étant liée d’amitié avec eux pendant la croisière, Judith Lee est invitée par le Dr Ferrers et son épouse à venir passer un week-end chez eux.

Pendant son séjour, le Dr Ferrers est appelé au chevet d’une patiente qui souffre de crises la laissant en état de faiblesse caractérisée, les crises de cette femme allant en s’aggravant sans que le médecin puisse en déterminer la cause et il ne voit qu’une seule solution: il doit s’agir d’un empoisonnement. Or si Judith Lee ne connaît pas cette dame, elle connaît son mari: Mr Bellasis…


Une nouvelle qui semble cousue de fil blanc, le coupable apparaît clairement être Mr Bellasis ou alors…

Où Judith Lee rappelle qu’elle a des origines tsiganes et démontre des aptitudes au spiritisme.

Ma note personnelle: 16/20
Les Aventures de Judith Lee – Richard MARSH
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Disponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques

ou en version papier chez Rivière Blanche

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

Les aventures de Judith Lee – Richard MARSH

Les Aventures de Judith Lee

Pour ce deuxième tome des aventures de Judith LEE, je compléterai cette page au fur et à mesure de ma lecture.

Mon Cavalier

Curare

Lady Beatrice

L’énigme de Finchley

Deux mots

Les panneaux de verre

Les Diamants Montagu

 

Les Aventures de Judith Lee – Richard MARSH
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Disponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques

ou en version papier chez Rivière Blanche

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

Mon Cavalier (une aventure de Judith Lee) – Richard MARSH

Les Aventures de Judith Lee

Judith Lee a été invitée à une après-midi dansante par son amie Florence Emmet. Après une danse, son cavalier lui dit qu’avec son talent, elle espionne le monde entier. Peu après, un autre inconnu l’aborde dans Brompton Road en lui demandant si ele est bien Judith Lee et pendant qu’elle s’arrête pour lui répondre un troisième personnage la prend en photo.

Quelques jours plus tard, elle reçoit une enveloppe contenant deux clichés d’elles accompagnés de la légende: « Attention, ceci est le portrait d’un danger public: Judith Lee, espionne » et en petits caractères: « Cette photographie va circuler dans tout le pays. Si vous apercevez la personne si représentée, évitez la comme la peste. »

C’est le début d’une aventure qui se prolongera deux années plus tard à Paris oùJudith Lee se retrouvera accusée alors qu’elle venait de reconnaître le mystérieux inconnu de l’après-midi dansante.

Cette première aventure est toujours aussi brillamment écrite avec tout le talent de Richard MARSH mais la fin du récit m’a un peu laissé sur la mienne (de faim oups je sors).

Ma note personnelle: 15/20
Les Aventures de Judith Lee – Richard MARSH
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition KindleDisponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques

ou en version papier chez Rivière Blanche

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

Les enquêtes de Judith Lee – Richard MARSH

Judith Lee - Moutons

Avant de commencer à présenter les nouvelles du tome II des aventures de Judith Lee, jai décidé de rassembler les aventures du Tome I sur une seule page avec les liens vers chacune des critiques que j’ai écrit. La date qui suit les titres est celle de la parution dans « The Strand » telle que renseignée par Jean-Daniel Brèque dans le recueil « Les enquêtes de Judith Lee ». Notez que quand le titre anglais ne suit pas le titre français, c’est parce qu’ils sont identiques.

L’Homme qui coupa mes cheveux (The man who cut off my hair) – 08/1911

Indiscrétions à Interlaken (Eavesdropping at Interlaken) – 09/1911

Conscience  – 10/1911

La Chasseresse (Matched) – 11/1911

Le Miracle (The Miracle) – 12/1911

Auld Lang Syne – 01/1912

Isolda – 03/1912

Etait ce par hasard (Was it by chance only) – 04/1912

Oncle Jack ( Uncle Jack) – 05/1912

Mandragore (Mandragora) – 08/1912

8 Elm Grove, entrée de service ( 8 Elm Grove, back entrance) – 07/1912

Le Restaurant Napolitain (The Restaurant Napolitain) – 06/1912

 

Ma note personnelle: 16/20
Les Enquêtes de Judith Lee – Richard MARSH
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Disponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques

ou en version papier chez Rivière Blanche

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

Lord Stranleigh en Amérique – Robert BARR

ob_bda7b6_lord-stranleigh-en-amerique

Lord Stranleigh a décidé de passer quelques temps en Amérique incognito. C’est que quand on est l’un des hommes les plus riches d’Angleterre, on risque de se retrouver aux prises avec toutes sortes d’escroc qui tentent de vous dérober un maximum. Et notre jeune Lord aura fort à faire dès le départ alors qu’il vient à peine de mettre pied sur le steamer qui l’emmène en Amérique. Les rencontres qu’il fera en Amérique emmèneront Lord Stanleigh à voyager de New York jusqu’au Far West en passant par Detroit, le poussant à s’intéresser aux automobiles ou à la minoterie.

Lord Stranleigh aura plusieurs occasions de faire ce qu’il préfère : redresser des torts et faire acte de philanthropie.


Ce quatrième tome conclut en beauté les aventures de Dandy le plus riche d’Angleterre.

Mais si comme moi, vous êtes un admirateur de l’oeuvre de Robert Barr, réjouissez vous car d’autres oeuvres de cet écrivain sont encore prévues

Ma note personnelle : 16/20
Lord Stranleigh en Amérique – Robert BARR
Collection e-baskerville
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Ce recueil se compose des nouvelles suivantes:

Lord Stranleigh prend la mer –« Lord Stranleigh All at Sea »
Un tour en automobile – « An automobile ride »
Le dieu dans la voiture – « The God in the Car »
La folie de Miss Maturin – « The Mad Miss Maturin »
En quête d’un jeu – « In search of Game »
Le Prisonnier du dortoir – « The Bunk-house Prisonner »
La Fin de l’épreuve – « The End of the Contest »

Ce recueil de nouvelles peut être acheté au format papier chez Rivière Blanche et au format epub chez les moutons électriques ou à la FNAC et chez Kobo-Books

On peut également acheter cette oeuvre au format mobi sur Amazon

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

Les autres aventures de Lord Stranleigh:

Tome 1: Lord Stranleigh
Tome 2: Lord Stranleigh Millionaire
Tome 3: Lord Stranleigh Philantrope

Amende honorable – Robert BARR

contes robert barr  amende honorable

Lorsque le comte de Winneburg se met à dos son suzerain, l’archevêque de Trêves pour une question de préséance dans le propre château du Comte, il pense s’en tirer en ignorant ce dernier. Après tout, la plupart des nobles sont de son côté. Mais l’archevêque se plaint à l’empereur et celui-ci enjoint au Comte de faire « Amende Honorable ». Malgré son orgueil, le Comte ne peut s’opposer à l’empereur, il décide donc d’obéir mais à sa manière…


Aussi à l’aise en Turquie qu’au Texas ou dans la vallée de la Moselle, Robert Barr nous fournit encore un exemple éclatant de son talent de nouvelliste.

Ma note personnelle : 18/20
Amende Honorable – nouvelle faisant partie de l’anthologie « Contes »
Robert BARR
Collection e-baskerville
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Ce recueil de nouvelles peut être acheté au format epub chez les moutons électriques ou à la FNAC et chez Kobo-Books

On peut également acheter cette oeuvre sur Amazon

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

En marge de la loi – Robert BARR

contes-barr-2

La firme Danby & Strong a créé le faux col en papier, invention particulièrement utile et peu onéreuse pour toute personne un tant soit peu soignée afin d’éviter de tâcher les cols de chemise que l’on a le plus grand mal à reblanchir dans les blanchisseries londoniennes. Danby & Strong était une firme particulièrement florissante jusqu’à ce que les deux associés, John Danby et William Strong commencent à se disputer. Cette dispute dégénéra et mena la firme droit à la faillite.

William Strong décida de refaire sa vie très loin de Londres et devint cow-boy au Texas. Après un certain temps, comme il était en visite dans une petite ville, il découvrit que l’un des magasins de cette ville proposait des faux-cols de la firme Danby& Strong. En interrogeant le vendeur, il apprit que le représentant de la firme venait juste de passer et qu’il s’appelait… John Danby.

William Strong tenait donc enfin l’occasion de régler ses comptes dans un Etat où les représentants de la loi n’étaient pas assez nombreux pour faire respecter celle-ci comme il l’aurait fallu.


La collection baskerville aborde décidément des sujets très hétéroclites comme le démontre cette nouvelle tournant autour des faux-cols en papier.

John Barr, est fidèle à lui-même dans cette nouvelle, c’est à dire excellent!

Ma note personnelle : 18/20
En marge de la loi – nouvelle faisant partie de l’anthologie « Contes »
Robert BARR
Collection e-baskerville
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Ce recueil de nouvelles peut être acheté au format epub chez les moutons électriques ou à la FNAC et chez Kobo-Books

On peut également acheter cette oeuvre sur Amazon

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

Les métamorphoses de Johnson – Robert BARR

contes-barr-2

Bienvenue à Escrokenburg! C’est ce que cette adorable petite ville du Tyrol aurait dû afficher à l’entrée. En effet, notre narrateur est plutôt surpris de se voir taxer après une semaine du taxe des étrangers très lourdes ainsi que d’une contribution pour payer l’excellent, au demeurant, orchestre du Kurpark. Ces deux taxes dues pour tout séjour de plus d’une semaine n’étant communiquées au voyageur qu’après ladite semaine, on comprend que le voyageur puisse la trouver saumâtre.

Une fois la mauvaise surprise avalée, notre narrateur nous conte sa rencontre avec un individu du nom de Johnson ou Baumgarten à moins qu’il ne s’agisse de Katzoff ou de Lord Somerset Campbell?


Après les mille et une nuit, l’ambiance tyrolienne, seulement prétexte à nous divertir.

Encore un petit bijou de nouvelle humoristiquecomme Robert Barr savait si bien les ciseler!

Ma note personnelle : 18/20
Les métamorphoses de Johnson – nouvelle faisant partie de l’anthologie « Contes »
Robert BARR
Collection e-baskerville
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Ce recueil de nouvelles peut être acheté au format epub chez les moutons électriques ou à la FNAC et chez Kobo-Books

On peut également acheter cette oeuvre sur Amazon

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

Ralliement – William R. FORSTCHEN

ralliement william Forstchen

Ralliement est le 1er tome de la série « Le Régiment Perdu » qui nous conte les aventures du 35ème Régiment du Maine et de la 44ème batterie d’artillerie légère de New York (cette dernière essentiellement composée d’Irlandais) lorsque le bateau à vapeur qui les transporte de Virginie en Caroline du Nord après la bataille de Gettysburg est pris dans une étrange tempête et transporté ailleurs…

Lorsque le colonel Keane, commandant du 35th du Maine se réveille, le bateau est échoué sur une plage, relativement intact,  mais le rivage lui est inconnu comme à tous ses hommes. Ce n’est que le soir qu’ils se rendent compte qu’ils ne se trouvent plus sur Terre lorsque deux lunes se lèvent à l’horizon.

Le colonel Keane se retrouve confronté à d’autres humains, qui s’avèrent rapidement être des russes qui vivent encore comme à l’époque moyenâgeuse, les serfs étant exploités par les boyards qui gouvernent avec l’assentiment de l’église orthodoxe locale.

Les quelques 600 Yankee parviennent à effrayer suffisamment les « Rous » grâce à leurs armes à feu pour que ceux-ci, malgré leur supériorité numérique, acceptent de parlementer. Le Boyard des Rous de Souzdal accepte que les Yankees installent leur « Fort Lincoln » à proximité de Souzdal, espérant se servir d’eux contre les Boyars des autres villes: Novrod, Vizama…

Et Fort Lincoln se développe à côté de Souzdal. Ayant repéré une rivière descendant à flanc de montagne, les Yankees installent plusieurs roues à Aube, leur permettant d’alimenter en énergie, un moulin, une forge, une scierie… Une véritable petite base industrielle se développe.

Tout semble se dérouler pour le mieux jusqu’à ce qu’un groupe de nomades barbares humanoïdes gigantesques (entre 2m50 et 3m) s’approchent de Souzdal pour demander aux citoyens de cette ville de préparer le tribut parce que la Horde des Tugars s’approche plus vite que prévu et a besoin de ravitaillement. Le colonel Keane et ses hommes apprennent alors que le monde de Valdennia est parcouru par des hordes de ces créatures qui prélèvent un humain sur cinq pour les manger avant de continuer leur route vers la ville suivante. La horde met 20 ans à faire son tour.

Bien entendu, le colonel Keane refuse de se plier à cette exigence mais la horde Tugar comporte près de deux cent milles combattants. Même avec leur armement plus moderne (les Tugars se battent encore à l’arc et à l’épée, les yankees non aucune chance. Le colonel Keane demande alors au régiment de voter pour décider s’ils restent pour se battre ou s’ils vont prendre le bateau et chercher un refuge jusqu’à ce que la horde soit passée. Mais les américains ont fait naître beaucoup de rêves de liberté chez les Rous et ceux-ci se révoltent contre leurs boyards. Keane va-t-il laisser le peuple Rous se faire massacrer par les boyards et puis par les Tugars?


William Forstchen est un historien spécialiste de la guerre de sécession, il n’est donc pas surprenant qu’il ait décider d’écrire une série de romans sur un régiment de l’époque de la guerre de sécession. Le 35th du Maine apporte sur Valdennia, non seulement une évolution technologique mais aussi une révolution politique, les américains sont libres et égaux, ce qui va créer beaucoup de problèmes dans le système politique en place sur Valdennia. Les nobles boyards décidant avec l’appui de l’église qui va être sacrifié et qui va être sauvé.

Bien entendu, on retrouve des élans très américains, plutôt libres que mort et les Rous sont sauvés par des Yankees mais il n’y a pas que cela dans ce roman. Les personnages complexes et parfois ambigus. Il y a de très belles réflexions sur le coût de la liberté. Si les combats sont nombreux et très bien décrits, les horreurs de la guerre marquent cependant les hommes du régiment pour les transformer et les marquer dans leur chair et dans leur âme.

Ma note personnelle: 17/20
Le Régiment perdu – William FORSTCHEN
Traduction: Emmanuel Chastelliere
Version Kindle

Ce qu’ils en pensent:

Wagoo
Gilossen (Sur Elbakin.net)
Le traducteur: Emmanuel Chastelliere

%d blogueurs aiment cette page :