Shattered World 1-6: « The Eurasian War  » de Bobby HARDENBROOK

41odZ9QNHyL

J’avais déjà donné mon avis sur la première partie, voici ma critique des volumes 1-6(réunis en un seul gros ouvrage).

Je rappelle que « Shattered world » est un essai uchronique, pas un roman.

Contrairement à la plupart des récits uchroniques, dans cet essai, Bobby Hardenbrook modifie plusieurs paramètres:

Il part du principe que les relations entre l’Allemagne et l’Union soviétique se sont détériorées au point que Staline décide de lancer une attaque préventive sur la Pologne avant qu’Hitler ne se décide à attaquer ce pays.

Il décide aussi de plusieurs modifications telles que : pas de purge des officiers de l’armée rouge, accélération de la production des blindés soviétiques (ce qui leur permet d’avoir beaucoup plus de T34 disponibles dès les débuts de la guerre), l’Armée allemande jouit de beaucoup plus de libertés que dans notre ligne de temps parce qu’Hitler ne bénéficie pas de l’aura que lui aurait donné selon l’auteur la victoire de la campagne de France.

Dans cet essai, l’auteur aborde le récit uniquement du point de vue des mouvements stratégiques, il n’y a pas de partie romancée, mais seulement quelques témoignages ponctuels de situations tactiques par des personnages divers, sans doute pour donner un petit côté réaliste.

Pour un résumé plus détaillé du début, je vous renvoie à ma critique du tome I.

Après l’attaque de la Pologne par les soviétiques en 1937, les allemands, hongrois et italiens se sont rangés du côté polonais. Les combats se sont étendus à la Roumanie.

Les Français, Anglais et Américains restent neutres aidant même plutôt l’Allemagne économiquement parce qu’ils considèrent que Staline est plus dangereux qu’Hitler.

Petit à petit, l’Allemagne finit par prendre le dessus. L’Union soviétique est seule pour combattre l’Axe et, étant l’agresseur, ne jouit pas pour cette guerre de l’important soutien psychologique que constituait l’invasion de la Rodina  Lors d’une des offensives allemandes, Joukov se retrouve encerclé par les allemands avec plusieurs dizaines de milliers d’hommes et finit par se suicider. La Guerre s’étend aux Pays Baltes, à la Finlande et même à la Suède qui est envahie par les deux camps.

Alors que l’Axe repousse petit à petit les soviétiques, des parties du territoire soviétique se soulèvent et rejoignent l’Axe comme L’Ukraine, les Pays Baltes ou la Tchétchénie. Certains pays qui, dans la ligne de temps normale étaient restés neutres, rejoignent l’Axe comme l’Irak ou la Turquie (à qui l’Allemagne a promis les champs pétrolifères de Bakou).

Le Japon voyant la frontière est de l’empire soviétique fortement dégarnie attaque et s’empare d’une bonne partie de la Sibérie, postposant son attaque sur les territoires des puissances occidentales.

Les soviétiques sont acculés. Beria fomente un coup d’état et élimine Staline. Ne pouvant rien faire pour faire basculer la situation, Beria finit pas accepter de capituler en Juillet 1942 et la frontière est établie sur base des territoires conquis, la suède étant coupée en deux. L’Union soviétique est amputée de nombreux territoires: l’Ukraine, les Pays Baltes, une partie de la Sibérie et du Caucase.

Pour l’anecdote, Stalingrad est renommée: Beriagrad.

Les Pays occidentaux (France, Angleterre, Belgique, Pays-Bas) ont entre-temps créé l’Alliance pour la démocratie que la Norvège s’est empressée de rejoindre mais qui ne comprend pas les Etats-Unis où le président républicain Dewey a été élu par les partisans d’une politique isolationniste.

Alors que l’Allemagne se prépare à la prochaine guerre contre l’Alliance pour la démocratie en développant de nouveaux chars (Le char Panther amélioré dans cette timeline a été renommé Cougar et débarrassé des nombreux problèmes de maintenance que connaissait le Panther) de type Cougar II avec un canon de 105mm. Les Jets se multiplient ainsi que les fusées V2, V3 et V4 avec toujours plus de puissance et d’explosifs emportés.
Les troupes Italiennes voient leur équipement modernisé et se lancent dans la construction de nouvelles unités navales y compris un porte-avion. Les Allemands et les Anglais se lancent aussi dans la construction de nouvelles unités navales plus puissantes (Les allemands créant notamment un « super-Bismarck » nommé Fatherland et deux porte-avions).

Les hostilités reprennent en mai 1945 et la Wehrmacht se lance à l’assaut des Pays-Bas de la Belgique et de la France. La campagne est plus longue et acharnée mais les allemands finissent par vaincre les troupes alliées et à s’emparer des trois pays envahis. La France n’a pas capitulé parce que De Gaulle a fait un coup d’état. La France continue donc la Guerre depuis ses possessions d’Afrique du Nord.

Dans le désordre et par théâtre d’opération:

En Afrique du Nord, les Italiens tentent de s’emparer de la Tunisie mais même s’ils sont mieux équipés et leur moral meilleur que dans notre ligne temporelle, ils finissent par avoir besoin des Allemands qui envoient d’abord Guderian et puis Rommel en soutien de Guderian pour faire face aux français à l’Ouest et aux Anglais à l’est (Egypte). Les combats seront longtemps indécis, basculant d’un côté puis de l’autre mais les français sont battus et obligés de concéder la Tunisie et une bonne partie de l’Algérie à l’Italie; ils sont aussi forcés de se retirer de l’Alliance pour la démocratie. Les troupes anglaises après avoir été au bord de l’anéantissement sont sauvés par l’explosion d’une bombe atomique sur le nœud de ravitaillement le plus important des allemands, l’explosion liquidant la meilleure unité allemande par la même occasion. L’Egypte et la Syrie sont cependant le théâtre de nombreuses insurrections nationalistes et fondamentalistes et il n’est pas sûr que l’Angleterre pourra encore s’y maintenir longtemps.

L’Espagne ayant rejoint l’Axe, Malte et Gibraltar ont été attaqués. Malte est tombée assez rapidement mais Gibraltar ne cédera qu’après un siège de 1.614 jours et de nombreux bombardements notamment par les canons lourds sur rails.

En Norvège, là aussi les combats sont acharnés mais après plusieurs années de combats, les alliés repoussés au Nord sont obligés de ré-embarquer vers l’Angleterre.

Les Etats-Unis, attaqués par les Japonais en même temps que les Anglais, français et autres puissances occidentales ne sont entrés en Guerre que contre les Japonais. Nous suivons donc pendant plusieurs années les combats dans le Pacifique où la flotte américaine, lourdement touchée à Pearl Harbour où elle a vu trois de ses six porte-avions de Classe Essex coulés et un quatrième endommagé (sur six) doit mener de longs combats contre les Japonais. Le général Patton se distingue en Thaïlande et en Indochine où les Américains se sont alliés à Ho Chi Minh pour chasser les Japonais. Les Etats-Unis ont développé la bombe atomique avec un peu de retard sur notre ligne temporelle et l’utilisent pour faciliter leurs avancées. Après l’explosion de la deuxième bombe, une junte de militaire fanatiques s’empare de l’empereur du Japon et décide de poursuivre le combat jusqu’au bout. On voit donc les explosions nucléaires se multiplier, détruisant les points de résistance, les ports, les infrastructures militaires et les villes. De leur côté, les militaires japonais font un usage intensif d’armes chimiques et bactériologiques ce à quoi les Etats-Unis répondent avec leur propres armes chimiques et l’utilisation du Napalm. Les Japonais sont repoussés un peu partout se cramponnant aux villes portuaires chinoises et défendant leurs îles pied à pied.

Les soviétiques, profitant de ce que les Allemands étaient très occupés à l’Ouest ont lancé une grande offensive pour reprendre du terrain aux allemands. Dans un premier temps, ils parviennent à reprendre les Etats baltes et l’Ukraine mais ils finissent par être repoussé. L’armement allemand leur est très supérieur, surtout dans le domaine de l’aviation. Lorsque ce livre se termine, les soviétiques ont déjà été repoussé sur leurs frontières et leurs troupes sont totalement désorganisée, ayant perdu une majeure partie de leur armement lourd.

En Europe, l’Angleterre est régulièrement bombardée par les missiles allemands, il y a de nombreux affrontement entre l’aviation des deux camps, les jets allemands étant supérieurs aux Meteors anglais mais les anglais reçoivent une aide non-officielle des Etats-Unis qui leur permet de tenir le coup jusqu’à ce que les Etats-Unis décident d’intervenir. La bataille de l’Atlantique bascule tantôt dans un camp, tantôt dans l’autre en fonction des progrès faits par les allemands dans la guerre sous-marine ou par les alliés dans le domaine de la lutte anti sous-marine. Alors que la Bataille des Canaries est très disputée, les Etats-Unis déclarent la Guerre à l’Axe et font pencher le balance dans cette bataille. Les flottes américaines bombardent l’Espagne et les chasseurs américains embarqués sur des porte-avions finissent par emporter la bataille aérienne malgré de nombreuses pertes causées par des missiles téléguidés tirés contre les navires US. L’Espagne subit de nombreux bombardement atomiques mis Franco capitule pas. Le Portugal qui avait rejoint l’axe change de camp et permet un débarquement américain sur ses côtes. Gibraltar est reconquise par les américains après une nouvelle explosion atomique.

Les Anglais ont lâchés plusieurs bombes atomiques sur des bases de la Luftwaffe en France et les allemands ont ripostés par des tirs de missiles chargés de gaz. Le nombre de victimes est très élevé des deux côtés.

Le livre se termine alors que les alliés viennent de lancer des bombes atomiques sur plusieurs villes allemandes avec une estimation de 3 millions de morts.


Cet essai ne m’avait déjà pas convaincu dans sa première partie mais les parties 2 à 6 n’ont fait qu’aggraver ce sentiment.

Si au départ, l’aviation russe m’a paru surestimée, par la suite, elle paraît se modifier très lentement. Quid des nombreux modèles russes qui se sont montrés quand même assez efficaces dans notre ligne temporelle. De plus, l’auteur semble oublier qu’il a autorisé des progrès technologiques à une nation. Il est une seule fois question d’une escadrille de jets Komet chargés de la défense de Moscou mais on n’en entend plus parler ensuite, comme si les russes n’en avaient plus construit, il n’est question que de nombreux avions à hélice. De même, l’auteur a armé l’Union Soviétique de nombreux chars T34 au début de la guerre mais on ne voit que très peu d’améliorations des tanks soviétiques par la suite (quid des t34-85, KVI ou KVII…). Il n’est qu’une seule fois fait mention de chars JS.

Si la résistance des soviétiques au début du récit est étonnante (ils combattent quand même cinq ans tout seuls alors qu’ils doivent affronter en plus des allemands et de leurs alliés de notre ligne temporelle, les Polonais, les Ukrainiens, les Baltes, les Turcs et les Japonais), leur effondrement dans la deuxième partie apparaît tout aussi surprenante. Contrairement aux allemands, ils ne semblent avoir fait aucun progrès matériel. L’auteur nous dit qu’une ligne ferroviaire a été construite en Afghanistan qui permet aux anglais de ravitailler les soviétiques mais ce ravitaillement ne semble rien apporter.

Le côté le plus dérangeant, c’est sans doute la volonté de combat jusqu’au-boutiste de nombreux combattants à l’instar des italiens par exemple qui semblent dans ce récit beaucoup plus décidés à se battre que dans notre ligne temporelle. Et puis, si notre seconde guerre mondiale avait déjà été une effroyable boucherie, l’auteur ici n’hésite pas à faire employer des armes chimiques, bactériologiques et nucléaires par tous les camps à tel point que j’ai perdu le compte du nombre de bombes larguées par les Anglais et les Américains. La facture globales du boucher est donc ici encore beaucoup plus élevée que dans notre ligne temporelle et la guerre n’est visiblement pas finie au bout du volume VI.

Enfin, si l’auteur semble avoir une connaissance des principaux généraux des deux camps, passé quelques noms, il ne semble plus y avoir personne. Où sont passé les Koniev, Rokossovski, Vassilievski, Leclerc, Bradley… pour ne citer que quelques noms. Joukov mort, les soviétiques ne semblent plus avoir un seul général charismatique?

Shattered World Vol.1-6  de Bobby HARDENBROOK
Edition Kindle
Ma note personnelle: 12/20

Publicités

War With Russia – General Sir Richard Shirreff

war-with-russia

Alors que les combats en Ukraine reprennent, le président russe devant les difficultés économiques qui touchent son pays, décide de s’en prendre aux Pays baltes qui eux aussi ont de fortes minorités russophones. Les troupes spéciales russes provoquent donc des incidents et tirent sur des baltes russophones pour faire croire à une agression contre leurs minorités. Profitant de cette action, les russes attaquent les Pays Baltes et s’emparent de ceux-ci.

Devant cette agression caractérisée de trois pays membres de l’Otan (agravée par la destruction d’un navire britannique et d’un navire allemand dans le port de Riga), les pays membres de l’alliance ( déjà au courant de la menace mais paralysés par les indécis) finissent par se mettre d’accord pour mobiliser des troupes et les envoyer à la frontière avec les Pays Baltes pendant que les britanniques envoyent une flotille formée autour du porte-avions Queen Elisabeth.

Le Queen Elisabeth, insuffisamment protégé est repéré et coulé par un sous-marin russe, avec plusieurs centaines de victimes.

L’escalade menace mais les russes ont installé des missiles nucléaires S-400 d’une portée de 400km dans l’enclave de Kaliningrad et menacent de les employer si l’Otan tente de reprendre les Pays Baltes


Disons le tout de suite, ce livre n’est pas un grand roman. C’est plutôt une charge contre les politiciens qui ont décidé de couper les budgets de la défense de l’Otan et de laisser cette organisation dans l’impossibilité de réaliser ses missions.

Si le général et ancien adjoint au commandant suprême des forces alliés en Europe (SACEUR) connaît la matière militaire (au moins au niveau de l’armement et des forces en présence), il n’en est pas pour autant un bon romancier.

Les personnages sont caricaturaux, les politiciens sont quasiment tous incompétents au point de faire prendre des risques inutiles aux militaires, les combats ne sont pas particulièrement bien décrits et surtout la défaite de l’invasion russe est un peu trop « facile » et dpend en trop grande partie d’un virus informatique.

De plus, n’importe quel pays doit savoir que si on laissait faire les russes contre un membre de l’Otan sans réagir, ce serait la fin de l’alliance.

Ma note personnelle: 12/20
War with Russia – General Sir Richard Shirreff
Edition Kindle

Pour d’autres avis: L’avis d’Eumène de Cardie

Ghost Fleet – P.W. SINGER & August COLE

ghost-fleet2

Dans un futur pas si lointain, la Chine dirigée par un “Directorat” décide de prendre la place des Etats-Unis en tant que leader mondial. Pour cela, elle va se livrer avec l’aide des russes à une attaque surprise : L’attaque surprise chinoise parvient à détruire tous les satellites de communication et de détection des USA, tous les porte-avions et les sous-marins nucléaires dans le Pacifique et permet l’invasion d’Hawaï qui est occupée militairement, le contingent américain sur place étant rapidement éliminé. Cette attaque est soutenue par une puissante offensive informatique notamment via des puces informatiques fabriquées en Chine largement utilisées dans le matériel courant et contenant des virus.

Les Etats-Unis, d’abord sonnés organisent la riposte autour d’un navire expérimental mis en sommeil, le super destroyer Zumwalt. L’atout maître de ce dernier est un rail-gun qui permet d’envoyer des projectiles à plusieurs centaines de kilomètres avec une grande vitesse et une cadence de tir rapide. Ce vaisseau abandonné pour cause de coûts trop important, est remis en état et bénéficie des avancées scientifiques qui ont enfin permis une mise au point efficace. L’autre aspect de la contre-offensive américaine est basé sur une riposte informatique.


Un roman qui se laisse lire si on accepte le point de départ, à savoir l’attaque surprise chinoise qui réussit au delà de ce que l’on pourrait imaginer: les porte-avions et sous-marins nucléaires américains sont détectés via les émissions de leurs réacteurs et coulés par des attaques combinées dont l’arme principale sont les missiles balistiques, les ordinateurs américains sont neutralisés très facilement par le piratage des informaticiens chinois, les satellites sont abattus les uns après les autres sans réaction américaine…

Personnellement, j’ai toujours un peu de mal à accepter ces attaques de grande envergure sans que qui que ce soit n’ait détecté le moindre indice et qui atteignent tous leurs objectifs sans rencontrer de problème.

Il y a d’autres points qui affaiblissent ce roman : des caractères qui manquent de consistance ou qui n’ont pas vraiment leur place dans un thriller technologique telle une tueuse psychopathe qui s’en prend aux soldats chinois de la force d’occupation, le recours à une arme miracle pour triompher de l’ennemi, le côté à sens unique de l’action qui fait qu’au début les américains sont totalement dépassés, quasiment sans réaction dans tous les domaines et qu’ensuite, c’est au tour des chinois de vivre la même chose (ce sentiment est sans doute renforcé par le fait que pendant l’attaque chinoise, on ne reçoit aucune information du côté américain).

En résumé un roman distrayant mais qui est loin d’être parfait.

Ma note personnelle: 12/20
Ghost Fleet – P.W. SINGER & August COLE
Version Kindle

Stalin’s War – Jack STRAIN

Stalin's War Jack Strain

Stalin’s War” est le premier volume de la trilogie “World in Flames”. Dans cette uchronie, on trouve deux points de divergence principaux .

Le premier point de divergence se produit lorsque le général SS Karl Wolff, commandant en chef des troupes allemandes en Italie décide de faciliter la victoire des alliés à l’Ouest pour leur permettre d’arriver les premiers à Berlin. Ce plan échoue notamment parce qu’Eisenhower ne veut pas provoquer les soviets en se précipitant vers Berlin.

D’autre part, après la victoire, les polonais (avec la bénédiction et l’aide logistique de Churchill) montent un attentat contre Staline lorsque ce dernier vient en visite triomphale à Berlin. L’attentat manque partiellement sa cible principale, Staline est néanmoins grièvement blessé et Koniev et Molotov sont parmi les victimes.

Pendant que Staline est dans le coma, Joukov prend les rênes de l’état en main. Lorsque Staline se réveille, il ordonne l’exécution Beria qui n’a pas pu le protéger et confirme Joukov comme chef des armées, ce dernier fait remplacer les hommes du NKVD qui protégeaient Staline par des troupes qui lui sont fidèles. L’enquête ayant vite démontré la culpabilité des polonais, la répression qui s’abat sur la Pologne est féroce.

De leur côté, une unité de SS encore en liberté essaie de provoquer un affrontement entre soviets et américains en attaquant  une unité soviétique située près du front américain. Le plan fonctionne et en réaction à l’attaque des SS, une unité soviétique déclenche un assaut limité sur une unité américaine qui riposte. Les états-majors des deux camps parviennent à calmer la situation mais la méfiance règne désormais entre les alliés et les soviets.

L’attentat de Berlin ayant aggravé la paranoïa de Staline, ce dernier est maintenant convaincu que les occidentaux vont attaquer l’Union Soviétique. Il ordonne à Joukov de préparer une attaque de grande envergure. Alors qu’Eisenhower est persuadé que Staline n’attaquera jamais, Patton décide de faire fortifier son secteur du front en utilisant l’expertise des officiers allemands capturés et la main-d’œuvre des milliers de soldats allemands capturés par son armée.


Une mise en place intéressante,  qui pourrait livrer une suite tout aussi intéressante. Par contre ce e-book est bourré de fautes de grammaire, il y a des mots manquant les personnes changent de nom comme Donovan, le chef de l’OSS qui devient DONAVON puis à nouveau DONOVAN avant de redevenir DONAVON.

Ma note personnelle: 12/20 (14/20 s’il n’y avait pas de fautes)
Stalin’s War – Jack STRAIN
Edition Kindle

Ice Station Wolfenstein – P.W. CHILD

Ice Station Wolfenstein

Sam Cleave est un ancien reporter d’investigation qui a sombré dans l’alcoolisme après le meurtre de sa femme. Devenu un journaliste comme les autres, cherchant juste à pondre quelques articles pour couvrir ses besoins vitaux, Sam est appelé dur les lieux d’un crime dans un home pour personnes âgées. La victime, un vieillard d’origine allemande, a été assassinée brutalement. S’agit-il d’une vengeance d’une ancienne victime. Alors que Sam circule dans le bâtiment, il est accosté par un autre pensionnaire, ami de la victime qui lui remet un coffret contenant des documents.

Lorsque Sam ouvre le coffret, il découvre des documents en allemands qui semblent être liés à la seconde guerre mondiale. Il décide donc d’aller porter sa découverte à Nina Gould, une experte sur l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale

Sam et Nina découvrent alors dans les documents des références à une base secrète allemande qui aurait été créé sous l’Antarctique dans une région que les nazis avaient appelé Nouvelle-Souabe et qui aurait continué à fonctionner après la fin de la seconde guerre mondiale.

Avec l’aide d’un milliardaire excentrique, Nina et Sam parviennent à rejoindre une expédition scientifique qui doit se rendre dans la région où se situerait la base nazie. Ce que nos courageux aventuriers vont découvrir dépasse l’imagination…


Ce roman est le premier de la série « Order of the Black Sun » (au moins 9 bouquins à ce jour. C’est un roman plein de contrastes, parfois très lent et puis à d’autres moments beaucoup plus « speedé ». SI l’idée de départ ma parue intéressante, le développement du roman m’a laissé beaucoup plus sceptique. J’ai eu l’impression que l’auteur avait décide de créer un groupe de personnages disparates pour ensuite les introduire dans son récit.

Il y a trop de coïncidences et d’invraisemblances pour réellement apprécier ce roman mais il pourrait servir de base à un scénario de Jeu de Rôle.

Ma note personnelle : 12/20
Ice Station Wolfenstein – P.W. CHILD
Edition Kindle

Germanica – Robert CONROY

Germanica

Janvier 1945, sentant la fin approcher, de hauts dignitaires nazis imaginent de créer une forteresse dans les Alpes bavaroises. Hitler refusant de quitter Berlin, la défense du réduit bavarois sera confiée au généraux Schörner et Warlimont placés sous l’autorité de Goebbels. Alors qu’Albert Speer, chargé du renforcement des défenses découvre que rien n’avait encore été entrepris pour créer ce réduit alpin et doit se débrouiller avec ce qui reste de main d’oeuvre disponible pour créer en quelques mois ce qui aurait du être préparé depuis longtemps, les généraux allemands essaient de regrouper des troupes pour la défense de la dernière forteresse nazie. Après le décès d’Hitler à Berlin, Goebbels décide de renommer le réduit alpin en Germanica, espérant que les alliés renonceront à attaquer la forteresse après toutes les pertes déjà essuyées et que son état finira par être reconnu en tant que nouvelle entité politique sans lien avecc l’Allemagne nazie. Si les Anglais et Français, épuisés par la guerre semblent enclins à laisser Goebbels et ses séides tranquilles, le président Truman n’est pour sa part pas près de laisser ces tortionnaires et meurtriers de masse s’en tirer comme cela.

La tâche pour les américains n’est cependant pas facile. Leur plus grand atout, l’aviation est quasiment paralysé, la proximité de la Suisse empêche les bombardements de haute altitude sous peine de risquer de toucher la Suisse et les montagnes et la Flak particulièrement dense rendent les attaques en piqué quasi suicidaires.

Une course contre la montre s’engage, si les alliés ne parviennent pas à vaincre les défenses des allemands, ceux-ci auront peut-être le temps de terminer la bombe atomique que l’équipe du professeur Heisenberg achève de finaliser.


 

Comme dans North Reich, ce roman m’a laissé l’impression d’avoir été développé dans le seul but de réfuter une hypothèse. Pourquoi Robert Conroy n’a t’il pas pris un point de départ antérieur, permettant une défense plus efficace? Les troupes que les généraux allemands parviennent à rassembler dans le réduit alpin sont le reflet de l’armée allemande de l’époque, à côté des vétérans et des fanatiques, on retrouve des gamins et des vieillards. Si Conroy avait placé son idée avant la bataille des Ardennes par exemple, il aurait pu rassembler dans ce réduit des unités aguerries et rendre cette hypothèse plus crédible.

Ici, à aucun moment on n’a l’impression que Goebbels et ses troupes aient une chance, si ce n’est dans l’effondrement de la volonté de se battre des soldats américains, idée qui est finalement balayée alors que c’est sans doute le point le plus intéressant de ce roman.

Dans l’ensemble, j’ai trouvé que ce roman était sans doute le moins intéressant des romans de Conroy que j’aie lu jusqu’ici.

Ma note personnelle: 12/20
Germanica de Robert CONROY
Edition Kindle

 

Invasion – DC ALDEN

Invasion

 

2029, l’Europe appauvrie par les crises économiques et par la coupure des livraisons pétrolières des pays arabes, s’est retrouvée isolée de son allié américain. L’Arabie unifiée(une entité qui recouvre tous les pays du Maroc au Pakistan, et jusqu’à la Somalie dans le sud) lance une attaque massive surprise sur l’Europe. Des milliers de cellules dormantes attaquent les bases militaires, les commissariats de police et tous les points névralgiques, créant un chaos complet à l’intérieur des pays européens. Des attaques cyber- terroristes neutralisent les réseaux informatiques et les communications de tous les pays occidentaux pendant qu’à la demande des Arabes, la Russie attaque l’Allemagne et la Turquie, membre de l’Union européenne, envahit la Grèce. Des navires arabes accostés paisiblement dans des dizaines de ports européens, débarquent des milliers d’hommes et de véhicules militaires.

Pris à la gorge, attaqués de toutes parts et affaiblis par la situation chaotique interne, les pays européens ne peuvent opposer qu’une résistance limitée à l’invasion et seule l’Angleterre parvient à résister quelques temps avant de devoir replier ses troupes en Ecosse.

————————————————————————————————

Si ce roman n’est pas mal écrit, il n’en reste pas moins qu’il apparaît comme hautement fantaisiste. Ce roman date de 2006 mais même à cette époque, les dissensions entre chiites et sunnites étaient connues et l’auteur ne nous explique pas comment l’Arabie s’est retrouvée unifiée sous l’autorité d’un seul homme. On voit mal les princes des monarchies arabes actuelles céder leur place où des membres d’obédience opposées s’allier après des siècles de conflits. Et que dire d’une attaque de la Russie qui laisserait une Arabie unifiée et élargie à l’Europe à ses portes? Le problème est le même pour les Turcs qui se retrouveraient isolés au sein d’une grande nation arabe? On pourrait aussi se demander comment Israël aurait pu laisser une telle unification se produire alors qu’elle met son existence même en péril.

Parlons ensuite du déroulement du conflit qui prévoit le largage de 100.000 parachutistes ou l’invasion simultanée de toutes l’Europe. D’une part, il y a le succès total de toutes les opérations de sabotages, apparemment, aucun des pays européens n’a pu détecter l’installation sur son territoire d’une seule cellule de combattants arabes alors que celles-ci se révèlent lourdement armées, l’auteur se contentant de dire que ces cellules ont reçu comme consigne de se dissimuler jusqu’au grand jour. Aucun terroriste n’a donc cédé à la tentation de commettre un attentat et personne n’a commis de faute mettant en péril la sécurité de l’opération? A cette échelle, cela me semble impossible. D’autre part, que dire de la défense européenne complètement sabotée par les attaques virales, elle est quasiment absente (à part en Angleterre), la marine est inexistante sauf deux ou trois frégates (encore une fois anglaises) et est en retard de technologie sur les arabes. . On peut encore admettre qu’une Arabie unifiée et riche ait pu acquérir du matériel de pointe comme des chasseurs furtifs F22 mais pourquoi les occidentaux n’en seraient ils pas équipés. L’auteur semble aussi avoir complètement sous-estimé la logistique que nécessite une telle opération, les troupes arrivent sans rencontrer de véritables opposition ou de problème et l’on transporte des divisions entières en un clin d’œil.

Quant à l’isolement des Etats-Unis, il est complètement étonnant que ceux-ci laissent se créer une nation arabe qui s’étendrait de l’Angleterre au Pakistan sans réagir.

En résumé, il y a de nombreuses failles et invraisemblances dans ce roman qui laisse apparaître une dénonciation des gouvernements laxistes de gauche et la naïveté des occidentaux face aux fourbes arabes. Même si on ne peut taxer ce roman d’islamophobe en tant que tel, il y a quand même de nombreux points où l’on sent l’auteur proche des idées de l’extrême droite en dénonçant l’apathie des occidentaux face à la montée d’un radicalisme religieux qui ferait de nos pays de véritables poudrières et des nids de terroristes en puissance. On ne peut nier qu’il y a dans nos pays de futurs terroristes mais certainement pas au niveau qui est décrit dans ce roman.

Ma note personnelle: 12/20
INVASION – DC ALDEN
Edition Kindle

Published in: on 28 octobre 2015 at 11 h 17 min  Comments (4)  
Tags: , , , , , ,

Saucer – Stephen COONTS

Saucer

Rip Cantrell est un jeune ingénieur en séismologie membre d’une équipe de recherche dans le désert à la frontière Sud de la Libye.

Apercevant un morceau de métal à quelques centaines de mètre de leur campement, Rip s’approche et découvre qu’il semble s’agir d’un véhicule .En empruntant du matériel de forage à un archéologue qui fait des fouilles à proximité, il parvient à dégager une soucoupe volante et après quelques tâtonnements, à l’ouvrir.

Etant donné que la soucoupe était prise dans la roche, l’archéologue estime qu’elle doit être là depuis au moins 140.000 ans.

Peu de temps après la découverte de Rip, les satellites américains repèrent ce drôle d’engin et une équipe de militaires de l’agence d’enquête sur les OVNIS débarque sur les lieux. Pendant ce temps, un des collègues de Rip a pris contact avec leur Boss, Roger Hedrick, un milliardaire australien qui envoie un commando de mercenaires pour s’emparer de la soucoupe.

Les australiens prennent tout le monde en otage mais à la faveur d’une intervention de l’armée libyenne, Rip et Charlotte Pine (une pilote d’essai qui accompagnait les américains et qui vient de quitter l’USAF pour entrer dans le civil) parviennent à faire décoller la soucoupe.

Rip et Charlotte parviennent à emmener la soucoupe aux Etats-Unis mais pas dans le but de la livrer au gouvernement. Rip en tant que découvreur de la soucoupe pense que la soucoupe lui revient de droit et il amène donc la soucoupe dans le Missouri, chez son oncle Egg, un bricoleur de génie, qui la cache dans un hangar. Rip et son Oncle découvrent que les ordinateurs de la soucoupe contiennent une base de données immense qui permettrait à l’humanité de faire des progrès scientifiques considérables. Rip découvre aussi que  la soucoupe, en plus des contrôles manuels peut aussi être contrôlée par la pensée.

Cependant, en chemin Rip et Charlotte ont dû se poser en Égypte et aux États-Unis pour faire le plein d’eau. Ils ont été aperçus aux deux endroits et le monde est en ébullition suite aux vidéos qui sont diffusées sur toutes les chaînes de télé.

Lorsque Rip, lors d’un vol d’essai se fait volontairement repérer en plein match de Baseball au-dessus du stade de Denver pour détourner les recherches de la propriété de son oncle, le président des États-Unis perd son calme et décide de mettre l’aviation américaine en alerte permanente avec des survols du territoire de jour comme de nuit par des avions de chasse. Rip se pensait à l’abri mais les mercenaires australiens à la solde de Hedrick les retrouvent et emmènent la soucoupe en exerçant un chantage sur la mère de Rip. Ils obligent Charlotte à piloter la soucoupe jusqu’en Australie.

Hedrick désire vendre la soucoupe aux enchères. Pour cela, il invite des délégations Russe, Japonaise, Chinoise et Européenne dans son ranch transformé en camp retranché et protégé notamment par des militaires australiens grâce à l’appui de politiciens hauts placés et corrompus.

Charlotte est chargée de montrer la soucoupe et ses capacités aux différentes aux différentes délégations et découvre pendant ces visites que plusieurs délégations ont posé des bombes à bord de la soucoupe. Elle s’empare de ces bombes et les dissimule dans la propriété d’Hedrick.

Pendant que Rip rejoint l’Australie pour récupérer Charlotte et sa soucoupe, il parvient à s’infiltrer dans le ranch mais est capturé par

Lorsque les européens emportent les enchères, des commandos japonais attaquent le ranch de Hedrick pour s’emparer de la soucoupe mais ne parviennent pas à ouvrir celle-ci.

Profitant de la confusion créée par l’attaque des Japonais, Rip appelle la soucoupe et parvient à s’enfuir avec elle en emmenant Charlotte alors que derrière eux, des missiles de croisières lancés par les américains détruisent la propriété du milliardaire australien.

————————————————————————————————————————–

Ce livre m’a laissé un peu perplexe, trop léger pour un bon techno-thriller et en même temps pas assez drôle pour être un roman humoristique. Le président nous est ici décrit comme un idiot (comme dans le très bon « A planet for the president d’Alistair Beaton catcorr&keywords=a+planet+for+the+president« ) mais c’est à peu près le seul élément comique et on peut se demander si ce n’est pas plutôt un désir de l’auteur de présenter un président démocrate incapable.

On se retrouve donc avec une histoire où un séismologue revendique uns soucoupe volante qu’il a trouvé, la dissimule dans un ranch des États-Unis sans être repéré, parvient à s’infiltrer dans un ranch gardé par une petite armée alors qu’il n’a aucune formation spéciale et à la fin parvient à conserver la propriété de sa soucoupe pour céder celle-ci au Space and Air Museum.

Que dire aussi de cette équipe militaire de recherche sur les UFO qui se fait capturer par des mercenaires et disparaît pendant deux jours sans que personne ne s’en inquiète ou d’un président qui ordonne de tirer des missiles de croisière sur un ranch en Australie ?

Non vraiment, c’est un roman trop mal positionné pour être intéressant. Les meilleures parties sont celles qui décrivent les combats, ce qui n’est pas étonnant, Stephen Coonts étant un auteur plus connu pour ses techno thrillers « sérieux ».

Ma note personnelle : 12/20
Saucer de Stephen Coonts
Edition Kindle

 

 

Aurora: CV01 (Frontier Saga Episode 1) – Ryk BROWN

Aurora

Lorsque Aurora CV-01 commence, la terre se relève à peine d’une terrible épidémie qui a éliminé 90% de la population mondiale. Alors que la colonisation spatiale débutait et que les humains avaient colonisé des planètes autour d’autres étoiles, un virus biodigital a frappé, terrassant le monde natal de l’humanité pour mille ans. La découverte d’une « arche digitale » contenant toutes les connaissances de l’humanité avant la catastrophe à permis aux terriens de récupérer une bonne partie de leur savoir ancien et de se lancer à nouveau dans l’espace.

Ayant repris contact avec les autres colonies humaines, les terriens ont découvert que les principales colonies terriennes étaient désormais aux mains de la dynastie Jung qui semble viser l’hégémonie spatiale. La terre a donc développé une flotte de défense mais limitée pour ne pas se mettre à dos la dynastie Jung

Nathan Scott, fils d’un politicien très en vue, candidat à la Présidence de l’Union Nord-américaine( la plus grande puissance politique et économique sur Terre qui fournit souvent ensuite le Président de la République terrestre Unifiée) vient de sortir de l’académie spatiale.

A sa grande surprise, Nathan apprend que malgré des notes relativement moyennes à l’académie, il a été sélectionné pour faire partie de l’équipage de l’Aurora, un vaisseau flambant neuf et toujours en phase de test.
Nathan soupçonne son père d’être intervenu pour lui obtenir ce poste à bord de l’Aurora.

En compétition pour le poste de pilote avec Cameron, une jeune femme bien plus calée que lui au point de vue technique, c’est pourtant Nathan qui sera choisi comme pilote pour sa capacité à trouver des solutions certes peu orthodoxes mais efficaces (pour sa capacité à penser « out of the box » comme on dirait de nos jours).

La première mission de l’Aurora consiste à tester un nouveau mode propulsion hyperspatial qui permet de sauter d’un point de l’espace à un autre en un temps record. Alors que l’Aurora effectue son test avec un équipage réduit, mélange de vétérans et de jeunes recrues tout juste sorties de l’académie, il est repéré par deux petits vaisseaux Jung et décide de les attaquer pour ne pas que les Jung découvre les capacités hyperspatiales de la flotter terrienne.

L’Aurora parvient à vaincre les deux vaisseaux Jung mais se voit contraint de tenter un nouveau saut parce que l’un des deux vaisseaux Jung a réussi à amorcer l’autodestruction et que l’Aurora n’aura pas le temps de sortir de la zone dangereuse. Le problème est que ce saut devra être effectué sans avoir eu le temps de vérifier les calculs de coordonnées.
Emergeant de son saut, l’Aurora débarque en pleine bataille en un énorme vaisseau et une flotte de petits vaisseaux (On apprendra par la suite qu’il s’agit d’un vaisseau Takaran aux prises avec une flotte de vaisseau rebelles). En fait l’Aurora fonce sur le vaisseau Takaran et se voit dès lors pris à partie par celui-ci. Si l’Aurora parvient à faire de gros dégâts sur le vaisseau ennemi, il est cependant touché dès le début de l’engagement et ne peut plus dévier de sa course. Il ne reste plus qu’une seule solution, l’éperonnage (rendu plus facile par le gros trou que les armes de l’Aurora ont créé dans la coque du vaisseau ennemi).

Alors que l’Aurora est pris d’assaut par les occupants du vaisseau Takaran, Nathan découvre que tous les officiers supérieurs ont été soit tués soit incapacités de sorte qu’il est désormais l’officier le plus gradé du vaisseau. Nathan organise alors la défense du vaisseau et avec l’aide des rebelles, parvient à vaincre le vaisseau Takaran au prix d’importantes pertes au niveau de l’équipage.

Après les combats, Nathan découvre que l’Aurora se trouve tellement loin de la Terre qu’il faudrait un nombre incroyablement élevé de saut pour pouvoir y revenir. De plus, l’équipage de l’Aurora est maintenant tellement réduit, qu’il faut absolument trouver un endroit pour réparer le vaisseau et compléter son équipage.

Nathan peut-il faire confiance aux rebelles (rebelles qui semblent connaître l’Anglais mais plutôt comme une langue ancienne style le latin pour nous)?

————————————————————————————————————–

Aurora est le premier tome de la « frontier saga » de Ryk Brown (11 épisodes parus et 4 autres déjà prévus).

L’intrigue semble calquée sur la saga « Into the Black (Odyssey One) » d’Evan Currie: un vaisseau terrien qui lors de son premier saut tombe sur des adversaires hostiles et des humanoïdes qui auraient des ancêtres communs avec les terriens. Maintenant, tant qu’à copier un roman, pourquoi reprendre ses défauts? La coïncidence énorme du roman d’Evan Currie d’entrer en contact avec une autre espèce dès son premier saut est ici aussi présente mais aggravée par le fait que l’Aurora fait deux rencontres successives. Si les probabilités de la première étaient déjà minces, que dire de deux rencontres successives et encore pire si on calcule les chances pour qu’un vaisseau sorte de l’hyperespace pour se retrouver en train de foncer sur un autre.

Ceci étant dit, on est plutôt ici dans le divertissement et on nous demandera donc d’être indulgent envers les coïncidences de ce genre.

Sur le plan positif, je dirais que les combats spatiaux sont intéressants et assez crédibles.

Par contre, les personnages principaux semblent plutôt une bande d’adolescents lâchés trop tôt de l’académie et représentent chacun une branche de l’équipage: Un commandant, Un navigateur, un ingénieur, un officier de sécurité, un médecin. Cela ne rappelle-t’il pas une série TV?

En résumé, un début distrayant mais peu original et vu la longueur de la saga, je pense que je vais m’abstenir de lire la suite. J’ai préféré le bouquin d’Evan Currie

Ma note personnelle: 12/20
Aurora: CV01 (The frontier saga episode 1) -Ryk Brown
Edition Kindle

Un site est consacré à la saga: http://www.frontierssaga.com/

Le commandeur – Verb of Life – Michel HONAKER

Commandeur

 

Un démon qui avait été enfermé par des rabbins dans la crypte d’une synagogue désaffectée, des automates qui s’animent pour tuer leur créateur, tout cela pouvait donner lieu à un roman intéressant mais je suis resté sur ma faim.

D’abord et contrairement à ce qu’a indiqué une personne sur amazon, je n’ai pas trouvé le personnage intéressant. Apparemment Ebenezer Graymes, docteur en démonologie, chasse les démons mais comment et pourquoi? Il serait commandeur (de quoi?). Quelles sont les bases de la magie utilisée dans ce livre?
Pourquoi ce commandeur va-t’il sortir un objet magique que le démon recherche d’une cachette protégée par des sorts pour le confier à une amie, mettant ainsi la vie de cette amie en danger?

Pour moi il s’agit d’une sorte de SAS (la violence et le sexe compris) à la sauce chasseur de démon.

Distrayant sans plus.

Ma note personnelle: 12/20
Le commandeur – Verb of Life – Michel HONNAKER

%d blogueurs aiment cette page :