Les Solariens – Norman SPINRAD

  

Les humains mènent une guerre désespérée contre les Doglaaris : les ordinateurs ont prédit la victoire finale inéluctable des Doglaaris même si celle-ci prendra encore un siècle et demi. Il reste cependant un espoir pour l’humanité : « Les Solariens ».

Le système solaire s’est en effet isolé de la guerre avec les Doglaaris en annonçant qu’au bout de trois cent ans, Sol viendrait essaimer pour détruire la puissance des Doglaaris à jamais.

Le commandant Palmer vient faire son rapport au commandeur suprême-coordinateur Kurowski sur la planète Olympia III, capitale de la Confédération humaine. Une nouvelle défaite et un nouveau système spatial de perdu. C’est pendant son entretien avec Kurowski qu’on annonce un vaisseau en provenance de Sol.

Le vaisseau solarien ne comporte que 6 passagers mais ceux-ci font preuve de beaucoup d’assurance et parviennent à impressionner l’état major de la confédération humaine même si leur plan à l’air complètement fou parce qu’il nécessite de se rendre sur Doglaar. Etant donné que les Dogs tirent sur tous les vaisseaux qu’ils rencontrent, les solariens comptent émettre en continu un message annonçant qu’ils viennent présenter la reddition de la Confédération humaine.

Je ne vais pas en raconter plus pour ne pas trop dévoiler l’histoire.

J’avais lu ce bouquin il y a longtemps et j’en avais gardé un bon souvenir mais ce Space Opéra date de 1966 et cela se sent malheureusement. Les références technologiques ou autres sont largement dépassées. S’il n’y avait que cela, cela ne serait pas encore trop grave (J’ai relu le premier tome des aventures de Flandry de Poul ANDERSON et cela restait très agréable malgré une technologie un peu baroque) mais ce qui plombe un peu le roman, c’est que le héros n’a pas l’air de comprendre ce qui saute aux yeux de tout lecteur moyen. Il faudra même que les Solariens lui donnent toutes les explications pour qu’il comprenne ce que tous les lecteurs ont compris depuis 50 pages.

La seule chose que l’on puisse encore sauver, c’est le style. Norman Spinrad écrit bien et cela permet de lire le livre jusqu’au bout sans le jeter. On préférera cependant de cet auteur « Bug Jack Barron » ou « Rêve de Fer ».

Ma note personnelle 13/20

Les Solariens
Norman SPINRAD
Folio SF 76
221 pages

Publicités

Frey – Chris WOODING

  

Dans un univers où les voyages par voie de terre sont inexistants, Frey est le capitaine de la Ketty Jay, un aéronef fonctionnant au Prothane et maintenu en l’air par de l’Aerium. C’est aussi, un aventurier, marchand, corsaire et pirate à ses heures. Frey et tous les membres de son  équipage ont un point en commun, ils fuient tous quelque chose.

Lorsque Frey se voit offrir une proie facile qui pourrait lui permettre de vivre dans l’opulence jusqu’à la fin de ses jours, il ne peut résister et tombe dans un piège. Lorsqu’il attaque sa cible, le navire marchand explose à la première rafale.

Poursuivi par les forces de la Coalition de Vardia aussi bien que par des chasseurs de prime, Frey devra compter sur l’aide de tout son équipage : Jez la navigatrice, Pinn et Harkins, les pilotes des deux chasseurs de la Ketty Jay, Malvery le docteur du bord, Silo le mécanicien et Crake le démoniste.

Voici un roman qui m’a déçu. Alors que j’aime beaucoup les histoires de dirigeables et d’aventures aériennes, je ne suis pas parvenu à rentrer dans cette histoire , au point que j’ai cru un moment que j’avais perdu le goût de la lecture (d’autant qu’au même moment, j’éprouvais quelques difficultés avec Hitler’s War de Turtledove) mais je me suis rassuré avec le 4ème tome de la saga d’Erikson.

Je pense que les deux problèmes principaux de ce roman sont :

1°) Des personnages qui manquent de charisme au point que l’on ne parvient pas à s’intéresser à eux.

2°) Une histoire qui change sans cesse d’endroit, nous empêchant de découvrir vraiment le monde où vivent nos aventuriers. Quasiment chaque (court) chapitre se passe dans un endroit différent. Pour être honnête, je dirai que la fin est meilleure, mais il faut s’accrocher pour arriver jusque là.

Ma note personnelle : 13/20

FREY – Chris WOODING
Editions Bragelonne

Nights of Villjamur – Mark CHARAN NEWTON

Alors qu’une ère de glaciation commence sur l’empire de Jamur, les habitants de l’empire essayent de se réfugier dans les villes et principalement dans la capitale: Villjamur. Outre ce problème, l’empire se trouve confronté à de mystérieuses attaques. Même les troupes d’élites de l’empire accompagnées de magiciens subissent des revers inattendus.

Lorsque l’empereur devenu fou se suicide, le commandant Bryn, chef de la garde de nuit est envoyé chercher Rika, la fille de l’empereur qui doit succéder à ce dernier. Lors de ce voyage, Bryn et ses hommes sont confrontés à des morts vivants, ces derniers se révèlent très difficiles à vaincre, ne cessant de combattre que lorsqu’ils ont été réduits en très petits morceaux.

Pendant ce temps, un jeune homme, Randur Estevu se présente au Palais, ayant été invité comme professeur de danse de la deuxième fille de l’empereur: Eir. Alors que Rika apprend à gouverner et sa sœur à danser, le chancelier Urtica manigance pour s’emparer du pouvoir…

Ce roman comprend de nombreux éléments intéressants: Complots multiples, système de magie original basé sur l’utilisation d’artefact, personnages complexes et non dépourvus de faiblesses mais pourtant, en cours de lecture, mon intérêt à diminué au point que j’ai entamé et terminé deux autres bouquins avant d’achever celui-ci.

Ma note personnelle: 13/20

Published in: on 30 mars 2011 at 16 h 25 min  Laisser un commentaire  
Tags: , , ,
%d blogueurs aiment cette page :