La voie des Rois – Brandon SANDERSON

The Way of Kings La voie des rois

Roshar est un monde balayé par des tempêtes étranges qui ont bouleversé l’équilibre écologique de la planète au point que certains animaux et certaines plantent ont créé des mécanismes qui leur permettent de s’enfoncer dans le sol ou de rétracter les parties exposées de leurs individus. Les hommes n’ont pas cette chance et ils ont tout intérêt à s’abriter pendant les tempêtes s’ils ne veulent pas perdre la vie. Ces tempêtes transportent aussi une forme d’énergie qui est absorbée dans des gemmes. L’énergie contenue dans ces gemmes peut alors être utilisée pour façonner des objets voire des bâtiments, soigner des personnes, infuser de la puissance dans une épée ou une armure…

Jadis, il y avait sur ce monde des ordres de chevaliers qui combattaient des ennemi terribles dont on ne se souvient plus maintenant que comme des créatures mythiques. Ces chevaliers ont laissé en héritage leurs armes et leurs armures « magiques » qui sont portées par des nobles. Ces nobles ont notamment comme caractéristique d’avoir les yeux clairs.

A l’époque où se situe le récit, dix princes d’Alekhtar dirigent des armées qui combattent les Parshendi sur la plaine brisée. Ces princes sont là pour venger l’assassinat du roi des Alethi, Gavilar, par un assassin à la solde des Parshendi. Depuis 10 ans, ces princes dirigent chacun leur armée séparément sur la plaine brisée pour s’emparer des précieuses gemmes géantes qui y abondent, pour cela, ils doivent amener leur armées de plus en plus loin sur une plaine qui est creusée de nombreux fossés. Pour franchir ces fossés, ils ont créé des ponts mobiles que des esclaves portent jusqu’au lieu de combat, déposant les ponts puis les reprenant jusqu’au fossé suivant.

Depuis quelques temps, Dalinar Kholin, frère du roi assassiné Gavilar et commandant d’une des dix armées est assailli par des visions lors des tempêtes qui assaillent la plaine brisée. Ces visions lui montrent des images du passé et lui parlent d’un ennemi oublié qui pourrait revenir bientôt, les vois qu’entend Dalinar lui enjoignent d’unir les princes.

D’autres personnages apparaissent dans ce roman dont Kaladin, apprenti chirurgien auprès de son père, devenu soldat pour protéger son jeune frère mobilisé de force. Kaladin avait démontré de grande prouesses en tant que soldat, parvenant même à tuer un noble ennemi vêtu d’une armure magique mais il a été trahi par un noble Alethi qui en a fait un esclave pour s’emparer de l’armure. Passant de maître en maître, Kaladin est finalement vendu à l’un des princes Alethi qui en fait un porteur de pont.


Ce premier roman d’une série prévue en dix tomes (le 3ème est prévu en anglais pour la fin 2017) montre déjà les prémices d’une oeuvre immense, ce premier tome faisant à lui seul 1250 pages. L’univers créé par Sanderson est encore une fois fouillé et cohérent avec un système de magie novateur et très riche. On comprend dès lors qu’il lui faudra un très long développement pour en fouiller toute la diversité. Bien entendu ce premier tome est une longue introduction, il souffre donc un peu de longueurs par moment mais il y a énormément de choses à découvrir et il peut donc être normal d’avancer à petits pas pour ne pas noyer le lecteur.

Pour ce qui est du système de magie ou des Chevaliers Radieux, il sont en grande partie oubliés sauf par les érudits qui étudient dans les grandes bibliothèques ce qui fait que le lecteur apprend en même temps que les personnages redécouvrent certaines pratiques.

Un très bon début pour une oeuvre qui promet d’être épique.

Ma note personnelle: 17/20
La Voie des Rois (The way of Kings) – Brandon SANDERSON
Version Kindle

Publicités

Coeur d’Acier – Brandon SANDERSON

Coeur d'Acier_0001   Coeur d'Acier_0002

Dix ans auparavant, « Calamité », un phénomène lumineux est apparu dans le ciel et certains humains se sont retrouvés nantis de pouvoirs exceptionnels: invincibilité physique, possibilité de se rendre immatériel, de se transformer en flamme vivante, de projeter des illusions particulièrement puissantes, d’absorber et de restituer de l’énergie, de créer des tremblements de terre, de manipuler les ombres pour en faire des objets solides… Ces humains transformés ont été appelés des Épiques.

Malheureusement pour l’humanité et pour une raison connue de Calamité seule, les Épiques étaient tous de mauvais sujets et ont rapidement décidé d’utiliser leurs pouvoirs à des fins personnelles. La police puis l’armée ont été incapable de vaincre les Épiques et toutes structure étatique s’est désintégrée.

Une hiérarchie s’est établie au sein des Épiques et les plus puissants d’entre eux ont créés leurs royaume personnels en régnant sur les humains au travers d’Épiques de rang inférieur.

A Newcago (anciennement Chicago), Cœur d’Acier règne sur la ville, il est invincible aux projectiles et aux rayons, il a la capacité de voler et est entouré d’une équipe d’Épiques presque aussi puissants que lui: Maître-Nuit (qui a amené les ténèbres sur la ville désormais plongée dans le noir mais qui est aussi capable de se rendre immatériel ce qui le rend de facto invincible aux projectiles) , Confluence (Capable de transférer d’énormes quantité d’énergie, permettant par exemple de recharger des batteries et de fournir une alimentation énergétique complémentaire à Newcago) et Brasier (Capable de se transformer en Torche humaine). Ajoutons à cela que Cœur d’Acier, Maître-Nuit et Brasier sont capables de voler.

David Charleston a 18 ans, son père a été tué dix auparavant lorsque Cœur d’acier s’est emparé de la ville et depuis ce jour, David ne rêve que de se venger. Peut-être est-il le seul à pouvoir le faire! En effet, le jour où David a vu son père tué par Cœur d’Acier est aussi celui où il a vu Cœur d’Acier saigner, le jour de la grande Transfersion lorsque après avoir été blessé, Cœur d’Acier a transformé toutes les matière inertes de la ville qui n’étaient pas métallique en acier et fait disparaître tous les témoins du moment où il a été blessé (à l’exception du seul David qui en a réchappé par miracle).

Cœur d’Acier vit maintenant dans son palais, au cœur de la cité d’acier il est protégé par d’autres Épiques moins puissants que lui mais aussi par la sureté, une organisation policière qui dispose de moyens considérables (hélicoptères, exosquelettes armés de canons…)., Pendant des années, David, tout en travaillant dans une usine d’armement a réuni  des infos concernant les épiques, leurs forces et leurs faiblesses parce que même si certains paraissent invulnérables, ils ont tous une faiblesse, certains ne peuvent être tués que par un être humain présentant certaines caractéristiques spécifiques ou à une heure précise…

Le seul espoir de David pour accomplir sa vengeance, c’est de se joindre aux « Redresseurs », la seule organisation qui lutte contre les épiques depuis que les Etats-Unis sont devenus les Etats-Fragmentés.

———————————————————————————————————–

Et si les Super-héros étaient tous mauvais?

On pourrait se retrouver dans une uchronie si les Super-Héros existaient vraiment (désolé Bertrand mais oui Batman est un personnage fictif) mais on est bel et bien dans un univers de SF pure. Une histoire où les vrais héros sont de simples humains qui doivent user de leur intelligence pour vaincre des créatures maléfiques apparemment invincibles. Bien entendu, les épiques sont mortels même si les éliminer peut s’avérer particulièrement difficile tant qu’on ne connaît pas leurs faiblesses.

Début d’une nouvelle série, j’ai bien aimé le pitch, c’est rapide, rythmé, on suit un jeune homme qui doit sa survie principalement au fait qu’il a réussi à vivre une existence dissimulée, travaillant dans une usine de production d’armes pendant qu’il réunit des informations sur son unique but dans la vie: l’élimination de Cœur d’Acier et de sa clique. Un peu court peut-être au niveau de la psychologie du personnage, on n’a pas vraiment l’impression qu’il y a une vie en dehors de lui, que d’autres personnes vivent dans Newcago en dehors de celles qu’il rencontre mais après tout c’est souvent le cas dans les univers de super-héros, on découvre cependant la ville (surtout la partie souterraine) au fur et à mesure du déroulement du récit.

Ce qui fait le petit plus de Sanderson, c’est que les faiblesses des épiques sont bien expliquées et crédibles, l’emploi des superpouvoirs est également bien présenté, sans excès et puis il y a le talent d’écriture qui fait qu’on n’a pas envie de lâcher le bouquin quand on l’a commencé. Sans compter les quelques surprises finales, certaines déjà à moitié dévoilées et d’autres étant plutôt surprenantes ainsi qu’une morale simple mais toujours vraie: » le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument.

 

Ma note personnelle : 17/20
Coeur d’Acier – Brandon SANDERSON
Le Livre de Poche –

 

L’avis de Bruno Para: http://www.belial.fr/blog/cur-d-acier

L’avis d’Alexandre A sur ActuSF: http://www.actusf.com/spip/Coeur-d-Acier.html

L’avis de StepH sur e-maginaire: http://emaginaire.canalblog.com/archives/2014/02/27/29318068.html

 

Voir aussi: https://www.youtube.com/watch?v=6sC9NtpXLH4

ou une interview de l’auteur sur ce roman: https://www.youtube.com/watch?v=Rmmf5LjIU8I

 

 

Published in: on 11 mars 2015 at 10 h 58 min  Comments (11)  
Tags: , , , , , ,

L’empire ultime (fils des brumes-1) – Brandon SANDERSON

Empire ultime_0001   Empire ultime_0002

Il y a longtemps, celui qui allait devenir le seigneur-maître a affronté l’innommable et l’a vaincu, sauvant ainsi le monde. Devenu immortel, il a établi son emprise sur le monde entier.

Le seigneur-maître règne sur le monde de son palais de Luthadel, la capitale de son empire. Il s’appuie sur son armée mais aussi sur les nobles qu’il contrôle au moyen d’une administration fondée sur les obligateurs et les inquisiteurs. Ensemble, ils maintiennent leur contrôle sur l’immense majorité de la population composée de skaa. Les obligateurs établissent les contrats, ils veillent à leur bonne exécution, ce qui oblige les nobles à tenir leur parole tandis que les inquisiteurs, redoutables mages allomanciens font régner l’ordre tant parmi les nobles que parmi les skaas. Les seuls qui semblent échapper à l’autorité du seigneur-maître sont les voleurs qui vivent le plus souvent en bande, dans les quartiers skaas.

Les nobles vivent dans un monde à part, dépensant le bénéfice de leurs activités dans des fêtes et des bals somptueux où ils font étalage de leur fortune. Ce sont eux qui font tourner l’économie du royaume en contrôlant les forges, les aciéries, le commerce et les cultures (ils possèdent les terres que cultives les esclaves skaas). Ils ont le droit de cuissage (et en général, ils tuent les jeunes filles avec lesquelles ils ont couché pour ne pas laisser de bâtards derrière eux), ils peuvent exécuter les skaas pour des crimes réels et supposés.

Seuls les nobles (et les inquisiteurs) sont censés pratiquer la magie allomantique (celle-ci est basée sur la combustion de différents métaux par les mages. La plupart des mages ne peuvent utiliser qu’un seul métal, ils sont alors connus sous un nom se rapportant à la magie qu’ils contrôlent (Par exemple un mage qui ne peut utiliser que le potin pour augmenter sa force est désigné sous l’appellation « Cogneur ») tandis que certains mages peuvent brûler tous les métaux et sont connus sous le nom de « fils des brumes ».

Le monde a changé depuis que le seigneur-maître a affronté l’innommable, les cendres tombent continuellement du ciel. Les skaas en ont oublié la couleur naturelle des plantes ou de l’herbe. La nuit, les brumes s’abattent et personne ne sort dans les brumes parce qu’il y a des créatures étranges qui y rodent et ceux qui sont sortis dans les brumes n’en sont jamais revenus dit-on.

Les skaas sont moralement abattus, ils travaillent pour les nobles dans les forges et les aciéries ou dans les champs pour ceux qui vivent à la campagne et sont taillables et corvéables à merci. Nul espoir ne semble leur rester sauf quand une bande de voleurs accepte un contrat tout-à-fait particulier, il s’agit de renverser le seigneur-maître, ni plus ni moins…

 

A l’entame de ce gros pavé, j’avais mes doutes et mes attentes, Brandon Sanderson s’est fait une solide réputation et j’étais curieux de voir s’il était à la hauteur de ce que j’avais lu sur lui. Ce n’est pas la première fois ces dernières années que j’aborde un roman d’un auteur que l’on présente comme la révélation de l’année (voir de la décennie ou du siècle) et j’ai plus d’une fois été déçu de ne pas découvrir un ouvrage à la hauteur des critiques dithyrambiques de certains.

Rien de tout cela ici, « Fils des brumes » est sans doute l’un des meilleurs romans de Fantasy que j’ai lu ces dernières années, Brandon Sanderson a su créer un univers original et riche. Qui plus est, c’est un excellent conteur.

Les personnages qu’il a créé ont leurs failles et leurs faiblesses, il leur arrive aussi de se tromper. Cela peut paraître normal à certains de ceux qui liront ces lignes mais réfléchissez au nombre de héros sans failles qui prennent toujours les bonnes décisions et qui mènent leur peuple à la victoire sans douter de leurs actions ou décisions, vous verrez que ce n’est pas si courant d’avoir un héro « humain » (sans tomber dans l’excès inverse comme par exemple « l’assassin royal » de Robin Hobb).

Le système de Magie est au cœur du récit. Il pourrait paraître simple mais c’est l’utilisation qui en est faite qui rend le récit intéressant.

La magie dans « Fils des brumes repose sur « l’allomancie » , la faculté de « brûler » des métaux que l’on a préalablement ingurgité. Les effets que l’on retire de cette magie peuvent être contrôlés en brulant plus ou moins vite les métaux.

Les métaux les plus couramment utilisés sont au nombre de 8:

Le Fer: Exerce une traction sur les métaux à proximité , un allomancien qui n’utilise que le Fer est appelé « Aimant »
L’Acier: Exerce une poussée sur les métaux à proximité, un allomancien qui n’utilise que l’acier est appelé « Lance-pièces »
L’Etain: Affine les sens, un allomancien qui n’utilise que l’étain est appelé « Œil d’Etain »
Le Potin: Accroît les capacités physiques, un allomancien qui n’utilise que le Fer est appelé « Biceps ou Cogneur »
Le Cuivre: Masque l’allomancie, un allomancien qui n’utilise que le cuivre est appelé « Enfumeur »
Le Bronze: révèle l’allomancie, un allomancien qui n’utilise que le bronze est appelé « Traqueur »
Le Laiton: Apaise les émotions, un allomancien qui n’utilise que le laiton est appelé « Apaiseur »
Le Zinc: Attise les émotions, un allomancien qui n’utilise que le zinc est appelé « Exalteur ».

A ceux-là, il faut rajouter dans ce volume (apparemment, d’autres métaux et leurs utilisations apparaissent dans les tomes suivants): l’or(qui permet à un allomancien de voir ce qu’il aurait pu devenir s’il avait fait des choix différents) , l’atium (qui permet de voir les actions qu’une personne va accomplir dans les secondes qui suivent) et le onzième métal (Malatium dont je préfère parler dans ma chronique du second tome quand je l’aurai lu).

Les métaux qui semblent le mieux utilisés dans le roman sont le fer et l’acier. En effet, la poussée ou la traction exercée sur le métal dépendent du poids du métal et du poids de l’allomancien. Un allomancien peut jeter une pièce en l’air et la pousser plus ou moins loin en fonction de la quantité et de la vitesse à laquelle il brule de l’acier, ce qui lui permet d’envoyer des projectiles sur un adversaire. Par contre en jetant une pièce au sol et en exerçant une poussée dessus, l’allomancien va se propulser en l’air puisque la pièce ne peut pas reculer. Il se propulsera à la hauteur voulue en calculant la quantité d’acier à bruler.

Enfin, le final est intéressant et réserve quelques surprises.

Je ne vais pas en révéler trop mais je vous encourage vivement à lire cet ouvrage.

Ma note personnelle: 18/20
Fils des brumes – Brandon Sanderson
Le livre de poche – 906 pages

%d blogueurs aiment cette page :