Storm Front (Twilight of The Gods Book 1) – Christopher NUTTALL

Storm Front

Ci-dessous j’ai essayé de résumer l’appendice qui se trouve à la fin du roman et qui explique la situation dans laquelle les « héros » du roman se débattent en 1985, des phrases entières sont directement ou quasi directement traduites de cet appendice. Cet exercice nécessaire m’a paru utile parce que la série comporte 3 tomes (à ce jour?), je ne le répèterai pas pour les tomes suivants.

Dans Storm Front, une contre-attaque américaine a réussi à couler un porte-avion japonais en 1941 à Pearl Harbour. Ce simple événement a fait réfléchir Hitler et celui-ci, au lieu de déclarer la guerre aux USA, l’a déclarée aux Japonais. Dès lors, les USA ne sont pas entrés en guerre au côté des anglais et des russes et les allemands ont conquis l’URSS, l’Afrique du Nord et de larges parties du Moyen-Orient. Les Etats-Unis ont envahi le Japon en 1944. Le successeur de Churchill a conclu un accord de paix raisonnable avec l’Allemagne mettant fin à la seconde Guerre Mondiale. Hitler est décédé en 1950 remplacé par Martin Bormann, lui-même remplacé par son fils Adolf Bormann.

En 1985:

Le pouvoir politique en Allemagne est sensé être exercé par le Führer mais est divisé en réalité en trois factions: la SS, l’armée et les conglomérats économiques, chacune de ses trois factions étant elle-même fractionnée en plusieurs éléments (l’armée par exemple est divisée entre armée de Terre, Kriegsmarine et Luftwaffe). Ces factions sont représentées au Reich Council par le Reichführer SS, le chef de l’OKW et le ministre des finances.

La SS et la Gestapo  imposent une main de fer sur le pays.

L’Allemagne est une puissance militaire (elle dispose par exemple de cinq porte-avions nucléaires, sept cuirassés et 137 navires de surfaces de moindre importance mais aussi de 97 sous-marins nucléaires; elle dispose aussi de plusieurs milliers de têtes nucléaires) et politique majeure divisée en cinq sections:

1°) Germany Prime est le cœur du Grand Reich allemand, s’étendant des côtes de France à la Pologne. Des états comme la Belgique, les Pays-Bas et la Pologne ont complètement disparu de la carte. Les populations qui n’ont pas été jugées suffisamment germaniques ont été déportées, réduites en esclavage ou exterminées et des colons allemands se sont installés à leur place. Germany Prime est la meilleure partie où vivre du grand Reich ce qui ne veut pas dire grand chose. La vie dans cette partie du Reich ressemble beaucoup à ce qu’elle était avant la seconde guerre mondiale: Les garçons et les filles sont enrôlés dès le plus jeunes âge dans les mouvements de jeunesse où ils sont endoctrinés. Les garçons sont encouragés à devenir militaire et les filles à avoir des enfants (à partir de 4 enfants, les femmes allemandes jouissent de nombreux avantages) et à s’occuper du ménage. Seule une petite partie des jeunes entre à l’université encore que des efforts soient en cours pour augmenter le nombre d’étudiants. Très peu de gens sont encore capables de reconnaître un Juif, tellement les caricatures qui sont présentées dans les écoles sont loins de la réalité.

2°) Germany North se compose du Danemark et de la Norvège. Ces deux états ont été déclarés germaniques après l’élimination de tous ceux jugés indésirables. Le Reich y maintient de nombreuses bases navales et aériennes. Sans le soutien britannique, la propagande a fini par miner la résistance et de nombreux norvégiens se sont portés volontaires pour entrer dans la SS ou s’établir en Germany East.

3°) Germany East est sans doute le pire endroits où des colons peuvent s’établir. S’étendant de la Pologne au Kamchatka, la région n’est toujours pas totalement pacifiée et en proie à  de nombreuses attaques. La plupart des villes russes originales ont été détruites. A leur place, les allemands ont installé d’immenses plantations et camps de travail. La population slave est déclarée sous-humaine et maltraitée. La plupart des colonies allemandes sont de vraies forteresses et c’est la seule région où les SS sont relativement populaires.

4°) Germany Arabia est constituée de tout ce qui se trouve entre le canal de Suez et l’Iran. Hitler a vite oublié ses promesses et après avoir aidé les nazis à éliminer les juifs, les Arabes se sont retrouvés avec des maîtres bien plus durs que les britanniques. Une révolte a été écrasée en 1950 et de nombreux colons allemands ont remplacés la population locale.

5°) Germany South consiste en l’ancien Congo Belge et Le Sud-ouest de l’Afrique (Namibie). C’est sans doute l’un des endroits les plus affreux où vivre pour les populations indigènes. Les Allemands y sont moins regardant sur l’origine des colons du moment qu’ils sont blancs afin de les aider à contrôler les esclaves et à maintenir les natifs sous contrôle.

La Suisse est toujours indépendante et disposerait de l’arme nucléaire.

La Suède et la Finlande sont indépendantes mais leurs économies sont totalement dépendantes de celle du Reich.

La France de Vichy contrôle le restant de la France ainsi que l’Afrique du Nord française. Elle dispose de très peu d’autonomie et de nombreux français ont émigré en Afrique du Nord pour essayer de construire une vie qui ne soit pas à l’ombre des nazis.

L’Italie contrôle l’Ethiopie, la Lybie, Egypte (sauf la région du canal), la Grèce et de larges parties des Balkans.

L’Espagne a tenté sans grand enthousiasme de s’emparer de Gibraltar mais n’y est pas parvenue au grand dam d’Hitler.

Le Portugal a déclaré la guerre en 1944 aux britanniques pour la forme sans aucune intervention.

Face à l’Allemagne et à ses alliés, se dresse l’Alliance Nord Atlantique, une association de l’Amérique, la Grande Bretagne, l’Australie, le Canada, la Nouvelle Zélande, l’Inde, l’Iran, l’Islande et le Brésil. Tous ces états, à l’exception de l’Iran sont des démocraties et la plupart d’entre eux disposent de marines puissantes.

L’Angleterre et l’Iran servent de bases avancées à l’Alliance et habitent tous deux de nombreuses bases aériennes américaines en plus de leurs propres forces. La menace du Reich suffit à maintenir la cohésion de l’alliance au delà des inévitables frictions.

L’empire britannique a laissé place au Commonwealth britannique en 1951 quand l’Inde s’est vu reconnaître son indépendance vis-à-vis de la couronne britannique. Les états du Commonwealth (l’Australie, le Canada, la Nouvelle Zélande, l’Inde et Afrique du Sud) se sont mis d’accord pour mettre leurs ressources en commun pour empêcher les Etats-Unis de dominer complètement l’Alliance.

L’Afrique du Sud cependant s’est retirée du Commonwealth en 1965 après que des frictions soient apparues entre le régime de l’Apartheid et les états plus libéraux. Bien qu’alliée à l’Allemagne nazie, le régime est resté relativement libéral vis-à-vis par exemple de la population juive. L’Afrique du Sud est la proie d’une guerre civile avec la majorité autochtone de sa population qui dispose du soutien militaire de l’Alliance. Malgré les 200.000 hommes envoyés en renfort par Berlin, le régime de Prétoria semble en forte difficultés et les Nazis sont tentés de remplacer les dirigeants par des hommes plus proches de leur doctrine.

Le Japon a été envahi par les Américains en 1944. La combinaison d’une résistance fanatique (certains japonais ont résisté jusqu’en 1955) et de la famine de masse a conduit à une diminution de 60% de la population. L’émigration des noirs américains a été encouragée et de nombreuses unions entre soldats noirs et japonaises. La quasi destruction du Japon a eu des conséquences sur sa culture. La culture japonaise a laissé la place à une étrange combinaison des cultures américaines et japonaises. Le Japon est formellement un territoire américain même s’il n’a pas encore été reconnu comme Etat à part entière.

Une guerre économique est en cours entre les deux supers puissances et les allemands sont un peu dans la même position que les soviétiques dans notre ligne temporelle, la course à l’espace et aux armements nucléaires a usé une grande partie des ressources du Reich.  Les Américains ayant une économie beaucoup plus développé peuvent se permettre de dépenser beaucoup alors que les allemands doivent dépenser une part très importante de leur budget pour se maintenir au même niveau. De plus, les allemands souffrent des différentes politiques voulues par les factions au pouvoir:

1°) Les SS veulent une natalité forte pour permettre à la race allemande de se développer, dès lors ils ont instauré des allocations très importantes pour les familles nombreuses. Ceci a un coût énorme pour le Reich.

2°) Le développement militaire contrebalancer la puissance américaine sont soutenus par l’armée et la SS.

3°) La Guerre en Afrique du Sud a un coût très élevé mais le Führer Adolph Hitler avait décrété que les allemands ne pouvaient se retirer d’aucun territoire où ils auraient débarqué. Sans compter la perte de prestige (et la chute prévisible d’un allié) qu’engendrerait ce retrait.

4°) Les conglomérats financiers ont obtenu des avantages en matières d’impôts qui font que la charge sur la population est de plus en plus lourde, les prix ont commencé à augmenter et le rationnement est envisagé. Bien entendu, les financiers arrosent suffisamment d’officiel pour maintenir les impôts à leur avantage. De plus, l’économie allemande n’est pas très efficace et la libre-pensée n’étant pas encouragée, beaucoup de jeunes cerveaux ont fui vers les pays de l’alliance. Ce n’est que récemment que les autorités du Reich ont commencé à investir dans les universités. Il y a bien un réseau informatique mais il est limité et l’informatique allemande est fort en retard par rapport à ce qui se fait aux USA.

C’est dans cette Allemagne en difficulté que Gudrun, une jeune étudiante de l’Université de Berlin découvre que son fiancé qui est parti se battre en Afrique du Sud, serait soigné à l’hôpital Josef Mengele à Berlin. Elle parvient à  pénétrer en secret dans cet hôpital après avoir emprunté une tenue d’infirmière et découvre effectivement son fiancé en état de mort clinique comme de nombreux autres soldats. Gudrun parvient à faire prendre conscience à Volker Schulze, père de son fiancé que le gouvernement a menti et qu’au lieu de rendre hommages aux blessés et aux morts de la guerre en Afrique du Sud, ce même gouvernement cache l’ampleur des pertes.

Gudrun répand la nouvelle à l’université pendant que Volker organise les ouvriers en syndicat et déclenche des grèves. Le mouvement prend de l’ampleur avec une manifestation de femmes, mères et soeur de combattants désirant avoir des nouvelles des leurs. La révolte s’intensifie avec de nouvelles demandes: hausses de salaires, droit de vote, plus de libertés.

Le Reichsfürher SS déclenche des provocations, les SS tirent sur la foule désarmée, l’armée tire sur les SS. La guerre civile est enclenchée. Le Reichführer SS se réfugie à Germanica (nouveau nom de Moscou) et prend le contrôle de Germany East pendant que Gudrun et Volker prennent la tête d’un gouvernement civil avec l’appui de l’armée et du ministre des finances.


Un roman intéressant pour ses hypothèses, mais qui pêche à mon humble avis par une certaine naïveté de ton et certaines incohérences (J’ai en effet du mal à croire qu’une Allemagne aussi puissante soit mise à mal par une guerre en Afrique du Sud (même si cela représente un problème logistique vu la distance et ait aussi du mal à rassembler des troupes pour maintenir l’ordre à Berlin.

Parmi les points positifs, je retiendrai certains personnages comme Horst, un jeune SS qui a infiltré l’université mais qui choisit de rejoindre la rébellion lorsqu’il découvre que les maîtres du Reich ont trahis leurs devoirs envers leurs propres soldats. C’est en grande partie grâce à Horst que la rébellion pourra s’étendre.

Un autre point que j’ai apprécié, c’est que l’auteur n’a pas fait de ses personnages des héros sans défauts. Ils ont gardé les préjugés de leur endoctrinement, ils considèrent toujours que les autres peuples sont des sous-hommes mais on sent qu’il y a un début de questionnement sur les valeurs et les enseignements du Reich. Nous verrons comment cela évoluera par la suite.

En résumé, un début intéressant mais qui ne parvient pas à captiver le lecteur sans doute parce qu’on a du mal à créer un lien avec les personnages.

Christopher Nuttall est un écrivain prolifique mais il me manque pour l’instant quelque chose qui me ferait vraiment accrocher à ses séries.

Pour l’anecdote que les amateurs d’uchronie reconnaîtront, l’ambassadeur des Etats-Unis à Berlin se nomme Turtledove.

Ma note personnelle: 13/20
Storm Front (Twilight of the Gods Book I) – Christopher G. NUTTALL
Edition Kindle

Le site officiel de l’auteur: http://www.chrishanger.net/

 

 

 

 

 

 

 

 

Ark Royal – Christopher G. NUTTALL

Ark Royal

 

Dans un univers où chacune des puissances terrestre a entrepris de coloniser d’autres mondes en fonction de ses capacités financières et techniques propres, les flottes spatiales de chacune de ces puissances spatiales ont été développées autour d’un concept pas trop éloignés de ceux de la marine terrestre: des porte-avions peu blindés, très modernes, pouvant embarquer un maximum de chasseurs spatiaux et entourés de navires d’escortes légers.

Le capitaine Ted Smith est l’officier commandant du vaisseau le plus ancien de la flotte spatiale britannique, l’Ark Royal. Comme son lointain ancêtre de la seconde guerre-mondiale, il s’agit d’un porte-chasseur spatiaux ( Il s’agit de chasseurs sphériques, n’ayant pas besoin d’ailes puisqu’ils ne doivent pas voler en atmosphère).

Le capitaine Smith a une réputation d’ivrogne et son vaisseau, vieux de 70 ans est totalement démodé par rapport aux vaisseaux récents. Trop lourdement blindé, encore équipé d’une forte artillerie comme le prévoyait le concept de l’époque de sa création, ce vaisseau est nettement plus lent et comporte moins de système électroniques de pointe, il est même considéré comme faisant partie de la réserve et ne dispose plus que d’un équipage réduit suffisant à peine çà assurer sa maintenance.

Et voilà que l’Amirauté britannique qui dispose pourtant de nombreux vaisseaux modernes convoque le Capitaine Smith pour lui demander en combien de temps son vaisseau peut être remis en service, le plus rapidement étant le mieux, c’est que l’humanité vient de rencontrer sa première espèce extraterrestre et ceux-ci sont hostiles.

Les premiers contacts avec les extraterrestres ont été désastreux pour les humains et une puissante flotte combinée de 12 « porte-chasseurs » ainsi que leurs navires d’escorte a été détruite en tentant de défendre la planète New Russia par une flotte extraterrestre qui comportait 15 « porte-chasseurs » . Les images de la bataille montrent que les chasseurs extraterrestres sont équipés d’une arme à plasma qui transperce facilement les blindages des navires modernes mais qui pourrait être moins efficace contre un vaisseau lourdement protégé comme l’Ark Royal.

Heureusement pour ses supérieurs, Ted Smith n’a pas fait que se saouler sur l’Ark Royal. Il a assuré l’entretien du vaisseau au mieux des possibilités de son équipage réduit et a même développé des plans pour une rénovation rapide du vaisseau ce qui va s’avérer particulièrement utile.

Afin de retarder les extraterrestres, l’amirauté britannique décide d’envoyer l’Ark Royal escorté de quelques frégates lance-missiles pour bloquer l’avance des extraterrestres. L’Ark Royal réussit sa mission. Confronté à sept vaisseaux ennemis, il en détruit trois et en endommage un quatrième.

Après cette première victoire, il est décidé d’envoyer l’Ark Royal accompagné d’une flottille de vielles frégates (elles aussi mieux protégées que les frégates modernes) pour attaquer New Russia et faire un maximum de dégâts afin de profiter de l’avantage momentané que confère le blindage de ces vaisseaux et avant que les Extraterrestres ne puissent adapter leurs tactiques pour faire face au danger.

En général, je suis bon public pour ce genre de roman, me laissant souvent emporter par le récit. Ici, je n’ai pas trouvé le roman particulièrement passionnant. Un problème de rythme du récit, celui-ci étant aussi un peu confus par moment.

De plus, l’histoire n’a rien de particulièrement originale de nos jours, le coup du héros méprisé qui se voit offrir une nouvelle chance de briller a déjà été fait, le vieux vaisseau démodé qui se révèle soudain comme l’unique vaisseau capable de tenir le coup et de repousser l’envahisseur aussi.

Les relations humaines semblent aussi assez maladroites et le capitaine, décrit au début du roman comme un poivrot résiste remarquablement à la tentation, à peine si par moment il se dit: « bon dieu, j’aurais bien besoin d’un verre »; c’est un peu comme si l’auteur par moment se rappelait que son personnage principal est sensé être un ivrogne.

En résumé, c’est un space-opera assez moyen. Il peut vous aider à passer le temps si vous n’avez rien d’autre à faire mais ce n’est pas un chef-d’œuvre.

Ma note personnelle: 14/20
Ark Royal – Christopher G. NUTTALL
Edition Kindle

 

Le site officiel de l’auteur: http://www.chrishanger.net/

 

%d blogueurs aiment cette page :