Le trône de Jade – Naomi NOVIK

Temeraire_0001

Dans ce deuxième tome, téméraire et le capitaine Laurence se retrouvent dans de mauvais draps : L’œuf de Dragon d’où a éclot Téméraire était un cadeau offert par la Chine à Bonaparte. L’empereur de Chine furieux a envoyé une délégation dirigée par le propre frère de l’empereur pour récupérer Téméraire. Le frère de l’empereur est consterné de découvrir qu’un dragon céleste a pu choisir un simple capitaine de vaisseau comme compagnon. Il ne digère pas non plus le fait que l’on puisse mettre un dragon céleste en danger en le faisant combattre.

Malgré toutes ses tentatives de séduction, la délégation chinoise ne parvient pas à décider Téméraire de se séparer de Laurence. Il est alors décidé entre les autorités anglaises et la délégation chinoise d’embarquer Téméraire et Laurence pour la Chine en espérant qu’une fois là-bas, Téméraire se fera une raison et acceptera de rester près des siens.


Le trône de jade nous entraîne dans un voyage autour de l’Afrique jusqu’à la Chine sur un transport de Dragon, vaisseau très lent qui du coup est prétexte à nous faire découvrir la vie à bord des vaisseaux du XVIIIème siècle mais aussi l’esclavage qui saigne l’Afrique. On a aussi le temps d’aborder les problèmes de compréhension entre les cultures anglaise et chinoise.

L’auteur nous fait aussi rencontrer de nouvelles races de dragon et nous permet de découvrir la civilisation que les chinois ont développé en harmonie avec les dragons. En effet, si ces derniers sont rares en Angleterre et ont du coup été tous recrutés pour des tâches militaires, en Chine ils pullulent et servent également à beaucoup d’usage civils. Les dragons, en Chine, peuvent aller à l’école, étudier la poésie, gagner leur vie ou se retrouver à mendier…

Un excellent deuxième tome qui permet à l’auteur d’approfondir son monde. Le premier avait apporté des bases, celui-ci nous permet de rentrer plus dans la psychologie draconique. Naomi Novik y développe aussi de façon brillante une civilisation qui a intégré les dragons au cœur de ses traditions.

C’est un ouvrage très plaisant à lire, les pages défilent sans que l’on s’en rende compte, mais qui garde quand même un côté « lecture pour adolescents ».

Ma note personnelle : 16/20
Le Trône de Jade
Naomi NOVIK

Si vous voulez d’autres avis:

Le bibliocosme

Le culte d’Apophis

Albédo

Published in: on 19 novembre 2016 at 17 h 36 min  Comments (2)  
Tags: , , , , , , ,

Midnight Tides – Steven ERIKSON

mtlg

Dans Midnight Tides, Steven Erikson nous apprend d’abord comment les Tiste Andi ont été trahis par les Tiste Edur. Alors qu’ils débarquent sur le Monde de Malaz, les Tiste Andii sous la conduite de Silchas Ruin et les Tiste Edur sous la conduite de Scabandari Bloodeye affrontent sur le continent de Lether 4 Matrones K’Chain Che’Malle, des centaines de milliers de K’Chain Che’Malle et 60.000 K’ell Hunters. Les Tiste Andii ne comptent qu’un millier de survivants sur un total de 400.000 guerriers au début de la bataille. Les Tiste Edur comptent encore 18.000 combattants sur les 200.000 engagés, ils ont eu moins de pertes parce qu’ils sont arrivés en retard sur le champs de bataille. Lorsque Scabandari Bloodeye poignarde Silchas Ruin dans le dos, c’est le signal du massacre pour les Tiste Edur qui ne laissent aucune chance aux Tiste Andii.
Mais ces événements ont eu plusieurs spectateurs inattendus par Scabandari Bloodeye: Gothos un Jaghut ainsi que plusieurs dieux anciens: Mael, Kilmandaros, Osserc. Gothos va, à la demande de Mael, figer les lieux sous la glace dans cette partie de Lether.

Des milliers d’années plus tard, nous assistons à la montée en puissance du royaume de Lether qui a conquis ou défait la plupart des tribus barbares et des cités indépendantes. Le prochain objectif des Letherii est la partie contrôlée par les 6 tribus des Tiste Edur. Ceux-ci ont jusqu’à récemment végété, surtout depuis la destruction du labyrinthe de Kurald Emurlhan dont ils tiraient leur magie. Seuls quelques fragments du labyrinthe subsistent et leur puissance n’est pas suffisante pour permettre aux Tiste Edur de conquérir le continent. Mais depuis quelques temps, Hannan Mosag, le roi-sorcier des Hiroth semble avoir trouvé de nouveaux pouvoirs et a uni les Tiste Edur sous sa bannière. Mais d’où proviennent ces pouvoirs? Seront-ils suffisant pour résister aux Letherii et à leurs mages.

La plus grand partie de ce 5ème tome de la saga des glorieux défunts malazéens nous entraîne dans le passé (les événements de ce tome se situant avant ceux de Gardens of the Moon).

Nous assistons à ce qui pourrait faire penser à la guerre des Gaules: des légions de soldats civilisés, appuyés par de nombreux engins de guerres (balistes, catapultes…) face à des armées barbares, la magie en plus. Cependant, nous découvrons assez vite que les Tiste Edur sont manipulés par un personnage que nous avons déjà vu dans les romans précédents. De plus, d’autres personnages sont à l’œuvre pour arriver à la conclusion prévue par une profession Letherii, à la fin d’un certain âge, le roi des Letherii laissera la place à un empereur. Les Letherii ont-ils bien compris la prophétie? Après tout un Tiste Edur vient de se proclamer empereur des Tiste Edur et s’il venait à s’emparer du trône de Lether?

Encore une fois Steven Erikson nous réussit un tour de force, ces Tiste Edur que les romans précédents nous avaient présentés comme de puissants guerriers et sorciers semblent ici à égalité avec les « simples » humains. Un récit épique, des personnages à foison, des manipulations et trahisons, on ne s’ennuie pas dans cette série.

Nous avons des récits dramatiques mais aussi de l’humour. Des personnages nouveaux qui ont une part essentielle dans l’intrigue et d’autres que l’on a déjà vu dans les tomes précédents mais qui ne font parfois que passer et des personnages que l’ont reverra sans doute dans les tomes suivants.

Une mention particulière pour les personnages de Tehol Beddict et Bugg

Un bon bouquin mais on sent qu’il s’agit d’un tome de transition.

Ma note personnelle: 16/20
Midnight Tides -Steven ERIKSON
932 pages + appendice et extrait du tome suivant

Téméraire – Naomi NOVIK

  

Lorsque le HMS Reliant capture une frégate française, le capitaine Will Laurence ne sait pas encore (contrairement à ce que dit la 4ème de couv.) que son avenir va basculer. En effet, la frégate française transportait un œuf de dragon proche de l’éclosion.

Dans ce monde où les humains côtoient les dragons, il est bien connu que le dragon doit être mis, dès sa naissance, en présence d’un maximum de candidats humains afin de lui permettre de choisir son partenaire.

Contre toute attente et alors qu’un des aspirants du Reliant avait été pressenti, c’est le Capitaine du vaisseau que le dragon choisit comme partenaire. Will Laurence se retrouve donc obligé de quitter la Navy pour entrer dans les Aerials Corps, d’autant plus que le dragon qui vient de naître est un très rare dragon chinois et que les britanniques disposant de moins de dragons que les français, ce dragon nommé « Téméraire » par Will (qui a choisi ce nom par analogie avec l’un des plus beaux navires de sa majesté) sera un renfort inespéré pour les britanniques.

Commence alors un apprentissage difficile pour Will d’autant plus que, d’habitude, les Dragons se voient proposer des partenaires plus jeunes et que, les Aerial Corps n’ont pas une très bonne réputation (La décision de Will de rejoindre les Aerials Corps provoquera d’ailleurs une rupture avec sa famille et avec sa fiancée).

Après plusieurs mois d’écolage dans le vol sur dragon (où on apprendra par exemple que les dragons emmènent des équipage avec des tireurs, des personnes chargées de jeter des bombes ou d’apporter les premiers soins en plein vol…), Will et Téméraire se retrouveront au cœur de l’action.

Naomi NOVIK nous présente une Uchronie où les dragons semblent avoir partagé la vie des hommes depuis toujours. Comme dans Rosée de feu de Xavier MAUMEJEAN , la présence des dragons ne semble pas avoir modifié la trame historique. Nous sommes en plein milieu des guerres napoléoniennes et Napoléon Ier essaie d’envahir l’Angleterre. Contrairement au roman de MAUMEJEAN, le ton est beaucoup plus léger, moins poétique mais plus lisible.

Ce premier tome est plaisant à lire et les explications sur la biologie des dragons semblent, à mon humble avis, tenir la route. Il s’agit cependant selon moi plutôt d’une série pour adolescents que pour adultes.

Ma note personnelle : 16/20 (18/20 pour adolescents).

Téméraire – Naomi NOVIK
Pocket Fantasy 5977
431 pages

Pour d’autres avis, voyez les chroniques d’Apophis  de Lutin82 de Shaya de Boudicca

House of Chains – Steven ERIKSON

  

Ce quatrième tome commence par nous raconter les aventures de Karsa Orlong, le garde du corps de Shaik. Nous suivons Karsa, jeune guerrier assoiffé de gloire qui se lance dans un raid barbare pour atteindre la gloire. Karsa est sans doute le personnage qui subira l’évolution la plus radicale dans ce volume.

Nous sommes ensuite amenés à suivre l’arrivée d’une nouvelle armée malazéenne dans le territoire des sept cités. Cette armée de bleus est envoyée pour affronter l’armée de vétérans du désert de Shaïk. L’armée malazéenne est largement surclassée, non seulement parce que l’armée de Shaïk est plus nombreuse mais aussi parce que Shaïk dispose du pouvoir du tourbillon et de l’aide de plusieurs archimages et prêtres.

Alors que l’armée malazéenne commandée par Tavore s’enfonce dans le désert de Raraku, de nombreuses puissances convergent vers cet endroit pour profiter du chaos engendrés par les combats. Le combat apparaît déséquilibré mais l’armée de Shaïk est minée par les ambitions des nombreux mages et chefs de guerre.

Comme d’habitude, on retrouve de nombreux personnages déjà rencontrés dans les tomes précédents, on approfondit certains personnages et on en découvre de nouveaux.

Si ce tome ne contient pas de scènes aussi fortes que celles que l’on peut retrouver dans les tomes 2 et 3, il reste cependant de très bonne facture. On ne peut que rester en admiration devant la maîtrise dont l’auteur fait preuve devant l’ampleur de l’univers qu’il a imaginé. Cette décalogie, par sa complexité, n’est pas à la portée de tout le monde.

Ma note personnelle: 18/20

Le Dragon des Arcanes – Pierre PEVEL

  

Dans ce troisième tome, les lames du cardinal ne doivent pas sauver le roi ou la reine mais Paris, Paris que Les Châtelaines ont vu, grâce à leur don de prescience, brûler sous le feu d’un énorme dragon noir.

Le capitaine La Fargue et ses compagnons devront déjouer le complot des « Arcanes » avec ou parfois sans l’aide du Cardinal.

Confronté à un ennemi formidable, les « Lames » paieront un lourd tribut dans cette aventure.

Ce dernier volume de la trilogie est très rythmé, on ne s’ennuie pas une seconde. C’est une histoire qui se termine en apothéose !

Le seul reproche que l’on pourrait adresser à l’auteur est que l’on aimerait plus de détails. Alors que d’autres auteurs écrivent des romans trop longs, ceux de Pierre Pevel sont trop courts.

Cet univers fascinant appelle de nouvelles aventures que ce soit avec les « Lames » (Une préquelle racontant leurs aventures à la Rochelle?) ou d’autres personnages. De nombreux domaines pourraient encore être développés (Les châtelaines, les gardes noirs, la griffe noire, les gardiens…).

Ma note personnelle : 17/20

L’avis d’Eumène de Cardie: http://notesdeumene.wordpress.com/2012/02/10/pierre-pevel-les-lames-du-cardinal-trilogie-integrale/

Pour les amateurs de Jeu de rôle, l’éditeur « Sans-Détour » a adapté les Lames du Cardinal » en Jeu de Rôle. Voir le site de cet éditeur:

Jeu de rôle « Les Lames du Cardinal« 

L’alchimiste des Ombres – Pierre PEVEL

  

La mystérieuse « Italienne » a contacté le cardinal pour lui offrir un marché: La protection du cardinal si elle lui révèle un complot contre la couronne. Mais à quoi joue l’Italienne, pourquoi lâche t’elle les renseignements au compte-goutte?

Dans ce deuxième tome des Lames du Cardinal, nos héros vont être confrontés à un de leurs vieux ennemis: L’alchimiste des Ombres, celui qui 5 ans auparavant a causé l’échec de leur mission à La Rochelle, la mort de l’un d’entre eux et la dissolution des Lames.

Le capitaine La Fargue saura t’il déjouer le complot sans se laisser aveugler par son désir de vengeance?

Ce deuxième tome continue sur le même ton que le premier tout en approfondissant l’univers des « Lames ». Nous en apprenons plus sur les Dracs et sur l’Ordre des sœurs de Saint-Georges, un ordre religieux voué à la protection de la France contre les Dragons et leurs descendants.

Un rythme entraînant, des intrigues multiples et complexes, des clins d’œil à Dumas (on croisait brièvement Athos dans le premier tome, on croise un autre mousquetaire connu dans ce tome-ci)… Un seul mot: Encore

Ma note personnelle: 17/20

L’avis d’Eumène de Cardie: http://notesdeumene.wordpress.com/2012/02/10/pierre-pevel-les-lames-du-cardinal-trilogie-integrale/

Pour les amateurs de Jeu de rôle, l’éditeur « Sans-Détour » a adapté les Lames du Cardinal » en Jeu de Rôle. Voir le site de cet éditeur: Jeu de rôle « Les Lames du Cardinal« 

Les Lames du Cardinal – Pierre PEVEL

  

Quand on a, comme moi, grandi avec Alexandre Dumas, voilà exactement le genre de livre qu’on meurt d’envie de lire et que l’on craint de lire en même temps par peur d’être déçu.

Ceci dit, Pierre Pevel ne cherche pas à faire du Dumas.

Alors que Dumas nous présentait les mousquetaires du Roi, Pevel nous présente leurs meilleurs ennemis: les hommes du Cardinal. Nous cotoyons qussi bien les gardes officiels du Cardinal que les hommes que le Cardinal utilise pour des missions délicates.

Lorsque l’ambassadeur extraordinaire d’Espagne demande à Richelieu de rappeler ses meilleurs hommes « les lames du Cardinal » pour retrouver le fils d’un grand d’Espagne disparu à Paris, Richelieu n’a d’autre choix que de lui être agréable.

Dans un monde parallèle où les dragons ont existé et marqué le développement des différents royaumes humains, les lames du Cardinal devront affronter les descendants des dragons, les intrigues espagnoles, les spadassins qui hantent les rues de paris et jusquà leur propre employeur: le Cardinal lui-même. Face à tous ces complots, les lames ne peuvent compter que sur elles-mêmes et encore, n’y a t’il pas un traître parmi elles?

Ce roman est une grande réussite, Pevel nous fait revivre l’ambiance du paris du XVII siècle avec ses rues sombres où il ne fait pas bon de se promener à la nuit tombée. Le côté fantastique est très bien intégré à l’Histoire avec un grand H, les rebondissements sont nombreux et les personnages ont des personnalités riches et complexes. Le personnage de Richelieu est particulèrement retors comme dans la réalité. Il manipule plusieurs fils à la fois et n’hésite pas à en couper s’il pense que c’est dans l’intérèt de la France.

Vous irez de surprise en surprise jusqu’à la dernière page.

Ma note personnelle: 17/20

L’avis d’Eumène de Cardie: http://notesdeumene.wordpress.com/2012/02/10/pierre-pevel-les-lames-du-cardinal-trilogie-integrale/

Pour les amateurs de Jeu de rôle, l’éditeur « Sans-Détour » a adapté les Lames du Cardinal » en Jeu de Rôle. Voir le site de cet éditeur:

Jeu de rôle « Les lames du Cardinal« 

Rosée de Feu – Xavier MAUMEJEAN

  

L’auteur prend comme parti pris que les dragons ont réellement existé et que les Japonais ont réussi à les domestiquer. Dès lors, ils les utilisent comme montures volantes,  ils n’ont jamais développé l’aviation et ont créé des escadrilles de dragons de chasse (qui utilisent leur souffle enflammé pour abattre les avions ennemis) et de bombardement sur dragons (qui emportent des bombes entre leurs pattes)ainsi que des portes dragons qui remplacent les portes-avions des autres peuples.

Nous sommes immergés au sein d’une escadrille de pilotes japonais qui essayent d’enrayer l’avancée irrésistible des troupes américaines. Nous suivons l’émergence des escadrilles suicides où les pilotes s’écrasent avec leurs dragons sur les navires américains.

Ce livre est avant tout un exercice de style. L’auteur a respecté un certain nombre de contraintes stylistiques ce qui donne le découpage du roman,  je pense que ce livre plaira à ceux qui aime la littérature japonaise style la Pierre et le Sabre.

J’ai un avis assez mitigé. L’atmosphère est très bien rendue, l’auteur nous permet de comprendre comment ces pilotes en arrivent à ces actions kamikaze et comment certains japonais restent persuadés jusqu’au bout que leur détermination à mourir fera reculer l’ennemi et leur donnera la victoire finale. Tout ce qui a trait aux dragons est très bien rendu, l’auteur s’est appliqué à donner des explications sur l’élevage des dragons, leur entretien, leur système biologique, le contrôle des dragons par leurs pilotes.
Ceci étant, le remplacement des avions par des dragons ne change rien à l’Histoire avec un grand H et les îles japonaises tombent l’une après l’autre avec la reddition finale du Japon. Si on remplaçait les dragons à nouveau par des avions, on aurait juste un récit historique sur la fin de la guerre vue par les pilotes japonais.

Personnellement, je pense que le dénouement aurait été plus intéressant si l’auteur avait opté pour une modification de l’Histoire.

Ma note personnelle: 14/20

Gardens of The Moon(Les Jardins de la lune) – Steven ERIKSON

   

Ce premier tome nous entraîne à la suite du sergent Whiskeyjack et de son escouade de brûleurs de ponts (bridgeburners). Nos « héros »(Outre Whiskeyjack, on compte Kalam l’assassin, Maillet le médecin, Ben le Vif le magicien, Hedge et Picker les sapeurs…) faisaient partie d’une unité d’élite de l’empire malazéen, unité qui a été décimée pendant le siège de Pale, suite à une trahison. Apparemment, quelqu’un de haut placé désire éliminer des personnes qui deviennent trop populaires dont leur général. Alors qu’ils devraient être envoyés en repos, ils sont envoyés dans une mission tout aussi dangereuse que l’attaque de Pale.

Les brûleurs de ponts sont chargés d’infiltrer Darujhistan, la dernière des cités libres de Genabackis et de préparer l’attaque des troupes de l’Empire.

Mais qui veut donc la mort des brûleurs de pont et quelles sont les forces qui se sont mises en action pour aider ou pour neutraliser les malazéens. C’est ce que vous découvrirez dans ce premier tome. Guerriers, Assassins, mages, médecins, voleurs, dragons, morts-vivants… vous attendent

Voir aussi l’article sur Elbakin.net: http://www.elbakin.net/fantasy/cycle/le-livre-malazeen-des-glorieux-defunts/les-jardins-de-la-lune-299

Ma note personelle: 19/20

Le doigt d’Uthar – Dominique BEDART

   

Ceux qui me connaissent savent que je suis un fan des Nains. C’est pourquoi j’ai acheté ce roman d’un auteur inconnu jusqu’ici. Je dois l’avouer, j’ai été un peu déçu.

Ce roman est le premier tome du cycle du pourfendeur. Nous y suivons les aventures de Nori, un guerrier nain particulièrement redoutable qui par sa bravoure et son charisme, s’est élevé au rang de commandant de l’unité d’élite des gardes-frontières.

Nori a cependant un problème, il est sujet à des maux de tête de plus en plus violents.

Nori rencontrera, des humains et des elfes avec lesquels il se liera d’amitié. Entraîné par ses compagnons dans une aventure périlleuse, il finira par se mettre en quête de l’armure de son père, seul artefact capable de contenir ces maux de tête.

Le récit est certes rapide, facile à lire et bien écrit mais, il y a trop de maladresses, que ce soit dans les situations, les dialogues ou les réactions des personnages. ce livre convient plutôt à un public adolescent.

Ceci étant, c’est sans doute une très bonne introduction à la Fantasy pour ceux qui hésitent à en lire ou pour un jeune qui ne veut pas s’embêter à lire les états d’âmes de certains héros de Robin Hobb par exemple.

Ce livre n’est donc pas à condamner totalement, j’estime pour ma part que quelqu’un qui peut attirer des personnes vers la lecture fait oeuvre utile.

Ma note personnelle:10/20      (14/20 pour adolescent)

Published in: on 8 décembre 2010 at 17 h 27 min  Comments (1)  
Tags: , , , , , , , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :