What was it? – Fitz-James O’BRIEN (1859)

51e+l0h0DIL__AA278_PIkin4,BottomRight,-34,22_AA300_SH20_OU08_

Lorsque la logeuse de Harry, le narrateur de cette histoire décide de déménager pour un autre immeuble dans un quartier plus agréable de New York, ses locataires décident de la suivre pour vivre cette expérience particulière. Particulière? Oui parce que Ms Moffat, la logeuse en question a jeté son dévolu sur une maison hantée!

On parle en effet de bruits surnaturels, de portes qui s’ouvrent toutes seules, de meubles déplacés et empilés pendant la nuit, de bruits de pas alors qu’il n’y a personne de visible, de bruits de froissements ou de mains glissant sur les balustrades. Les concierges de l’immeuble en question ont fui et leurs remplaçants les ont imités. L’immeuble est sans locataire depuis trois ans parce qu’à chaque fois les candidats ont renoncé après avoir appris les rumeurs qui couraient sur l’immeuble.

En avant donc pour l’aventure, logeuse et locataires emménagent dans cet immeuble de tous les dangers! Bien entendu, la plupart sont hautement sceptiques, voire provocateurs, appelant les fantômes à se manifester au plus vite.

Cependant, peu de temps après avoir emménagé dans son nouveau logement, Harry est attaqué en pleine nuit, par une créature qui semble tombée du plafond directement sur son lit. Après une lutte sauvage dans l’obscurité avec l’être qui tente de le mordre et de le griffer, il parvient à maîtriser la créature apparemment humanoïde et à lui lier les bras. Il n’est, ceci dit, pas au bout de ses surprises car après avoir allumé la lumière, force lui est de constater que la créature attachée est invisible à l’œil nu, même si parfaitement tangible.

————————————————————————————————————————————————————–

Une deuxième très bonne nouvelle dans ce megapack avec une histoire mêlant fantastique, mystère, merveilleux scientifique…

Cette nouvelle date de 1859, une époque où la science a déjà fait bien des progrès et où l’on commence à avoir des explications sur des phénomènes inexpliqués, une époque où explorateurs se lancent à la recherche de civilisations disparues, où des chasseurs se lancent à la poursuite de monstres marins ou terrestres… Sommes-nous ici devant une tentative  rationalisation de phénomènes non-élucidés tel que fantômes et revenants, rationalisation qui n’a cependant pas pour but de rassurer le lecteur puisque ce récit place parmi nous des créatures invisibles, potentiellement dangereuses et dont nous ignorons les buts et motivations!

Une nouvelle que je rapprocherais par ce thème de créatures inconnues de la science de L’horreur des profondeurs de Morgan ROBERTSON

Ma note personnelle:15/20
« What was it? » de Fitz-James O’BRIEN in The Occult Detective  Megapack: 29 Classic Stories.
Edition Kindle.

 

A noter que cette nouvelle a été traduite à de multiples reprises en français, vous pourrez retrouver tous les détails des différentes traductions sur l’excellent site Noosfere: http://www.noosfere.com/icarus/livres/EditionsLivre.asp?numitemsommaire=4063

Vous pourrez également trouver plus de détails sur cet auteur et sur ses oeuvres sur le même site: http://www.noosfere.com/icarus/livres/auteur.asp?numauteur=68926802&Niveau=Romans

ou sur le site du Visage vert: http://www.levisagevert.com/bibliographie-auteurs/auteurs-o/auteurs-o/o0001.html

ou encore sur le site de la Base de données francophone de l’imaginaire (BDFI) : http://www.bdfi.net/auteurs/o/obrien_fitz_james.php

voire  en anglais sur le site de la SF encyclopedia: http://www.sf-encyclopedia.com/entry/obrien_fitz-james

A noter aussi cette discussion (en anglais) sur cette nouvelle: http://www.fustar.info/2008/02/06/dreadful-thoughts-story-club-what-was-it/

L’avis de Nébal: http://nebalestuncon.over-blog.com/article-qu-etait-ce-de-fitz-james-o-brien-122552411.html

The Pot of Tulips (1855) – Fitz-James O’BRIEN

51e+l0h0DIL__AA278_PIkin4,BottomRight,-34,22_AA300_SH20_OU08_

Un jeune homme qui a toujours désiré habiter une vieille villa hollandaise saisit l’occasion lorsque cette maison est mise en vente pour l’acquérir avec son ami Jaspar Joye. La maison était la propriété d’un Mr Van Koeren, ressortissant hollandais et de son épouse belge Marie. Il se fait que le jeune homme est engagé avec la petite-fille de M. Van Koeren.

Monsieur Van Koeren était d’une jalousie maladive et faisait subir l’enfer à sa jeune épouse. Lorsque celle-ci accoucha deux mois avant la date prévue, cela ne fit qu’alimenter la jalousie et les soupçons de Van Koeren. Dès lors, celui-ci décida de ne plus s’occuper de son épouse et de son enfant. Son fils, Alain Van Koeren se vit offrir de l’argent mais aucune éducation et encore moins d’affection. Encouragé au vice, Alain Van Koeren devint ivrogne, joueur, dépensier et libertin tandis que sa mère retourna dans les plaines ensoleillées (sic) belges . A la mort de son épouse, Mr Van Koeren jeta son fils dehors. Alain Van Koeren continua sa vie dissipée, même si sur un train réduit et mourut quelques temps après en laissant une fille derrière lui, seule héritière de Mr Van Koeren et la fiancée du narrateur. Ce dernier mourut peu de temps après son fils dans des conditions étranges. On raconte qu’avant de mourir, il prononça des paroles comme s’il s’adressait à quelqu’un d’invisible: « Trompé, je me suis trompé »… Alors que tout le monde pensait que Monsieur Van Koeren était très riche, on ne retrouva pas son argent, c’était apparemment la dernière vengeance de Van Koeren contre son fils et ses descendants.

Notre narrateur s’endort un soir dans la maison. Il est réveillé par une sensation étrange et remarque dans sa chambre une lueur étrange qui semble se matérialiser de plus en plus pour prendre une apparence humaine, il est de plus en plus convaincu qu’il s’agit du fantôme de Van Koeren et celui-ci lui montre un vase rempli de tulipes…

————————————————————————————————

Quand un homme se rend compte sur son lit de mort qu’il a fait subir un enfer à sa famille à cause d’une erreur de jugement, il ne lui reste plus qu’à revenir d’entre les morts pour tenter d’aider ses descendants.

Une très bonne histoire de fantômes qui tient plus du roman policier que de l’horreur pour ouvrir ce Megapack consacré aux détectives de l’Occulte. Le seul point étonnant, c’est quand l’auteur évoque les plaines et prairies belges ensoleillées! Soit le climat a fortement évolué depuis 1855, soit il a fait un très court séjour chez nous et il a eu beaucoup de chances, soit il n’a jamais mis les pieds en Belgique.

 

Ma note personnelle:14/20
« The Pot of Tulips » de Fitz-James O’BRIEN in The Occult Detective  Megapack: 29 Classic Stories.
Edition Kindle.

A noter que cette nouvelle a été traduite à de multiples reprises en français, vous pourrez retrouver tous les détails des différentes traductions sur l’excellent site de Noosfere: http://www.noosfere.com/icarus/livres/EditionsLivre.asp?numitemsommaire=50061

Vous pourrez également trouver plus de détails sur cet auteur et sur ses oeuvres sur le même site: http://www.noosfere.com/icarus/livres/auteur.asp?numauteur=68926802&Niveau=Romans

ou sur le site du Visage vert: http://www.levisagevert.com/bibliographie-auteurs/auteurs-o/auteurs-o/o0001.html

ou encore sur le site de la Base de données francophone de l’imaginaire (BDFI) : http://www.bdfi.net/auteurs/o/obrien_fitz_james.php

voire  en anglais sur le site de la SF encyclopedia: http://www.sf-encyclopedia.com/entry/obrien_fitz-james

 

Un passager encombrant – Robert BARR

Un passager encombrant

Monsieur Keeling embarque sur le Gibrontius à destination de l’Amérique afin d’y faire fortune, laissant son épouse en Angleterre. Lorsque Mr Keeling décède à bord, sa veuve ne reçoit de la compagnie d’assurance de la compagnie maritime qu’un dédommagement minime correspondant à peine au prix du billet de son mari.

Pourtant, moins d’un an plus tard, la compagnie maritime prend l’initiative de verser un dédommagement de 2100 Livres sterling. Qu’est ce qui a bien pu décider la compagnie à changer d’avis et à verser cette somme considérable pour l’époque ? C’est ce que vous découvrirez dans cette nouvelle.

Encore une excellente nouvelle de Robert BARR, certes courte mais complétée par un essai très intéressant sur la façon d’écrire une nouvelle.

Ma note personnelle : 18/20(Bon d’accord, c’est un de mes auteurs favoris et je suis peut-être un peu partial mais c’est quand même très bon)
Un passager encombrant – Robert BARR
Collection e-baskerville
Edition Kindle

Cette nouvelle peut être achetée sur Amazon à l’adresse suivante : http://www.amazon.fr/Un-Passager-Encombrant-Robert-Barr-ebook/dp/B009WRW5UA/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1389543243&sr=1-1&keywords=Un+passager+encombrant

On peut également acheter cette œuvre au format epub sur le site des éditions « les moutons électriques » à l’adresse suivante:  http://www.moutons-electriques.fr/livre-221

Chez Kobo books: https://store.kobobooks.com/fr-FR/ebook/un-passager-encombrant

ou encore sur le site de la Fnac: http://www4.fnac.com/livre-numerique/a5570342/Robert-Barr-Un-passager-encombrant#FORMAT=ePub

Et comme me le faisait remarquer Jean-Daniel Brèque sur facebook, cette nouvelle fait partie du recueil « Fantômes et assassins » disponibles chez Rivière blanche: http://www.riviereblanche.com/fantomes.htm

Mise-à-jour du 06/05/2015: la collection Baskerville dispose maintenant de son propre Blog

Le Fantôme Mène l’Enquête – Robert BARR

Le fantome mene l'enquete

William Brenton a organisé une fête de Noël en invitant 24 amis à diner (ou souper pour les belges). Ne se sentant pas très bien, il monte s’allonger un peu, laissant son épouse s’occuper de leurs invités. Ne se sentant toujours pas mieux, William se couche. Il se réveille un peu plus tard et, se sentant mieux, va s’asseoir dans un fauteuil. C’est alors qu’il constate avec stupeur qu’il est également toujours couché dans son lit, avec un visage fort gris. Persuadé qu’il est en plein cauchemar, il essaie de se réveiller mais rien à faire. Les minutes puis les heures passent. Lorsque son épouse vient se coucher, dans le noir pour ne pas réveiller son mari, elle ne s’aperçoit de rien.

Ce n’est qu’en se réveillant au petit matin que Madame Brenton constate le décès de son mari. A ce moment une personne apparaît à William Brenton et lui explique qu’il est mort et qu’il ne peut dès lors plus entrer en contact avec les vivants. Il devrait essayer de s’habituer à son nouvel état et ne plus s’occuper des affaires des vivants, après tout s’il tient tant à son épouse, il la retrouvera lorsque celle-ci décèdera à son tour. William doit bien admettre l’évidence, il est désormais un fantôme et ses tentatives pour parler aux vivants ne sont pas concluantes.

Mais William ne peut se résoudre à rester à l’écart et encore moins lorsqu’il apprend que son décès n’avait rien de naturel mais qu’il a été empoisonné. Le premier fantôme qu’il a rencontré le met alors en contact avec un autre fantôme qui lui n’a pas renoncé à tenter de communiquer avec les vivants.

Le fantôme mène l’enquête est un petit chef d’œuvre d’humour satirique d’une étonnante modernité, on y voit des fantômes « à la Dickens » et on n’y aborde cependant en aucun cas le point de vue de la religion, pas de questions sur la paradis ou l’enfer. Les fantômes existent, et une fois le fait accepté, on se concentre sur les interactions possibles entre le monde des fantômes et le notre et sur les avantages du monde des fantômes (déplacement instantané, contact immédiat avec la personne à laquelle on pense).

Ce court roman de 1896 aurait aussi pu s’intituler les fantômes mènent l’enquête, vous comprendrez pourquoi en le lisant. C’est encore une fois une belle découverte que ce roman de Robert Barr (Éditeur important de son époque quand on voit les auteurs publiés dans la revue qu’il dirigea) et j’espère que la collection baskerville publiera d’autres ouvrages de cet éditeur et romancier. Je suis particulièrement curieux de découvrir son « In a Steamer Chair and Other Stories ».

A noter que la notice biographique de Jean-Daniel Brèque éclairera le lecteur sur le choix des « héros » de ce récit.

Ma note personnelle : 17/20
Le fantôme mène l’enquête
Robert BARR
Collection e-baskerville
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Ce court roman peut être acheté sur Amazon à l’adresse suivante: http://www.amazon.fr/Le-Fant%C3%B4me-M%C3%A8ne-lEnqu%C3%AAte-ebook/dp/B007E2YLOI/ref=sr_1_17?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1359205063&sr=1-17

On peut également acheter cette oeuvre au format epub à l’adresse suivante: http://www.moutons-electriques.fr/livre-212

ou sur le site de Kobobooks voire sur celui de la FNAC

Ce roman est la pièce principale en version « papier » de l’anthologie « Fantômes et assassin » : http://www.riviereblanche.com/fantomes.htm

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

 

Le Sablier – Robert BARR

Le sablier

Lorsqu’un gentleman rentre chez lui avec un sablier antique déniché chez un brocanteur de ses connaissances, il est loin de se douter que cet achat va attirer chez lui un visiteur inattendu.

En effet, quelques heures après avoir installé ce sablier noir dans son salon, un militaire vêtu d’un uniforme datant de près de 150 débarque chez lui et prétend être le propriétaire « moral » du sablier.

Notre gentleman ne se laissant pas démonter, demande au militaire à quel titre il prétend avoir des droits sur le sablier et le militaire entreprend de raconter son histoire qui est, comme on le découvrira, intimement lié au sablier.

Cette nouvelle de la collection e-baskerville nous entraîne cette fois-ci dans un conte fantastique, on n’est pas loin de Dickens. Encore un écrivain trop peu connu du grand public.
Très bonne édition kindle comme cela semble l’habitude dans cette collection avec une notice bio-bibliographique très intéressante.

Ma note personnelle : 16/20
Le sablier – Robert BARR
Collection e-baskerville
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Cette nouvelle peut être achetée sur Amazon à l’adresse suivante: http://www.amazon.fr/Le-Sablier-ebook/dp/B009WRWAL4/ref=sr_1_18?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1356967262&sr=1-18

On peut également acheter cette nouvelle au format epub à l’adresse suivante: http://www.moutons-electriques.fr/livre-220,

sur le site de Kobobooks ou sur celui de la FNAC

Cette nouvelle figure également en version « papier » au sommaire de l’anthologie « Fantomes et assassin » : http://www.riviereblanche.com/fantomes.htm

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

%d blogueurs aiment cette page :