Les mensonges de Locke Lamora – Scott LYNCH

Les mensonges de Locje Lamora2

Locke Lamora orphelin de 6 ans est vendu au « Faiseur de Voleurs », un chef de bande vivant sous le cimetière de Camorr qui a réuni autour de lui des gamins de tout âge qui pratiquent toutes formes de vols sous couvert notamment de mendicité. Hélas, sur le trajet pour se rendre chez le Faiseur de Voleurs, Locke a déjà volé un « Veste Jaune » (nom donné aux membres de la police de Camorr), par la suite ? Locke se distingue par des idées brillantes mais dont il ne pèse pas les conséquences, par exemple lorsqu’il crie à la peste dans une taverne et que tous les clients s’enfuient, il récupère les biens oubliés mais n’a pas compris que les vestes jaunes seraient poussées à mettre le feu à la taverne. Le Faiseur de Voleurs décide donc de revendre Locke au prêtre aveugle du temple de Perelandro, le père Chains.

Locke ne tarde pas à découvrir que le père Chains est en fait un faux prêtre et un vrai voleur et chef de la bande des Salauds Gentilshommes. Cette bande est beaucoup plus petite que celle du Faiseur de Voleurs, ne comprenant que le père Chains,  Locke et les frères Calo et Galdo Sanza mais cette une bande qui travaille à un autre niveau. Auprès du père Chains, Locke apprend l’art du déguisement et du subterfuge, il apprend à devenir toute sorte de personnages notamment en apprenant la cuisine, les bonnes manières et toute sorte de talents très divers, il fait aussi comme les autres membres de la bande un passage en tant qu’apprenti dans un des 12 autres cultes de Camorr.

Les années ont passé, le père Chains est décédé et Locke est devenu chef de la bande, celle-ci s’est agrandie de deux membre, Jean Tannen qui a rejoint la bande peu après Locke et Moucheron, un jeune apprenti. Locke, c’est le cerveau et l’acteur de la bande, Jean son meilleur ami est le costaud de service (le père Chains ayant pris soin de faire entrer Jean chez le meilleur maître d’armes de Camorr alors que Jean était encore gamin), les frères Calo et Galdo jouent les seconds rôles tandis que Moucheron fait le guet, espionne et rend toutes sortes de petits services. La bande rend officiellement compte au Capa Barsavi, le parrain de la ville qui a la main mise sur toutes les bandes de voleurs de Camorr. En réalité, Les Salauds Gentilshommes ne déclarent qu’une toute petite partie de leurs activités et bafouent allègrement la « Paix Secrète » établie entre Barsavi et le duc de Camorr(cet accord prévoit que les voleurs ne s’en prendront ni aux nobles, ni aux vestes jaunes). Pour camoufler ses activités, Locke a inventé un personnage fictif : La Ronce de Camorr, personnage mystérieux, capable de toutes les audaces et dotés de toutes les qualités.

Alors que les Salauds Gentilshommes sont en train de mettre en œuvre leur dernier plan, l’enfumage d’une des familles nobles les plus riches de Camorr, ils se retrouvent mêlés à un conflit entre le capa Barsavi et un nouveau venu à Camorr : le Roi Gris. Ce dernier semble mener une guerre à Barsavi en éliminant les chefs de bandes affiliés à  Barsavi les uns après les autres. Et voilà que le Roi Gris a décidé de mêler les Salauds Gentilshommes à sa petite guerre. Les Salauds Gentilshommes Sauront-ils s’en sortir vivants?

 


J’ai lu ce roman avec beaucoup de retard puisqu’il y a déjà 3 tomes traduits en français (l’auteur en prévoit déjà 7) et donc bien au courant que cette série avait une excellente réputation.

Et effectivement, j’ai trouvé ce premier tome excellent, même s’il n’est pas sans défaut. L’ambiance est prenante, on est au cœur de l’action et il n’y  a pas beaucoup de temps morts. Bien sûr, il faut supporter les retours en arrière parce que l’on revient constamment sur l’enfance de nos gentilshommes ce qui peut perturber certains lecteurs mais c’est indispensable pour savoir ce qui distingue ces salauds des autres voleurs et comment s’est formée la bande et la force des liens qui unissent ses membres

Ce roman met surtout, à mon humble avis, en valeur la ville de Camorr avec son histoire qui se perd dans un passé lointain (on y trouve par exemple des bâtiments en Verre d’Antan laissés par une race mystérieuse, ce matériau ayant résisté au temps est apparemment indestructible), ses coutumes, ses religions et son folklore. Camorr est une ville portuaire composée de nombreux îlots reliés par des ponts, l’ambiance y est donc quelque peu vénitienne ce qui entraîne inévitablement l’imagination..

C’est un roman qui fonctionne très bien comme je l’ai dit, notamment grâce à une foule de détails comme une sorte de combats de gladiateurs sur l’eau  où les combattants sont sur des passerelles et affrontent des créatures marines, il y a aussi un établissement de crédit  très intéressant et certaines professions dont le développement a été assez fouillé comme les alchimistes par exemple.

Le seul reproche que je ferais, c’est qu’à force de « vivre » au milieu d’autant de voleurs, on a un peu l’impression qu’ils représentent une part trop importante de la population.

Pour les amateurs de Jeu de Rôle, il y a de nombreuses idées à reprendre pour jour à « Thieves World » par exemple ou Jouer dans la ville de Marienburg dans Warhammer JDR.

Ma Note personnelle: 17/20
Les Mensonges de Locke Lamora (Les Salauds Gentilshommes T1) – Scott LYNCH
Edition Kindle

A noter, un résumé très complet du roman sur Wikipedia et n’oubliez pas d’aller visiter le site consacré à la série

Si vous voulez d’autres avis, en voici quelques uns: Le Bibliocosme; Albédo; Le Culte d’Apophis; Herbefol

 

 

Publicités

Watsburg – Cédric FERRAND

Wastburg1   Wastburg2

Wastburg est une ville qui s’est bâtie sur le Delta du Puerk, fleuve qui forme la frontière naturelle entre le Waelmstat et la Loritanie. Les Waelmiens nomment ce fleuve le Puerk tandis que les Loritaniens l’appellent la Fuile. Wastburg a gardé son statut de ville indépendante même si la majorité de sa population est originaire du Waelmstat. La cité est gouvernée par un burgmaester aidé par un conseil des maesters qui dirigent la ville par l’entremise d’un certain nombre d’échevins. Pour appuyer leur autorité les maesters peuvent compter sur la garde.

 Les gardes, surnommés gardoches, on les retrouve un peu partout : dans les rues, sur les toits, sur les quais, sur le fleuve, sur les ponts qui mènent à la ville ceux-là portent l’appellation de « Pontards »)… Ils sont aussi assignés à la garde de la prison (appelée « La Purge ».

Dans cet ouvrage, nous suivons des gardoches de toutes sortes, vaquant à leurs occupations diverses. Ces gardoches ont leurs activités bien réparties, on n’assure pas la garde à tour de rôle sur le pont ou sur le fleuve. Non, chacun à son rôle bien défini, les ponts sont gardés par les Pontards, le fleuve a sa patrouille assignée…

Et au cœur de tout cela, les intrigues se multiplient. Wastburg est une ville sur le déclin ou la vie est facile mais on peut, par contre, y perdre facilement la vie. Depuis que la magie a disparu et que les majeers ne sont plus là pour mettre de l’ordre, c’est la débrouille qui règne en maîtresse. Si les gardoches assurent l’ordre, ils n’en sont pas moins des hommes, sujets à toutes les faiblesses humaines : paresse, ivrognerie, corruption et ce à tous les niveaux qu’il s’agisse d’un simple gardoche, d’un prévôt, d’un échevin voire d’un maester et peut-être même du burgmaester (qui sort, paraît-il déguisé dans le rues de Wastburg afin de découvrir ce que l’on pense réellement de lui…)

Si le découpage du récit nous permet d’appréhender la cité par petite touches, il dessert cependant la cohérence et l’intérêt de l’histoire qui nous est racontée. Les personnages sont peu charismatiques, souvent mou et/ou corrompus, on a du mal à se souvenir de qui est qui. Comme on ne retrouve certains d’entre eux que plusieurs dizaines de pages plus loin et sans nécessairement rappeler ce que fait l’individu. Ce ne serait pas grave si ce livre était tellement bien écrit que l’on ne le lâche pas avant d’avoir fini mais j’ai éprouvé quelques peines à lires plus de quelques pages d’affilées. Par exemple en reprenant ma lecture, je lis que la prison est attaquée par Polkan et que l’explosion qui a percé le mur a été déclenchée par un alchimiste. J’ai su tout de suite resituer l’alchimiste mais par contre j’ai du aller rechercher qui était Polkan et j’ai pu raccrocher une histoire de tonneaux de salpêtre volés sur un bateau.

Le fait est qu’à force de tuer des personnages au bout de quelques pages, il ne reste plus personnes à qui se raccrocher si ce n’est la ville elle-même.

 Un autre élément qui m’a un peu gêné dans ma lecture, c’est l’emploi d’un argot un peu trop moderne par moment(daron ?). C’est un peu dommage parce que sinon, c’est rempli de trouvailles intéressantes.

Mon impression, c’est que ce récit a été créé dès le départ pour servir de base au jeu de rôle du même nom, en créant une ville où les joueurs ne se sentiraient jamais à l’abri et où tout serait possible pour des audacieux mais cela nuit à la qualité littéraire de l’ouvrage en soi.

Ma note personnelle : 12/20 (16/20 comme décor de jeu de rôle)
Cedric FERRAND – Wastburg
Folio SF numéro 452
404 pages

A noter, le jeu de rôle qui permet de faire vivre vos personnages dans Watsburg: http://www.black-book-editions.fr/produit.php?id=378

D’autres avis:

Noosfere: http://www.noosfere.com/icarus/livres/niourf.asp?numlivre=2146579858
RSFblog: http://rsfblog.canalblog.com/archives/2012/09/02/25011172.html
Le dragon galactique: http://ledragongalactique.blogspot.fr/2012/08/wastburg-cedric-ferrand.html
Impromptu: http://impromptu.hautetfort.com/archive/2011/12/07/wastburg-de-cedric-ferrand.html
Hugin et Munin: http://hu-mu.blogspot.fr/2011/09/wastburg-cedric-ferrand-critique-pro.html
Bifrost: http://www.belial.fr/blog/wastburg
Nevertwhere: http://nevertwhere.blogspot.fr/2012/11/wastburg-cedric-ferrand.html
Guillaume traqueur-stellaire: http://www.traqueur-stellaire.net/2012/01/wastburg-cedric-ferrand/
Cédric Jeanneret: http://siku00.blogspot.fr/2011/01/wastburg.html
Les lectures d’Efelle: http://efelle.canalblog.com/archives/2011/10/19/22408069.html
elbakin: http://www.elbakin.net/fantasy/roman/wastburg-3427

Et une interview de Cédric Ferrand par Gromovar: http://www.quoideneufsurmapile.com/2011/08/cedric-ferrand-wastburg-mystery-tour.html

Published in: on 31 décembre 2013 at 17 h 07 min  Laisser un commentaire  
Tags: , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :