Kirov V – 9 Days Falling

Kirov Saga V - 9 Days Falling

 

Kirov Saga: Nine Days Falling, Vol. I

En accord avec l’Amiral Volsky, Fedorov part à la recherche d’Orlov. Il retourne en 1942 en faisant placer dans un réacteur nucléaire fixe la fameuse barre 25 dans un réacteur fixe se trouvant à Vladivostok. Fedorov, accompagné de deux marines, se retrouve donc bien en Union Soviétique en 1942, il ne lui reste « plus » qu’à faire le voyage de Vladivostok vers Baku. Au cours de ce voyage, Fedorov tombe sur un étrange endroit en Russie où en descendant un certain escalier d’une auberge, l’on peut se retrouver en 1908.Les anglais de l’époque sont aussi à la poursuite d’Orlov depuis qu’il leur a faussé compagnie à Gibraltar.

A notre époque, la guerre froide se réchauffe dangereusement et l’Amiral Volsky est obligé d’envoyer le capitaine Karpov en mer pour faire face à la 7ème flotte US. L’explosion d’un volcan va projeter le Kirov, accompagné cette fois-ci par deux navires d’escorte en 1945 au moment de l’invasion des îles Kouriles. Karpov ne manquera pas l’occasion d’aider les troupes russes à conquérir ces iles. Mais une autre opportunité se présente aux russes : une grande partie de la flotte US se trouve regroupée à l’occasion de la capitulation du Japon…

Pendant ce temps, l’Amiral Volsky fait dépêcher la barre 25 vers la mer noire pour être chargée sur un autre bâtiment à propulsion nucléaire qui ira récupérer Fedorov et Orlov. Sur cette même mer noire, une compagnie privée britannique tente de sauver ses pétroliers des attaques des groupes indépendantistes et terroristes qui se sentent pousser des ailes en ce début de troisième guerre mondiale. Les britanniques ont un atout dans la manche puisque la propriétaire de la compagnie a racheté un destroyer britannique et l’a remis à neuf avec des équipements militaires de derniers cris, le tout soigneusement camouflés pour donner à ce vaisseau l’apparence d’un yacht de plaisance.

Volsky se voit aussi confronté à d’autres militaires russes qui mènent une enquête sur la disparition du Kirov et notamment à Kamenski qui a ressorti de vieilles photos de la seconde guerre mondiales où l’on peut voir des débris de projectiles qui pourraient bien avoir été tirés par le Kirov ?!?

 

—————————————————————————————————

Nine days falling est le cinquième tome de la Saga Kirov (27 tomes parus au moment où j’écris ces lignes sans compter des tomes qui regroupent les chapitres parus dans ces 27 tomes par théâtre d’opération).  C’est aussi le premier tome de la deuxième « trilogie », l’auteur expliquant sur son blog que la saga est divisée en trilogies suivies par un tome qui fait le lien avec la trilogie suivante.

Nous suivons donc le lancement de nouveaux fils d’intrigues. C’est un tome qui ne manque cependant pas d’action puisqu’on y voit le début d’un affrontement entre russes et américains jusqu’à l’explosion du volcan.

En résumé une nouvelle mise en place où la tension monte et les premiers projectiles sont lancés.

Ce roman est disponible sur Amazon

Un site web est aussi consacré à la série :

http://writingshop.ws/

ainsi qu’un blog: http://kirovseries.wordpress.com/2013/03/16/the-kirov-series-by-john-schettler/

Ma note personnelle : 15/20
Kirov V – 9 Days Falling – John SCHETTLER
Edition Kindle

Voir mon article sur le tome I: https://daidin.wordpress.com/2013/10/21/kirov-john-schettler/

Voir aussi le tome II:https://daidin.wordpress.com/2014/06/29/kirov-ii-cauldron-of-fire-john-schettler/

Le tome III: https://daidin.wordpress.com/2014/11/14/kirov-iii-pacific-storm-de-john-schettler/

et le tome IV: https://daidin.wordpress.com/2015/05/14/kirov-iv-men-of-war/

Publicités

Pages mises à jours

1632verse: Quelques ajouts et mises à jour (livres parus et à paraître)

1636 - The Chronicles of Dr Gribbleflotz

La Saga Kirov: ajout des livres 20 à 22

Kirov XXII

Published in: on 16 janvier 2016 at 17 h 43 min  Comments (2)  
Tags: , , , , , , , ,

Kirov IV – Men of War – John SCHETTLER

VKirov Saga IV - Men Of War

Le Kirov est enfin de retour à son époque. Il avait disparu dans l’atlantique Nord et il est réapparu dans le Pacifique avec de nombreux dégâts et un arsenal pratiquement épuisé (et surtout une tête nucléaire manquante), ainsi que de nombreux marins tués. L’équipage du croiseur de bataille sait qu’il aura à répondre à de nombreuses et difficiles questions, le problème étant que personne de sain d’esprit n’oserait raconter ce qui s’est réellement passé sous peine de se retrouver à l’asile.

Pendant ce temps, Orlov est parvenu à joindre les côtes espagnoles mais en traversant la méditerranée, le bâteau de pêche sur lequel il a trouvé place touche une mine allemande. Orlov est récupéré par les britanniques qui sont très intrigués par ce marin russe, apparemment un ex-officier et son équipement, notamment un pistolet autrichien Glock et des écouteurs dont sortent une voix (la voix d’un ordinateur dont les composants sont implantés dans la veste d’Orlov et qui contient notamment un mini-wiki). Heureusement pour Orlov, l’agent du MI6 qui l’interroge se trouve en réalité être un agent-double travaillant pour les soviétiques. Une évasion est organisée et Orlov se retrouve en route vers la mer noire.

Ayant débarqué à Vladivostok pour y prendre son nouveau poste de commandant de la flotte du Pacifique, l’Amiral Volsky doit laisser le Karpov et Fedorov se débrouiller avec les enquêteurs et leurs nombreuses questions par exemple: qu’est il advenu du missile nucléaire ou qui sont ces hommes déclarés tués lors d’une explosion et que Moscou ne connaît pas (Apparemment tous les hommes tués pendant les déplacements temporels du Kirov semblent n’être jamais nés)?

Au même moent, Fedorov a découvert quelques changements historiques: le Japon par exemple a capitulé en avril 1945. De plus, en achetant une nouvelle version  de « The Chronology of The Naval War at Sea 1939-1945 » et en la comparant avec celle qu’il avait à bord, Fedorov découvre des différences entre les deux ouvrages.

Alors que l’Amiral Volsky fait procéder à des essais sur la barre de contrôle N°25 sur un banc d’essai à Vladivostok, le marin Markov et les objets qui l’entourent se retrouvent déplacés le 7 septembre 1942. Débarquant dans une chambre inconnue à la plus grande frayeur de son occupante, Markov, paniqué, s’enfuit dans les rues de Vladivistok et se retrouve poursuivi par le NKVD. Abattu sur les quais, la revue qu’il tenait en mains tombe aux pieds d’un marin américain qui appartient à l’un des navires qui s’occupent du Lend Lease. Parmi les articles de la revue, il y en a un sur la commémoration du désastre de l’opération « agreement« . Prévenu, les britanniques annulent l’opération au vu des détails fournis dans l’article. pour eux, il est clair que l’opération a été éventée mais comment autant de détails ont pu  être divulgués alors que certains ont été modifiés très récemment…

Profitant du fait que les unités choisies pour l’opération agreement ont été libérées, le MI6 charge l’agent 17F de mettre sur pied une opération pour retrouver Orlov qui semble avoir débarqué sur les côtes de la mer noire. Alors que les britanniques ont débarqué au sud de Bakou, les allemands s’approchent des champs pétrolifères (contrairement à ce qui s’est passé dans notre ligne temporelle, Hitler à ordonné au général Hoth d’envoyer le gros des 16ème et 29 ème divisions motorisées s’emparer des champs pétrolifères a,u lieu de les envoyer sur Stalingrad).

En 2021, la situation internationale continue à se dégrader même si cette fois-ci, aucun sous-marin américain n’a été coulé par le Kirov. La tension entre la Chine et le Japon monte, ce qui oblige les américains à se mettre en état d’alerte mais le plus préoccupant est que la Chine est décidée à récupérer Taïwan et prépare sa flotte d’invasion. Les Russes, tenus par le traité Sinopac mettent leur flotte en état d’alerte et font sortir celle-ci de ses ports avec à la tête de la flotte du pacifique, le fleuron de celle-ci le Kirov (réarmé avec de nouveaux missiles plus performants.

Fedorov, après en avoir discuté avecVolsky et Karpov, a suivi, escorté par Troyak et un autre marine,  le chemin emprunté par Markov afin de retrouver Orlov en 1942 et essayer ainsi de modifier le futur pour éviter la guerre mondiale qui se profile et pour laquelle, il n’y aura que des vaincus.

—————————————————————————————————

Ce quatrième tome marque la transition vers la deuxième trilogie. De plus en plus d’acteurs semblent au courant d’anomalies temporelles et plusieurs convergent vers Orlov.

A noter que l’auteur fait référence à une théorie temporelle développée dans une autre de ses séries: Meridian.

Nous semblons plus évoluer dans un univers constitués d’une infinité de mondes parllèles divergeants qui sont créés lors d’événements spécifiques que dans un seul univers où l’Histoire se modifierait en fonction des actions passées.

A noter que la série Kirov en est au 27ème volume (en Novembre 2016).

Ce roman est disponible sur Amazon

Un site web est aussi consacré à la série : http://writingshop.ws/

ainsi qu’un blog: http://kirovseries.wordpress.com/2013/03/16/the-kirov-series-by-john-schettler/

Ma note personnelle : 15/20
Kirov IV – Men of War – John SCHETTLER
Edition Kindle

Voir mon article sur le tome I: https://daidin.wordpress.com/2013/10/21/kirov-john-schettler/

Voir aussi le tome II: https://daidin.wordpress.com/2014/06/29/kirov-ii-cauldron-of-fire-john-schettler/

Le tome III: https://daidin.wordpress.com/2014/11/14/kirov-iii-pacific-storm-de-john-schettler/

Et le tome V: https://daidin.wordpress.com/2016/12/09/kirov-v-9-days-falling/

Nouvelle page sur mon blog consacrée à la Saga « Kirov » de John SCHETTLER

Le titre est suffisamment explicite, la page est à cette adresse: La Saga Kirov

Kirov Saga XVII - Doppleganger

Kirov III – Pacific Storm de John SCHETTLER

Kirov 3

A peine arrivé à Sainte-Hélène le 23 août 1942, le Kirov a disparu à nouveau dans le futur post-apocalyptique. Se déplaçant jusque dans le pacifique à la recherche d’un endroit civilisé qui aurait survécu, le Kirov découvre sur une île un journal qui explique que la guerre a éclaté suite à une escalade qui avait commencé par l’attaque d’un navire russe dans l’Atlantique et qui avait culminé avec l’attaque d’un sous-marin américain par un navire russe dans le Pacifique.

Lorsqu’il retourne dans le passé, le Kirov apparaît, juste en dessous d’une escadrille d’avion Japonais qui sont en route pour attaquer le port australien de Darwin. Les Japonais détachent 9 bombardiers en piqué Aichi D3A (Val). Surpris pendant la transition, l’équipage du Kirov n’a que peu de temps pour réagir mais réussit cependant à détruire 8 des 9 avions Japonais avant qu’ils aient pu placer une bombe sur leur navire. Le 9ème Val réussit cependant à toucher le navire mais sans faire de gros dégâts parce que les bombes emportées par les chasseurs bombardiers n’étaient pas destinées à attaquer des navires.

Les officiers du Kirov constatent que cette fois-ci, ils sont réapparus le 24 août 1942 au large de Melville Island (Ce qui ne manquera pas de surprendre l’amirauté britannique lorsqu’elle découvrira que le Kirov a parcouru 7.800 Miles en une journée!). La trame temporelle a été modifiée par l’entrée en guerre précoce des américains de sorte que Pearl Harbor ne s’est pas produit et que si les deux pays sont en guerre, le Japon n’a pas attaqué Midway et a décidé de tourner les yeux vers le Sud pour tenter de faire barrage aux Américains en ancrant leur ligne à partir de l’Australie. Ils n’ont aucune intention de s’emparer du pays entier mais bien d’y installer une base pour mener des raids.

Ceci explique que dans la région où le Kirov a débarqué, on trouve notamment les 6 gros porte-avions Japonais de l’époque ainsi que plusieurs croiseurs de bataille (tel le Kirishima) ou cuirassés (Yamato, Nagato, Mutsu…).

Les officiers du Kirov ont entre-temps découvert que leurs sauts dans le temps semblent être liés à l’utilisation d’un tube de réserve du réacteur nucléaire. En effet tous les 12 jours, l’ingénieur en charge du réacteur procède à une vérification d’un des 24 tubes et le remplace pendant l’examen du tube vérifié par le tube de réserve ou tube 25.

Les 9 avions Japonais appartenaient à une escadrille de la division de l’Amiral Hara, cette division comprenant les Porte-avions Zuikaku, Shokaku et le Porte-avion léger Zuiho. Après la première attaque manquée, l’Amiral Hara décide d’envoyer 12 bombardiers torpilleurs , de plus il dépêche 3 croiseurs légers pour intercepter le Navire étranger et leur envoie le Kirishima en renfort.

Les croiseurs Myoko, Haguro et Nachi se retrouvent sous le feu des canons de 152mm du Kirov avant même d’arriver à portée de tir pour riposter. Bien qu’endommagés tous les trois, ils continuent leur route jusqu’à ce que le Kirov se décide à envoyer un missile Moskit III sur l’Haguro ce qui a pour effet de stopper net ce dernier. Alors que les croiseurs légers se retirent, une nouvelle attaque aérienne, cette fois menée par 36 bombardiers en piqué et 19 bombardiers torpilleurs escortés par 12 zéros arrive sur le Kirov. Sur les 55 avions assaillants, seuls 7 rejoindront le Zuikaku et le Shokaku mais le Kirov a encaissé plusieurs coups et un des avions, celui du chef et seul survivant de l’escadrille de 9 bombardiers en piqué qui avaient mené la première attaque, écrase son Val sur le Kirov.

Ralenti par les dégâts de l’attaque aérienne, le Kirov voit se rapprocher le Kirishima rejoint par le croiseur Tone. Le Kirishima est maintenu à distance à coup de missiles Moskit II et P900 (SS27N Sizzler selon la dénomination Otan). Le kirov ne parviendra à s’en débarrasser qu’en larguant des mines MDM-7S dans son sillage. ayant touché des mines, le Kirishima sombre mais reste échoué à cause de la faible profondeur.

Les Japonais n’ont pas dit leur dernier mot, un sous-marin Kaichu K5, le Ro 33 tente une attaque et parvient à toucher le Kirov.

Japanese_submarine_Ro-33_in_1939

Ralenti encore une fois, le Kirov doit encore repousser une vague d’assaut de 13 bombardiers en piqué, 18 bombardiers torpilleurs et 24 chasseurs.

Ayant repoussé ses adversaires, le Kirov sera cependant surpris par une attaque de deux chasseurs de nuit dont l’un parvient à tirer une rafale de ses canons de 20mm sur le Kirov.

C’est alors qu’apparaît un nouvel adversaire, rien moins que le Yamato avec l’amiral Yamamoto lui-même à bord et trois destroyers, les Jintsu, Yura et Nagara. Le Kirov parvient à éviter les torpilles des destroyers japonais (infligeant de lourds dégâts à ceux-ci avec ses canons seuls) et les obus du Yamato. Il faudra cependant 7 Moskits II, 2 P900 et 2 torpilles UGST-2 pour infliger suffisamment de dégâts au super-cuirassé et le persuader le d’arrêter la poursuite.

Alors que le Kirov commence à subie d’étranges distorsions, le faisant apparaître et disparaître, il réapparaît à courte distance du croiseur japonais Tone et celui-ci semble lui passer au travers. Enfin le Kirov s’immobilise à nouveau dans le futur.

Il y a cependant une grosse différence, cette fois-ci, le Kirov réceptionne des signaux radios. apparemment, il est revenu avant l’apocalypse nucléaire. A peine réapparu, le Kirov détecte un sous-marin américain à proximité. Persuadé qu’ils vont être attaqués, les marins du Kirov s’apprêtent à attaquer le sous-marin lorsque le capitaine Karpov stoppe l’attaque. Karpov s’est souvenu à temps des journaux trouvés dans le futur apocalyptique. Les événements ayant déclenché la catastrophe étaient la disparition du Kirov et la destruction par ce même navire d’un sous-marin nucléaire américain.

En annulant l’attaque, Karpov a permis d’empêcher le conflit et le Kirov peut désormais rentrer à sa base où un certain nombre de questions difficiles attendent l’Amiral Volsky et ses officiers.

—————————————————————————————————————————————————–

Un troisième tome mené tambour battant, comme on peut le lire plus haut, il n’y a pas de temps morts, les attaques se succèdent à un rythme soutenu et le Kirov devra utiliser la quasi totalité de son arsenal pour survivre (à la fin, il ne reste qu’un missile anti-aérien et moins d’une dizaine de missiles anti-navires.

Pour ceux qui comme moi, se demandaient comment l’auteur pouvait étirer sa série au vu de la consommation effrénée de munitions, John Schettler apporte une réponse en ramenant le navire à son port d’attache à la fin de ce troisième tome.

A noter que la série Kirov en est au 18ème volume (en Mai 2015).

Ce roman est disponible sur Amazon à l’adresse suivante :

http://www.amazon.fr/Kirov-III-Pacific-Storm-Book-English-ebook/dp/B00B92RPEW/ref=sr_1_6?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1415976766&sr=1-6&keywords=kirov

Un site web est aussi consacré à la série :

http://writingshop.ws/

ainsi qu’un blog: http://kirovseries.wordpress.com/2013/03/16/the-kirov-series-by-john-schettler/

Ma note personnelle : 16/20
Kirov III – Pacific Storm – John SCHETTLER
Edition Kindle

Voir mon article sur le tome I: https://daidin.wordpress.com/2013/10/21/kirov-john-schettler/

Le tome II: https://daidin.wordpress.com/2014/06/29/kirov-ii-cauldron-of-fire-john-schettler/

Le tome IV: https://daidin.wordpress.com/2015/05/14/kirov-iv-men-of-war/

Et le tome V: https://daidin.wordpress.com/2016/12/09/kirov-v-9-days-falling/

Kirov II – Cauldron of Fire – John SCHETTLER

Kirov II

Le Kirov après avoir lancé un missile nucléaire en 1941, s’est retrouvé plongé dans un monde dévasté où même la plus petite île semble avoir été dévastée. Alors qu’il explore ces territoires post-apocalyptiques au large de l’Italie, il se retrouve à nouveau transporté en dans le temps.

Repéré très vite par un chasseur Beaufighter, le vaisseau est mitraillé alors que ses instruments sont encore perturbés par le saut temporel et l’amiral Volsky est blessé pendant l’attaque.

Le capitaine Fedorov (qui a été nomme pour remplacer le capitaine Karpov suite à la tentative de ce dernier d’éliminer Roosevelt et Churchill -voir Kirov I) parvient à déterminer que le vaisseau a été transporté cette fois-ci en août 1942.

Si l’équipage pensait être mal tombé en 1941, ce n’était rien comparé à la situation dans laquelle ils se retrouvent: il se retrouve au début de l’opération Pedestal, une opération des plus cruciales puisqu’il s’agissait de l’escorte d’un convoi vers Malte qui était à ce moment-là à bout de ressources (pour plus de renseignements sur l’opération Pedestal: http://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Pedestal ).

On retrouve donc d’un côté, un convoi de navire marchands escortés par les cuirassés Rodney et Nelson (équipés de canons de 16 pouces soit 406mm), cinq porte-avions, plusieurs croiseurs et destroyers ainsi que l’aviation embarquée ou basée à Malte et Gibraltar et de l’autre côté deux cuirassés, plusieurs croiseurs lourds et légers, des destroyers, des vedettes lance-torpilles Italiens, des sous-marins italiens et allemands ainsi que plusieurs centaines d’avions italiens et allemands basés en Italie et en Sicile.

Et au milieu de tout cela: le Kirov.

Pour éviter la flotte britannique, Fedorov dirige le vaisseau vers le Nord, se rapprochant ainsi des côtes italiennes. Sur les conseils de l’amiral, le capitaine Karpov qui semble avoir compris que le missile nucléaire lancé en 1941 avait eu de grave conséquences, est nommé premier officier afin de pouvoir apporter ses conseils stratégiques au capitaine Fedorov.

Pris à partie par la marine Italienne qui le prend pour un croiseur de bataille anglais, le Kirov parvient à désemparer les cuirassés Littorio et Vittorio Venetto ainsi qu’à endommager gravement plusieurs croiseurs et destroyers italiens. Ils doivent également repousser plusieurs attaques aériennes.

Les anglais de leur côté, décident de retirer leurs cuirassés et leurs porte-avions de l’escorte du convoi plus tôt que prévu et de les renvoyer à Gibraltar pour protéger cette base navale capitale. Ils décident également, après avoir identifié le mystérieux navire comme étant un navire identique à celui de 1941, de rameuter la Homme Fleet en renfort, envoyant ainsi 4 cuirassés, deux porte-avions et leur escorte rejoindre les défenseurs de Gibraltar.

Inconscients du fait que l’escorte a déjà fait demi-tour, Fedorov et Karpov décident de tenter de prendre les britanniques de vitesses et de franchir le détroit de Gibraltar pour disparaître dans l’Atlantique Sud.

Ce deuxième opus de la série Kirov est d’un abord assez surprenant: A priori, la première intervention du Kirov ne semble avoir rien modifié à l’ordre des choses, l’opération Pedestal se déroule comme dans la réalité historique et tous les acteurs semblent bien être là où ils devraient être; on pourrait penser que le Kirov a été renvoyé dans un passé où il n’est jamais apparu en 1941.

Ce n’est que petit à petit que l’on s’aperçoit des modifications engendrées par la première apparition du Kirov: certains navires ne sont pas être là où ils devraient être comme les deux cuirassés italiens, le Prince of Wales n’est pas parti dans le pacifique et n’a donc pas été coulé par les Japonais, il fait toujours partie de la Home Fleet…

L’histoire reste intéressante dans ce deuxième tome, La position de l’équipage du Kirov, toujours très attaché à la mère patrie, est très bien expliquée. Si dans le premier tome, la plupart des officiers pensaient influencer le résultat de la guerre en cherchant à renforcer la position de la Russie (ils ne pensent pas en termes d’URSS, n’ayant plus grand chose à voir avec les soviétiques), l’amiral Volsky et ses officiers ont bien compris qu’il ne devaient pas faire n’importe quoi puisqu’ils ont vu dans le futur, les résultats de leur première intervention.

Ils ne peuvent donc pas utiliser leurs armes nucléaires restantes à moins d’y être contraints et ne veulent pas que leur vaisseau tombent aux mains de l’un des belligérants, même les russes parce que s’ils livrent leur vaisseau aux communistes, cela pourrait permettre à ceux-ci de maintenir ce régime bien après l’effondrement de celui-ci dans notre réalité.

J’ai quand même quelques regrets: alors que le début du roman s’ouvre sur la rencontre entre Roosevelt et Churchill en août 1941 et que Roosevelt affirme que les États-Unis vont entrer immédiatement en Guerre avec tous leurs moyens, il n’y a trace d’aucun navire ou avion américain en méditerranée ou dans l’Atlantique alors que Roosevelt a promis que l’effort de guerre porterait principalement sur l’Allemagne. De plus, nous ne savons pas comment la Guerre a évolué dans le Pacifique: les Japonais ont-ils déclaré la Guerre?

A noter que la série Kirov en est au 18ème volume (Mai 2015).

 Ce roman est disponible sur Amazon à l’adresse suivante :

http://www.amazon.fr/Kirov-II-Cauldron-John-Schettler-ebook/dp/B00AH5UF8K/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1403880085&sr=1-1&keywords=kirov+II

 Un site web est aussi consacré à la série :

 http://thewritingshop.blogspot.fr/

ainsi qu’un blog: http://kirovseries.wordpress.com/2013/03/16/the-kirov-series-by-john-schettler/

Ma note personnelle : 14/20
Kirov II – Cauldron of Fire – John SCHETTLER
Edition Kindle

Voir mon article sur le tome I: https://daidin.wordpress.com/2013/10/21/kirov-john-schettler/

Le tome III: https://daidin.wordpress.com/2014/11/14/kirov-iii-pacific-storm-de-john-schettler/

Le tome IV: https://daidin.wordpress.com/2015/05/14/kirov-iv-men-of-war/

Et le tome V: https://daidin.wordpress.com/2016/12/09/kirov-v-9-days-falling/

Kirov – John SCHETTLER

Kirov

Le Kirov, un croiseur de bataille qui a été créé à partir de l’ossature des 4 croiseurs de batailles de l’ancienne classe du même nom, est le navire le plus moderne de la flotte russe en cette année 2021. C’est que la Russie n’a plus les moyens financiers de lancer de nouvelles coques, c’est pourquoi elle a utilisé les ressources à sa disposition et a créé un vaisseau particulièrement puissant, équipé de près de 40 missiles de croisières, 64 missiles antiaériens à longue portée et 128 à moyenne portée, 4 systèmes antiaériens de type Gatlings pour la défense antiaérienne de proximité, 1 canon de 100 mm et trois de 152 mm, 3 hélicoptères dont deux pour la lutte anti-sous-marine et pour couronner le tout, il emporte 3 ogives nucléaires…

Engagé dans des manœuvres de tir sur cibles mouvantes tractées par le croiseur Slava et en coordination avec le sous-marin Orel (L’Amiral Volsky dirige l’ensemble de la manœuvre depuis le Kirov qui est lui commandé par le capitaine Karpov), le Kirov est victime d’une étrange explosion sous-marine. Suite à l’explosion, les instruments de bord semblent perturbés et ne détectent plus ni le Slava, ni les cibles qui celui-ci tractait, ni l’Orel.

Immédiatement, le capitaine Karpov est persuadé qu’il s’agit d’’une attaque de l’Otan et que le Kirov a été la cible d’une torpille équipée de tête nucléaire. L’Amiral Volsky est cependant troublé par plusieurs éléments : d’une part, l’attaque n’est pas poursuivie, cette explosion reste unique et aucune autre attaque n’est lancée sur le Kirov alors qu’il s’agissait de la cible la plus puissante et donc celle à éliminer en premier, d’autre part on ne trouve aucune trace des autres navires, pas même d’épave sur le lieu de leur dernière localisation ; enfin, le Kirov ne parvient pas à joindre sa base navale de Severomorsk.

Lorsque l’opérateur radio rapporte que toutes les émissions qu’il parvient à capter semble être de vieilles retransmissions historique, le capitaine Karpov pense qu’il s’agit d’un montage psychologique de l’Otan pour les désorienter. Il faudra une vérification sur un îlot où est basée une station météo norvégienne et le survol du Kirov par un Fulmar pour que les officiers acceptent la réalité : le Kirov a été ramené en 1941…

N’ayant aucun moyen de revenir à leur époque, les officiers russes sont tous d’accord pour utiliser la puissance à leur disposition afin de changer les événements de la seconde guerre mondiale. En appliquant des changements ici et là, ils pensent pouvoir amener l’Union soviétique en meilleure position à la fin de la guerre (peut-être même en annexant toute l’Allemagne et pas seulement la partie orientale).

S’ils semblent d’accords sur les objectifs, les officiers russes n’ont pas tous la même idée sur ce qu’il convient de faire et le capitaine Karpov a notamment quelques idées personnelles sur ce qu’il convient de faire. Après tout si l’Amiral Volsky venait à être indisponible, ce serait lui Karpov qui devrait prendre des décisions et quand  Karpov apprend qu’une réunion entre Roosevelt et Churchill doit avoir lieu au milieu de l’Atlantique, il décide de s’y faire inviter. Cependant pour que Karpov puisse apparaître à la table de négociation avec une garde d’honneur, il faut qu’il impressionne ses interlocuteurs en leur prouvant qu’il dispose d’une grande puissance à sa disposition. Une démonstration des effets d’un missile nucléaire s’impose donc dans son esprit…

——————————————————————————————————————————————–

Après une flotte alliée dans la série Axis of Time de John Birmingham et un navire allemand dans Wolf Hunt de Sebastian P. Breit, c’est au tour d’un navire russe de se retrouver plongé en pleine seconde guerre mondiale.

L’idée commune aux trois auteurs de prendre un ou plusieurs navire(s) des années 2020, est sans doute mue par la facilité, la période future à imaginer n’est pas trop longue et on peut facilement combler ces quelques années. De plus, il suffit d’améliorer légèrement des navires existant. On n’a pas à inventer de nouvelles technologies.

Si le changement de point de vue peut être intéressant,  je ferais cependant les mêmes reproches à ce roman que celui que j’avais fait à Wolf Hunt : les intéressés ne semblent pas ressentir de remords et justifient un peu facilement leurs actes. De plus, en soutenant leur pays à l’époque, ils risquent de maintenir en place des régimes dictatoriaux qui sont à l’opposé de leurs convictions. Dans Wolf Hunt, les « héros » voulaient éliminer Hitler pour éviter à l’Allemagne d’être complètement détruite par les alliés. Dans Kirov, les marins russes projettent de placer la Russie soviétique en meilleure position à la fin de la seconde guerre mondiale, au risque de prolonger l’expérience communiste.

La fin de ce 1er tome semble cependant nous montrer qu’on ne joue pas à l’apprenti sorcier impunément et le Kirov, après une nouvelle tempête temporelle (ce n’est pas décrit comme cela dans le roman mais je trouve que cela correspond assez bien à  ce qu’ils vivent) se retrouvé à nouveau déplacé dans le temps et découvre des rivages américains apparemment dévastés par des explosions nucléaires…

A noter que la série Kirov en est au 18ème volume. (14 Mai 2015)

Ce roman est disponible sur Amazon à l’adresse suivante :

http://www.amazon.fr/Kirov-ebook/dp/B007JKPEW8/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1380383153&sr=1-1&keywords=kirov

Un site web est aussi consacré à la série :  http://writingshop.ws/

ainsi qu’un blog: http://kirovseries.wordpress.com/2013/03/16/the-kirov-series-by-john-schettler/

Ma note personnelle : 15/20
Kirov – John Schettler
Edition Kindle

Voir aussi le tome II: https://daidin.wordpress.com/2014/06/29/kirov-ii-cauldron-of-fire-john-schettler/

Le tome III: https://daidin.wordpress.com/2014/11/14/kirov-iii-pacific-storm-de-john-schettler/

Le tome IV: https://daidin.wordpress.com/2015/05/14/kirov-iv-men-of-war/

Et le tome V: https://daidin.wordpress.com/2016/12/09/kirov-v-9-days-falling/

%d blogueurs aiment cette page :