Les revenants de Whitechapel – George MANN

  

Dans un Londres victorien où les trains roulent à toute vitesse dans les rues sur leurs roues en bois, Sir Maurice Newbury est l’un des agents officieux de sa majesté. Spécialiste des affaires paranormales, il est également appelé à intervenir dans les affaires délicates.

Et justement, voilà qu’une affaire délicate se présente : Un dirigeable s’est écrasé et apparemment, un personnage apparenté à la reine se trouvait dans le dirigeable.

Sir Maurice et sa nouvelle assistante, Miss Veronica Hobbes découvrent plusieurs éléments troublants dès le début : On refuse de leur communiquer le nom du parent de la reine, les passagers du dirigeable semblaient enchaînés à leur siège et enfin, le pilote du dirigeable était un robot et celui-ci a disparu !

Sir Maurice est appelé à enquêter en même temps sur l’apparition d’un policier fantôme qui se ferait justice le soir venu dans les rues brumeuses de Londres et pour ne rien faciliter, il doit compter sur un virus mystérieux qui relève les morts et les rend vecteurs de la maladie.

———————————————————————————————————————————————————–

J’ai bien aimé ce bouquin, début d’une série « intitulée les enquêtes extraordinaires de Newbury & Hobbes ». Ce n’est pas un livre sans défaut, on se croirait par exemple par moment dans un mélange de Sherlock Holmes(Sir Newbury est accroc au Laudanum comme Sherlock l’était à l’héroïne) et de Chapeau Melon et bottes de cuir (là je pense particulièrement au comportement de Hobbes mais je n’en dirai pas plus pour laisser le plaisir de la découverte aux futurs lecteurs). Ce qui est le plus réussi dans le roman, à mon humble avis, c’est le monde Steampunk qu’a créé l’auteur ainsi que le dénouement des différentes intrigues.

Au final un bouquin que je recommande même si l’éditeur a entre-temps fait faillite et que vous devrez attendre une éventuelle reprise de la série par un autre éditeur ou lire les deux volumes suivants en Anglais(Oui je sais Frédéric).

La série comprend actuellement :

  1. The Affinity Bridge (Les revenants de Whitechapel)
  2. The Osiris Ritual
  3. The Immorality Engine
  4. The casebook of Newbury & Hobbes (Série d’histoires courtes explorant l’univers Steampunk de Newbury & Hobbes)

Ma note personnelle : 16/20
Les revenants de Whitechapel – George MANN
Editions PANINI

Les revenants de Whitechapel Les enquêtes extraordinaires de Newbury & Hobbes T1 Editions Eclipse 341 pages

Bonne nouvelle pour ceux qui, comme moi auraient bien aimé ce premier tome, les éditions PANINI viennent de le  rééditer ce qui permet d’espérer que les suites seront aussi publiées.

Publicités

Le glaive de justice – Philippe WARD – François DARNAUDET – Gildas GIRODEAU

    

Ce 1er tome des aventures de Xavi El Valent se déroule dans une Europe moyenâgeuse alternative, un univers où l’on compte les années d’après Jean-Baptiste et pas d’après Jésus Christ.

Dans ce Monde, le dieu de Jean-Baptiste a été expulsé de Roma et remplacé par une sombre divinité.

Nous assistons à une lutte entre les forces du Pape Noir, Gontran le Défiguré, à la tête d’une église maléfique (pratiquant la magie noire et les arts nécromantiques) et son allié le roi du pays franc, Amalrik III d’un côté et les derniers résistants Ocks et Catalans (correspondant en gros au Pays d’Oc et à la Catalogne).

La progression des troupes du Pape Noir ne semble pas pouvoir être arrêtée, il va de victoire en victoire, forçant Xavi et les autres survivants à fuir toujours plus loin.

Le seul espoir de Xavi est de parvenir à s’emparer du Glaive de Justice que le Pape Noir recherche, ce glaive donnant des pouvoirs immenses à son possesseur.

Ce roman écrit à 6 mains est sans doute un exercice assez difficile. J’ai déjà lu des ouvrages écrits par deux auteurs en collaboration mais où la part de chaque auteur restait difficile à déterminer. Ici chacun des auteurs a signé une partie du roman. Philippe Ward ouvre le bal, il est suivi par François Darnaudet et Gildas Girodeau clôture le récit. Je ne sais pas si le scénario a été écrit dès le départ ou si les auteurs ont repris la suite du récit sans concertation préalable mais toujours est-il que l’ensemble m’a laissé une petite impression de « fourre-tout ».

Autant l’histoire commençait de façon classique mais intéressante dans la partie de Philippe Ward avec une opposition entre le bien (les vrais croyants cathares, les Occitans et catalans) et le Mal (Le Pape noir, ses séides et ses alliés), autant l’introduction de créature mythologique et de divinités grecques passe mal (il est intéressant de noter que j’avais déjà trouvé ce type de mélange peu réussi dans la nouvelle du même F. Darnaudet parue dans l’anthologie « Dimension de cape et d’Esprit »  tome 1).

Dans certains passages, les personnages maléfiques font preuve d’énormément de cruauté et de perversité (parfois à la limite du soutenable). Ceci peut se comprendre au niveau des personnages  mais ne semble pas gêner du tout leurs troupes. Je sais bien que l’action se déroule au moyen-âge et que même dans notre trame historique, il s’est produit beaucoup d’actes cruels mais l’emploi de magie noire et la présence de morts vivants devraient quand même détourner la plupart des soldats de l’armée du Pape noir (où alors, les auteurs auraient pu trouver une explication à l’emprise que le Pape et ses cardinaux exercent sur leurs troupes).

Si je mets malgré tout une note moyenne, c’est que j’ai trouvé les textes bien écrits, le récit se laisse lire et les auteurs parviennent à maintenir l’envie de lire la suite.

Ma note personnelle : 14/20

Le Glaive de Justice – La Saga de Xavi El valent 1
Rivière blanche
246 pages.

Voir aussi l’article sur Wagoo:

http://wagoo.free.fr/spip.php?article1764

%d blogueurs aiment cette page :