De Peur que les Ténèbres – Lyon SPRAGUE DE CAMP

De peur que les ténèbres_0001

Martin Padway, un archéologue américain est frappé par un éclair pendant sa visite du Panthéon à Rome. Lorsqu’il se réveille, il se demande d’abord s’il est victime d’une mystification en voyant des gens habillées bizarrement et des chars tirés par des chevaux avant de devoir se rendre à l’évidence : il a été projeté dans le passé. Comprenant le latin grâce à ses études,  Martin parvient assez vite à se situer dans le temps. Il a été projeté dans le passé en 535 après JC, à une époque où les Ostrogoths gouvernent à Rome.

Comprenant qu’il a peu de chances de retourner dans son époque, Martin doit maintenant survivre dans un univers pour lequel il n’est, à priori, pas vraiment taillé. Grâce à ses connaissances avancées, Martin pourrait certes développer certaines technologies mais il doit faire attention à ne pas faire n’importe quoi ; certains progrès pourraient être mal vus dans cette époque barbare.

Le premier véritable succès de Martin viendra en commercialisant du brandy, l’alcool distillé étant inconnu à cette période. Ayant convaincu un banquier syrien de lui prêter de l’argent en échange de l’apprentissage de notions de comptabilité, Martin parvient à s’enrichir et à étendre son influence même s’il se retrouve parfois en prison, ayant suscité la colère ou la jalousie de certaines personnes importantes. Il développe l’imprimerie, un réseau de sémaphores…

La grande obsession de Martin est de battre l’armée byzantine qui va bientôt débarquer en Italie car dans notre réalité, cette invasion à abouti à une situation qui a plongé l’Italie dans une situation où les adversaires se sont neutralisés et où l’Italie a stagné pendant plusieurs siècles ce que Martin appelle la plongée dans les ténèbres. Martin est bien décidé à modifier le futur et pour cela, il doit s’introduire dans l’entourage du roi des Ostrogoths Thiuhadad afin de pouvoir l’influencer et l’amener à prendre les bonnes décisions…


De peur que les Ténèbres est un classique de la SF et de l’Uchronie. C’est un roman assez réussi à mon point de vue parce que le héros est « humain », il fait des erreurs, se plante parfois mais arrive par des moyens parfois surprenant à ses buts. Il se fait aussi rouler dans la farine ou manipuler par ces barbares dont certains sont particulièrement retords. Sprague de Camp n’a pas non plus forcé le trait, il ne fait pas fabriquer des canons par son héros par exemple, les changements apportés restent vraisemblables  à partir des technologies de l’époque et cela renforce le côté crédible.

C’est aussi un roman où l’on retrouve l’humour propre à certains ouvrages de Lyon Sprague De Camp tels que ceux de la série Novaria qui vient d’être rééditée en un seul tome aux éditions Mnemos.

C’est également le premier roman uchronique que j’ai lu ou en tout cas le premier qui m’ait marqué.

Ma note personnelle: 17/20
De peur que les ténèbres- Lyon Sprague De Camp
Edition marabout (ici la couverture est celle de l’édition Néo)

 

 

 

Publicités

He Walked Around The Horses (1948) de Henry Beam Piper

The H. Beam Piper Megapack2

Au départ, cela aurait pu passer pour un incident banal, un diplomate britannique, Benjamin Bathurst créé un scandale dans une auberge prussienne en prétendant qu’on lui a volé son attelage et qu’on a enlevé son secrétaire et son cocher. Là où les choses se corsent (si j’ose dire), c’est lorsque ce diplomate prétend qu’il doit avertir les autorités de capitulation des armées autrichiennes devant les armées d’un certain Bonaparte ou Napoléon. Après renseignements, il apparaît qu’il existe bien un colonel Bonaparte, un théoricien militaire corse brillant qui a fait franciser son nom mais qui est toujours au service du Roi de France. Si les documents officiels dont ce soi-disant diplomate est porteur semblent officiels, ils ne sont cependant pas très bons! Comment un faussaire peut-il confondre le ministre de l’agriculture et le chancelier prussien où se tromper de premier ministre de son propre pays?

Encore plus fort, ce diplomate prétend que la source des problèmes britanniques réside dans la victoire des colonies et l’établissement d’une république en Amérique alors que tout le monde sait que la défaite et la mort de Washington ont marqué la fin de la lutte pour l’indépendance!

 

Cette excellente nouvelle est la première de la série « Paratime Police », on ne comprendra ce qui est arrivé à ce pauvre diplomate qu’en lisant la nouvelle « Police Operation » (1948).

Une excellente nouvelle, basée sur un fait réel, la disparition inexpliquée d’un diplomate britannique en Prusse en 1809 ( Un article est consacré à ce diplomate sur Wikipedia, détaillant tous les récits que cette disparition a inspiré: Benjamin Bathurst) qui même si elle n’apporte que peu d’actions, pose énormément de questions et dont le récit est fait au  travers d’une lettre d’un policier prussien à un parent qui est un personnage influent en Prusse.

A noter que cette nouvelle est parue en Français dans Orbite N°3 aux Editions Neo en Septembre 1982 sous le titre: « À l’instant où il contourna les chevaux…  » et dans le volume « Histoires de la quatrième dimension » de la Grande anthologie de la science fiction paru au Livre de poche en novembre 1983 et réédité en novembre 1986 sous le titre « L’homme qui apparut ».

Ma note personnelle:17/20
He Walked Around The Horses (1948) de Henry Beam Piper in The H. Beam Piper Megapack: 33 Classic Science Fiction Novels and Short Stories.
Edition Kindle.

%d blogueurs aiment cette page :