Caissa – Colin GEE

Caissa

Endgame devait être le dernier tome de la série « Red Gambit », mais en l’écrivant, l’auteur s’est rendu compte qu’il aurait encore besoin d’un volume, voici donc Caïssa, déesse du jeu d’échec (tous les autres romans ayant un titre lié aux échecs, il fallait en trouver un qui clôture la série et cela malgré le fait que le précédent s’appelait « fin de partie »).

Dans ce 8ème opus, les hostilités ont repris, les alliés ont repéré le site où les soviétiques préparent leurs armes nucléaires, au bord de la Volga, site camouflé sous un camp de prisonniers. Une opération commando est montée avec l’aide des ukrainiens et de l’équipe d’Howard Hugues.

Ce que les alliés ignorent, c’est que Staline a déjà pu faire produire 8 bomnes nucléaires grâce aux centrifugeuses fournies par les Japonais et aux travaux des scientifiques nippons, ces bombes ont déjà quitté le site de production mais il y reste du matériel, des scientifiques et de nombreux documents.

Le raid est un succès, les alliés emmenant de nombreux scientifiques, des prisonniers de guerre, des documents et une centrifugeuse mais une double explosion nucléaire a lieu sur le site (une des instructions de Staline en cas d’attaque prévoyait de faire sauter le site avec une des bombes fabriquées tandis que les américains ont envoyé une attaque aérienne après l’attaque du commando pour faire sauter le site. L’explosion de la bombe américaine déclenchant l’explosion de la bombe russe qui était censé sauter quelques minutes après de toute façon, le mécanisme ayant été enclenché). Staline aussitôt accuse les alliés d’avoir lancé une attaque atomique sans raison, il déclenche ensuite lui-même trois nouvelles explosions, une en Lithuanie et deux en Ukraine, provinces soviétiques ayant depuis longtemps un passé rebelle, et accuse les alliés d’avoir déclenché ces nouvelles attaques.

Toutes ces attaques nucléaires ont un double but: détourner certains pays des alliés et couvrir les attaques nucléaires chimiques et bactériologiques lancées depuis les sous-marins type XXI pris aux allemands et les sous-marins géants japonais. Ces attaques réussissent partiellement, faisant de nombreuses victimes surtout à Boston et New York.

La réponse alliée est double: une invasion de la sibérie par un débarquement naval dans le sud de la sibérie, débarquement auquel les russes ne peuvent rien opposer et d’autre part, l’annonce à Staline de l’envoi d’une attaque sur deux villes symboles de l’Union Soviétique (Je vous laisse deviner lesquelles). Staline ps du tout perturbé par l’annonce des alliés ordonne à deux escadrilles de décoller, chacune de ces escadrilles emportant une bombe nucléaire avec comme cibles Berlin et Varsovie. Si l’attaque alliée se poursuit, les bombardiers russes ont l’ordre d’atomiser ces deux villes.

Pendant ces événements, les putschistes décident de déclencher leur coup pour empêcher Staline de les entrainer dans un conflit toujours plus violent qui ne peut mener qu’à un bain de sang supplémentaire. Arriveront-ils à temps pour empêcher le monde de glisser vers l’armaggeddon?

Les Français et les Allemands ont aussi quelques comptes à régler, comptes qui seront apurés avant la fin de cette histoire.


A part la peu probable double explosion nucléaire, dont le timing est quasi simultané au point qu’au départ aucun des deux camps n’est conscient qu’il y a eu deux explosions, on retrouve tous les ingrédients qui ont maintenu ‘intérèt de cette série jusqu’à ce 8ème tome.

L’auteur a réussi à mon humble avis cette fin de série en y introduisant quelques scènes émotionnelles puissantes.

Même si certaines actions paraissent peu probables (je pense à l’expédition des sous-marins japonais du Japon jusqu’à la mer noire par exemple), la série est très agréable à suivre et relativement réaliste dans le sens où de nombreux personnages, mêmes importants, connaissent un destin fatal. On n’est pas dans un roman où tous les gentils survivent à la fin.

Ma note personnelle: 16/20
Red Gambit tome 8 – Caïssade Colin GEE
Edition Kindle

Le site de la série: http://www.redgambitseries.com/

Lien facebook sur la série:https://www.facebook.com/groups/RedGambit/

Lien facebook sur le tome 8: https://www.facebook.com/groups/1506563606323223/?fref=ts

 

Publicités

Endgame – Colin GEE

endgame

Pour terminer l’année, quoi de mieux qu’une chronique d’un roman intitulé « Endgame »?

Endgame devait être le dernier tome de la série « Red Gambit », mais en l’écrivant, l’auteur s’est rendu compte qu’il aurait encore besoin d’un volume (sans doute à paraître en 2017).

Dans ce 7ème opus, les Alliés et les Soviets profitent de la trêve pour se renforcer. Staline espère que pendant cette trêve, il pourra rattraper une partie du retard des soviétiques en matière d’armement nucléaire. Grâce à l’accueil des savants Japonais et de leurs travaux, les soviétiques ont pu développer une série d’armes nucléaires et bactériologiques. Ils entendent faire des sous-marins japonais des rampes de lancement pour les V2 qu’ils ont capturés afin d’atteindre le territoire des Etats-Unis.

Pendant ce temps, le chancelier Speer entend bien profiter de l’état d’affaiblissement des soviétiques en déclenchant dès que possible une offensive. Ils a donc conspiré avec les Polonais pour réarmer les armées des deux nations au maximum. Des officiers alliés ayant eu vent d’information en ce sens sont éliminés par les services secrets allemand, y compris les généraux De Walle et Strong.

Malheureusement le sabotage de l’avion qui transportait le général Strong a des conséquences inattendues. L’avion qui devait transporter Eisenhower ainsi que les généraux Bradley et Bedell-Smith en Suède connaît une panne et les généraux décident d’emprunter le même avion que le général Strong. Le haut commandement allié en Europe se trouve donc décapité lorsque le sabotage se déclenche.

Le général Patton est nommé provisoirement à la tête des forces alliés en Europe en attendant que le président statue sur le remplacement d’Eisenhower. C’est alors que les allemands déclenchent de fausses attaques sur le front allié. Patton réagit aussitôt et ordonne une contre-attaque. S’ensuit un peu de confusion puisque les deux camps (à l’exception notable des allemands et des polonais qui se livraient justement à des manœuvres) sont surpris par l’attaque et donc pas prêt à passer à l’offensive.

Du côté russe, Nazarbayeva, commandant en chef du GRU (services de renseignement de l’armée) a été approchée par des dirigeants qui fomentent un putsch (en l’occurrence, Khrutschev, Gorbachev et Joukov ainsi que Kaganovitch, le numéro 2 du NKVD). D’abord réticente, elle change d’avis lorsqu’elle découvre que Staline et Beria lui cachent la vérité sur la poursuite du programme d’armes de destruction massive.

L’armée russe elle, surprise dans un premier temps reçoit l’ordre de combattre jusqu’au bout. Le Maréchal Rybalko lance une puissante contre-offensive avec la troisième armée de chars de la garde, une unité d’élite et équipée avec le meilleur matériel que l’Union soviétique puisse fournir. La cible principale de cette offensive est le secteur tenu par les unités de la Légion et notamment les divisions Camerone et Alma.


Un bon tome que celui-ci, l’action est constante et prenante. Le massacre continue et des hommes que nous suivions depuis les premiers tomes tombent à leur tour.

Le principale reproche que je fais à l’auteur, c’est la volonté de Staline d’utiliser les armes de destruction massive sans même penser aux représailles possibles. Il paraît évident que le début de l’utilisation de ces armes mènera à l’escalade…

Ma note personnelle: 16/20
Red Gambit tome 7 – Endgame de Colin GEE
Edition Kindle

 

Le site de la série: http://www.redgambitseries.com/

Lien facebook sur la série:https://www.facebook.com/groups/RedGambit/

Lien facebook sur le tome 7: https://www.facebook.com/groups/1506563606323223/?fref=ts

 

Red Gambit Tome 6: Initiative – Colin GEE

Initiative

Alors que le terrible hiver 1945-1946 se termine, les combattants essaient de rester debout. Les soviétiques sont physiquement épuisés, ils manquent de ravitaillement et tentent par tous les moyens de rattraper leur retard sur le développement de l’arme atomique. Les Japonais sont vraiment au bout du rouleau en Chine, ils ont perdu quasiment tous les chars allemands que les soviétiques leurs avaient donné. Les Alliés quant à eux sont confrontés à leur opinion publique qui a de plus en plus de mal à accepter les pertes élevées.

Dès lors, chaque camp essaie de porter des coups décisifs à l’autre. Les américains font exploser trois bombes atomiques successives sur le Japon détruisant Kokura, Hiroshima et Yokosuka. Le Japon capitule mais les militaires japonais les plus extrémistes embarquent la plus grande partie des scientifiques travaillant sur la bombe atomique japonaise ainsi que leur matériel et le résultat à bord de deux sous-marins « Sen Toku » à destination de l’URSS.

I400_2

Les soviétiques quant à eux concentrent leurs moyens sur les américains, espérant pousser les USA hors de la guerre.

De leur côté, les allemands montent en puissance et proposent à leurs alliés de reprendre une plus grande partie du front à leur charge. Les officiers de la légion étrangère constatent que de plus en plus de soldats qui s’étaient engagés sous le drapeau français semblent rejoindre les rangs de la nouvelle armée allemande.

——————————————————————-

Cet avant-dernier tome? (Le suivant portant le titre: « Endgame »),  nous montre des combattants épuisés, un peu comme des boxeurs qui n’attendraient plus que leur adversaire s’effondre avant eux.

Si l’auteur a fait des progrès dans la psychologie des personnages, j’ai trouvé dans ce sixième tome qu’il semblait chercher comment prolonger encore un peu cette guerre qui arrivé à sa conclusion. Le fait par exemple d’avoir accéléré les recherches soviétiques en matière de recherche atomiques me semble un effort en ce sens et l’envoi des savants atomistes japonais m’a semblé pousser le bouchon un peu loin.

La grande difficulté d’une uchronie, c’est que plus on s’éloigne du point de divergence, plus la difficulté d’imaginer la suite des événements en fonction d’un grand nombre de paramètres augmente.

Un sixième tome qui se lit facilement mais qui sent déjà la fin de la série.

Ma note personnelle: 15/20
Red Gambit tome 6 – Initiative de Colin GEE
Edition Kindle

Le site de la série: http://www.redgambitseries.com/

Lien facebook sur la série:https://www.facebook.com/groups/RedGambit/

Lien facebook sur le tome 6: https://www.facebook.com/groups/1057273757622552/?fref=ts

Red Gambit Tome 5: Sacrifice – Colin GEE

Impasse

Ce cinquième tome de la série de Colin Gee, voit les alliés lancer leur première contre-offensive. Afin de préparer le terrain, les alliés lancent l’opération Heracles à la fin mars 1946, au sortir d’un hiver particulièrement long et rude.

Cette opération vise à décapiter les têtes de l’Hydre en bombardant les quartiers généraux soviétiques au moyen de bombes Tallboy et Grand Slam. Heracles est subdivisée en dix sous-attaques et pendant cette opération, la moitié du stock des Tallboy et les deux tiers du stock de Grand Slam sont utilisées sur les quartiers généraux suivants (je garde les dénominations en anglais, n’étant pas certain de la traduction de certains noms) avec les résultats qui suivent:

Heracles I: « HQ Red Banner Armies of Soviet Europe »: Ecrasé, rendu inopérant, lourds pertes parmi le personnel d’état- major de première ligne, Koniev tué. L’état major devra être complètement reconstitué, Zhukov reprendra le commandement à distance dans l’interim.

Heracles II: « HQ 1St Polar Front » Lourdement endommagé, Alexandrovitch tué, le commandement sera restauré après trois jours.

Heracles III: « HQ 1 St Karelian Front » écrasé, rendu inopérant avec de lourdes pertes parmi l’état-major, Govorov blessé grièvement.

Heracles IV:  « HQ 1st Baltic Front »: Objectif complètement loupé, l’espionnage allié s’est complètement trompé et a bombardé une poste de commandement de secours à la place. Ce sera sans doute le plus gros échec d’Héraclès.

Heracles V: « HQ 1st Red Banner Central European Front ». Poste de commandement complètement détruit avec de lourdes pertes parmi l’état-major de première ligne mais grâce à l’organisation de Malinovsky et à des déploiements de rechange, la chaîne de commandement que ne sera que légèrement perturbée.

Heracles VI: « HQ 2nd Red Banner Central European Front » Gros dégâts et rendu inopérant pendant quatre jours, de lourdes pertes parmi l’état-major. Petrov, commandant temporaire figure parmi les victimes.

Heracles VII: « HQ 3rd Red Banner Central European Front » Dégâts mineurs en général mais dégâts sévères aux infrastructures de communication.Capacité de combat normale restaurée en quatre jours.

Heracles VIII: « HQ 1st Southern European Front » écrasé et rendu totalement, inopérant. Ce front disposait cependant d’un poste miroir qui servait à l’entrainement du personnel de remplacement. Rapidement organisé, il reprit le contrôle en moins de 24 heures. Yeremenko fut légèrement blessé et put continuer ses activités sans interruption.

Heracles IX: « HQ 1st Alpine Front »  Sévèrement endommagé et rendu inopérant, de lourdes pertes parmi l’état-major de première ligne. Chuikov fut légèrement blessé et resta au commandement.

Heracles X:  » HQ 1st Balkan Front » dégâts et pertes légers, incluant Tolbukhin légèrement blessé.

Précédés par ce bombardement et profitant de l’effet de disruption créé parmi les troupes soviétiques, les alliés lancent une grande contre-offensive sur le tout le front et un débarquement en Pologne où les alliés doivent être rejoints par une partie de l’armée polonaise.

Si les armées allées avancent partout pendant un certain temps, les soviétiques se ressaisissent et bloquent les unités alliées l’une après l’autre, notamment grâce à l’intervention de chars T54 en plus grand nombre et à la fin avril, les unités alliées doivent s’arrêter pour se reconstituer. La situation des soviétiques n’est pas brillante, ils ont réussi à stabiliser le front et à empêcher les troupes en Allemagne de rejoindre celles débarquées en Pologne mais ils ont perdu beaucoup de troupes. Où trouver de nouvelles troupes alors qu’ils doivent encore combattre une rébellion en Ukraine.

Bombe Grand Slam:

British_Grand_Slam_bomb 

Bombe Tallboy

 Tallboy bomb

——————————————————————-

Un très bon tome qui n’est pas le dernier comme je le pensais de prime abord. On peut penser en commençant le récit que l’on va voir le rouleau compresseur allié à l’oeuvre mais il n’en est rien et l’on s’aperçoit que si les soviets ont sous-estimé les capacités industrielles alliées, les alliés en revanche ont sous-estimé la capacité de résistance des soviets.

Les soviets parviendront-ils à développer la bombe avant les américains? Qui des alliés ou des soviets parviendra à faire pencher la balance de son côté, nous le saurons sans doute dans le(s) tome(s) suivant(s).

La seule chose que je sais pour l’instant, c’est le titre du tome 6: Initiative.

Ma note personnelle: 16/20
Red Gambit tome 5 – Sacrifice de Colin GEE
Edition Kindle

Le site de la série: http://www.redgambitseries.com/

Lien facebook sur la série:https://www.facebook.com/groups/RedGambit/

Lien facebook sur le tome 5: https://www.facebook.com/groups/181217225398682/

Red Gambit tome 4 : Impasse – Colin GEE

Impasse

Novembre 1945, alors que les alliés pensaient avoir stabilisé le front en vue de leur contre-offensive, les soviétiques lancent une nouvelle attaque en Italie où ils s’attendent à une percée rapide puisque la majorité des unités qui leur sont opposées sont des troupes espagnoles de second ordre où des troupes sud-américaines. Contrairement à leurs espoirs et malgré l’implication de la Yougoslavie (suite à une attaque de troupes soviétiques revêtues d’uniformes britanniques), l’attaque soviétique s’enlise avant d’être paralysée par les conditions hivernales.

Les alliés lancent en réaction la première phase de leur offensive « Spectrum », « Spectrum Black » le 2 décembre en Alsace, avec à la pointe de l’attaque les anciens SS regroupés dans la légion étrangère. Cette attaque attire de nombreuses troupes soviétiques et dégarnit le front Nord ce qui permet aux alliés de lancer la deuxième partie de Spectrum, Spectrum Blue avec une attaque en tenaille destinée à reprendre Cologne. Les deux pinces de la tenaille sont commandées respectivement par Guderian et Patton. Cette deuxième attaque sera également bloquée par les soviétiques, prévenus quelques heures avant le déclenchement de Spectrum Black de l’attaque en Alsace et de la deuxième attaque vers Cologne. Les combats sont cependant d’une férocité intense et sont marqués par une aggravation du nombre et de la gravité des crimes de guerres (exécutions de prisonniers mises en scènes de façon de plus en plus cruelle) avant d’être stoppé par un hiver d’une rigueur terrible, la température descendant jusqu’à – 50° dans de nombreuses régions d’Europe.

Les deux côtés déploient de nouvelles armes, même des modèles expérimentaux comme le T54 ou le M4 Sherman type T34 Calliope.

t54-1a   300px-T-34-rocket-launcher-France

Seule la troisième partie de l’offensive alliée, « Spectrum Red », est un succès. Spectrum Red consiste à faire croire aux soviétiques que les alliés vont débarquer dans le Nord de l’Allemagne. Les soviétiques dépêchent alors la quasi totalité de leurs forces aériennes et maritimes pour stopper cette invasion. Il s’agit en fait d’une fausse flotte d’invasion dont les plus gros navires sont des destroyers et qui consiste principalement en colonne de barques que les Anglais font passer dans la nuit pour une flottille de barges de débarquement. Avec l’aide des suédois qui font semblant de s’opposer au passage de cette flotte dans leurs eaux territoriales en créant de fortes explosions à terre et en acceptant que les anglais bombardent des cibles choisies à l’avance (vieux avions qui seront remplacés par de nouveaux avions britanniques, bâtiments de l’ambassade soviétique…). Les navires et avions soviétiques sont attirés dans un piège et massacrés par des centaines de chasseurs alliés et par des vedettes et destroyers alliés. A la fin de l’opération, la flotte soviétique de la Baltique n’est plus qu’un souvenir tandis que les forces aériennes soviétiques sont une nouvelle fois lourdement touchées.

Pendant ce temps, Beria jaloux des succès de Tatiana Nazarbayeva, chef du GRU (C’est Tatiana qui a réussi à empêcher Spectrum Black et Spectrum Blue de réussir), la fait tomber dans un piège au cours d’une réception en l’honneur de l’anniversaire de Staline. Ayant fait droguer Tatiana par ses sbires, il la viole alors qu’elle est dans un état semi-comateux avant de la donner à deux de ses colonels du NKVD puis de filmer son viol par un sergent du NKVD tout ceci afin de pouvoir la faire chanter par la suite.

Sur le front asiatique, les Japonais après des succès initiaux, commencent à s’épuiser par manque de pièces de rechanges pour leurs chars allemands et par manque de ravitaillement, l’aviation américaine détruisant comme en Europe, les ponts, les dépôts et les lignes de ravitaillement, les soviétiques ne consacrant que le strict nécessaire de ressources humaines et matérielles pour maintenir l’élan japonais tant que celui-ci durera.

————————————————————————————————————————————————

Encore un roman de transition ce qui affaiblit sans doute l’intérêt pour le texte. De plus, l’auteur non content de nous livrer de nouvelles scènes « fortes » au niveau des blessures rencontrées, scènes qui ont tendance à se répéter pas dans la nature des blessures mais dans le détail de l’intensité des douleurs ressenties par les individus, nous inflige en plus une scène assez longue de viol (voir plus haut). Je peux comprendre que Colin Gee désire nous montrer que les combats augmentent encore en intensité et en férocité mais à ce point du récit, il me semble qu’il devrait plutôt se concentrer sur les opérations et le déroulement tant tactique que stratégique de la guerre.

Ma note personnelle: 15/20
Red Gambit tome 4 – Impasse de Colin GEE
Edition Kindle

Le site de la série: http://www.redgambitseries.com/

Lien facebook sur la série:https://www.facebook.com/groups/RedGambit/

Lien facebook sur le tome 4:  https://www.facebook.com/groups/314161735373608/

Red Gambit tome 3 : Stalemate – Colin GEE

Stalemate

 

Alors que les Américains et leurs alliés pensaient avoir réussi à stabiliser le front, les soviétiques lancent la troisième partie de leur offensive, trois attaques menées par les première, deuxième et troisième « Banner » sous les commandements respectifs de Bagramyan (1st Baltic Front), Koniev (2nd red banner army of soviet europe)-et Rokossovsky (3rd Red Banner Central European Front).

Les soviétiques ont un atout en main. Ils ont capturé la famille du Colonel Knocke et exercent un chantage sur lui au travers d’un faux officier polonais (en fait un espion communiste infiltré). Ce que les soviétiques ignorent c’est que Knocke a prévenu les alliés de la tentative de chantage et que la photo que les soviétiques ont fourni à Knocke pour prouver qu’ils avaient sa famille a permis l’identification du lieu où sont emprisonnés la femme et les filles de Knocke. Une opération a été montée par un commando SS déposé en hélicoptères Focke Achgelis pour libérer les otages avec l’appui logistique de la Suède (obtenu après que l’OSS ait fourni au chef du contre-espionnage suédois le nom d’un amiral suédois qui fournissait des renseignements aux communistes).

Focke Achgelis:

Focke Achelis

Les attaques soviétiques suivent à peu près le même schéma, des succès soviétiques initiaux contrés par les alliés.

Dans le Nord, à Barnstorf, c’est la destruction d’un pont de chemin fer qui empêche les troupes de Bagramyan de franchir la rivière Hunte.

A Sittard et à Gelen, les parachutistes américains et allemands résistent jusqu’à la contre-attaque nocturne menée par une unité de Panthers accompagnés par des transports de troupes Sd.Kfz. 251/20 équipés de projecteurs infrarouge. Les Panthers étant spécialement équipés pour la vision des rayons infrarouges, la précision permise par ces équipements de nuit provoque des pertes importantes aux soviétiques sans que ceux-ci puissent repérer leurs assaillants.

Sd Fkz 251/20:

251_20

Dans le Sud, les allemands s’enfoncent en Alsace, le plan fourni par Knocke aux soviétiques semblant parfaitement exact jusqu’à une contre-attaque à Ebersheim par les unités de la Légion formées d’ex SS et équipées de chars allemands et par la 16ème brigade blindée américaine.

La dernière partie de l’offensive soviétique, une offensive via le Nord de l’Italie n’a pas encore été déclenchée, en partie parce que ce front a dû céder des ressources et du ravitaillement aux autres armées pour leur permettre de rester opérationnelles et en partie parce que Joukov sent que ce n’est pas encore le moment d’attaquer sur ce front. Les divisions que les alliés ont retiré d’Italie ont été remplacées par des divisions espagnoles. Franco ne s’est pas laissé duper par le faux attentat monté par Beria, du coup si les Italiens ont décidé de se déclarer neutres et de laisser passer les soviétiques, les Espagnols sont eux décidés à se battre au côté des alliés.

A la fin de ce tome Staline remplace Joukov par Koniev en tant que commandant en chef. On ignore encore à ce moment-là le sort de Joukov mais comme il est emmené par des officiers du NKVD, cela ne présage rien de bon pour lui.

Ce troisième tome reste intéressant, malgré l’enlisement vers lequel on se dirige, les deux côtés commencent à accuser de lourdes pertes et les unités se retrouvent mélangées au fur et à mesures que les pertes s’élèvent.

Un des points forts de la série, c’est que les combats sont (à mon humble avis), très bien décrits et assez réalistes. Il n’y a pas de manichéisme, on se prend à soutenir les combattants d’un camp puis de l’autre. Aucun des deux camps ne semble à l’abri d’erreurs, de chefs incompétents ou des dégâts collatéraux provoqués par son propre camp.

Dans ce troisième tome, comme dans les précédents, Colin Gee nous montre aussi en action des véhicules ou des armements qui ont eu peu d’occasions d’être mis en vedette dans notre réalité comme les chars britanniques Comet, les PAK 128mm allemands, les Sd.Kfz. 251/20 ; l’hélicoptère Focke Angelis…

Char Comet:

280px-Comet_tank_1

PAK 128MM:

300px-Krupp_K_44_2

Ma note personnelle: 16/20
Red Gambit tome 3 – Breakthrough de Colin GEE
Edition Kindle

Le site de la série: http://www.redgambitseries.com/

Lien facebook sur la série:https://www.facebook.com/groups/RedGambit/

Lien facebook sur le tome 3: https://www.facebook.com/groups/489399624450677/?fref=ts

Red Gambit tome 2 : Breakthrough – Colin GEE

Breakthrough

Alors que les occidentaux pensaient avoir réussi à stabiliser le front suite à l’attaque déclenchée le 6 août, les soviétiques déclenchent la seconde partie de leur offensive le 13 août. Le front allié est percé en 5 endroits, des unités entières disparaissant ou  étant dispersées par la puissance de l’assaut soviétique.

Les alliés parviennent  à rétablir le front en cédant du terrain, les combats sont très violents (notamment sur le front Nord où les britanniques s’accrochent à Hambourg) et les pertes sont élevées de part et d’autres. Alors qu’ils avaient rapidement acquis la maîtrise du ciel de nuit, les alliés parviennent également à prendre la maîtrise du ciel pendant la journée. Les soviétiques sont contraints à limiter leurs vols au-dessus de leurs propres lignes.

Les bombardements aériens stratégiques par des formations de bombardiers moyens et lourds provoquent d’importantes destructions sur les arrières des soviétiques et l’un des effets les plus marquants en est la destruction d’une grande partie du matériel de pontage soviétique et du personnel qualifié pour utiliser ce matériel. Les soviétiques sont obligé de récupérer du matériel sur d’autres fronts, ou de les réquisitionner aux polonais mais ce matériel est de moindre qualité voire défectueux (ce qui amène le NKVD à soupçonner des sabotages).
Pour contrer ces attaques de bombardiers stratégiques, les soviétiques montent une opération de désinformation et parviennent à attirer une formation massive de bombardiers anglais dans un piège. Non seulement la zone ciblée ne contient  aucune cible de valeur mais en plus, les soviétiques ont massé dans la région l’artillerie antiaérienne de 8 divisions. Sur les 900 bombardiers participant au raid, environ un tiers sont détruits ou tellement endommagés qu’ils sont .

Effrayés par l’importance des pertes tant terrestres qu’aérienne, le premier ministre britannique Attlee entreprend de son propre chef des négociations secrètes pour une paix séparée avec les soviétiques. Il envoie un représentant en Suède pour discuter d’une reddition. Voyant dans cette prise de contact un fléchissement de la volonté des anglais, les Soviétiques accentuent leurs efforts dans le Nord, causant de nouvelles pertes aux troupes britanniques déjà fort éprouvées.

Dans l’Atlantique, les sous-marins soviétiques rencontrent quelques succès mais sont trop peu nombreux pour endiguer le flot de renforts américains. Le nombre de sous-marins soviétiques diminue d’ailleurs rapidement.

Sur le front sud, une offensive soviétique a réussi à encercler totalement la 3ème division d’infanterie algérienne. Les Français sortent alors leur arme secrète, ils envoient leur 1ère brigade de chars de combats « Camerone » de la légion étrangère, principalement formée d’ex soldats de la SS (ceux contre lesquels on n’a pu prouver aucun crime de guerre). Les Français ont en effet pris en charge tous les prisonniers issus de la SS et ils leur ont offert de s’engager dans la légion étrangère, réussissant ainsi à former trois divisions de combattants chevronnés. La contre-attaque de la brigade « Camerone » parvient à dégager les algériens.

En Espagne le NKVD monte une opération pour impliquer l’Allemagné dans un attentat contre Franco. Des agents russes sont dénoncés et piégés par le NKVD (qui les faits passer pour des agents allemands) lors d’une tentative d’assassinat du Generalissimo.

Au parlement britannique, des parlementaires britanniques piègent le premier ministre Attlee et le prennent en flagrant délit de mensonge. Ne pouvant plus nier ses agissements, Attlee entend monter des tribunes un nom qui se répète de plus en plus fort au fur et à mesure que de nouveaux parlementaires se joignent au chœur pour devenir un cri : « Winston », « Winston », « Winston ».

A la fin de ce deuxième tome, les alliés ploient sous les attaques soviétiques mais tiennent le choc en reculant vers le Rhin pendant que les soviétiques subissent de plus en plus de pertes dans leurs unités de soutien logistique.

Char Joseph Staline II

 JSII-2

Ma note personnelle: 16/20
Red Gambit tome 2 – Breakthrough de Colin GEE
Edition Kindle

Le site de la série: http://www.redgambitseries.com/

Lien facebook sur la série:https://www.facebook.com/groups/RedGambit/

Lien facebook sur le tome 2:https://www.facebook.com/groups/477968955584173/

Red Gambit tome 1 : Opening Moves – Colin GEE

The Red Gambit Series 1

Après la capitulation de l’Allemagne, Staline décide de profiter du désengagement des anglo-saxons en Allemagne pour attaquer ceux-ci tant que son armée est mobilisée, ce qui lui assure une supériorité numérique.

Pour ce faire, et en vue d’un assaut début août 1945, plusieurs opérations sont mises en route:

1°) Sabotage du Projet Manhattan (la bombe test n’explose pas et le site d’essai est contaminé).

2°) Alliance avec le Japon, des trains apporteront le matériel de guerre allemand (chars, y compris Tigres et Panthers, canons anti-char, armes de poing, avions…)aux Japonais pour leur permettre de vaincre les chinois et les américains en Chine. L’URSS récupérant un certain nombre de divisions qui auraient dû attaquer le Japon pour les transférer à l’Ouest.

3°) Élimination des prisonniers allemands (cet acte permettant notamment de libérer les troupes chargées de surveiller les prisonniers. Les trains emmenant les corps des allemands massacrés ramenant des troupes vers la frontière.

4°) Organisation d’opérations de sabotage de grande envergure pour mettre le désordre derrière les lignes alliées et pour tenter d’éliminer les généraux alliés.

5°) Les unités de pointes de l’attaque soviétiques seront équipées de matériel américain fourni par le lend-lease afin de semer le doute et la confusion parmi les troupes alliées.

6°) L’Attaque soviétique se déroulera sur l’ensemble du front et non à certains endroits. Une deuxième attaque sera lancée plus tard afin de percer les endroits les plus faibles du dispositif allié.

7°) L’union soviétique utilisera la demi-douzaine de sous-marins allemands type XXI qui est tombée entre ses mains pour perturber les convois de renforts alliés dans l’Atlantique.

8°) Des navires russes, sous couvert de visite amicales, déposeront des mines à l’embouchure de certains ports alliés.

9°) L’aviation alliée devra être neutralisée dès le 1er jour par des attaques aériennes et terrestres massives.

L’ordre d’attaque est fixé pour le 6 août 1945 contre l’avis des officiers supérieurs soviétiques (qui préféreraient avoir un délai de six mois pour renforcer et ré-équiper leurs unités qui ont beaucoup souffert contre les allemands).

De leur côté, les alliés se méfiant des soviétiques ont organisé quatre symposiums où des officiers allemands ayant fait preuve d’une efficacité particulière contre les soviets vont donner des cours sur la façon de battre les rouges. Ces cours seront donnés à des officiers alliés pour le cas où une nouvelle guerre éclaterait.

Ayant appris l’existence des symposiums, Staline décide d’employer une division de parachutistes pour éliminer les participants qu’ils soient alliés ou allemands. Ces attaques auront lieu dès le début de l’offensive soviétique. Certains avions russes devant emprunter l’itinéraire prévu pour une visite d’officiels russes en Angleterre.

Le 6 août, l’attaque soviétique est une surprise quasi complète, les alliés n’ont été prévenu que pendant la nuit précédant l’attaque par des officiers allemands échappés des camps de prisonniers bulgares et une bonne partie des officiers alliés n’y a pas cru. Tout le front allié est enfoncé, plus lentement aux endroits où l’alerte a été prise au sérieux. L’aviation alliée subit de lourdes pertes et les sabotages ont semé le désordre. Parmi les officiers supérieurs, seul le Maréchal Montgomery a été sérieusement blessé.

Les symposiums ont été fortement touchés et de nombreux officiers alliés et allemands ont été tués mais la division aéroportée russe a été quasiment anéantie, seuls quelques soldats ayant pu s’échapper.

Dans le pacifique, les Japonais ont repris l’initiative contre les forces américaines et chinoises, renforcés par des troupes russes que les communistes chinois ont laissé passé pour leur permettre d’attaquer les nationalistes. De plus, des navires russes ont transporté des soldats japonais sur des îles prises par les américains, provoquant la confusion la plus complète, des sous-marin de poche Kaiten ont également réussi à couler plusieurs gros navires américains dont un cuirassé et deux porte-avions.

Kaiten:

Kaiten Type 4 rear view at USS Bowfin Museum- Pearl harbor

Les alliés parviennent à reformer un front mais ils doivent concéder du terrain. Ils rapatrient au plus vite les unités qu’ils avaient renvoyé dans leurs pays d’origine ou dans le pacifique. Ceci ne va pas sans mal à cause de la présence d’une demi-douzaine de sous-marins type XXI allemands sous équipages soviétiques (les soviets ont notamment installé une base de ravitaillement secrète en Irlande avec le concours de l’IRA).

Devant la supériorité numérique des soviétiques, les alliés décident de former un nouveau gouvernement allemand autour de personnalités allemands de tous bords avec Von Papen, Adolf Schärf, Karl Renner, Wilhelm Hoegner, Heinrich von Vietinghoff, Karl Dönitz, Albert Speer, Heinz Guderian, Johann Ludwig… Ce gouvernement allemand sera chargé notamment de reconstruire une armée allemande avec les prisonniers de guerre de la Wehrmacht et le matériel de guerre saisi par les alliés.

Une autre note positive vient d’Espagne, où les espagnols, devant le danger communiste décident de se ranger au côté des alliés, proposant de mettre à disposition des alliés la division bleue (qui a déjà combattu les soviétiques aux côtés des alliés, ainsi que dans un second temps, un corps expéditionnaire de 4 divisions).

Après des combats très durs, les alliés semblent avoir réussi à consolider un front, entre le 11 août et le 13 août, qui s’accroche à plusieurs grandes villes comme Hambourg, Göttingen, Munich.

————————————————————————————————————————–

Cette uchronie sur la 3ème GM ou sur la continuation de la 2ème, chacun jugera m’a semblé assez plausible en tout cas dans la partie stratégique. Personne je pense ne donnerais aux alliés une chance de repousser rapidement une attaque russe en 1945 sans la bombe atomique.

Le déroulement de ce premier tome n’est donc pas du tout illogique en tout cas sur le front occidental. L’alliance avec le Japon, si elle n’est pas évidente de prime abord, peut cependant paraître également logique même si à mon sens, les Japonais n’auraient pas assez de temps pour s’entraîner avec le matériel allemand et si l’efficacité des raids sur les îles reprises par les américains ou les attaques de kaiten m’ont eu l’air un peu surestimées.

Un élément qui manque à mon avis, c’est l’intervention des partis communistes européens. Béria utilise bien ses espions pour déclencher des actions ciblées mais l’auteur par contre ne parle pas d’intervention de partisans communistes alors qu’on sait qu’à la fin de la 2ème GM, de nombreux résistants communistes auraient pu être tentés par un coup de force.

Un bon début donc pour une série en 5 volumes dont 4 sont déjà parus.

Ma note personnelle: 16/20
Red Gambit tome 1 – Opening Moves de Colin GEE
Edition Kindle

Le site de la série: http://www.redgambitseries.com/

Lien facebook sur la série: https://www.facebook.com/groups/RedGambit/

 

Lien facebook sur le tome 1: https://www.facebook.com/groups/165970046885025/

%d blogueurs aiment cette page :