Ring of Fire – Eric FLINT

L’anthologie Ring of Fire regroupe des nouvelles qui se déroulent dans l’univers de « 1632 ».

Je présenterai les nouvelles au fur et à mesure de ma lecture:

1°) In The Navy  de David WEBER

Cette première nouvelle nous raconte comment John Simpson est devenu l’Amiral de la flotte des Etats-Unis malgré son antagonisme avec le président Mike Stearns.

2°) To Dye For de Mercedes LACKEY

Lorsque Grantville a été déplacée dans le temps et l’espace, Tom Stone s’est retrouvé séparé de sa clientèle et donc sans revenus. En effet, Tom est le dernier hippie de Grantville et, à ce titre, le seul habitant à produire de l’herbe. Pour pallier au manque de produits anesthésiants, Tom a décidé d’offrir sa production aux médecins et dentistes de la ville. Il ne veut pas être payé pour ce service qu’il estime vital pour certains. Seulement Tom est tombé amoureux de la fille d’un riche marchand et celui-ci refuse de laisser sa fille épouser un homme sans revenus. Que faire? La solution est dans le titre qui est en lui-même un jeu de mot.

3°) A Lineman for the Country de Dave FREER

Quand un frustré de l’Internet, une spécialiste de la téléphonie filaire et un courrier à cheval finissent par se rencontrer, de quoi parlent ils si ce n’est de l’acheminement rapide des messages?

4°) Between the armies de Andrew DENNIS

Pour les prêtres protestants de Grantville, la vie n’est déjà pas simple depuis le cercle de feu mais le prêtre catholique, la vie est nettement plus compliquée. Il est sensé obéir au pape et à une doctrine qui a été dénoncée après 1632 dans notre ligne temporelle. Comme si cela ne suffisait pas, voilà que Mazarin (pas encore cardinal) s’invite à Grantville.

5°) Biting Time de Virginia DEMARCE

Dans cette nouvelle Grandma Richter apprend qu’un dentiste du XXème  siècle ne fait pas qu’arracher les dents, il en pose aussi! Nous suivons également ce personnage attachant lorsqu’elle ouvre une école pour tous petit et qu’elle est courtisée par Henry Dreeson.

6°) Power to the people de Loren K. JONES

Loren K. Jones nous raconte les événements qui se sont produits à la centrale électrique de Grantville lors du déplacement de la ville dans la Thuringie du XVIIème siècle.

7°) A Matter of Consultation de S.L. VIEHL

Quand la médecine du XVIIème siècle est confrontée à celle du XXIème, il apparaît que parfois le seul recours est dans l’herboristerie. Où une habitante de Grantville se retrouve confronté aux préjugés et manque de finir sur un bûcher.

8°) Family Faith  d’Anette M. PEDERSEN

Quel avenir réserve l’Allemagne du XVIIème à un Jésuite qui a perdu la foi? Johannes Grünwald, finira par trouver refuge à Grantville où il retrouvera Johann,  le fils disparu de son neveu Martin.

9°) When the chips are down de Jonathan CRESSWELL et Scott WASHBURN

Quand il n’y a plus de Chips, il suffit d’en refaire, sauf qu’on est en Allemagne en 1632 et qu’il faut se procurer des pommes de terre et de l’huile mais bon quand on s’appelle Larry, Eddie et Jimmy, on ne va pas se laisser arrêter par des détails aussi insignifiant et pourquoi ne pas en faire pour toute la Ville à l’approche de Noël tant qu’on y est?

10°) American Past Time de Deann ALLEN et Mike TURNER

Et le Baseball dans l’Allemagne du XVIIème?

11°) Skeletons de Greg DONAHUE

Toutes les recrues allemandes dans l’armée de Grantville  ne sont pas d’une grande fiabilité.

12°) A Witch To Live – Walt BOYES

Où les citoyens de Grantville découvrent que l’on brûlait encore les sorcières au XVIIème siècle.

13°) The three R’s Jody DORSETT

Si les habitants de Grantville ne sont pas en mesure d’imposer la liberté religieuse dans le reste de l’Europe, ils peuvent en tout cas, la promouvoir!

14°) Here Comes Santa ClausK.D. WENTWORTH

Ce père Noël n’était pas celui que l’on croyait…

15°) The Wallenstein Gambit  – Eric FLINT

Et si le seul bouclier pour les Juifs s’avérait être Wallenstein?

Voir aussi l’avis d’Eumène de cardie: http://notesdeumene.wordpress.com/2011/05/08/eric-flint-ring-of-fire/

Publicités

1633 – Eric FLINT & David WEBER

Les citoyens de Grantville pensaient avoir fait le plus dur après avoir vaincu les espagnols et les troupes des Habsbourgs. Alliés au roi de Suède, Gustave Adolphe et forts de leur supériorité technologique, qui pourraient-ils craindre ?

Qui ? Si ce n’est l’infâme Cardinal de Richelieu. Car celui-ci, après avoir pensé que Grantville avait été envoyée par le Diable, est maintenant persuadé qu’il s’agit d’un message de Dieu ! Si Grantville a été renvoyée dans le passé, c’est pour permettre aux  citoyens du XVIIème siècle d’éviter les erreurs qu’ils ont fait dans la trame historique d’origine et notamment le renversement des monarchies de droit divin. Richelieu, comme d’autres personnages puissants européens ont réussi à se procurer des livres d’Histoire et à les étudier.

Alors que les habitants de Grantville essayent d’exporter les idéaux nés de la révolution américaine, ils devront naviguer prudemment dans les eaux troubles de la diplomatie européenne pour tenter de s’en sortir car leur avantage technologique ne durera que tant qu’ils seront capable de maintenir leurs machines en état. Ils sont dans l’incapacité de recréer la plupart des outils modernes.

Alors que pour Grantville, le défi est de déterminer à partir de quelle technologie, ils peuvent repartir avec les moyens à la disposition de ses habitants, pour les puissances européennes, le défi est de rattraper le plus rapidement possible l’écart technologique parce qu’alors, l’avantage démographique suffira  pour vaincre Grantville. Le cardinal a bien compris que même s’il ne parvenait pas à vaincre Grantville tout de suite, il lui fallait néanmoins mettre au plus vite la machine industrielle en route afin de ne pas se retrouver dans le peloton de queue des nations industrialisées.
C’est pourquoi, pendant qu’il met sur pied une nouvelle coalition contre Grantville, il prépare son pays à la révolution industrielle et l’armée française à la guerre moderne.

Lorsque la nouvelle attaque se déclenche, Grantville et Gustave Adolphe sauront faire face, (notamment grâce à la nouvelle flotte dirigée par l’amiral Simpson et aux deux avions à hélice faits de bric et de broc) mais cette victoire sera payée avec la chair et le sang des citoyens de Grantville.

J’attendais beaucoup de la collaboration entre Eric Flint et David Weber pour ce deuxième tome et je dois bien avouer que j’ai été un peu déçu. Si ce volume apporte son lot de nouveauté et permet d’approfondir l’Univers développé dans 1632, il apparaît cependant un peu trop comme une mise en place pour les volumes suivants, entamant plusieurs fils d’intrigues sans vraiment en terminer un. On reste un peu sur sa faim. Il faudra sans doute attendre 1634 Baltic War pour avoir une meilleure idée du déroulement des événements.

Sinon, l’édition Kindle était impeccable.

Pour le tome 1: 1632

Pour le tome 3: 1634 The Baltic War

Voir aussi l’anthologie Ring of Fire ou plusieurs auteurs connus et des fans ont développé des éléments de cet univers dans des nouvelles qui sont parfois le point de départ d’une série de romans liés à l’univers de 1632.

Et la page que j’ai consacré à cette série: 1632-Verse

Ma note personnelle : 15/20
1633 Eric Flint et David Weber
Edition Kindle

L’avis d’Eumène de Cardie: http://notesdeumene.wordpress.com/2011/01/07/eric-flint-et-david-weber-1633/

1632 – Eric FLINT

  

Les Assitis, une race extra-terrestre avancée, ont créé des œuvres d’art Spatio-temporelles gigantesques, bien au delà de notre compréhension. Un éclat d’une de ces œuvres d’art a erré dans l’espace et le temps avant de frapper la ville de Grantville (Virginie Occidentale) et ses environs.

Les habitants de Grantville se préparaient à célébrer le mariage de Rita Stearns et Tom Simpson. Rita, est la sœur de Mike Stearns, ex-boxeur et président du syndicat local des mineurs. La ville de Grantville est donc envahie de mineurs venus assister au mariage avec leurs familles. Soudain, la ville se retrouve brièvement au centre d’un cercle lumineux (que les témoins nommeront par la suite : “le Cercle de feu”) et l’électricité se retrouve coupée. Si certains pensent à une attaque nucléaire, on se rend vite comte qu’ils ‘agit de toute autre chose. Les habitants découvrent rapidement que la route est coupée à quelques kilomètres de là. Une petite troupe emmenée par Mike Stearns se rend sur place et constate qu’effectivement la route se termine devant une masse de terre comme si le terrain au-delà s’était élevé de dix mètres.

Lorsqu’ils s’aventurent sur cette élévation, les membres de la petite troupe constatent que le paysage a été totalement transformé, de plus, ils aperçoivent quelques fermes à l’aspect étrange, comme il n’y en a jamais eu en Virginie et l’une d’elle semble en feu. Se rapprochant de la ferme la plus proche, les Virginiens découvrent un spectacle étonnant et révoltant. Un groupe d’hommes en armure a cloué un fermier sur la porte de sa ferme (en lui enfonçant les clous dans les mains). Deux des hommes essaient visiblement de faire parler le fermier pour lui faire dire où il a caché ses biens tandis que plusieurs autres ont entrepris de violer sa femme. Devant ce spectacle, les américains n’hésitent pas à intervenir et les armures des violeurs se révèlent de peu d’efficacité face à des balles de 357.

Après quelques autres rencontres, les habitants de Grantville finissent par découvrir la vérité: la petite ville et ses environs a été déplacée en Thuringe (région d’Allemagne) en 1632. Ils se retrouvent donc en plein milieu d’une des guerres les plus féroces du XVIIème siècle: la guerre de 30 ans.

Cette sérié (plusieurs romans, recueils de nouvelles et articles divers… pour plus de détails, il suffit d’aller consulter l’article sur Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Eric_Flint) démarre en force avec un premier roman qui nous met directement au cœur du problème: comment faire survivre la population d’une ville américaine du XXIème siècle transposée dans l’Europe du XVIIème siècle? Oh bien sur, au départ, les américains disposent de leur avantage technologique mais ils sont aussi conscient que celui-ci est fragile et qu’il ne durera que tant que les équipements modernes tiendront. Ils ne sont pas en mesure de remplacer ce qui sera cassé ou usé. Quand les munitions des armes modernes seront épuisées, il sera impossible d’en refaire et que dire des pneus à une époque où le caoutchouc n’existe pas, des moteurs dont les pièces en acier ne peuvent être recréées…

——————————————————————————————————————-

L’intérêt de ce roman et de la série toute entière repose sur les possibilités quasi infinies de dérivation à partir de la trame temporelle classique. Dans ce premier tome, les habitants de Grantville s’allient au roi de Suède contre les Habsbourg. S’ils remportent quelques victoires importantes, ils sont quand même surpris par une attaque concertée qui permet à une unité de cavalerie croate au service des Habsbourg d’attaquer la ville par surprise.

Bien entendu, le roman n’est pas exempt de défauts : par exemple, le mode de vie des américains moyens est montré comme un exemple de pragmatisme et de bon sens, les habitants de Grantville prennent également relativement bien cette transition dans le temps et l’espace, pas de vague de dépression ou de suicide, personne ne devient fou…

Si on peut oser une comparaison entre 1632 et Mysterium de Robert Charles Wilson, dans le roman de Wilson, les habitants étaient tellement abasourdis qu’ils se faisaient rapidement absorber par l’Univers où ils avaient débarqué (on peut aussi noter que l’écart technologique est plus important dans 1632). Là où le roman de Wilson portait sur le passage d’un univers vers un univers parallèle, 1632, crée apparemment un univers parallèle parce que l’Histoire de l’endroit où ils débarquent est exactement celle de l’univers d’origine. La divergence ne commence qu’avec leur apparition en 1632. Le roman de Wilson est certes plus profond mais celui de Flint est certes plus distrayant.

A noter un très bon travail d’édition sur cette édition Kindle.

Ma note personnelle : 16/20

1632 – Eric FLINT
Baen Books
Edition Kindle

Voir aussi l’avis d’Eumene de Cardie: http://notesdeumene.wordpress.com/2011/01/07/eric-flint-1632/

Pour en savoir plus sur la série: 1632-Verse

 

Le Dragon des Arcanes – Pierre PEVEL

  

Dans ce troisième tome, les lames du cardinal ne doivent pas sauver le roi ou la reine mais Paris, Paris que Les Châtelaines ont vu, grâce à leur don de prescience, brûler sous le feu d’un énorme dragon noir.

Le capitaine La Fargue et ses compagnons devront déjouer le complot des « Arcanes » avec ou parfois sans l’aide du Cardinal.

Confronté à un ennemi formidable, les « Lames » paieront un lourd tribut dans cette aventure.

Ce dernier volume de la trilogie est très rythmé, on ne s’ennuie pas une seconde. C’est une histoire qui se termine en apothéose !

Le seul reproche que l’on pourrait adresser à l’auteur est que l’on aimerait plus de détails. Alors que d’autres auteurs écrivent des romans trop longs, ceux de Pierre Pevel sont trop courts.

Cet univers fascinant appelle de nouvelles aventures que ce soit avec les « Lames » (Une préquelle racontant leurs aventures à la Rochelle?) ou d’autres personnages. De nombreux domaines pourraient encore être développés (Les châtelaines, les gardes noirs, la griffe noire, les gardiens…).

Ma note personnelle : 17/20

L’avis d’Eumène de Cardie: http://notesdeumene.wordpress.com/2012/02/10/pierre-pevel-les-lames-du-cardinal-trilogie-integrale/

Pour les amateurs de Jeu de rôle, l’éditeur « Sans-Détour » a adapté les Lames du Cardinal » en Jeu de Rôle. Voir le site de cet éditeur:

Jeu de rôle « Les Lames du Cardinal« 

L’alchimiste des Ombres – Pierre PEVEL

  

La mystérieuse « Italienne » a contacté le cardinal pour lui offrir un marché: La protection du cardinal si elle lui révèle un complot contre la couronne. Mais à quoi joue l’Italienne, pourquoi lâche t’elle les renseignements au compte-goutte?

Dans ce deuxième tome des Lames du Cardinal, nos héros vont être confrontés à un de leurs vieux ennemis: L’alchimiste des Ombres, celui qui 5 ans auparavant a causé l’échec de leur mission à La Rochelle, la mort de l’un d’entre eux et la dissolution des Lames.

Le capitaine La Fargue saura t’il déjouer le complot sans se laisser aveugler par son désir de vengeance?

Ce deuxième tome continue sur le même ton que le premier tout en approfondissant l’univers des « Lames ». Nous en apprenons plus sur les Dracs et sur l’Ordre des sœurs de Saint-Georges, un ordre religieux voué à la protection de la France contre les Dragons et leurs descendants.

Un rythme entraînant, des intrigues multiples et complexes, des clins d’œil à Dumas (on croisait brièvement Athos dans le premier tome, on croise un autre mousquetaire connu dans ce tome-ci)… Un seul mot: Encore

Ma note personnelle: 17/20

L’avis d’Eumène de Cardie: http://notesdeumene.wordpress.com/2012/02/10/pierre-pevel-les-lames-du-cardinal-trilogie-integrale/

Pour les amateurs de Jeu de rôle, l’éditeur « Sans-Détour » a adapté les Lames du Cardinal » en Jeu de Rôle. Voir le site de cet éditeur: Jeu de rôle « Les Lames du Cardinal« 

Les Lames du Cardinal – Pierre PEVEL

  

Quand on a, comme moi, grandi avec Alexandre Dumas, voilà exactement le genre de livre qu’on meurt d’envie de lire et que l’on craint de lire en même temps par peur d’être déçu.

Ceci dit, Pierre Pevel ne cherche pas à faire du Dumas.

Alors que Dumas nous présentait les mousquetaires du Roi, Pevel nous présente leurs meilleurs ennemis: les hommes du Cardinal. Nous cotoyons qussi bien les gardes officiels du Cardinal que les hommes que le Cardinal utilise pour des missions délicates.

Lorsque l’ambassadeur extraordinaire d’Espagne demande à Richelieu de rappeler ses meilleurs hommes « les lames du Cardinal » pour retrouver le fils d’un grand d’Espagne disparu à Paris, Richelieu n’a d’autre choix que de lui être agréable.

Dans un monde parallèle où les dragons ont existé et marqué le développement des différents royaumes humains, les lames du Cardinal devront affronter les descendants des dragons, les intrigues espagnoles, les spadassins qui hantent les rues de paris et jusquà leur propre employeur: le Cardinal lui-même. Face à tous ces complots, les lames ne peuvent compter que sur elles-mêmes et encore, n’y a t’il pas un traître parmi elles?

Ce roman est une grande réussite, Pevel nous fait revivre l’ambiance du paris du XVII siècle avec ses rues sombres où il ne fait pas bon de se promener à la nuit tombée. Le côté fantastique est très bien intégré à l’Histoire avec un grand H, les rebondissements sont nombreux et les personnages ont des personnalités riches et complexes. Le personnage de Richelieu est particulèrement retors comme dans la réalité. Il manipule plusieurs fils à la fois et n’hésite pas à en couper s’il pense que c’est dans l’intérèt de la France.

Vous irez de surprise en surprise jusqu’à la dernière page.

Ma note personnelle: 17/20

L’avis d’Eumène de Cardie: http://notesdeumene.wordpress.com/2012/02/10/pierre-pevel-les-lames-du-cardinal-trilogie-integrale/

Pour les amateurs de Jeu de rôle, l’éditeur « Sans-Détour » a adapté les Lames du Cardinal » en Jeu de Rôle. Voir le site de cet éditeur:

Jeu de rôle « Les lames du Cardinal« 

%d blogueurs aiment cette page :