Guerre aux Grands- Pierre LEAUTE

guerre-aux-grands

Devenu empereur, Augustin Petit est toujours ravagé par ses mêmes obsessions, libérer les petits de l’oppression des Grands et quoi de mieux pour cela que de faire la guerre au pays qui est peuplé de grands: l’Allemagne. Avec ses alliés Italiens, la France envahit donc l’Allemagne ce qui provoque l’entrée en guerre des anglais.

L’Histoire se poursuit un peu comme dans notre ligne temporelle en échangeant les rôles de l’Allemagne et de la France, l’Allemagne est vaincue et scindée en deux puis l’Italie se fait envahir et Augustin Petit doit libérer son allié italien (il se fait lui même parachuter et participe activement à la libération).

A la fin, la France est vaincue. Augustin Petit retranché dans son refuge savoyard choisit l’exil en Amérique du Sud.


Je ferai un peu les mêmes remarques pour ce deuxième tome que pour le premier , pour moi la sauce n’a pas pris parce que le mélangé de gravité et d’humour est très délicat.surtout quand on arrive à des scènes  délirantes. Et tant qu’à faire, pourquoi revenir à une fin classique, pourquoi ne pas avoir écrit la grande victoire du Petisme, avec un monde à la botte du tyran?

Je retiendrai de ces deux tomes quelques scènes amusantes où l’auteur relie l’actualité plus ou moins récente avec son roman (Augustin Petit écrivant à son épouse qui l’a quitté: si tu reviens j’annule tout) ou la décapitation de la tour Eiffel bien trop grande au goût du dictateur ainsi que l’interview du dictateur par Pierre Bellemarre des années après la fin de la seconde guerre mondiale.

Ma note personnelle: 13/20
Guerre aux Grands ! – Pierre LEAUTE
Edition Kindle

Voir le premier tome: Mort aux Grands!

Si vous voulez avoir plus d’information sur l’auteur, vous en trouverez notamment sur son blog.

Publicités

Mort aux grands ! – Pierre Léauté

mort-aux-grands

Et si la France avait perdu la guerre 14-19 ? Un Adolf français Hitler aurait-il émergé de l’après guerre ? Voilà le point de départ de cette uchronie loufoque.

Je reviendrai sur le côté loufoque plus loin mais commençons par examiner le côté uchronie.

La première Guerre Mondiale a donc duré jusqu’en 1919 et s’est terminée par la défaite de la France. La France est ruinée par les réparations de guerre et est en partie occupée par les troupes du Kaiser Guillaume II. Un Français, Augustin Petit n’accepte pas la défaite, lui seul a compris que responsables de la défaite, c’étaient les Grands, eux dont la tête dépassait des tranchées et en faisait des cibles idéales. De plus, les Allemands sont tous des grands blonds, c’est bien connu !

Et Augustin va partager ses idées. Au début, il ne rencontre aucun succès, personne ne veut l’écouter mais il rencontre bientôt d’autres hommes aigris, comme lui, par la défaite et notamment « l’auvergnat »un tenancier de Brasserie qui va le loger, le financer et l’inviter à parler à d’autres hommes prêts à se battre pour restaurer la grandeur de la France.

Petit à petit (jeu de mot ! comme aurait dit maître Capelovicci) Augustin se découvre des talents d’orateurs, ses diatribes contre les « Grands blonds » attirent de plus en plus de monde. Bientôt la salle de la brasserie n’est plus assez grande. Un dénommé Joseph Genot met à sa disposition son organisation : les Culottes d’Acier (ou CA) qui deviennent les membres du service d’ordre du PPP (Parti des Plus Petit).

Augustin décide de nommer les adhérents à son parti les poussins puisque ce sont les derniers à se nourrir dans la basse-cour. Battu aux élections, Augustin se lance dans un Tour de France plutôt mouvementé mais qui lui attire de nombreuses sympathies. Arrêté sur base d’une dénonciation d’un de ses lieutenants, Petit est condamné à la prison. Libéré, il se charge de liquider Genot le traître ainsi que les chefs des CA pour les remplacer par sa nouvelle garde prétorienne : les CC (Culottes courtes) il se retire ensuite en Haute-Savoie où il écrit « Mon destin ».

Les gouvernements se succèdent à la tête de la France et aucun ne parvient à redresse le pays. Le PPP ayant considérablement grandi, Clémenceau se voit contraint de traiter avec Augustin Petit et de le nommer à Matignon dans un gouvernement de coalition.

Contrairement aux attentes, Augustin Petit réussit à  redresser les finances du pays et Clémenceau qui lui reprochait sa réussite fait une chute fatale dans les escaliers le lendemain. Augustin Petit n’écoutant que son sens du devoir, se sacrifie pour la patrie en s’arrogeant les pleins pouvoirs. Le PPP gagne les élections et les deux tiers des députés portent l’uniforme jaune poussin.

Désormais le PPP a les pleins pouvoirs, la liberté de la presse est supprimée, les grands sont envoyés dans des granlags, on fait des autodafés de toutes les œuvres produites par des grands avant de franchir un pas supplémentaire en annexant la Wallonie et Bruxelles.

Aux jeux olympiques de Paris en 1934, l’équipe de France bat l’Allemagne par 8 à 0 (sur 8 pénaltys).

Le 1er Octobre 1937, la France envahit la Suisse Romande à la grande fureur du Kaiser Joachim.

Lors de la conférence de Londres, les alliés (Anglais et Allemands) sacrifient une partie de la Suisse pour maintenir la paix. La France se réarme à vitesse accélérée.


Une uchronie très intéressante sur le sujet, j’aurais beaucoup aimé lire une uchronie un peu plus sérieuse sur ce thème avec la montée au pouvoir d’un parti fasciste français.

Certains ont apparemment beaucoup ri avec ce roman, moi j’ai souri mais sans plus. A force de mélanger les scènes dramatiques (on assassine quand même gaiement) et les scènes humoristiques, voire bouffonnes, la sauce n’a pas pris pour moi. On sent que l’auteur a une bonne connaissance de la période et a pris beaucoup de soin sur certaines parties du roman (je pense notamment aux lois promulguées par le PPP) mais d’autres scènes  sortent plutôt du « dictateur  » de Chaplin (Je pense ici à une scène ou Auguste Petit se fait saluer par une salle remplie de « poussins » aux cris de « Piou-piou » – on aurait pu se contenter des uniformes jaune poussin).

Ma note personnelle: 13/20
Mort aux Grands ! – Pierre LEAUTE
Edition Kindle

Si vous voulez avoir plus d’information sur l’auteur, vous en trouverez notamment sur son blog.

Pour un autre avis, vous pouvez consulter le site du Bibliocosme

Pour le deuxième tome: Guerre aux Grands!

Les Âmes envolées – Nicolas LE BRETON

Les ames envolées_0001

28 Avril 1912 – Le préfet Lépine est au sommet de sa gloire, il vient d’abattre Bonnot alors que celui-ci tentait de s’échapper en ballon fusée.

Novembre 1916, en pleine guerre mondiale, l’ex-préfet, Lépine, âgé de 70 ans  est rappelé de sa retraite par Clémenceau pour enquêter sur la disparition mystérieuse de plusieurs savants de premier plan. Alors qu’il se sent fatigué et quelque peu relégué au second plan dans un commissariat de quartier, il ne sait pas encore que cette enquête va l’entrainer au bout du monde et lui redonner le goût à la vie et à l’amour. Car les événements vont se précipiter :  la mort de plusieurs enquêteurs, la découverte d’un sous-marin propulsé par une énergie mystérieuse et guidé par un automate qui utilise une bande trouée pour se diriger, un peu à la manière des pianos mécaniques, l’enlèvement de Léontine de Laroche, la première femme pilote d’aérostat (et dont Louis est tombé follement amoureux) par Bonnot (enfin par un Bonnot zombifié) sont quelques uns des événements qui vont entraîner Louis Lépine de France en Inde, au Népal puis de retour vers la Suisse avant de rencontrer un ennemi d’une puissance colossale au-dessus des tranchées d’Ypres.

Et si l’automobile n’avait jamais été inventée? Voilà l’un des thèmes principaux de cette Uchronie où Nicolas Lebreton nous emmène. L’auteur a su créer un monde tout à fait original où la plupart des déplacements et transport se font par la voie des airs. Ce mode de transport a donc façonné les villes de telle sorte que les logements disposent d’embarcadères et de passerelles qui permettent  aux habitants d’embarquer et de parquer les dirigeables. Car les rues des cités sont remplies d’aérostats de toutes tailles qui circulent au-dessus des rues ou plus haut dans le ciel, cela va de l’aérostats d’une personne aux ballons de transport. Les passagers des aérostats portent des harnais -, ce qui permet par exemple aux conducteurs d’aéro-taxis de les haler en leur lançant des grappins que les passagers attachent à leurs harnais…

Ceci ne sont que quelques unes des innombrables idées qui se retrouvent dans ce roman. Je pourrais encore citer par exemple, le fait que le préfet Lépine utilise des objets basés sur les inventions qui ont été présentées au fameux concours qui porte son nom…

Si cet ouvrage est remarquable au niveau de ses idées, il ne m’a cependant pas captivé comme j’aurais aimé l’être. Il y a des livres que j’ai du mal à déposer tellement je suis pris par le récit. Ici, il y a certes, énormément d’inventivité et un grand nombre (trop grand ?) de mystères, mais c’est peut-être ce qui nuit à la continuité du récit. A force de multiplier les personnages, les puissances et les forces en présence (allemands, anglais, français, Société de Thulé, Ordre Noir, Shangri-La, le Vril, l’énergie noire, Aleister CROWLEY, Alexandra DAVID NEEL…) , l’auteur doit donner beaucoup d’explications et de descriptions qui prennent peut-être le pas sur le récit .

En conclusion, un début encourageant pour cette série Steampunk qui devrait adopter un nouveau rythme maintenant que l’essentiel du décor est planté.

Une mention spéciale pour l’idée des Œufs Noirs et pour avoir enfin un auteur qui donne une explication plausible à l’existence de morts réanimés.

Ma note personnelle: 15/20
Les Âmes envolées – Nicolas Lebreton
Les moutons électriques – 321 pages.

Pour d’autres avis:

Dionysos (Le Bibliocosme)

%d blogueurs aiment cette page :