A Retenir contre lui – Richard MARSH

La peur tombe le masque

Un homme prend un train vers le port d’Harwich et se voit rejoint dans son compartiment par un individu qui lui rappellle vaguement quelqu’un mais sab-ns qu’il puisse remettre un nom sur cette personne. L’inconnu a acheté les mêmes journaux que le premier homme et il semble prendre un malin plaisir à le singer jusque dans ses moindres gestes, fermant un journal pour reprendre le même que le 1er personnage au même moment. Arrivé à Harwich, le premier personnage se précipite vers un bâteau à destination d’Anvers, persuadé d’être enfin débarassé de ce double gênant mais bientôt, force lui est de constater que l’individu l’a suivi à bord et reprend son petit jeu agaçant.

Lorsque le premier personnage se décide à interroger le second, ce dernier se contente de regarder son interlocuteur sans répondre.

Arrivé à Anvers, le premier personnage prend le train pour Bruxelles et se rend à son hôtel où il retrouvera bien entendu son perécuteur.

Qui est cet individu mystréieux et que veut-il à notre premier personnage?

 


Ce n’est pas cette nouvelle qui fera baisser la qualité de ce recueil. Je n’en dirai pas plus, découvrez vous-même le fin mot de l’histoire!

Ma note personnelle: 17/20
La cigarette in « La peur Tombe le Masque » – Richard MARSH
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Disponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques

ou en version papier chez Rivière Blanche

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

Publicités

The Coronado Conspiracy – George GALDORISI

The Corodano conspiracy

Le nouveau président des USA Taylor Calhoun a décidé de réformer en profondeur l’armée américaine en diminuant le nombre de troupes, en insistant sur l’entraînement et l’utilisation des troupes spéciales. Il destine désormais principalement l’armée à la lutte contre les barons de la drogue et principalement ceux qui inondent son pays de stupéfiant à partir de leurs bases en Amérique du sud et d’Amérique centrale.

Le général Howard Campbell qui est à la tête de l’Etat-major américain est totalement opposé à cette politique du président américain et voit d’un très mauvais œil la réduction des forces armées US. Il décide dès lors de piéger le président et pour ce faire, il va saboter complètement une opération visant l’un des plus gros trafiquant de drogue résidant au Costa Rica.

L’opération US dirigée à partir de l’USS Coronado est confiée par le chef d’état-major au général Lovelace qui a le double avantage à ses yeux d’être un ami personnel du président et d’avoir très peu d’expérience du combat, un de ces généraux montés dans la hiérarchie plus par leur habilité politique que par leur mérite.

L’attaque sera entièrement héliportée, de nombreux hélicoptères Blackhawk transporteront les troupes et leur équipement, escortés par des hélicoptères Apache.

 

Alors que les reconnaissances ne semblent rien montrer dans la région où sévit le cartel visé, le général Campbell a fourni aux trafiquants, via des intermédiaires qui ont ensuite été exécutés, des missiles Stinger et les a fait prévenir de l’attaque en préparation. De même, il a envoyé un agent pour saboter la base de ravitaillement créée sur la côte du Costa Rica pour permettre aux hélicos de se ravitailler pour le long vol vers la base des trafiquants.

L’opération est, comme prévu par le général Campbell, est un désastre et, dès lors, les médias et les sénateurs d’opposition se déchaînent allant jusqu’à entamer une procédure d’impeachment. Tout semble perdu pour le président Calhoun si ce n’est qu’un sous-officier, des Navy Seals, Rick Holden, a trouvé les boîtiers des Stingers…


Voici un roman qui semble prouver la difficulté de remplacer Tom Clancy dans le domaine du Thriller militaire et même si Galdorisi est l’un des continuateurs de Clancy notamment dans la série Op-Center, ce roman-ci contient trop d’invraisemblances pour que l’on puisse vraiement se laisser prendre au récit.

Certes, ce roman montre les connaissances militaires et politiques de l’auteur mais d’un autre côté, on peut s’étonner qu’avec seulement une poignée de personnes coopérant réellement avce Campbell, celui-ci puisse faire autant de dégats sans qu’on essaie de l’arrêter. J’ai aussi de gros doutes quant à la capacité des trafiquants même bien équipés d’obtenir autant de résultats contre des troupes d’élites.

Ma Note personnelle: 12/20
The Coronado Conspir/acy – George GALDORISI
Kindle Edition

 

 

La Cigarette – Richard MARSH

La peur tombe le masque

Arhur Heseltine a vécu un drame, la femme dont il était amoureux a été assassinée, on n’a jamais trouvé l’assassin et le seul détail qu’Arthur ait remarqué, c’était une odeur très particulière de cigarette ou plutôt une odeur de cigarette très particulière. C’est qu’ Arthur a un odorat unique et qu’il est capable de distinguer des nuances qui échappent au commun des mortels et de s’en souvenir bien longtemps après.

Lorsque Athur se retrouve un jour, lors d’une soirée en présence d’un individu qui fume ce type de cigarette, ce dernier, Douglas Seymour précise que ce sont des cigarettes qu’il fait importer spécialement du Maroc et qu’il doit bien être le seul en Angleterre a les fumer.

Bien décidé à confondre Seymour, Arthur l’invite chez lui et lui fait part de sa conviction que Douglas est bien le meurtrier. Loin de démentir, Seymour reconnaît le meurtre et pourtant, Arthur le laissera partir libre…


Plus fort que Sherlock Holmes, pas besoin de cendres de tabac pour trouver le meurtrier, l’odeur suffit! Encore une nouvelle de très bon niveau de Richard Marsh.

Ma note personnelle: 17/20
La cigarette in « La peur Tombe le Masque » – Richard MARSH
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Disponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques

ou en version papier chez Rivière Blanche

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

 

Swordbearer – Glen COOK

Swordbearer

Alors que le fief de son père a succombé à une attaque de Ventimiglia, un royaume qui a absorbé bien d’autres baronnies avant cela, Gathrid un jeune homme estropié par la polio trouve Daubendiek, une épée mythique buveuse d’âme. Lorsqu’il prend cette épée en main, il ne sent plus ses infirmités et se retrouve doté d’une très grande force. De plus, lorsqu’il se laisse guider par l’épée, il devient un combattant exceptionnel. Il ne tarde pas à découvrir que lorsqu’il tue un ennemi, il absorbe l’âme de celui-ci et ses connaissances.

L’épée a aussi son compagnon, Rogala un nain qui depuis une éternité accompagne le porteur de l’épée et qui selon la légende a assassiné plusieurs d’entre eux après un certain temps pour des raisons inonnues.

Gathrid veut combattre au côté du suzerain de son père mais il n’est pas au bout de ses peines, le Mindak de Ventimiglia a une armée très puissante et de nombreux sorciers, il est aussi accompagné par le champion des ténèbres Nevenka Nieroda et ses douze Toals, capitaines morts-vivants qui sont de redoutables combattants et sorciers.

Déçu par l’attitude hésitante et les divisions internes des rois qui ont formé une alliance pour s’opposer au Mindak, Gathrid se rend en Ventimiglia pour y affronter le Mindak mais celui-ci s’avère être un homme complexe et pas fondamentalement mauvais. Il découvre aussi que le Mindak comme lui et bien d’autres auparavant sont des pions que 4 dieux utilisent dans un jeu complexe que chaque dieu domine pendant une certaine période. Chacun de ces dieux procure un certain pouvoir à ses fidèles au travers d’un artefact magique. Gathrid a Daubendiek, l’épée de Suchara tandis que le Mindak a réuni les artefacts des trois autres dieux.

Mais Gathrid n’a aucune envie d’être le jouet d’un dieu.


« Elric contre Sauron » , c’est la réaction que la plupart des amateurs de Fantasy auront en lisant ce résumé et on ne peut pas leur donner tort. D’une part on a un personnage faible mais qui devient surhumain grâce à son épée buveuse d’âme et d’autre part on un un puissant royaume qui tente d’envahir ses voisins divisés dont certains sont tentés par une alliance avec le diable. On a même un ancien empire qui n’est plus que l’ombre de lui-même et qu’on peut comparer au Gondor, des Toals qui ressemblent à s’y méprendre aux Nazguls….

Alors un pompage éhonté de deux romans mélangés pour tenter d’en faire une histoire à succès? Non parce que c’est compter sans le talent d’écrivain de Glen Cook qui parvient à apporter ses touches personnelles (notamment les combats qui se passent dans la tête de Gathrid pour savoir qui prendra le contrôle car certaines âmes sont si puissantes qu’elles essayent de contrôler leur hôte) et à nous placer quelques rebondissements de bon aloi.

Ce stand-alone n’est certes pas le meilleur roman de Glen Cook mais il se laisse lire avec beaucoup de plaisir. le seul regret est que cet univers aurait pu être développé avec quelques tomes de plus.

Ma note personnelle : 14/20
Swordbearer – Glen COOK
Kindle Edition

 

Published in: on 20 mars 2018 at 10 h 45 min  Comments (3)  
Tags: , , , , ,

Bilan 2017 et Planning 2018

Boheme_0001

Déjà le 20 Janvier et je n’ai pas encore publié de bilan pour l’année précédente, mais bon une attaque virulente de grippe m’a un peu retardé dans mes projets.

En 2017, le blog a connu un record de visites et de visiteurs malgré une diminution du nombre d’articles parus (43 pour 50 l’année précédente). L’année commence mal au point de vue du nombre de publications et sera sans doute un peu chaotique pour cause de projets personnels qui vont sans doute être prenants mais j’essaierai de maintenir un certain rythme

Pour 2018, le planning ressemblera beaucoup à celui de 2017 on retrouvera sur ce blog de l’Uchronie bien sûr avec notamment les suites de séries entamées : Armaggedon’s song (prequel), Kirov (au moins le tome 6), WWIII 1946 (tome 2), 1634 (The Bavarian Crisis)  ainsi qu’une ou deux oeuvres « classiques » de l’uchronie (Bohème, Roma Aeterna, Fatherland et/ou Dominion), du Steampunk, de la Fantasy (Mark Lawrence, Sanderson, Glen Cook, Erikson, Scott Lynch, Gemmell), du Space Opera (E.EDoc Smith, David Weber), du Pulp (Edmond Hamilton) et bien entendu, du Baskerville!

 

 

Published in: on 20 janvier 2018 at 16 h 46 min  Comments (7)  

Poursuite- Richard MARSH

La peur tombe le masque

Lorsque Lucy, une jeune Lady de sa connaissance vient encaisser un chèque dans la banque où il officie, Oswald Langston n’y voit pas de problème et paye le montant indiqué sur le chèque. Ce n’est qu’après le départ de la lady qu’Oswald s’aperçoit que la signature a été imitée. Connaissant bien la Lady en question, Oswald la retrouve et apprend d’elle que le chèque lui a été remis par M. Krahmann, un autre locataire de son immeuble qui lui a demandé d’aller l’encaisser et Lucy lui a remis le montant du chèque.

Oswald découvre que Krahmann a quitté l’immeuble. Si Oswald ne récupère pas le montant du chèque, Lucy se verra accuser de complicité de vol et Oswald perdra son emploi.

S’engage alors une course poursuite à Londres puis en train, en bâteau et à nouveau en train, course qui se terminera à Bruxelles. Oswald aura fort à faire avec ce Krahmann qui non content d’être un faussaire est aussi très doué pour se déguiser.


Première nouvelle inédite de ce recueil puisque la précédente avait déjà été publiée en version électronique, « Poursuite » est un récit très rythmé et très agréable à lire, j’espère que les autres nouvelles seront du même niveau.

Ma note personnelle: 18/20
La poursuite in « La peur Tombe le Masque » – Richard MARSH
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Disponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques

ou en version papier chez Rivière Blanche

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

Dominus – Tom FOX

Dominus

Alors que la télévision retransmet une messe papale à la télévision, un étranger s’avance dans la cathédrale, les gardes suisses chargés de la protection du pape s’agenouillent à l’approche de l’étranger, celui-ci s’approche du pape Grégoire XVII qui semble subjugé dans sa chaise roulante. L’étranger touche le pape et lui ordonne de se lever. Tout le monde sait que le pape est paralysé depuis longtemps et que les médecins n’ont jamais pu l’opérer pour qu’il puisse remarcher et pourtant Grégoire XVII se lève, il vient d’être guérit devant les caméras de télévision et toutes les personnes présentes à ce moment dans la Basilique Saint-Pierre.

Alors que le monde entier s’interroge sur l’identité de la personne qui a guéri le pape et que toutes sortes d’hypothèses commencent à être échafaudées, d’autres miracles se produisent. Est-on à l’aube d’une révélation divine et d’une croissance de la foi catholique ou s’agit-il d’un piège destiné à décrédibiliser l’institution papale et le catholicisme dans son ensemble.


Entre Noël et Nouvel an, c’est une bonne période pour faire paraître cet article sur un bouquin qui parle de miracles divins.

Tom Fox n’est pas Dan Brown et n’a pas, à mon humble avis, le talent littéraire de ce dernier. Je ne suis pas fan de Dan Brown et je trouve les péripéties que de son professeur Langdon sont aussi peu crédible que celles que vient Alexander (un ex-prêtre devenu journaliste spécialisé dans les affaires religieuses) et Gabriella un officier de police vite désavouée par sa hiérarchie.

Rajoutons à celà une certaine dose de mysticisme (la guérison du pape restant un miracle non-élucidé) et des mystères non-expliqués et il vous faudra la foi pour bien apprécier cet ouvrage.

Ma note personnelle : 12/20
Dominus – Tom FOX
Kindle Edition

Published in: on 29 décembre 2017 at 16 h 18 min  Comments (2)  
Tags: , , , ,

La Peur Tombe le Masque – Richard MARSH

La peur tombe le masque

Comme pour les aventures de Judith LEE, je compléterai cette page au fur et à mesure de ma lecture.

Une illustration de la science moderne

Poursuite

 

 

La peur tombe le masque – Richard MARSH
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Disponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques

ou en version papier chez Rivière Blanche

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

 

Published in: on 19 décembre 2017 at 8 h 19 min  Laisser un commentaire  

Nouvelle Tentative de traduction du livre malazéen de Steven ERIKSON

Sans doute la meilleure nouvelle fantasy de l’année pour les lecteurs francophones qui ne lisent pas (ou qui n’osent pas ce lancer dans ce gros morceaux.) l’anglais.

Cet énorme saga (10 volumes qui font chacun entre 800 et 1300 pages rien que pour la série principale et les volumes annexes déjà parus ou annoncés font au moins autant).

Oubliez Tolkien, Howard, Moorcock, Gemmell, Glen Cook, G.R.R. Martin, Rothfuss…, en matière de Fantasy épique, le livre malazéen c’est LE MUST…

Attention, vu la taille, la complexité des intrigues et le nombre de personnages, cela pourrait ne pas convenir aux lecteurs qui préfèrent les héros torturés et tournés vers l’introspection ou à ceux qui ont besoin de se souvenir de tous les faits et geste de tous les personnages. Cette saga bouge beaucoup, change souvent de point de vue, passe d’un continent à un autre voire à un autre monde, utilise un grand nombre de personnages principaux et secondaires…

Mais je laisse ci-dessous la parole à celui qui a rendu cette parution possible par son acharnement: Nicolas Merrien

 

Voir aussi ces liens:

http://www.emmanuel-chastelliere.com/blog/2017/12/13/steven-erikson-de-retour-en-france

http://www.elbakin.net/fantasy/news/Steven-Erikson-de-retour-en-France-chez-les-editions-Leha

 

De Peur que les Ténèbres – Lyon SPRAGUE DE CAMP

De peur que les ténèbres_0001

Martin Padway, un archéologue américain est frappé par un éclair pendant sa visite du Panthéon à Rome. Lorsqu’il se réveille, il se demande d’abord s’il est victime d’une mystification en voyant des gens habillées bizarrement et des chars tirés par des chevaux avant de devoir se rendre à l’évidence : il a été projeté dans le passé. Comprenant le latin grâce à ses études,  Martin parvient assez vite à se situer dans le temps. Il a été projeté dans le passé en 535 après JC, à une époque où les Ostrogoths gouvernent à Rome.

Comprenant qu’il a peu de chances de retourner dans son époque, Martin doit maintenant survivre dans un univers pour lequel il n’est, à priori, pas vraiment taillé. Grâce à ses connaissances avancées, Martin pourrait certes développer certaines technologies mais il doit faire attention à ne pas faire n’importe quoi ; certains progrès pourraient être mal vus dans cette époque barbare.

Le premier véritable succès de Martin viendra en commercialisant du brandy, l’alcool distillé étant inconnu à cette période. Ayant convaincu un banquier syrien de lui prêter de l’argent en échange de l’apprentissage de notions de comptabilité, Martin parvient à s’enrichir et à étendre son influence même s’il se retrouve parfois en prison, ayant suscité la colère ou la jalousie de certaines personnes importantes. Il développe l’imprimerie, un réseau de sémaphores…

La grande obsession de Martin est de battre l’armée byzantine qui va bientôt débarquer en Italie car dans notre réalité, cette invasion à abouti à une situation qui a plongé l’Italie dans une situation où les adversaires se sont neutralisés et où l’Italie a stagné pendant plusieurs siècles ce que Martin appelle la plongée dans les ténèbres. Martin est bien décidé à modifier le futur et pour cela, il doit s’introduire dans l’entourage du roi des Ostrogoths Thiuhadad afin de pouvoir l’influencer et l’amener à prendre les bonnes décisions…


De peur que les Ténèbres est un classique de la SF et de l’Uchronie. C’est un roman assez réussi à mon point de vue parce que le héros est « humain », il fait des erreurs, se plante parfois mais arrive par des moyens parfois surprenant à ses buts. Il se fait aussi rouler dans la farine ou manipuler par ces barbares dont certains sont particulièrement retords. Sprague de Camp n’a pas non plus forcé le trait, il ne fait pas fabriquer des canons par son héros par exemple, les changements apportés restent vraisemblables  à partir des technologies de l’époque et cela renforce le côté crédible.

C’est aussi un roman où l’on retrouve l’humour propre à certains ouvrages de Lyon Sprague De Camp tels que ceux de la série Novaria qui vient d’être rééditée en un seul tome aux éditions Mnemos.

C’est également le premier roman uchronique que j’ai lu ou en tout cas le premier qui m’ait marqué.

Ma note personnelle: 17/20
De peur que les ténèbres- Lyon Sprague De Camp
Edition marabout (ici la couverture est celle de l’édition Néo)

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :