Nights of Villjamur – Mark CHARAN NEWTON

Alors qu’une ère de glaciation commence sur l’empire de Jamur, les habitants de l’empire essayent de se réfugier dans les villes et principalement dans la capitale: Villjamur. Outre ce problème, l’empire se trouve confronté à de mystérieuses attaques. Même les troupes d’élites de l’empire accompagnées de magiciens subissent des revers inattendus.

Lorsque l’empereur devenu fou se suicide, le commandant Bryn, chef de la garde de nuit est envoyé chercher Rika, la fille de l’empereur qui doit succéder à ce dernier. Lors de ce voyage, Bryn et ses hommes sont confrontés à des morts vivants, ces derniers se révèlent très difficiles à vaincre, ne cessant de combattre que lorsqu’ils ont été réduits en très petits morceaux.

Pendant ce temps, un jeune homme, Randur Estevu se présente au Palais, ayant été invité comme professeur de danse de la deuxième fille de l’empereur: Eir. Alors que Rika apprend à gouverner et sa sœur à danser, le chancelier Urtica manigance pour s’emparer du pouvoir…

Ce roman comprend de nombreux éléments intéressants: Complots multiples, système de magie original basé sur l’utilisation d’artefact, personnages complexes et non dépourvus de faiblesses mais pourtant, en cours de lecture, mon intérêt à diminué au point que j’ai entamé et terminé deux autres bouquins avant d’achever celui-ci.

Ma note personnelle: 13/20

Publicités
Published in: on 30 mars 2011 at 16 h 25 min  Laisser un commentaire  
Tags: , , ,

Millecrabe – P. J. HERAULT

Millecrabe Tome 1

1945 : La fédération européenne s’étend de Vladivostok à Brest. Une Europe pacifiée qui se remet des deux guerres continentales contre la Chine. La Chine raciste du chancelier Xian Lo Chu (Leader du P.U.R.P. – Pour une race pure) qui justement manifeste de nouvelles tendances belliqueuses.

P.J. HERAULT nous invite dans un monde où Napoléon n’a pas poursuivi l’Armée Russe jusqu’à Moscou en 1812. Au lieu de cela, l’empereur a obliqué vers l’Ukraine où son armée s’est reposée. L’Année suivante, l’empereur a écrasé l’armée du Tsar avec l’aide de troupes ukrainiennes nouvellement recrutées.

Un autre changement majeur dans cette uchronie, c’est que Napoléon a abandonné l’idée d’unifier l’Europe sous la bannière de l’Empire. Au lieu de cela, il a proposé à l’Europe une fédération de républiques et les européens ont adopté en masse cette idée.

L’Europe va être prise complètement au dépourvu par l’attaque surprise et massive de la Chine. Alors que de nombreuses divisions mécanisées et blindées déferlent sur les divisions européennes sous-équipées et mal entraînées au combat moderne. Mais c’est dans les temps difficiles que des personnalités se révèlent. Élu un petit peu par surprise, le nouveau président
européen Edouard Meerxel entreprend de secouer les européens pour qu’ils se reprennent et tentent d’arrêter les hordes chinoises.

Le style du roman est un peu surprenant, on passe d’une saison à une autre ; printemps 1945, été 1945… en suivant quelques personnages via le fil rouge d’une famille étendue : les Clermont. Cette famille s’est étendue à travers toute l’Europe et les différentes branches de la famille ont rajouté Clermont à leur patronyme originel, ce qui donne par exemple : Kalemnov-Clermont, Kurski-Clermont…

Il s’agit clairement d’une transposition de la 2ème guerre mondiale où le chancelier chinois a repris le rôle du chancelier Hitler et les chinois celui des troupes de l’axe, d’ailleurs au côté des zéros, les chinois utilisent aussi des Ju 87, Ju 88, Do 17, Ju 52… même si le nom complet ne doit pas être Junker ou Dornier. L’Europe de son côté oppose des Dewatine, des Miacchi, des Yaks ainsi que des Spitfire ou P38 dont les brevets ont été rachetés aux anglais et aux américains. Dans ce monde, les anglais sont réduits à un rôle secondaire, véritable jouet des américains depuis qu’ils ont perdus leur emprise sur l’Inde, le Canada et l’Australie. Les Américains semblent surtout dominés par des considérations mercantiles tandis que l’Argentine et le Brésil sont plus développés que dans notre réalité grâce à des échanges accrus avec l’Europe.

C’est un roman qui ne plaira sans doute pas à tout le monde parce que P.J. Herault nous livre son récit par petite touches, un peu comme un tableau impressionniste. On suit l’évolution du conflit principalement au travers des conversations entre les personnages ou par l’entremise de courriers entre les personnages ce qui fait que nous n’avons aucune vue d’ensemble. Entre
ces conversations, on trouve également des scènes d’action où l’auteur nous fait partager sa science aéronautique.

Dans l’ensemble, j’ai bien aimé mais j’aurais apprécié plus de détails sur le côté chinois (quelles nations la Chine a-t-elle envahies par exemple ? On peut supposer par exemple que le Japon a été annexé par la Chine puisqu’il n’y est fait aucune allusion dans le roman mais ce n’est dit clairement nulle part). Des cartes nous permettant de suivre l’évolution du conflit auraient aussi pu être utiles mais je suppose que la volonté de l’auteur était justement de nous laisser dans un flou artistique.

Ma note personnelle: 16/20

Pour le tome 2: Le Terrible Hiver 1947

Pour le tome 3: Le Grand Bluff

%d blogueurs aiment cette page :