Mon Cavalier (une aventure de Judith Lee) – Richard MARSH

Les Aventures de Judith Lee

Judith Lee a été invitée à une après-midi dansante par son amie Florence Emmet. Après une danse, son cavalier lui dit qu’avec son talent, elle espionne le monde entier. Peu après, un autre inconnu l’aborde dans Brompton Road en lui demandant si ele est bien Judith Lee et pendant qu’elle s’arrête pour lui répondre un troisième personnage la prend en photo.

Quelques jours plus tard, elle reçoit une enveloppe contenant deux clichés d’elles accompagnés de la légende: « Attention, ceci est le portrait d’un danger public: Judith Lee, espionne » et en petits caractères: « Cette photographie va circuler dans tout le pays. Si vous apercevez la personne si représentée, évitez la comme la peste. »

C’est le début d’une aventure qui se prolongera deux années plus tard à Paris oùJudith Lee se retrouvera accusée alors qu’elle venait de reconnaître le mystérieux inconnu de l’après-midi dansante.

Cette première aventure est toujours aussi brillament écrite avec tout le talent de Richard MARSH mais la fin du récit m’a un peu laissé sur la mienne (de faim oup je sors).

Ma note personnelle: 15/20
Les Aventures de Judith Lee – Richard MARSH
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Disponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques

ou en version papier chez Rivière Blanche

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

Le prince écorche – Mark LAWRENCE

prince-ecorche-2

A 13 ans, Jorg est le chef d’une bande d’une quarantaine de soudards qui pillent violent et tuent sans aucune retenue, lorsque ce récit commence, nous le retrouvons au milieu de sa dernière œuvre, le pillage du village de Mabberbourg, petit village de quelques centaines d’habitants, mais Jorg ne compte pas en rester là, il a décidé qu’à quinze ans, il serait Roi.

Il faut dire qu’il ne manque pas d’atouts ce Jorg. A 13 ans, il mesure 1m80, il parle 6 langues et en comprend plusieurs autres, il connaît les auteurs classiques tel que Shakespeare, n’a peur de rien et surtout, il est Jorg Ancrath Prince et héritier direct du roi. Certes le royaume de son père n’est que l’un des nombreux royaumes qui sont apparus sur les ruines de l’empire brisé mais c’est néanmoins un royaume avec ses nobles, ses paysans, ses soldats…

Mais alors me direz-vous, que fait un prince en pleine cambrousse à la tête d’une bande d’égorgeurs.

À neuf ans, le prince Jorg fut le seul survivant d’une attaque d’un royaume voisin, sa mère et son frère furent tués dans l’embuscade tendue par les ennemis d’Ancrath. Jorg tombé dans un massif de bruyère-aiguillon faillit perdre la vie et en garda la trace des ronces.

Alors qu’il brûlait d’un désir ardent de vengeance, Jorg apprit que son père avait conclu une transaction avec les agresseurs. Un dédommagement pour ne pas s’en prendre à ceux-ci.

Jorg ne supporta pas ce qu’il vécut comme une trahison, il aida des bandits à s’échapper du château familial et partit avec eux pour accomplir son destin


Brutal! C’est le premier mot qui  m’est venu à l’esprit en refermant ce livre.

J’ai déjà lu un certain nombre d’ouvrages où la mort est présente, ou les troupes se conduisent de façon violente mais ici l’auteur nous let dès le début au milieu de scènes de meurtres et de viols digne d’un récit de pillage moyenâgeux. Et Jorg qui fait preuve dès les premières pages de sa violence contrôlée en plantant un de ses soudards pour réaffirmer son autorité.

Mais on se rend vite compte que l’on n’est pas dans un roman historique, on se retrouve très vite confronté à des morts vivants et plus tard à des leucrotas, puis on découvre des éléments qui nous font apparaître le côté post-apocalyptique: référence à des auteurs anciens faisant partie de notre patrimoine culturel, références géographiques (Roma) et religieuses : Jesu (sans S à la fin) , la papesse régnant à Roma… Il est aussi fait allusions à des séquelles biologiques, chimiques voire nucléaires…

Et là dessus, on découvre qu’en plus des différents rois princes et autres nobles, il semble y avoir des « joueurs » personnages qui peuvent communiquer entre eux par l’esprit et qui ont le pouvoir de manipuler les autres humains (mais les joueurs eux-mêmes sont-ils humains?)? Jorg a jadis échappé à l’un de ces joueurs à deux reprises, est-il lui même un joueur ou est-il manipulé par l’un d’entre-eux?

Un roman riche, qui démarre un peu dans la confusion mais qui gagne en puissance au fur et à mesure que l’on avance dans sa lecture.

Une bonne découverte

Ma note personnelle: 15/20
Le prince écorché (L’empire brisé tome 1) – MARK LAWRENCE
Edition Kindle

Published in: on 17 février 2017 at 23 h 54 min  Comments (4)  
Tags: , , , , ,

Stalin’s Hammer: Cairo – John BIRMINGHAM

stalins-hammer-cairo

Le prince Harry a été recruté par le MI6, suite à ses aventures précédentes. Sa première mission l’envoie au Caire où il doit empêcher les soviétiques d’enlever un savant allemand. Accompagné de son amie Julia Duffy, Harry a donc toutes les apparences du touriste en vacances qui ne devrait pas attirer l’attention (enfin pas plus que ne peut en attirer un membre de la famille royale d’Angleterre) mais le Caire est comme chacun le sait, un nid d’espion.


Stalin’s Hammer est la deuxième partie du quatrième tome de la série Axis of Time, alors que les trois premiers tomes nous avaient entraînés dans un thriller uchronique, ce quatrième tome lui ressemble plutôt à un James Bond, les gadgets de Q étant remplacés par quelques équipements futuristes. Je dois le dire j’ai été un peu déçu. Le roman est bien écrit mais j’espérais que John Birmingham allait continuer à développer son univers uchronique alors que ce deuxième tiers continue dans l’espionnage qui était déjà le thème principal du premier tome.

J’ai trouvé l’ambiance Caïrote assez réussie et rendant très bien l’image qu’ont pu donner les films d’espionnage qui s’y déroulent.

Une lecture agréable mais qui pourrait décevoir les fans de la série.

Ma note personnelle: 15/20

Stalin’s Hammer: Cairo – – John Birmingham

Edition Kindle

Voir le 1er tiers de ce quatrième tome: Stalin’s Hammer: Rome

Pavane – Keith ROBERTS

Pavanr_0001   Pavanr_0002

Suite à la victoire de l’Invincible Armada en 1588, la reine Elisabeth a été assassinée et l’église catholique a pris le contrôle de l’Angleterre et de ses colonies (y compris l’Amérique).

Au travers de plusieurs récits, nous découvrons les caractéristiques de cette Angleterre qui au XXème siècle est toujours féodale. L’Eglise refuse la plupart des évolutions technologiques. Dès lors, la révolution industrielle n’a pas eu lieu. On n’y connaît ni routes goudronnées, ni chemin de fer, encore moins le télégraphe ou le téléphone.

Certes on a des locomotives à vapeur mais elles ne roulent pas sur des rails, elles circulent librement à travers les villes et les campagnes sur leurs roues. On a aussi quelques rares automobiles, privilèges des très riches. Les communications se font à travers un réseau de tours de Sémaphores.

La première histoire de cet ouvrage nous présente une famille de conducteur de train à vapeur. Le premier récit voit Jesse Strange, suite à une déception sentimentale et à la trahison d’un ancien camarade de collège, s’impliquer à fond dans son entreprise et entamer le début de l’ascension de la société Strange et fils aux manettes de sa locomotive préférée, la Lady Margaret.

La deuxième histoire nous présente une autre évolution technologique que l’Eglise a autorisée : la transmission de message par sémaphores. Ces sémaphores sont montés dans des tours de tailles variables en fonction de leur importance dans le réseau des tours (les tours de petites tailles n’étant desservies que par un seul Signaleur tandis que les tours situées à des nœuds importants de communication peuvent en contenir des dizaines. Les signaleurs sont organisés en guilde et constituent une organisation très puissante parce que seuls les membres de la guilde peuvent déchiffrer les signaux. Nous suivons donc l’apprentissage et les débuts d’un signaleur jusqu’à sa mort tragique dans un petit poste isolé où il était le seul à opérer.

La troisième partie nous le Frère Jean, un moine spécialisé dans la lithographie à qui l’on demande de réaliser des dessins sur le travail de l’inquisition. Rendu à moitié fou par les tortures auxquelles il assiste, le frère Jean s’en va prêcher contre l’Eglise à travers les campagnes. Il se retrouve bientôt à la tête d’une rébellion. Excommunié et pourchassé comme hérétique, il est pourtant soutenu par le peuple. Les autorités catholiques envoient alors une véritable armée qui matera la révolte dans le sang.

Dans la partie suivante, nous voyons comment Margaret, la nièce de Jesse Strange est séduite par le seigneur de Purbeck. Abandonnée par son amant, elle retourne chez son oncle Jesse qui a réussi au-delà de toute espérance, sa firme régnant seule sur le transport des marchandises du sud de l’Angleterre mais vieux et amer, il ne sait plus pourquoi il a dépensé tant d’énergie pour atteindre ce but.

La dernière nouvelle conte une nouvelle révolte, cette fois-ci menée par Lady Eleanor, châtelaine de « Corfe Gate », qui est partisane du progrès (on trouve même des ampoules électriques dans certaines pièces du château). Les troupes papales, en l’absence du roi matent la révolte et rasent le château. On sent cependant qu’il s’agit du chant du cygne des conservateurs. La révolution est en marche, plus rien ne l’arrêtera.


« Pavane » est un classique de l’Uchronie, c’est un roman que je n’ai pas trouvé facile au premier abord. Le ton particulièrement sombre de cet ouvrage a failli me faire abandonner à plusieurs reprises. Si le contexte est intéressant au point de vue technique et historique, il m’a fallu persévérer tellement la vie des personnages paraît désespérée.

Néanmoins, je ne saurais que conseiller aux lecteurs de s’accrocher jusqu’au bout. La construction du récit est telle que chacune des parties mène à une conclusion qui change radicalement la donne.

Je n’en dirai pas plus pour ne pas spolier mais si comme moi, vous avez des hésitations, je vous encourage à poursuivre la lecture jusqu’au bout du livre.

Ma note personnelle: 15/20
Pavane – Keith ROBERTS
Le livre de Poche N°7019
315 Pages

 

Celia et son fantôme – Barry PAIN

celia-et-son-fantome

Celia en a assez des remarques de son père, elle décide à dix-sept ans de quitter le domicile parental et son emploi pour aller vivre une vie d’aventure grâce aux cinq livres qu’elle a réussi à économiser. Mais elle a à peine quitté sa maison qu’un étrange individu l’aborde. Cet homme qui semble connaître tant de choses sur elle et sur ses parents lui révèle qu’il est un fantôme mais un fantôme en plein jour, est-ce possible?


Deuxième incursion de Barry PAIN dans la collection Baskerville avec une histoire de fantôme plutôt sympathique. L’auteur reste dans le domaine du fantastique dans une nouvelle agréable et bien écrite. Et pour 0.99€, c’est donné!

Ma note personnelle: 15/20
Célia et son fantôme -BarryPAIN
Traduction de Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Vous pouvez acheter cette nouvelle sur le site des Moutons électriques  ou sur les sites de la FNAC, Kobo-Books et Amazon.

Les Vandales du vide – Jack VANCE

Les Vandales du vide Jack Vance

 

Dick Murdock, un jeune homme qui a été élevé sur Vénus doit rejoindre son père astronome en chef de la base lunaire. Un voyage qui ne serait qu’une formalité s’il ne lui fallait affronter les pirates de l’espace et leur chef « le Basilic »! En effet, comme du temps de la marine à voile, le développement du commerce interplanétaire a vu apparaître la piraterie. La Terre ne disposant que de deux vaisseaux faiblement armés pour protéger le commerce spatial, ce métier est devenu particulièrement dangereux

 Le voyage de Dick est rendu mouvementé notamment par la découverte d’une épave attaquée par les pirates et par un meurtre à bord (meurtre pour lequel les soupçons de Dirk se portent sur un homme qui doit lui aussi être débarqué à  la base lunaire)…

 Une fois sur la lune, le jeune Dirk se retrouve confronté à de nouveaux événements troublants. Alors que son père vient d’être rappelé sur Terre, Dirk découvre de curieuse manœuvres qui semblent avoir pour but de renseigner les pirates sur la trajectoires des vaisseaux commerciaux, cette découverte est suivie d’une tentative d’assassinat à son égard.


Pour commencer une nouvelle collection, surtout dans un genre comme la SF, il vaut mieux commencer avec une star et quelle star, rien moins que Jack VANCE bénéficiaire de nombreux prix octroyés par ses pairs et reconnu grand maître de la SF par deux jurys de prix littéraire. Jack Vance est également l’auteur d’authentique chefs-d’œuvre comme Tschaï (réédité récemment), Lyonesse, la geste des princes-démons (qui ressort ces jours-ci), les maîtres des dragons, le dernier château, le papillon de lune…

 Et qui plus est, ce roman est un inédit!

 Evidemment, ce roman écrit en 1950 n’est plus d’actualité pour tout ce qui est scientifique. La colonisation de Vénus peut faire penser par exemple aux romans d’Edgar Rice Burroughs. le ton est celui des Space-Opera de l’époque, un ton qui pourrait paraître naïf aujourd’hui et qui verrait ce roman catalogué « jeune adulte » de nos jours. Pourtant, il y a la patte de Jack Vance qui se retrouve par moment, même si elle a moins d’occasion de se libérer dans ce roman de science-fiction, on retrouve le côté baroque de l’auteur par moment, le meilleur passage de cet ouvrage étant à mon sens la rencontre entre Dirk et le Basilic.

Le style de l’auteur et sons sens de l’action permet à ce roman de rester intéressant même s’il est dépassé scientifiquement parlant.

 En résumé, un roman qui, s’il n’est pas un grand Jack VANCE, plaira certainement aux amateurs de Pulp SF (et en cela, il atteint parfaitement son objectif), des romans de l’âge d’or de la SF et de Space Opera à l’ancienne. Il plaira à ceux qui ont aimé les « Rois des étoiles » d’HAMILTON, la « Légion de l’Espace » de WILLIAMSON, « Les Solariens » de SPINRAD ou les « Fulgurs » de E.E. DOC SMITH. Il aura cependant plus de mal à convaincre la jeune génération ou les amateurs de rigueur scientifiques.

 A signaler aussi la très belle couverture de Philippe CAZA

Ma note personnelle: 15/20 (sachant que je suis un fan de Jack VANCE)
Les Vandales du Vide – Jack VANCE
Traduction Pierre Paul DURASTANTI
232 Pages
Editions Le Belial – Collection Pulps N°1

Le complot contre l’Amérique – Philip ROTH

Le complot coltre l'amérique_0001

 

Profitant de la popularité qu’il a acquise par ses exploits d’aviateur, Charles Lindbergh, membre éminent de l’organisation « America First » et admirateur des nazis, décide de se présenter en 1940 comme candidat à l’investiture républicaine pour l’élection présidentielle de 1941. Élu par les républicains, il se présente face à Franklin Delano Roosevelt et remporte l’élection haut la main fondant sa campagne sur la non-intervention en Europe afin d’éviter de faire couler du sang américain.

Aussitôt en poste, Lindbergh proclame la neutralité des Etats-Unis. S’il ne va pas jusqu’à s’allier à Hitler et ses alliés, l’isolationnisme de l’Amérique profite aux Puissances de l’Axe, rendant les combats plus difficiles pour les alliés. Lindbergh façonne un gouvernement à son image, regroupant d’autres antisémites notoires tel Henry Ford, le célèbre constructeur automobile ou des non-interventionnistes comme Burton K. Wheeler.

Au travers des yeux d’un enfant juif, l’auteur nous présente une Amérique qui se retrouve face à ses démons, une Amérique de tous les contrastes, telles que nous la connaissons encore aujourd’hui, avec ses actes de générosité incroyables venant d’individus auxquels on ne s’attend pas et ses actes d’égoïsmes venant de personnes que l’on adulait, cette Amérique capable d’exploits fantastiques et de lâcheté incroyable, d’amour et de haine, de beauté et de laideur.

Alors que Lindbergh fait promulguer des lois qui obligent les juifs à se disperser à travers le pays et à accepter du travail dans des régions très éloignées de leur lieu de résidence, mettant en œuvre des programmes pour enseigner aux enfants juifs « l’American Way of life », nous assistons aux réactions de cette communauté juive, d’abord incrédule puis terrifiée de voir se développer une politique de type national-socialiste aux Etats-Unis. Lindbergh va jusqu’à recevoir Von Ribbentrop à la Maison Blanche.

Certains juifs décident de partir combattre les nazis en transitant par le Canada, d’autres comme le journaliste s’opposent ouvertement au nouveau régime alors que d’autres encore se rallient à celui-ci, choisissant d’ignorer le mépris affiché de ce gouvernement et prônant aux autres juifs d’accepter une forme d’assimilation. La grande majorité des juifs reste cependant plutôt passive devant les événements, subissant leur sort en silence.

La culpabilisation des juifs continue de s’accentuer, lorsqu’un beau jour, le président Lindbergh disparaît aux commandes de son avion personnel sans laisser de traces. Le vice-président tente de faire enfermer les leaders démocrates mais la femme de Linbergh y est opposé et parvient à émettre un message radiophonique dénonçant une tentative de coup d’état. Le vice-président est démis de ses fonctions, de nouvelles élections ont lieu et finalement, quand les Japonais attaquent Pearl Harbour, l’Histoire reprend son cours.


Ce roman est très réussi, le fait de suivre l’évolution des événements au travers des yeux d’un enfant (l’auteur lui-même) accentue l’atmosphère de crise, au fur et à mesure que la paranoïa s’installe chez l’enfant. L’évolution graduelle que l’auteur fait subir à la société américaine renforce la crédibilité de cette uchronie. L’Amérique ne bascule pas d’un coup vers un régime nazi déclaré, elle glisse petit à petit vers un régime plus autoritaire où certaines composantes de la population sont priées de s’intégrer plus, d’adopter les mœurs des «véritables américains». Cette dernière démarche peut être comparée avec ce qui se passe de nos jours en Europe occidentale, jusqu’à quel point doit-on/peut-on demander à  des immigrants de s’intégrer. A quel moment des demandes légitimes (telles que le respect des lois) basculent-elles vers des demandes moins légitimes, vers une tendance à l’intégration forcée.

Mon seul regret est, comme pour « autant en emporte le temps« , que l’auteur finalement retourne vers la trame historique comme s’il n’assumait pas juqu’au bout son uchronie.

Ma note personnelle: 17/20 – 15/20(pour l’uchronie coupable)
Philippe Roth – Le complot contre l’Amérique
Folio

Red Gambit Tome 6: Initiative – Colin GEE

Initiative

Alors que le terrible hiver 1945-1946 se termine, les combattants essaient de rester debout. Les soviétiques sont physiquement épuisés, ils manquent de ravitaillement et tentent par tous les moyens de rattraper leur retard sur le développement de l’arme atomique. Les Japonais sont vraiment au bout du rouleau en Chine, ils ont perdu quasiment tous les chars allemands que les soviétiques leurs avaient donné. Les Alliés quant à eux sont confrontés à leur opinion publique qui a de plus en plus de mal à accepter les pertes élevées.

Dès lors, chaque camp essaie de porter des coups décisifs à l’autre. Les américains font exploser trois bombes atomiques successives sur le Japon détruisant Kokura, Hiroshima et Yokosuka. Le Japon capitule mais les militaires japonais les plus extrémistes embarquent la plus grande partie des scientifiques travaillant sur la bombe atomique japonaise ainsi que leur matériel et le résultat à bord de deux sous-marins « Sen Toku » à destination de l’URSS.

I400_2

Les soviétiques quant à eux concentrent leurs moyens sur les américains, espérant pousser les USA hors de la guerre.

De leur côté, les allemands montent en puissance et proposent à leurs alliés de reprendre une plus grande partie du front à leur charge. Les officiers de la légion étrangère constatent que de plus en plus de soldats qui s’étaient engagés sous le drapeau français semblent rejoindre les rangs de la nouvelle armée allemande.

——————————————————————-

Cet avant-dernier tome? (Le suivant portant le titre: « Endgame »),  nous montre des combattants épuisés, un peu comme des boxeurs qui n’attendraient plus que leur adversaire s’effondre avant eux.

Si l’auteur a fait des progrès dans la psychologie des personnages, j’ai trouvé dans ce sixième tome qu’il semblait chercher comment prolonger encore un peu cette guerre qui arrivé à sa conclusion. Le fait par exemple d’avoir accéléré les recherches soviétiques en matière de recherche atomiques me semble un effort en ce sens et l’envoi des savants atomistes japonais m’a semblé pousser le bouchon un peu loin.

La grande difficulté d’une uchronie, c’est que plus on s’éloigne du point de divergence, plus la difficulté d’imaginer la suite des événements en fonction d’un grand nombre de paramètres augmente.

Un sixième tome qui se lit facilement mais qui sent déjà la fin de la série.

Ma note personnelle: 15/20
Red Gambit tome 6 – Initiative de Colin GEE
Edition Kindle

Le site de la série: http://www.redgambitseries.com/

Lien facebook sur la série:https://www.facebook.com/groups/RedGambit/

Lien facebook sur le tome 6: https://www.facebook.com/groups/1057273757622552/?fref=ts

La Vengeance Du Mort – Robert BARR

La Vengeance  du mort

Bon, résumons-nous, le mort David Allen qui venait d’être dépouillé de son héritage au profit de l’héritier légitime Bernard Heaton veut se venger du vivant en profitant d’une expérience d’occultisme de ce dernier pour prendre possession du corps du vivant. Ainsi pensez-vous sa vengeance sera accomplie, David vivra dans le corps de Bernard, jouissant librement de son héritage tandis que l’esprit de Bernard errera dans le monde invisible. Mais c’est sans compter avec l’aveuglement que peut produire une volonté de vengeance poussée à l’extrême…

——————————————————————————————————

Alors qui  du vivant ou du mort restera vivant ? A vous de le découvrir en lisant cette très bonne nouvelle de Robert BARR qui plonge le lecteur dans le fantastique et l’occultisme.

Plus on suit Jean-Daniel Brèque dans ses traductions de l’œuvre de Robert BARR, plus on découvre la richesse des thèmes abordés par cet auteur.

Ma note personnelle : 15/20
La Vengeance Du Mort – Robert BARR
Collection e-baskerville
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Cette nouvelle peut être achetée sur Amazon à l’adresse suivante: http://www.amazon.fr/Vengeance-du-Mort-Robert-Barr-ebook/dp/B009WRW8K2/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1439717903&sr=1-1&keywords=La+vengeance+du+mort

On peut également acheter cette nouvelle au format epub à l’adresse suivante: http://www.moutons-electriques.fr/livre-219

sur le site de Kobobooks ou sur celui de la FNAC

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

Au Service surnaturel de sa majesté – Daniel O’MALLEY

Au service surnaturel_0001   Au service surnaturel_0002

Une jeune femme se réveille dans un parc entourée de cadavres qui portent des gants en latex. Elle ne se souvient de rien mais une lettre qu’elle tient en main lui explique qu’elle occupe le corps de Myfanwy Thomas et lui donne des instructions pour la suite. Apparemment Myfanwy Thomas savait qu’elle allait oublier tout ce qu’elle savait et se retrouver amnésique dans un parc entouré de cadavre. La nouvelle Myfanwy Thomas apprend donc qu’elle fait partie d’une organisation secrète britannique de contre-espionnage mais qui n’a rien à voir avec le MI5. La Checquy est une organisation qui combat les êtres et phénomènes surnaturels comme les dragons, vampires ou autres spores de champignons mutants et cache également leur existence au commun des mortels. Bien entendu, la plupart des membres de la Checquy sont eux-mêmes dotés de pouvoirs surnaturels ou sont eux-mêmes des créatures fantastiques.

L’organisation de la Checquy est basée sur un jeu d’échec, il y a un roi et une reine (qui peuvent être de n’importe quel sexe, deux hommes pouvant ainsi occuper les fonctions de roi et reine), deux tours, deux fous et deux cavaliers ainsi que de très nombreux pions. Myfanwy est connue dans l’organisation sous le titre de « Tour Thomas » elle est en charge avec Gestalt (une entité unique qui dirige 4 corps), l’autre Tour, de la lutte contre les ennemis internes. En général, c’est Gestalt qui envoie sur le terrain un de ses corps pour diriger les assauts contre les ennemis les plus coriaces.

Myfanwy découvre les lettres que son précédent moi a laissé, lettres qui expliquent comment la précédente incarnation de Myfanwy a appris son sort futur et comment elle a préparé la transition pour la prochaine Myfanwy en laissant un maximum d’informations sur la Checquy, ses activités et le traître qui y sévit( qui semble être un des membres de la cour et qui va tenter de l’éliminer).

Bien entendu, l’amnésie et le changement de personnalité de Myfanwy vont produire beaucoup de quiquiproquos et de surprises. Alors que la précédente Myfanwy était une grande organisatrice plutôt discrète, la nouvelle Myfanwy n’entend pas se laisser marcher sur les pieds, ce qui ne va pas aller sans perturber plus d’un interlocuteur qui s’attendait à une acceptation passive et qui se voit soudain agressé par celle qu’il considérait jusqu’ici comme une gestionnaire timide.

Alors que la Checquy doit affronter une nouvelle fois ses pires ennemis (des alchimistes belges qui à force de recherche ont réussi à contrôler l’art des manipulations génétiques pour créer toutes sortes d’horreurs), Myfanwy va devoir dénicher le traître parmi ses pairs: l’autre tour: Gestalt mais aussi les fous, cavaliers, roi et reine: un vampire, un être qui peut contrôler la forme de son corps, une femme qui peut pénétrer dans les rêves…

Ah oui, le pouvoir de Myfanwy lui permet de prendre le contrôle du système nerveux des autres jusqu’à les tuer s’il le faut.

————————————————————————————————————————————————————

Si ce roman est un excellent divertissement, il m’a cependant laissé un sentiment mitigé.

D’abord pour ce qui concerne l’originalité, plusieurs éléments ont déjà été employé par d’autres auteurs: le héros amnésique qui découvre un univers qui sort de la « norme », cela a déjà été utilisé par Zelazny notamment (Dans les 9 princes d’Ambre) ou pire encore le concept d’une organisation secrète qui lutte contre le paranormal en Angleterre, c’est le thème exact de la série « L’Histoire secrète » de Simon R. Green (2 tomes traduits chez l’Atalante). La grande originalité pour moi et heureusement, c’est l’un des points clés du roman, c’est l’organisation elle-même: la Checquy qui permet de développer toutes sortes d’interactions très intéressantes.

Ensuite, il y a le ton. Si le roman est bourré d’un humour très British, il semble cependant être pris entre un humour complètement déjanté au second degré (Pas besoin de préciser que le fait d’avoir choisi un groupe d’alchimiste belges complètement barrés comme arch-ennemis est déjà du plus haut loufoque) et la nécessité de raconter une histoire qui tienne la route. A mon humble avis, Simon Green a trouvé un ton plus juste en accentuant encore le second degré. Daniel O’Malley, en nous confrontant de temps en temps à des scènes « normales » change le rythme de l’histoire et brise le côté loufoque du récit.

En résumé, un roman agréable, premier d’une série prometteuse si l’auteur parvient à trouver le ton juste.

Ma note personnelle: 15/20
Au Service surnaturel de sa majesté – Daniel O’MALLEY
Editions: Pocket – 664 pages

Le site de l’auteur: http://www.rookfiles.com/

%d blogueurs aiment cette page :