L’Etrange Disparition de Lady Delia – Louis TRACY

l'etrange disparition de Lady Delia

Comme le titre l’indique, Lady Delia Lyle a disparu. Elle a soudainement décidé d’aller voir sa soeur à Brighton et n’y est jamais arrivée. L’avocat Reginald Brett, ami de Sir Charles Lyle est la dernière personne a avoir vu Lady Delia puisqu’il l’a accompagnée jusqu’à son train.

Alors que les jours passent et que Sir Charles sombre petit à petit dans la dépression, Reginald Brett décide de poursuivre une enquête parallèle à la police.

Au fur et à mesure que l’enquête de Reginald avance, le mystère s’épaissit. quelques jours plus tard, un cadavre défiguré est découvert mais il ne porte pas les vêtements de Lady Delia et Sir Charles ne reconnaît pas dans ce cadavre celui de sa femme. Ce cadavre a reçu un coup violent sur la tête et Reginald est convaincu que c’est celui de Lady Delia.  Chaque nouvelle découverte de Reginald semble compliquer la donne et multiplier les énigmes. Au moment où Reginald pense enfin détenir le coupable de cet assassinat, le comportement du suspect ne semble pas du tout correspondre à celui d’un lâche assassin.


Un roman où chaque découverte épaissit le mystère. Même si vers la fin, on commence à soupçonner la vérité, il n’en reste pas moins que l’on reste accroché au récit jusqu’au mot fin. Un style très agréable et de nombreux rebondissement en font une lecture captivante.

Si Reginald Brett n’est pas Sherlock Holmes, il utilise son bon sens et des dons d’obesrvation pour tirer des conclusions souvent (mais pas toujours) exactes.

Un bon ajout à la collection Baskerville et j’espère que nous aurons l’occasion de suivre d’autres enquêtes de Reginald Brett.

Ma note personnelle : 17/20
L’Etrange Disparition de Lady Delia – Louis TRACY
Collection e-baskerville
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Ce roman peut être acheté en version papier sur le site de Rivière Blanche ou en version électronique au format mobi sur Amazon ou au format epub sur le site des moutons électriques , le site de Kobobooks ou sur celui de la FNAC

Et n’oubliez pas de visiter le site consacré à la collection Baskerville

Publicités

World War Three 1946 – Book One – The Red Tide – Stalin Strikes First – Harry Kellog III

The Red Tide

Et si Staline avait attaqué l’occident au printemps 1946, à l’époque où la plupart des militaires occidentaux ont été démobilisés alors qu’un certain Sergei Peshkov, esprit méthodique passionné d’aviation, a été remarqué par Staline a et a obtenu des pouvoirs étendus. Il travaille depuis des années à la modernisation de l’aviation soviétique sur plusieurs points : Les Jets, les missiles sol-airs, les bombardiers à réactions, les radars, la production en série, l’entrainement des pilotes…

Le résultat, c’est que Sergei, remarqué par Staline, a obtenu de pouvoir recruter les savants les plus prometteurs et les ouvriers les plus habiles quel que soit leur sexe, origine ou qualification, cette information a l’air peu importante en soi mais pour être menée à grande échelle, cela signifie qu’il faut abandonner le collectivisme au profit de l’individualisme afin de repérer les personnes les plus talentueuses. Cela demande aussi une réorganisation de l’enseignement pour détecter les élèves les plus prometteurs récupérant les enfants (seuls capables d’accomplir certains travaux demandant de petites mains) dès leur plus jeune âge, les femmes, les hommes des pays conquis (y compris des savants allemands) et en intégrant les travaux des allemands sur les Wunderwaffen, ainsi que les travaux des scientifiques alliés (dont les secrets ont été volés par les espions soviétiques , Sergei a été capable d’accélérer le développement des avions à réaction soviétiques (Mig 9 et Yak 15 notamment) ainsi que des missiles (que ce soit les missiles X4 sur les avions ou les missiles sol-air Wasserfall).

wfall-4

Le seul élément qui pourrait freiner Staline, c’est la bombe atomique. Mais sur ce plan, les espions au service de Beria ont saboté à deux reprises les efforts des américains. La première fois en tuant 15 des 16 spécialistes de l’assemblage des bombes atomiques et la deuxième en faisant exploser la quasi totalité du stock de Polonium des américains sur les deux sites de production, tuant pat la même, directement ou par contamination, plusieurs dizaines de milliers de travailleurs, de chercheurs ou de simples civils.

Au début mai 1946, les soviétiques lancent donc des assauts aéroportés sur les dépôts de matériel américains et parviennent avec l’aide des communistes des pays occidentaux, à s’emparer de la plupart de ceux-ci intacts (cela leur permettra de récupérer du ravitaillement dont ils manquent cruellement et de s’emparer de certains technologies cruciales (radars, obus à détonateurs de proximité…). Les divisions soviétiques ne font dès lors qu’une bouchée des quelques divisions qui gardent la frontière allemande. Malgré une résistance désespérée dans le Nord-Est, les troupes françaises dirigées par le Général de Gaulle (qui trouve la mort dans les combats) succombent sous le nombre et les soviétiques s’avancent jusqu’aux Pyrénées où les troupes américaines ont décidé de les forcer à un combat difficile pour s’emparer de l’Espagne.


Ce roman qui nous présente les faits sous forme de récits après événements émanant de multiples sources souffre d’un grand nombre de défauts et en premier lieu, le nombre élevé d’hypothèses au départ de cette uchronie: l’existence d’une sorte de génie de la logistique dédié à l’amélioration de tout ce qui a trait a l’aéronautique, les multiples sabotages des espions soviétiques dont le succès est quasi total, le succès d’opération aéroportées loin derrière les lignes alliées avec la collaboration de communistes occidentaux (qui bien entendu sont tout prêt à trahir leur pays au nom de l’idéal communiste – ce qui ressort selon moi d’une exagération bien américaine de l’étendue du zèle communiste), le succès quasi total des opérations communistes lorsqu’il s’agit de neutraliser les bombardiers anglais et américains.

Est-ce qu’il était nécessaire de modifier à ce point l’histoire pour rendre une percée soviétique en 1946 possible?

On pourrait encore parler des personnages caricaturaux de part et d’autre, du peu de plausabilité de certaines scènes (Je pense notamment à la seule victoire alliée de ce roman lorsque les soviétiques ont rassemblé leur force pour empêcher un second Dunkerke et que leurs forces massées sur un front étroit se font pilloner par une vingtaine de cuirassés alliés pendant une demi-heure, ce qui entraine la perte de 700 chars lourds, 3.700 canons et plus de 200.000 hommes!

En résumé ce premier tome dans la série World War Three n’est pas à la hauteur de l’excellente série « Red Gambit »

Ma note personnelle : 10/20
World War Three 1946 – Book One – The Red Tide – Stalin Strikes First – Harry Kellog III
Edition Kindle

Ma première contribution au Wikipedia français

J’ai traduit l’article « Paratime » du Wikipedia anglais sous le titre « Le Paratemps » : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Paratemps. N’hésitez pas à  corriger/améliorer cet article ou à le compléter. Si vous ne savez pas comment faire, n’hésitez pas à me communiquer les infos à ajouter/modifier.

Paratime-1

x

Battle Earth – Nick S. THOMAS

Battle earth

 

2134, les humains ont établi une colonie sur la lune et ont entamé la colonisation de Mars.  Alors qu’une patrouille de reconnaissance part à la recherche d’une autre patrouille qui ne répond plus, les membres de la deuxième patrouille arrivent juste à temps pour voir les membres de la première patrouille se faire abattre par des créatures non-humaines.

Peu de temps après, la base lunaire reçoit un message de détresse et les communications avec Mars sont coupées. Nous suivons alors l’invasion de la lune par des créatures qui se déplacent dans des sortes de Battlemechs. La technologie des aliens est plus avancée mais ils ne sont pas non plus invulnérables. Leurs véhicules sont fortement blindés mais de construction plut tôt rudimentaire. L’avantage du nombre et le manque d’arme des humains fait que les aliens s’emparent de la base lunaire, les humains se réfugiant dans des installations souterraines.

Ensuite, les aliens amerrissent dans l’Atlantique un énorme vaisseau dont sortent des vaisseaux aériens et des vaisseaux de transport qui partent à l’assaut des côtes européennes. Les humains sont au départ pris au dépourvus, n’ayant plus eu de véritable guerre depuis des dizaines d’années, ils sont obligés de récupérer des armes stockées depuis longtemps dans la naphtaline. Après une défense héroïques des côtes européennes, les humains se replient et se regroupent pour défendre Paris où l’adversaire sera, pour la première fois, mis en échec.

 


 

Si l’idée n’est pas originale en soi, on pouvait en espérer un traitement décent et intéressant, hélas le récit est rempli d’approximations et d’erreurs, les personnages (peu nombreux) sont creux et sans grand intérêt, la trame du récit et les dialogues sont pauvres. On sent que l’auteur a voulu créer un roman racontant des combats terrestres entre des humains et des aliens, adaptant le reste pour se retrouver dans ce concept. Les tactiques utilisées sont simplistes et on se demande s’il y a quelqu’un qui dirige les aliens tellement ils semblent se focaliser sur l’idée d’avancer droit devant eux.

En résumé: a éviter, on préféra dans le genre « To defend the Earth » de William STROOCK

Ma note personnelle : 10/20
Battle Earth – Nick S. THOMAS
Edition Kindle

 

 

 

OPERATION R.S.V.P. (1951) – Henry Beam PIPER

The H. Beam Piper Megapack2

 

Dans Opération R.S.V.P., nous suivons les échanges diplomatiques entre l’Union des Républiques Soviétiques de l’Europe Orientale et les Républiques Populaires des Peuples de l’Asie Orientale qui se disputent la rivière Khakum. Chacune des deux entités menace l’autre sous couvert de partage d’information scientifique (du style: notre dernier missile est capable d’atteindre une cible à 1.000 Km de distance, ce qui voudrait dire qu’en le lançant du point X, nous pourrions atteindre une cible à hauteur de votre capitale…).

Pendant que chacun des deux pays reçoit successivement en invité le représentant Afghan, le ton monte alors que les deux puissances dévoilent de nouvelles merveilles scientifiques (virus mortel, stérilisation par radiation qui a l’avantage de se communiquer par contagion – grande avancée dans la lutte contre les rats)…Des scientifiques des deux camps sont enlevés, la guerre semble inévitable quand…


 

Une courte mais excellente nouvelle, pleine d’humour mais qui ne passerait pas dans le contexte actuel (là je pense au rôle des afghans) mais je n’en dirai pas plus, lisez la nouvelle!

Ma note personnelle:18/20
OPERATION R.S.V.P. (1951) de Henry Beam Piper in The H. Beam Piper Megapack: 33 Classic Science Fiction Novels and Short Stories.
Edition Kindle.

1993 – ECHAPPEE ROUGE – Marianne STERN

1993_Echappee_rouge

Dans 1993 – Echappée belle, Gorbatchev a été écarté du pouvoir dès le début, empêchant la chute du rideau de fer. Le nouveau dictateur soviétique décide de faire monter la pression, il amasse des troupes en secret près de la frontière et prépare activement la 3ème Guerre Mondiale .

Anya Ackerman est un des meilleurs pilote chasse dans l’armée de l’air est-allemande; elle doit, avec ses camarades pilotes, faire respecter le blocus aérien décrété par Sergei Filipov Miroslav. Le frère d’Anya travaille lui sur une arme chimique mortelle, invisible et inodore. Tous deux sont, comme la plupart de leurs collègues, sous la surveillance de la police secrète allemande, la STASI qui a des espions partout.

Alors que la tension monte, le danger d’un conflit mondial se précise. Anya et son frère parviendront-ils à empêcher  l’apocalypse?


 

Un roman uchronique distrayant et original par son cadre (l’Allemagne de l’est au début des années 1990). Les scènes de combats aériens sont assez réussies mais le meilleur du roman est sans doute dans l’atmosphère de chape de plomb qui pèse sur les personnages. Même ceux qui n’ont rien à se reprocher vivent sans cesse dans la crainte d’être arrêté et interrogé par la Stasi.

Par contre, deux histoires d’amour compliquées et dissimulées dans le même roman, cela fait peut-être beaucoup et certaines scènes dont la fin du roman m’ont eu l’air d’avoir été écrite trop rapidement, certaines évasions semblent beaucoup trop faciles.

Ma note personnelle : 14/20
1993 – Echappée belle de Marianne STERN
Edition Kindle

Flight from Tomorrow (1950) – Henry BEAM PIPER

The H. Beam Piper Megapack2

Le dictateur Hradzka qui était jusque hier salué des cris de Hail Hradzka (toute ressemblance est voulue et normale vu que cette nouvelle a été écrite seulement cinq ans après la fin de la seconde guerre mondiale), est chassé du pouvoir par une révolution et s’enfuit du Centième Siècle de l’ère atomique grâce à une machine à voyager dans le temps.  Il espère retourner à une époque dans le passé où les connaissances et les objets qu’il a ramené du Centième siècle lui permettront de redevenir un dictateur mondial. Lorsqu’il aura pris le contrôle, il recréera une armée, construira d’autres machines temporelles et retournera au Centième siècle pour se venger du général Zarvas et des autres conspirateurs.

Le problème c’est qu’au lieu de s’arrêter au milieu de cinquante-deuxième siècle, comme il l’avait programmé dans la machine, il se retrouve au début du 1er siècle de l’ère atomique (approximativement en 1952) et qu’un incendie se déclare dès l’arrêt de la machine. Hradzka a tout juste le temps de s’extirper de ce piège mortel. Voila donc le dictateur largué seul et sans ses livres ou enregistrements, incapable de recréer une unité antigravité ou une machine temporelle mais toujours capable de créer des armes mortelles sans se douter qu’il est lui-même une arme mortelle pour les habitants du 1er siècle de l’ère atomique.

 


Une nouvelle qui reprend comme thème principal une des préoccupations de l’époque à savoir la contamination par la radioactivité. La chute de cette nouvelle est tout-à-fait dans le style de l’auteur.

Ma note personnelle:15/20
Flight from Tomorrow (1950) de Henry Beam Piper in The H. Beam Piper Megapack: 33 Classic Science Fiction Novels and Short Stories.
Edition Kindle.

Double Dupe – Louis Joseph VANCE

Doubles dupes

 

Alors qu’on le croyait heureux en ménage et rangé des affaires, nous retrouvons Michael Lanyard alias le « loup solitaire » à New York dans une situation difficile. Ne bénéficiant que d’une demi-pension du gouvernement britannique (pour ses activités d’espionnage), il ne peut plus continuer à maintenir le train de vie qu’il voudrait offrir à Eve de Montalais. Michaël ne peut se résoudre à avouer à Eve ses problèmes financiers, ne voulant pas avoir l’air de profiter de la fortune de celle-ci.

Michael est bien décidé à ne pas replonger dans le crime mais certaines personnes se verraient bien utiliser les talents du Loup Solitaire. Lorsque Michael tombe « par hasard » sur Liane Delorme et que celle-ci le présente à de nouveaux amis, il comprend tout de suite qu’on essaye de le ramener dans son ancien milieu. En tentant d’échapper à ceux qui voudraient le mêler à leurs louches activités, Michael est renversé par une voiture.

Lorsque Michael reprend pleine conscience, il s’aperçoit que plusieurs mois se sont passés et que pendant cette période, le Loup Solitaire a repris une activité fébrile !


 

Dans son introduction à ce roman, on sent bien que l’auteur n’avait aucune envie de poursuivre les aventures du Loup Solitaire (un peu à l’instar de Conan Doyle ou de Maurice Leblanc qui avaient voulu arrêter la production des aventures de leurs héros respectifs avant de se voir contraints d’y revenir) et pourtant, ce roman ne démérite pas, le rythme est toujours soutenu, il y a de l’action, du suspense, du mystère, des rebondissements, une histoire d’amour…, le tout dans l’ambiance d’après la première guerre mondiale et de la prohibition (il ne manque qu’Elliot Ness, quoi que…)

Ce que j’apprécie chez Louis Joseph Vance, c’est que son héro ne plonge pas sur une explication, il examine plusieurs hypothèses et quand il en a choisi une, le lecteur a pu suivre le cheminement logique qui le mène à sa conclusion.

Ce cinquième tome reste d’une très bonne tenue et vaut la peine d’être lu, que vous ayez lu les précédents ou pas.

Ma note personnelle: 16/20
Double Dupe ( The Lone Wolf Returns) – Louis Joseph VANCE
Collection e-baskerville
Traduit par Théo Varlet & Louis Postif, revu par Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

 

Disponible en  version papier chez « Rivière Blanche » et en version kindle sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques et à la Fnac et sur Kobo

La collection Baskerville dispose maintenant de son propre Blog

Les autres tomes de la série :

Le Loup Solitaire, vol. 1 : Le Loup Solitaire [The Lone Wolf]

Le Loup Solitaire, vol. 2 : Faux Visages [The False Faces]

Le Loup Solitaire, vol. 3 : Masques Rouges [Red Masquerade]

Le Loup Solitaire, vol. 4 : Noirs Diamants [Alias the Lone Wolf]

La collection Baskerville dispose maintenant de son propre Blog

 

%d blogueurs aiment cette page :