La Peur Tombe le Masque – Richard MARSH

La peur tombe le masque

Comme pour les aventures de Judith LEE, je compléterai cette page au fur et à mesure de ma lecture.

Une illustration de la science moderne

Poursuite

 

 

La peur tombe le masque – Richard MARSH
Traduction Jean-Daniel Brèque
Edition Kindle

Disponible sur Amazon ou en version epub chez les moutons électriques

ou en version papier chez Rivière Blanche

Et n’oubliez pas d’aller visiter le Blog de la collection Baskerville, oeuvre de Fabrice Mundzik.

 

Publicités
Published in: on 19 décembre 2017 at 8 h 19 min  Laisser un commentaire  

De Peur que les Ténèbres – Lyon SPRAGUE DE CAMP

De peur que les ténèbres_0001

Martin Padway, un archéologue américain est frappé par un éclair pendant sa visite du Panthéon à Rome. Lorsqu’il se réveille, il se demande d’abord s’il est victime d’une mystification en voyant des gens habillées bizarrement et des chars tirés par des chevaux avant de devoir se rendre à l’évidence : il a été projeté dans le passé. Comprenant le latin grâce à ses études,  Martin parvient assez vite à se situer dans le temps. Il a été projeté dans le passé en 535 après JC, à une époque où les Ostrogoths gouvernent à Rome.

Comprenant qu’il a peu de chances de retourner dans son époque, Martin doit maintenant survivre dans un univers pour lequel il n’est, à priori, pas vraiment taillé. Grâce à ses connaissances avancées, Martin pourrait certes développer certaines technologies mais il doit faire attention à ne pas faire n’importe quoi ; certains progrès pourraient être mal vus dans cette époque barbare.

Le premier véritable succès de Martin viendra en commercialisant du brandy, l’alcool distillé étant inconnu à cette période. Ayant convaincu un banquier syrien de lui prêter de l’argent en échange de l’apprentissage de notions de comptabilité, Martin parvient à s’enrichir et à étendre son influence même s’il se retrouve parfois en prison, ayant suscité la colère ou la jalousie de certaines personnes importantes. Il développe l’imprimerie, un réseau de sémaphores…

La grande obsession de Martin est de battre l’armée byzantine qui va bientôt débarquer en Italie car dans notre réalité, cette invasion à abouti à une situation qui a plongé l’Italie dans une situation où les adversaires se sont neutralisés et où l’Italie a stagné pendant plusieurs siècles ce que Martin appelle la plongée dans les ténèbres. Martin est bien décidé à modifier le futur et pour cela, il doit s’introduire dans l’entourage du roi des Ostrogoths Thiuhadad afin de pouvoir l’influencer et l’amener à prendre les bonnes décisions…


De peur que les Ténèbres est un classique de la SF et de l’Uchronie. C’est un roman assez réussi à mon point de vue parce que le héros est « humain », il fait des erreurs, se plante parfois mais arrive par des moyens parfois surprenant à ses buts. Il se fait aussi rouler dans la farine ou manipuler par ces barbares dont certains sont particulièrement retords. Sprague de Camp n’a pas non plus forcé le trait, il ne fait pas fabriquer des canons par son héros par exemple, les changements apportés restent vraisemblables  à partir des technologies de l’époque et cela renforce le côté crédible.

C’est aussi un roman où l’on retrouve l’humour propre à certains ouvrages de Lyon Sprague De Camp tels que ceux de la série Novaria qui vient d’être rééditée en un seul tome aux éditions Mnemos.

C’est également le premier roman uchronique que j’ai lu ou en tout cas le premier qui m’ait marqué.

Ma note personnelle: 17/20
De peur que les ténèbres- Lyon Sprague De Camp
Edition marabout (ici la couverture est celle de l’édition Néo)

 

 

 

Le complot contre l’Amérique – Philip ROTH

Le complot coltre l'amérique_0001

 

Profitant de la popularité qu’il a acquise par ses exploits d’aviateur, Charles Lindbergh, membre éminent de l’organisation « America First » et admirateur des nazis, décide de se présenter en 1940 comme candidat à l’investiture républicaine pour l’élection présidentielle de 1941. Élu par les républicains, il se présente face à Franklin Delano Roosevelt et remporte l’élection haut la main fondant sa campagne sur la non-intervention en Europe afin d’éviter de faire couler du sang américain.

Aussitôt en poste, Lindbergh proclame la neutralité des Etats-Unis. S’il ne va pas jusqu’à s’allier à Hitler et ses alliés, l’isolationnisme de l’Amérique profite aux Puissances de l’Axe, rendant les combats plus difficiles pour les alliés. Lindbergh façonne un gouvernement à son image, regroupant d’autres antisémites notoires tel Henry Ford, le célèbre constructeur automobile ou des non-interventionnistes comme Burton K. Wheeler.

Au travers des yeux d’un enfant juif, l’auteur nous présente une Amérique qui se retrouve face à ses démons, une Amérique de tous les contrastes, telles que nous la connaissons encore aujourd’hui, avec ses actes de générosité incroyables venant d’individus auxquels on ne s’attend pas et ses actes d’égoïsmes venant de personnes que l’on adulait, cette Amérique capable d’exploits fantastiques et de lâcheté incroyable, d’amour et de haine, de beauté et de laideur.

Alors que Lindbergh fait promulguer des lois qui obligent les juifs à se disperser à travers le pays et à accepter du travail dans des régions très éloignées de leur lieu de résidence, mettant en œuvre des programmes pour enseigner aux enfants juifs « l’American Way of life », nous assistons aux réactions de cette communauté juive, d’abord incrédule puis terrifiée de voir se développer une politique de type national-socialiste aux Etats-Unis. Lindbergh va jusqu’à recevoir Von Ribbentrop à la Maison Blanche.

Certains juifs décident de partir combattre les nazis en transitant par le Canada, d’autres comme le journaliste s’opposent ouvertement au nouveau régime alors que d’autres encore se rallient à celui-ci, choisissant d’ignorer le mépris affiché de ce gouvernement et prônant aux autres juifs d’accepter une forme d’assimilation. La grande majorité des juifs reste cependant plutôt passive devant les événements, subissant leur sort en silence.

La culpabilisation des juifs continue de s’accentuer, lorsqu’un beau jour, le président Lindbergh disparaît aux commandes de son avion personnel sans laisser de traces. Le vice-président tente de faire enfermer les leaders démocrates mais la femme de Linbergh y est opposé et parvient à émettre un message radiophonique dénonçant une tentative de coup d’état. Le vice-président est démis de ses fonctions, de nouvelles élections ont lieu et finalement, quand les Japonais attaquent Pearl Harbour, l’Histoire reprend son cours.


Ce roman est très réussi, le fait de suivre l’évolution des événements au travers des yeux d’un enfant (l’auteur lui-même) accentue l’atmosphère de crise, au fur et à mesure que la paranoïa s’installe chez l’enfant. L’évolution graduelle que l’auteur fait subir à la société américaine renforce la crédibilité de cette uchronie. L’Amérique ne bascule pas d’un coup vers un régime nazi déclaré, elle glisse petit à petit vers un régime plus autoritaire où certaines composantes de la population sont priées de s’intégrer plus, d’adopter les mœurs des «véritables américains». Cette dernière démarche peut être comparée avec ce qui se passe de nos jours en Europe occidentale, jusqu’à quel point doit-on/peut-on demander à  des immigrants de s’intégrer. A quel moment des demandes légitimes (telles que le respect des lois) basculent-elles vers des demandes moins légitimes, vers une tendance à l’intégration forcée.

Mon seul regret est, comme pour « autant en emporte le temps« , que l’auteur finalement retourne vers la trame historique comme s’il n’assumait pas juqu’au bout son uchronie.

Ma note personnelle: 17/20 – 15/20(pour l’uchronie coupable)
Philippe Roth – Le complot contre l’Amérique
Folio

Le Château des Millions d’Années – Stéphane PRZYBYLSKI

Le Chateau des millions d'années

Friedrich Saxhäuser a un passé chargé: ancien membre des Sturmtruppen pendant la première guerre mondiale, passé dans les Freikorps puis garde du corps d’Adolf Hitler pendant l’entre-deux guerre, il était avec le führer pendant la nuit de cristal et les représailles qui ont suivi, il a ensuite été chargé de s’infiltrer au sein de l’Abwehr (services secrets de l’armée dirigés par l’amiral Canaris qui rassemblait un certain nombre d’officiers réticents aux idées nazies) avant de rejoindre le SD.  Pendant toutes ces années, Saxhäuser a développé un intérêt pour l’histoire (guidé notamment par son maître, Adolph Hitler, lui aussi autodidacte et à la bibliothèque très orientée), ce qui justifie en partie qu’il soit choisi par Himmler en Personne pour escorter un archéologue allemand en Irak.

La mission de Saxhäuser est double, d’une part attiser la haine des Irakiens contre les Anglais et les Juifs et les armer en vue d’une révolte et d’autre part, surveiller les recherches d’Edmund Schmundt, un archéologue gagné aux idées raciales allemandes qui espère trouver des traces d’une antique civilisation de géants aryens dotés de connaissances et de pouvoir nettement supérieurs aux autres peuplades de l’antiquité.

Alors que depuis des années, Saxhäuser a vu sa foi et sa fidélité aux thèses des nazis s’étioler, ce que Schmundt et lui vont découvrir dans la vallée du Nahr al-Zab-al-Saghir, va changer sa vie à jamais et pourrait changer la face du monde.


Premier roman de SF de l’auteur même si ce n’est pas le premier de ses ouvrages, Stéphane PRZYBYLSKI s’attaque à une vaste entreprise à tous les sens du terme puisque d’emblée, il a décidé d’attaquer par une tétralogie mais aussi par l’ampleur des thèmes abordés, qu’il s’agisses des mythes nazis et des sociétés secrètes ou non qui les ont promus (ahnenerbe, société de Thulé) ou de l’influence des extra-terrestres implantés parmi nous depuis l’aube des temps.

J’ai beaucoup apprécié toute la partie historique et notamment tous les éléments liés à la montée du nazisme dans la société allemande d’après-guerre, les confrontations entre les nobles, militaires de carrière et les membres des différentes organisations nazies (SA, SS, SD) et l’évolution des mentalités dans cette société oppressée.

La partie expédition en Irak ressemble un peu à du Indiana Jones vu du côté des méchants et est assez réussie également.

J’ai eu cependant du mal avec quelques points, notamment le fait que Saxhäuser m’a semblé avoir des réactions contradictoires, plus qu’ambiguës. Malgré son opposition grandissante aux idées des nazis, notamment sur la supériorité raciale, il n’en continue pas moins à liquider allègrement les ennemis du Reich et quand je dis liquider, il n’hésite pas à poursuivre tout seul une demi-douzaine d’anglais lourdement armés alors qu’il n’a qu’un revolver… On a droit à de véritables scène tirées de James Bond (Jusqu’à une moto dernier cri qui sort on ne sait d’où). L’auteur aurait pu éviter ce genre de scènes en faisant apparaître une équipe d’espions allemands (Cette scène se passant en Italie en 39, je pense que c’était faisable et que cela aurait rajouté un côté plus crédible).

Un autre point qui rend la lecture de cet ouvrage compliquée, c’est que l’auteur multiplie les allers et retours dans le temps (en se basant sur la table des matières, on passe successivement de 1937 à 1938, à 1939, à 1916, à 1939, 1934, 1939, 1904, 1939… . Cela permet de mieux comprendre l’évolution psychologique du personnage principal mais à force, cela donne le tournis.

Un dernier point qui m’a un peu dérangé, c’est la facilité avec laquelle les extra-terrestres se font descendre, notamment une de leurs soucoupes qui est heurtée par un chasseur Italien??

Ma note personnelle:14/20
Le château des millions d’années – Stéphane PRZYBYLSKI
Edition Kindle

Pour d’autres avis:

BlackWolf (Blog O Livre)
Cornwall (La Prophétie des Ânes)
Dionysos (Le Bibliocosme)
François Schnebelen (YoZone)
Grégory Drake (Bifrost)
Hubert Prolongeau (Télérama)
Lhotseshar (Au pays des Cave Trolls)
Oriane (La Pile à Lire)
Vert (Nevertwhere)
Xapur (Les Lectures de Xapur)

Rendons à César ce qui appartient à Dionysos, je lui ai emprunté les liens vers les autres sites en remplaçant le lien de mon site par le sien. J’espère qu’il ne m’en voudra pas.

Mise-à-jour de la page consacrée à SS-GB

SSGB_

Suite à l’info communiquée par mon ami Pascal sur FB concernant la mini-série en 5 épisodes tournée par la BBC, j’ai rajouté cette info sur l’article que j’ai consacré à SS-GB.

 

Published in: on 19 janvier 2016 at 19 h 36 min  Laisser un commentaire  

Bilan 2015 et planning 2016

Steampunk HolmesInitiative

Une année 2015 qui aura vu une légère diminution du nombre de visites sur mon blog, sans doute du en partie à deux périodes où j’ai quelque peu délaissé celui-ci.

J’ai du renoncer au moins temporairement à l’idée de développer un deuxième blog consacré aux auteurs de l’âge d’or vu le peu d’enthousiasme qu’a entraîné ce projet et ne me voyant pas lancer cette initiative tout seul. Alors pour l’instant je me contente d’approfondir ma connaissance de l’oeuvre de H.Beam Piper et de mettre les pages de wikipedia concernant cet auteur à jour.

Pour 2016, on retrouvera sur ce blog de l’Uchronie bien sûr avec notamment les suites de séries entamées: Red Gambit (tome 6), Armaggedon’s song (prequel), Kirov (au moins le tome 5), WWIII 1946 (tome 2), 1632 (Sans doute 1634 – the Baltic War) ainsi qu’une ou deux oeuvres « classiques » de l’uchronie (au gré de mon humeur), du Steampunk (voir image ci-dessus), de la Fantasy (Sanderson, Erikson), du Space Opera (Doug Dandridge, David Weber) et bien entendu, du Baskerville!

Bonne année 2016 à tous!

Published in: on 5 janvier 2016 at 20 h 42 min  Comments (6)  

2015 en révision

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2015 de ce blog.

En voici un extrait :

Le Concert Hall de l’Opéra de Sydney peut contenir 2 700 personnes. Ce blog a été vu 8 900 fois en 2015. S’il était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 3 spectacles pour accueillir tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Published in: on 4 janvier 2016 at 18 h 16 min  Comments (1)  

1993 – ECHAPPEE ROUGE – Marianne STERN

1993_Echappee_rouge

Dans 1993 – Echappée belle, Gorbatchev a été écarté du pouvoir dès le début, empêchant la chute du rideau de fer. Le nouveau dictateur soviétique décide de faire monter la pression, il amasse des troupes en secret près de la frontière et prépare activement la 3ème Guerre Mondiale .

Anya Ackerman est un des meilleurs pilote chasse dans l’armée de l’air est-allemande; elle doit, avec ses camarades pilotes, faire respecter le blocus aérien décrété par Sergei Filipov Miroslav. Le frère d’Anya travaille lui sur une arme chimique mortelle, invisible et inodore. Tous deux sont, comme la plupart de leurs collègues, sous la surveillance de la police secrète allemande, la STASI qui a des espions partout.

Alors que la tension monte, le danger d’un conflit mondial se précise. Anya et son frère parviendront-ils à empêcher  l’apocalypse?


 

Un roman uchronique distrayant et original par son cadre (l’Allemagne de l’est au début des années 1990). Les scènes de combats aériens sont assez réussies mais le meilleur du roman est sans doute dans l’atmosphère de chape de plomb qui pèse sur les personnages. Même ceux qui n’ont rien à se reprocher vivent sans cesse dans la crainte d’être arrêté et interrogé par la Stasi.

Par contre, deux histoires d’amour compliquées et dissimulées dans le même roman, cela fait peut-être beaucoup et certaines scènes dont la fin du roman m’ont eu l’air d’avoir été écrite trop rapidement, certaines évasions semblent beaucoup trop faciles.

Ma note personnelle : 14/20
1993 – Echappée belle de Marianne STERN
Edition Kindle

2012 in review

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2012 de ce blog.

En voici un extrait :

600 personnes ont atteint le sommet de l’Everest en 2012. Ce blog a été vu 7 500 fois en 2012. Pour que chaque personne ayant atteint le somment de l’Everest puisse visiter ce blog, 13 ans auraient été nécessaires.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Published in: on 31 décembre 2012 at 16 h 15 min  Laisser un commentaire  

2011 in review

Les lutins statisticiens chez WordPress.com ont préparé un rapport annuel 2011 pour ce blogue.

Voici un extrait:

Un métro New Yorkais contient 1 200 personnes. Ce blog a été visité environ 3 700 fois en 2011. Si c’était un métro New Yorkais, il faudrait à peu près 3 voyages pour transporter autant de personnes.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Published in: on 1 janvier 2012 at 11 h 26 min  Laisser un commentaire  
%d blogueurs aiment cette page :