Oncle Abner, le Maître du Mystère – Melville Davisson POST

516qKi9GacL._AA324_PIkin4,BottomRight,-58,22_AA346_SH20_OU08_

Le titre de ce recueil de nouvelles vient du fait que les récits sont racontés du point de vue d’un jeune neveu d’Abner qui sert de témoin des activités d’Abner. C’est plus nettement marqué dans les premiers récits où le neveu est mentionné et un peu moins dans les suivantes où l’auteur nous raconte à la troisième personnes ce qui se produit sans citer le neveu comme étant témoin des événements.

Écrits entre 1911 et 1928, les récits de cet ouvrage ont comme cadre la Virginie occidentale aux environs de 1850, un contexte qui plongera immanquablement le lecteur dans une ambiance « western ». Je ne parle pas ici de ces westerns où les colons combattent des indiens mais plutôt ceux où l’on voit les propriétaires de ranch se démener pour amener leur troupeaux à la ville afin de le vendre ou défendre leurs fermes contre des voisins jaloux. Comme disait ce personnage de Tex Avery, « C’est la dure Loi de l’Ouest (Ok, je sais très bien que la Virginie est un état de l’Est des EU mais c’est vraiment l’image des pionniers qui m’est venue à l’esprit dans un état qui n’est pas encore si peuplé à l’époque, du moins c’est ce que j’ai ressenti à la lecture de ces nouvelles) », LOI qui est justement au cœur de cet ouvrage.

En effet, l’Oncle Abner bien que n’étant pas lui-même policier ou juge, intervient souvent sur des affaires criminelles pour prêter main forte à son ami, le juge Randolph (à la demande de ce dernier ou simplement parce qu’il était dans le coin, voire parce qu’il est lui-même impliqué dans l’affaire) et en un certain nombre d’occasion, on voit Abner empêcher une erreur judiciaire grâce à son sens de l’observation, ses déduction et sa Foi. Parce que, comme le dit si bien l’auteur: « C’était un roc de bon sens sur lequel se brisaient les théories et les opinions des imbéciles . Abner était un militant de sa religion et son dieu était un seigneur de guerre ».

Ajoutons à ce qui est dit plus haut, la présence de certains personnages récurrents même si on ne les voit pas dans chaque histoire) comme le Juge Randolph, et surtout le prédicateur mystique Adam Bird dont les imprécations envers les pêcheurs mais surtout les visions sont souvent corroborées par les déductions d’Oncle Abner. Ces visions apportent une touche de fantastique qui complète les éléments aventureux et policiers et nous apportent une certaine diversité dans les récits.

———————————————————————————————————-

Autant le dire, Oncle Abner est un peu austère à mon goût (je reconnais que je préfère les récits de Robert Barr, Richard Marsh ou Grant Allen pour ne citer qu’eux) et son côté mystique m’a parfois un peu lassé ce qui fait que j’ai mis un peu de temps à lire l’ouvrage, ce n’était pas gênant puisque les nouvelles sont indépendantes les unes des autres. Ceci étant, les constructions criminelles de certains récits et la manière dont Abner résout les Mystères les plus complexes est souvent brillante (un véritable ancêtre de Colombo, je suis presque certains que les scénaristes de cette série se sont inspirés de l’une ou l’autre des nouvelles de POST); certaines de ces nouvelles sont de véritables pépites et il ne faut pas passer à côté de ce recueil.

Ma note personnelle: 14/20 – Pour les déductions 18/20
Collection Baskerville
Edition Kindle

Disponible sur Amazon: http://www.amazon.fr/Oncle-Abner-Ma%C3%AEtre-du-Myst%C3%A8re-ebook/dp/B00OXSDHXM/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1422474554&sr=1-1&keywords=oncle+abner

ou en version epub chez les moutons électriques: http://www.moutons-electriques.fr/livre-339

ou en version papier chez Rivière Blanche: http://www.riviereblanche.com/oncleabner.htm

Ci-dessous, la liste des nouvelles du recueil:

« L’Ange du Seigneur » (« The Angel of the Lord »)
« La Mauvaise Main » (« The Wrong Hand »)
« La Dernière Demeure » (« The House of the Dead Man »)
« Le Dixième Commandement » (The Tenth Commandement »)
« Les Outils du diable » (« The Devil’s Tools »)
« Une aventure au crépuscule » (« A Twilight Adventure »)
« La Loi occulte » (« The Hidden Law »)
« L’Énigme » (« The Riddle »)
« Un acte de Dieu » (An Act of God »)
« Les Vignes de Naboth » (« Naboth’s Vineyard)
« Le Mystère Doomsdorf » (« The Doomsdorf Mystery »)
« Le Chasseur de trésor » (« The Treasure Hunter »)
« L’ère des miracles » (« The Age of Miracles »)
« La fille adoptive » (« The Adopted Daughter »)
« L’Homme de paille » (« The Straw Man »)
« L’approche de l’ombre » (« The Edge of th Shadow »)
« Le Mystère du hasard » (« The Mystery of Chance »)
« Le Sentier caché » (« The Concealed Path »)
« La Piste du diable » (« The Devil’s Track »)
« Le Prophète des collines » (« The God of the Hills »)
« La Nuit noire » (« The Dark Night »)
« Le Mystère de Hillhouse » (« The Mystery at Hillhouse « )

Publicités

Wunderwaffen T1: Le pilote du diable – NOLANE et MAZA

Wunderwafen1

Ce premier tome de la série Wunderwaffen nous présente le contexte et les personnages en se basant sur les éléments uchroniques suivants:

Avril 1944: Suite à la mort brutale de Joukov et d’une partie de son état-major, l’offensive soviétique se grippe.

6 Juin 1944: Echec total du débarquement allié en Normandie.

25 Juin 1944: Les fronts figés partout, Churchill admet à la BBC que la guerre sera très longue.

8 Mai 1945: Hitler échappe à un nouvel attentat qui lui coûte un bras  et le défigure en partie.

17 Décembre 1945: Fermeture d’Auschwitz-Birkenau et début de la première tranche des travaux de la Zone spéciale d’Auschwitz.

29 Mars 1946: Himmler crée le Sonderbüro 13 pour la gestion secrète des « Programmes Invisibles du Reich ».

Août 1946: début du récit.

Les Allemands restent donc maîtres d’une grande partie de l’Europe et ont réussi à développer un grand nombre de leurs armes secrètes, les fameuses Wunderwaffen. La grande vedette de ce premier tome  est d’ailleurs l’une de ces Wunderwaffen (et c’est volontaire puisque cette série ne porte pas le nom d’un personnage): Le Lippisch P13a

300px-Lippisch_P-13A

Cet intercepteur à aile delta supersonique est largement supérieur aux avions à réactions alliés en vitesse et en maniabilité en août 1946 et parvient à infliger de lourdes pertes aux alliés malgré la supériorité numérique des anglo-saxons sans toutefois parvenir à les rayer totalement du ciel. Mais ces avions ne volent pas tout seuls et le personnage principal de cette histoire, le capitaine Walter Murnau, chef de l’escadrille Dora équipée uniquement de Lippisch (décoré par Hitler en personne pour sa bravoure) est un pilote d’exception qui verrait cependant d’un bon oeil un changement de régime politique.

Si Murnau n’aime pas Hitler, celui-ci a bien perçu qu’il y avait quelque chose qui ne lui plaisait pas chez ce pilote (ce qu’il exprime à Goebbels en disant que cet homme doit être un juif). Si en public, le führer a promu Murnau au grade de Major et l’a qualifié du surnom de « pilote du diable », il ordonne en secret qu’on le fasse disparaître en sabotant son appareil alors qu’il est muté sur le front russe, affecté à la défense de la raffinerie roumaine de Ploesti.

Pendant ce temps, les alliés ne restent pas non plus inactifs, outre leurs jets, ils développent des canons antiaériens actionnés par guidage radar, la première attaque contre une escadrille équipée de ces canons coûtera aux allemands 26 Lippisch et 10 pilotes y perdront la vie.

D’autre part, le professeur Jacques Bergier, échappé des camps de concentration allemands est revenu avec des informations très importantes sur les intentions allemandes en matière technologique. Il est aussi persuadé qu’il se trame des choses terribles à Auschwitz (encore plus qu’avant) , on y voit toujours rentrer des trains mais on ne voit plus aucune fumée, quel sort est-il donc réservé aux victimes des nazis?

On apprend aussi que Truman, traumatisé par les conséquences de l’explosion de la bombe de Hiroshima n’est pas décidé à utiliser une nouvelle bombe atomique sur l’Allemagne (sans compter que les alliés ne sont plus sûrs de pouvoir délivrer cette bombe sans être interceptés par la chasse allemand).

——————————————————————————————————————-

J’ai beaucoup aimé ce premier tome même si la part laissée au scénario m’a paru un peu faible, laissant la part belle aux combats aériens (ceci dit les appareils sont remarquablement dessinés et les combats aériens très réussis et il s’agit après tout du sujet principal de la série). Nous voyons déjà se dessiner quelques portraits intéressants, Richard Nolane ayant entouré son personnage principal fictif Walter Murnau de personnages historiques (qu’ils soient de premier plan comme Churchill, De Gaulle ou les dignitaires nazis ou de second plan comme Jacques Bergier).

L’attentat contre Hitler ne semble pas avoir arrangé le caractère du führer et très logiquement, le scénariste nous montre que la continuation de la guerre ne va pas changer la politique des nazis envers leurs victimes.

A noter pour les amateurs de Wunderwaffen que l’on voit l’avion d’Hitler escorté par deux ailes volantes Horten Ho 229

horten_ho_229_2

que l’on aperçoit Goering voyageant en hélicoptère Focke Achgelis FA223 Drache

Focke Achelis

et que l’on aperçoit sur une case un Focke-Wulfe Triebflügel, appareil à décollage vertical.

triebflugel

Ma note personnelle: 16/20
Wunderwaffen – Tome 1: Le pilote du diable
Nolane et Maza

 

Interview de Richard D. Nolane par Bertrand Campeis sur le site d’actu SF: http://www.actusf.com/spip/Interview-de-Richard-D-Nolane-pour.html

L’avis de Lhisbei sur RSF BLOG: http://rsfblog.fr/2012/08/08/wunderwaffen-t1-le-pilote-du-diable-nolane-et-maza/

Les chroniques d’El’Bib: http://lebibliothecaire.blogspot.be/2013/12/les-chroniques-delbib-wunderwaffen.html

 

 

Here Comes Santa Claus – K.D. WENTWORTH

Ring_of_Fire_(anthology)-cover

Si Gottfried Heinrich von Pappenheim, officier général au service duc de Friedland, Albrecht Von Wallenstein, se rend à Grantville incognito avec deux de ses sbires pour trouver Julie MacKay, ce ne peut être que pour venger Wallensteinn tué par les deux balles de Julie à la bataille de l’Alte Veste? A  moins que les assassins ne soient pas ceux que l’on croit et que von Pappenheim ne soit venu pour jouer au Père Noël?

 ——————————————————————————————————————————————————–

Encore une nouvelle intéressante par l’examen des différences culturelles entre l’Amérique du XXème siècle et l’Europe du XVIIème siècle en s’appuyant simplement sur l’histoire du Père Noël. C’est aussi une nouvelle importante pour la suite de la série parce qu’elle présente des ouvertures politiques (on y apprend notamment que le Général Impérial Albrecht von Wallenstein a survécu à la bataille de l’Alte Veste.

Ma note personnelle: 16/20
Here Comes Santa Claus – K.D. WENTWORTH  in Ring of Fire
Edition Kindle

The Mercenaries (1950) de henry Beam PIPER

The H. Beam Piper Megapack2

Dans cette nouvelle d’Henry Beam Piper de 1950, les scientifiques indépendants se sont regroupés en équipes de recherche après l’explosion de la première bombe A au Nouveau Mexique et vendent désormais leurs services au plus offrant.

1965, alors que les 4 Grands blocs (Western Union, Fourth Kominterm, Islamic Kaliphate and Ibero-American Confederation que je traduirai par Union occidentale, Quatrième Kominterm, Califat Islamique et Confédération Ibero-Américaine ou Hispano-Américaine) se sont lancés dans la course à l’espace. Duncan mac Leod est à la tête d’une équipe de scientifiques-aventuriers qui tels les Condottiere Italiens de la Renaissance, offrent leurs services aux grandes puissances. Il est chargé avec son équipe de mener la recherche pour cette course à l’espace pour l’Union occidentale. Duncan se trouve confronté à un problème : Son équipe de pointe est gangrénée par un traître qui fournit des renseignements au Quatrième Kominterm. Mais qui est le traître. Si Duncan écarte rapidement son épouse Karen Hilquist, la métallurgiste de génie et Kato Sugihara le jeune japonais sur le point de démontrer un tout nouvel ordre de structures au niveau subatomique (Duncan l’a écarté de la liste des suspects à cause de son éducation dans la voie du Bushido), il n’en reste pas moins plusieurs suspects :

Suzanne Maillard qui en connaît plus sur le rayonnement cosmique qu’aucune autre personne vivante.
Adam Lowiewski, l’un des plus grands mathématiciens vivant selon la plupart des experts et le plus grand à l’en croire.
Sir Neville Lawton, l’expert en électronique.
Heyem Ben-Hillel, le spécialiste israélien de la mécanique quantique et de la mécanique ondulatoire.
Rudolf von Heldenfeld, le spécialiste des courants magnétiques et des champs électromagnétiques.
Farida Khouroglu, la secrétaire du groupe, jeune orpheline turque recueillie par le couple MacLeod (et accessoirement, amoureuse de Kato Suhigara).

Ils forment une excellente équipe qui fait merveille dans un monde affamé de connaissance et de puissance, une équipe qui a notamment créé la Centrale Nucléaire d’Australie Occidentale ou les usines de plutonium Ségovien ou encore l’usine d’extraction chimique d’eau de mer de Porto-Rico. Une équipe qui a parfois du se défendre avec des pistolets, des mitraillettes ou des flasques d’acides mais qui aujourd’hui compte un traître dans ses rangs et ce traître compromet la réputation de l’équipe, il la met aussi en danger parce que le responsable américain de la sécurité n’attend qu’un faux pas pour mettre ce projet sous sa coupe. Il faut donc repérer l’espion et s’en débarrasser discrètement, sans faire de vague.

—————————————————————————————————–

Une nouvelle policière dans un contexte de SF (mais n’est-ce pas le cas de nombreuses nouvelles et romans, on pourrait parler d’uchronie si on considère que le monde n’a pas connu cette évolution animée par des groupes de scientifiques mercenaires et ne s’est pas divisé en quatre blocs), qui est datée, marquée aussi par la guerre froide mais que le talent d’écrivain de Piper rend encore agréable à lire. Elle révèle aussi le côté dur de Piper, son héros n’hésitant pas à régler le problème lui-même, sans état d’âme. Je reviendrai plus en détail sur les « héros » de Piper sur le blog dédié à mon autre projet.

A noter que l’on y retrouve Allan et Blake Hartley, personnages développés dans la première nouvelle de Piper. Blake Hartley est devenu, comme prévu, président des Etats-Unis après être devenu président de « Associated Entreprises » et Allan Hartley est devenu un scientifique renommé dirigeant l’entreprise puis les Etats-Unis dans l’ombre.

Ma note personnelle:15/20
The Mercenaries (1950) de Henry Beam Piper in The H. Beam Piper Megapack: 33 Classic Science Fiction Novels and Short Stories.
Edition Kindle.

The Pot of Tulips (1855) – Fitz-James O’BRIEN

51e+l0h0DIL__AA278_PIkin4,BottomRight,-34,22_AA300_SH20_OU08_

Un jeune homme qui a toujours désiré habiter une vieille villa hollandaise saisit l’occasion lorsque cette maison est mise en vente pour l’acquérir avec son ami Jaspar Joye. La maison était la propriété d’un Mr Van Koeren, ressortissant hollandais et de son épouse belge Marie. Il se fait que le jeune homme est engagé avec la petite-fille de M. Van Koeren.

Monsieur Van Koeren était d’une jalousie maladive et faisait subir l’enfer à sa jeune épouse. Lorsque celle-ci accoucha deux mois avant la date prévue, cela ne fit qu’alimenter la jalousie et les soupçons de Van Koeren. Dès lors, celui-ci décida de ne plus s’occuper de son épouse et de son enfant. Son fils, Alain Van Koeren se vit offrir de l’argent mais aucune éducation et encore moins d’affection. Encouragé au vice, Alain Van Koeren devint ivrogne, joueur, dépensier et libertin tandis que sa mère retourna dans les plaines ensoleillées (sic) belges . A la mort de son épouse, Mr Van Koeren jeta son fils dehors. Alain Van Koeren continua sa vie dissipée, même si sur un train réduit et mourut quelques temps après en laissant une fille derrière lui, seule héritière de Mr Van Koeren et la fiancée du narrateur. Ce dernier mourut peu de temps après son fils dans des conditions étranges. On raconte qu’avant de mourir, il prononça des paroles comme s’il s’adressait à quelqu’un d’invisible: « Trompé, je me suis trompé »… Alors que tout le monde pensait que Monsieur Van Koeren était très riche, on ne retrouva pas son argent, c’était apparemment la dernière vengeance de Van Koeren contre son fils et ses descendants.

Notre narrateur s’endort un soir dans la maison. Il est réveillé par une sensation étrange et remarque dans sa chambre une lueur étrange qui semble se matérialiser de plus en plus pour prendre une apparence humaine, il est de plus en plus convaincu qu’il s’agit du fantôme de Van Koeren et celui-ci lui montre un vase rempli de tulipes…

————————————————————————————————

Quand un homme se rend compte sur son lit de mort qu’il a fait subir un enfer à sa famille à cause d’une erreur de jugement, il ne lui reste plus qu’à revenir d’entre les morts pour tenter d’aider ses descendants.

Une très bonne histoire de fantômes qui tient plus du roman policier que de l’horreur pour ouvrir ce Megapack consacré aux détectives de l’Occulte. Le seul point étonnant, c’est quand l’auteur évoque les plaines et prairies belges ensoleillées! Soit le climat a fortement évolué depuis 1855, soit il a fait un très court séjour chez nous et il a eu beaucoup de chances, soit il n’a jamais mis les pieds en Belgique.

 

Ma note personnelle:14/20
« The Pot of Tulips » de Fitz-James O’BRIEN in The Occult Detective  Megapack: 29 Classic Stories.
Edition Kindle.

A noter que cette nouvelle a été traduite à de multiples reprises en français, vous pourrez retrouver tous les détails des différentes traductions sur l’excellent site de Noosfere: http://www.noosfere.com/icarus/livres/EditionsLivre.asp?numitemsommaire=50061

Vous pourrez également trouver plus de détails sur cet auteur et sur ses oeuvres sur le même site: http://www.noosfere.com/icarus/livres/auteur.asp?numauteur=68926802&Niveau=Romans

ou sur le site du Visage vert: http://www.levisagevert.com/bibliographie-auteurs/auteurs-o/auteurs-o/o0001.html

ou encore sur le site de la Base de données francophone de l’imaginaire (BDFI) : http://www.bdfi.net/auteurs/o/obrien_fitz_james.php

voire  en anglais sur le site de la SF encyclopedia: http://www.sf-encyclopedia.com/entry/obrien_fitz-james

 

Décès de Robert Conroy

Mon ami Pascal m’a appris hier le décès de Robert Conroy. Les fidèles de ce blog savent que les romans de cet auteur alimentent ce blog régulièrement et je pense que le plus bel hommage que je puisse lui rendre, c’est de continuer à chroniquer ses œuvres et notamment les ouvrages ci-dessous qui doivent bientôt paraître chez Baen.

Prévu pour avril 2015:

1920

Prévu pour mai 2015:

Custer

Prévu pour août 2015:

Liberty 1784

Prévu pour septembre 2015:

Layout 1

Ce n’était peut-être pas le meilleur auteur d’uchronies, mais il aura su apporter des points de divergences intéressants et originaux comme dans 1901, North Reich, ou les deux romans à paraître en avril et mai 2015 : http://www.baen.com/schedule.asp

Resquiat In Pace.

Page wikipedia traduite en français et mise-à-jour par Frédéric Goudon: https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Conroy

Red Gambit tome 4 : Impasse – Colin GEE

Impasse

Novembre 1945, alors que les alliés pensaient avoir stabilisé le front en vue de leur contre-offensive, les soviétiques lancent une nouvelle attaque en Italie où ils s’attendent à une percée rapide puisque la majorité des unités qui leur sont opposées sont des troupes espagnoles de second ordre où des troupes sud-américaines. Contrairement à leurs espoirs et malgré l’implication de la Yougoslavie (suite à une attaque de troupes soviétiques revêtues d’uniformes britanniques), l’attaque soviétique s’enlise avant d’être paralysée par les conditions hivernales.

Les alliés lancent en réaction la première phase de leur offensive « Spectrum », « Spectrum Black » le 2 décembre en Alsace, avec à la pointe de l’attaque les anciens SS regroupés dans la légion étrangère. Cette attaque attire de nombreuses troupes soviétiques et dégarnit le front Nord ce qui permet aux alliés de lancer la deuxième partie de Spectrum, Spectrum Blue avec une attaque en tenaille destinée à reprendre Cologne. Les deux pinces de la tenaille sont commandées respectivement par Guderian et Patton. Cette deuxième attaque sera également bloquée par les soviétiques, prévenus quelques heures avant le déclenchement de Spectrum Black de l’attaque en Alsace et de la deuxième attaque vers Cologne. Les combats sont cependant d’une férocité intense et sont marqués par une aggravation du nombre et de la gravité des crimes de guerres (exécutions de prisonniers mises en scènes de façon de plus en plus cruelle) avant d’être stoppé par un hiver d’une rigueur terrible, la température descendant jusqu’à – 50° dans de nombreuses régions d’Europe.

Les deux côtés déploient de nouvelles armes, même des modèles expérimentaux comme le T54 ou le M4 Sherman type T34 Calliope.

t54-1a   300px-T-34-rocket-launcher-France

Seule la troisième partie de l’offensive alliée, « Spectrum Red », est un succès. Spectrum Red consiste à faire croire aux soviétiques que les alliés vont débarquer dans le Nord de l’Allemagne. Les soviétiques dépêchent alors la quasi totalité de leurs forces aériennes et maritimes pour stopper cette invasion. Il s’agit en fait d’une fausse flotte d’invasion dont les plus gros navires sont des destroyers et qui consiste principalement en colonne de barques que les Anglais font passer dans la nuit pour une flottille de barges de débarquement. Avec l’aide des suédois qui font semblant de s’opposer au passage de cette flotte dans leurs eaux territoriales en créant de fortes explosions à terre et en acceptant que les anglais bombardent des cibles choisies à l’avance (vieux avions qui seront remplacés par de nouveaux avions britanniques, bâtiments de l’ambassade soviétique…). Les navires et avions soviétiques sont attirés dans un piège et massacrés par des centaines de chasseurs alliés et par des vedettes et destroyers alliés. A la fin de l’opération, la flotte soviétique de la Baltique n’est plus qu’un souvenir tandis que les forces aériennes soviétiques sont une nouvelle fois lourdement touchées.

Pendant ce temps, Beria jaloux des succès de Tatiana Nazarbayeva, chef du GRU (C’est Tatiana qui a réussi à empêcher Spectrum Black et Spectrum Blue de réussir), la fait tomber dans un piège au cours d’une réception en l’honneur de l’anniversaire de Staline. Ayant fait droguer Tatiana par ses sbires, il la viole alors qu’elle est dans un état semi-comateux avant de la donner à deux de ses colonels du NKVD puis de filmer son viol par un sergent du NKVD tout ceci afin de pouvoir la faire chanter par la suite.

Sur le front asiatique, les Japonais après des succès initiaux, commencent à s’épuiser par manque de pièces de rechanges pour leurs chars allemands et par manque de ravitaillement, l’aviation américaine détruisant comme en Europe, les ponts, les dépôts et les lignes de ravitaillement, les soviétiques ne consacrant que le strict nécessaire de ressources humaines et matérielles pour maintenir l’élan japonais tant que celui-ci durera.

————————————————————————————————————————————————

Encore un roman de transition ce qui affaiblit sans doute l’intérêt pour le texte. De plus, l’auteur non content de nous livrer de nouvelles scènes « fortes » au niveau des blessures rencontrées, scènes qui ont tendance à se répéter pas dans la nature des blessures mais dans le détail de l’intensité des douleurs ressenties par les individus, nous inflige en plus une scène assez longue de viol (voir plus haut). Je peux comprendre que Colin Gee désire nous montrer que les combats augmentent encore en intensité et en férocité mais à ce point du récit, il me semble qu’il devrait plutôt se concentrer sur les opérations et le déroulement tant tactique que stratégique de la guerre.

Ma note personnelle: 15/20
Red Gambit tome 4 – Impasse de Colin GEE
Edition Kindle

Le site de la série: http://www.redgambitseries.com/

Lien facebook sur la série:https://www.facebook.com/groups/RedGambit/

Lien facebook sur le tome 4:  https://www.facebook.com/groups/314161735373608/

Quoi de neuf pour 2015

Actu SF_0001 Les ames envolées_0001

Après une année 2014 qui a vu une augmentation de près de 30% des visites (merci à tous ceux qui sont venus consulter ce blog et qui ont laissé des commentaires). Un remerciement particulier à Frédéric qui m’aide souvent en me signalant les fautes d’orthographes ou autres et qui ne manque pas de signaler les romans que je chronique.

Pour 2015, j’ai prévu, de l’Uchronie (et on va commencer par cela avec le 4ème tome de la série « Red Gambit », de la Fantasy, du steampunk, du baskervillien ,du Harry Dickson, du David Weber, la chronique de l’ouvrage dédié à Jack Vance et qui tarde toujours, de la BD uchroniques (Hauteville House, Wunderwaffen, WWII.2…), plus de messages qu’en 2014 et l’amélioration de la table des matières, sans compter le nouveau projet sur les auteurs méconnus, pas assez connus, inconnus, oubliés, connus des seuls initiés… (bon ce sera plus clair quand le projet sera lancé même si pour l’instant le comité rédactionnel se limite à une personne: moi, avec une promesse de l’ami Jean-Pierre Dionnet de rajouter son grain de sel).

Du côté des auteurs que je compte lire/relire en 2015, On trouvera surement et dans le désordre David WEBER, Steven ERIKSON, Nicolas LEBRETON, Clifford D. SIMAK, Philip K. DICK, Colin GEE, Henry Beam PIPER, Steven M. STIRLING, Andy FARMAN, Simon R. GREEN…

Bref rien que du bon.

%d blogueurs aiment cette page :