North Reich – Robert CONROY

North Reich

Décembre 1941, alors que le Japon vient d’attaquer Pearl Harbour, Hitler décide de ne pas déclarer la guerre aux Etats-Unis. Roosevelt  ayant les mains liées par son congrès qui ne veut pas d’une guerre sur deux fronts, ne peut donc pas déclarer la guerre à l’Allemagne et ne peut voler au secours de l’Angleterre et de la Russie.

En Angleterre, Churchill est renversé par le parlement et Lord Halifax devient premier ministre. L’Angleterre capitule et accepte de lourdes concessions, avec notamment l’occupation de la partie est du Canada. Seul point positifs, Churchill s’est réfugié aux Etats-Unis et la plus grande partie de la flotte britannique s’y est réfugiée également.

Pour l’union soviétique, le coup est encore plus rude, Moscou est tombé, Staline s’est ou a été suicidé, Stalingrad est tombé et les allemands ont avancé jusqu’à l’Oural. Les militaires soviétiques continuent cependant la lutte à partir de la Sibérie.

Hitler pense que la guerre à l’est est gagnée et que le général Von Paulus balayera bientôt les derniers îlots de résistance soviétique. Si tous les généraux d’Hitler ne sont pas nécessairement d’accord avec cette vision des choses, seul Guderian a le front d’exposer son désaccord avec le führer. En remerciement, Guderian est envoyé en mission d’inspection au Canada. Il pourra ainsi superviser l’attaque des Etats-Unis par les troupes allemandes sous les ordres du général Von Arnim.

Von Arnim est en effet chargé de lancer avec son armée de 250.000 hommes une attaque brève sur les infrastructures économiques des Etats-Unis. Le führer est persuadé que les troupes américaines ne valent rien et que les pertes seront minimes du côté allemand. Qui pus est les amiraux Donitz et Raeder sont persuadés qu’ils pourront assurer le ravitaillement des troupes au Canada et couler la flotte américaine de l’Atlantique (puisque la plus grande partie de la flotte US est occupée dans le Pacifique).

Les américains sont cependant au courant des préparatifs et allemand et ils ont massés leur troupes un peu en retrait de la frontière sous les ordres des généraux Fredendall et Patton.

Dès les premiers jours de combats, le général Von Arnim est grièvement blessé et Guderian prend sa place. Si l’assaut initial des allemands semble facile, ils sont cependant repoussé d’un côté par les troupes de Patton alors que les troupes du général Fredendall elles sont retranchées à tel point que le QG de Fredendall est surnommé « Fort Fredendall ». Confronté au manque de réactivité de Fredendall, Ike le remplace par le général Truscott…

Je ne dévoilerai pas la fin, mais on comprendra assez vite qu’un tel assaut avait peu de chance de réussir. En 1944, la machine de guerre américaine tourne à plein régime et la Luftwaffe se retrouve balayée du ciel en quelques semaines.

On peut se demander si Robert Conroy ne développe pas des hypothèses pour mieux les réfuter. On peut aussi s’agacer de la toute puissance dont font preuve les américains une fois en route (d’accord ils commettent aussi des erreurs telle la nomination de Fredendall, général dont je n’ai appris l’existence qu’au travers de ce roman mais il suffit de voir l’efficacité dont font preuve les américains dans leur chasse aux sous-marins allemands qui subissent de lourdes pertes sans infliger de dégâts aux américains).

Sinon j’ai trouvé que c’était un roman agréable à lire même si Robert Conroy ne m’a pas l’air très à l’aise dans les parties « histoires d’amour » de ses ouvrages. On peut se demander si ceux-ci n’y gagneraient en se bornant aux actions et réactions des principaux intervenants.

Ce roman est disponible sur Amazon à l’adresse suivante :

http://www.amazon.fr/North-Reich-Robert-Conroy-ebook/dp/B008BVXZXO/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1384516693&sr=1-1&keywords=North+reich

Site web consacré à l’auteur: http://www.robertconroybooks.com/

Page wikipedia traduite en français et mise-à-jour par Frédéric Goudon: https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Conroy

Ma note personnelle : 15/20
North Reich – Robert CONROY
Edition Kindle

Publicités

The URI to TrackBack this entry is: https://daidin.wordpress.com/2013/11/15/north-reich-robert-conroy/trackback/

RSS feed for comments on this post.

6 commentairesLaisser un commentaire

  1. Hum, dans notre réalité, les États-Unis était de fait cobelligérant depuis mi-1941 avec l’équivalent d’une zone de sécurité sur leur moitié de l’Atlantique ou les Uboot étaient grenadé sans préavis. Je voit vraiment mal comment la Canada même après une reddition de la Mère Patrie accepte de voir des SS sur son sol et le Congrès US verrait une tel déchirure de la doctrine Monroe comme un casus-belli.

    Quand a l’efficacité de la lutte ASM US, dans les premiers mois du conflit « réel » elle a été défaillante avec le refus du black-out dans les ports et du système des convois.

    • Ici, dans le roman, les premières troupes allemandes débarquent très rapidement, prenant les américains et les canadiens de vitesse et Robert Conroy utilise l’argument d’un grand nombre de soldats canadiens prisonniers qui pourraient être victimes de représailles en cas de résistance.
      Comme je le disais, je pense que Robert Conroy est surtout attiré par l’idée de faire se confronter Patton et Guderian.

      • Entendu. Combien de temps entre l’arrivée des troupes allemandes et l’attaque contre le nord-est des États-Unis ? Explique t’on le fait que l’US Army se montre efficace des les premiers combats alors qu’en OTL la campagne en Afrique du Nord a montré a Kasserine le manque de préparation dans une guerre mécanisé ?

        • En fait les allemands sont au Canada depuis plus de deux ans, ils attaquent début 1944. Les américains sont au courant de l’attaque mais ils ne veulent pas être les agresseurs. Ils attendent donc les allemands un peu après la frontière. L’assaut américain est un succès du côté de Patton même si la résistance allemande est forte et les pertes lourdes. Du côté de Fredendall, les troupes US ne bougent pas jusqu’à ce qu’on relève ce général de son commandement (le même qui a été relevé de son commandement en Afrique du Nord. L’avantage des américains, c’est qu’ils peuvent remplacer le matériel perdu tandis que les allemands doivent faire avec ce qu’ils ont et ne peuvent rien remplacer. Ceci dit les chars M3 de Patton se font dégommer assez vite et il doit attendre les M4 Shermans pour pouvoir relancer l’offensive.

  2. Je signale une faute de frappe en début d’article :

    Hitler pense que l’ guerre à l’est est gagnée

    • Corrigé! Merci Frédéric.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :